Après l'évacuation d'une localité de 4 000 habitants au sud-ouest de Reykjavik, samedi 11 novembre, la probabilité d'assister à une éruption volcanique dans les heures ou les jours à venir continue de croître.

volcan islande novembre 2023
© RUV/RAGNAR VISAGE / via REUTERS
Une fissure dans la route consécutive aux centaines de secousses relevées à Grindavik et dans sa région, ces derniers jours. Photo prise le 11 novembre 2023.
Le grondement se rapproche. « Le magma situé à 800 mètres sous le village de pêcheurs de Grindavik pourrait atteindre la surface dans les prochains jours », alerte la chaîne de télévision britannique Sky News. La localité de 4 000 habitants, située au bout de la péninsule de Reykjanes dans le sud-ouest de l'Islande, a été entièrement évacuée de façon préventive dans la nuit de vendredi 10 au samedi 11 novembre « après qu'un millier de tremblements de terre ont été recensés en l'espace de quelques heures ». Le signe d'une éruption volcanique à venir. L'état d'urgence a été décrété.

Depuis samedi matin, la probabilité « a encore augmenté », précise la BBC, à Londres. « L'éruption pourrait intervenir dans la péninsule », au sud-ouest de la capitale Reykjavik, « ou au large ». Dans le second cas de figure, « le contact entre la roche extrêmement chaude et l'eau provoquerait une explosion et la formation d'un nuage de fumée potentiellement propulsée à plusieurs kilomètres de hauteur », décrit Sky News.

Une éruption tous les quatre ans en moyenne

« C'est une situation à laquelle nous n'avions plus été confrontés » depuis l'éruption sur l'île Heimaey en 1973, lorsque la population, prise de court, avait dû évacuer dans la précipitation, selon Víðir Reynisson, interrogé par l'Iceland Monitor. Le chef de la protection civile l'assure, auprès du journal en langue anglaise, « il n'y a aucune façon d'écarter la possibilité qu'une cheminée volcanique s'ouvre à Grindavik ».

En moyenne, une éruption se produit tous les quatre à cinq ans sur l'île de 370 000 habitants, située sur la dorsale médio-atlantique, où les plaques tectoniques nord-américaine et eurasienne s'écartent de 2 centimètres par an.
« Le système volcanique de Reykjanes était inactif depuis 800 ans jusqu'à l'éruption de mars 2021, indique Sky News. Deux autres se sont produites depuis, mais la quantité de magma repérée ces derniers jours sous la surface serait cette fois considérablement plus importante. »