Bienvenue à Sott.net
jeu., 19 oct. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Gear

Au GIEC, on ment pour justifier l'action politique

Image
Un expert en sensibilité du climat du GIEC pris la main dans le sac à mentir pour "justifier l'action politique".

Voici un essai ou billet de blog intéressant, de James Annan, un scientifique du Programme de Recherche de Projection du Changement Planétaire, de l'Agence pour la Science et la Technologie Terrestre et Marine, au Japon, un chercheur de pointe sur les contraintes qui affectent les estimations de la sensibilité du climat. Annan a depuis longtemps pour opinion, provenant de ses propres enquêtes, que les limites des estimations du GIEC sur la sensibilité du climat de la Terre sont trop larges, surtout vers le haut.

La "queue de droite épaisse" du GIEC dans ses distributions des sensibilités climatiques possibles signifie que le GIEC soutient qu'il existe une possibilité non négligeable que la sensibilité climatique réelle de la Terre - l'augmentation moyenne mondiale de température en cas de doublement de la concentration atmosphérique de dioxyde de carbone - soit de plus que 6°C et peut-être même jusqu'à 10°C. Si les sensibilités du climat étaient en effet si fortes, nous aurions du souci à nous faire. Et tant que le GIEC concède que cette possibilité existe, ça permet à des types de bidouiller des histoires effrayantes autant qu'alarmantes sur ce qui nous attend, si nous ne réduisons pas immédiatement et drastiquement les émissions de dioxyde de carbone.

Laptop

« Marquer comme terrorisme », future option de nos navigateurs ?

Image
Point d'accès de toute notre vie sur le Web, les navigateurs n'ont de cesse d'intégrer toujours davantage de fonctionnalités. Les fameuses extensions permettent de faire à peu près tout et n'importe quoi sans avoir à quitter son logiciel favori. Une initiative européenne pourrait bien « imposer » un jour une option « Marquer ce contenu comme terrorisme » dans nos navigateurs.

Le Projet Clean IT, subventionné par la Commission Européenne, utilise ses 400 000 € de budget et ses deux années de service pour réfléchir aux différents moyens de supprimer le terrorisme sur Internet. Au terme d'une semaine de conférences publiques, son rapport final de 30 pages propose différentes pistes de réflexion, dont un « mécanisme de rapport intégré au navigateur ».

Gear

Les Américains ont une chance sur 75 millions de mourir d'un impact d'astéroïde

Alors que l'asteroïde DA14 s'apprête à frôler la Terre, The Economist s'est amusé à lister les accidents mortels les plus improbables. Selon les calculs de l'hebdomadaire britannique basés sur les chiffres du Conseil américain de la sécurité, l'impact d'astéroïde arrive en tête des causes de mort les moins probables. Ainsi les Américains n'ont qu'une chance sur 75 millions de trépasser d'un impact d'astéroïde. Ils ont bien de plus de risques de perdre la vie à cause d'un feu d'artifice (une chance sur 50 millions), d'une piqûre d'abeille (une sur 25 millions) ou encore d'une morsure de chien (une sur 11 millions).
Image

Commentaire: Que l'univers peut être ironique, cet article a été publié le 14 février par The Economist, la veille des 500 blessés qui ont été causés par une météorite en Russie.

Alors, une chance sur 75 millions ? J'en suis moins sûr.


Solar Flares

Il faut se préparer à une grande éruption solaire

La Royal Academy of Engineering, au Royaume-Uni, tire la sonnette d'alarme : on doit se préparer aux conséquences d'une grande éruption solaire. Dans le cas d'une éruption solaire de poids, nous ne pourrions en effet ne disposer que de 30 minutes entre la détection et l'arrivée des particules. Ce type d'éruption solaire géante n'intervient que tous les deux cents ans environ et la dernière a eu lieu en 1859 (cela n'avait perturbé que le réseau télégraphique à l'époque). Cela fait longtemps, et il est probable que cela se reproduira tôt ou tard.

Ce processus pourrait avoir un impact sérieux sur nos satellites et communications. Nous n'aurions plus de GPS ou de téléphones portables opérationnels durant quelques jours. Les particules vont induire des courants électriques, des étincelles qui pourraient même déclencher des incendies. Évidemment, les aurores boréales seraient magnifiques...

Commentaire: Si ce n'était qu'une grosse éruption solaire endommageant des satellites, cela irait. Malheureusement, les scientifiques britanniques n'ont toujours pas pris en compte l'augmentation substantielle de comètes, météores et météorites touchant notre planète.

Une menace bien plus dangereuse pour l'existence de l'humanité qu'une éruption solaire géante.


Magnify

Hommes préhistoriques : des chercheurs inventent un programme pour recréer leurs langues

Et si vous parliez la langue des hommes préhistoriques? Les linguistes et les archéologues du monde entier en rêvent depuis tant d'années. Des chercheurs y sont presque parvenus en créant un nouvel outil pour reconstruire des langues mortes et oubliées depuis bien longtemps, celles que les spécialistes appellent les proto-langues.

Ces langues ont donné naissance aux langues que nous parlons aujourd'hui. Prenons par exemple l'indo-européen, une langue préhistorique dont le latin (le français, l'italien, l'espagnol...), le grec ancien, le persan, le sanskrit, le proto-germanique (l'allemand, l'anglais...) et le protoslave (le polonais, le russe...) sont issus. Malheureusement, il ne reste aucune trace écrite de cette langue. C'est là que commence le travail d'orfèvre des linguistes.

"Le travail de centaines de vies humaines"

Comme l'explique un article de la BBC, les proto-langues ou langues reconstruites s'appuient sur des méthodes de linguistiques comparatives. Les linguistes comparent le même mot dans plusieurs langues de la même famille pour retrouver le mot appartenant à la proto-langue. Pour tester ce programme, l'équipe de recherche a pris 637 langues toujours parlées en Asie et dans le Pacifique et ont pu recréer la proto-langue de laquelle ils étaient issus, le proto-austronésien

Hearts

Et si le secret de l'amour durable pouvait se lire dans le cerveau ?

© Inconnu

Selon des scientifiques américains, il serait possible de prédire si un couple va rester ensemble pendant plusieurs années ou non. Ceci en étudiant l'activité de leur cerveau lorsque chacun des partenaires pense à l'autre.

A seulement trois jours de la Saint-Valentin, c'est une découverte qui tombe à pic pour tous ceux qui doutent encore des sentiments de leur cher(e) et tendre. C'est votre cas ? Eh bien il vous reste précisément trois jours pour convaincre votre partenaire de se faire scanner le cerveau ! Dans une étude récemment publiée dans la revue Neuroscience Letters, des psychologues américains révèlent avoir découvert que le secret de l'amour durable pouvait peut-être se lire dans le cerveau, ou plus précisément dans l'activité de l'encéphale.

Blue Planet

La Terre vue de la station spatiale internationale

Encore plus fort et plus haut que Yann Arthus-Bertrand et son hélicoptère ! L'astronaute canadien Chris Hadfield a rapporté d'incroyables photographies de la Terre qu'il a prises depuis la Station spatiale internationale.

© Chris Hadfield/Twitter
Au clair de la Lune...
© Chris Hadfield/Twitter
« Eau glaciaire rentrant dans l'Atlantique au fin fond de l'Argentine du Sud. »
© Chris Hadfield/Twitter
« Question du jour : est-ce que la Terre envoie des signaux de fumée ? »
© Chris Hadfield/Twitter
« L'humidité luxuriante incroyablement verte du bassin amazonien. »
© Chris Hadfield/Twitter
« La lumière de l'Aube sur les collines brumeuses de Taïwan donne un spectacle surréaliste. »
© Chris Hadfield/Twitter
« Si vous mélangez le vent et le sable assez de temps ensemble, ils créent de l'Art. »
© Chris Hadfield/Twitter
« Une rencontre colérique entre l'air et l'eau sur la côte chilienne. »
© Chris Hadfield/Twitter
« Des nuages de fumée qui ont l'air fâchés dans l'Ouest Australien. »

« Où le Mississippi entre dans le Golfe du Mexique, formant un delta énorme et profond. »
© Chris Hadfield/Twitter
« Les lumières de Bordeaux, et tout le chemin vers les côtes de France. » En français dans le texte...
© Chris Hadfield/Twitter
« Les Andes troublées à l'horizon par un brouillard venu du froid pacifique. »
© Chris Hadfield/Twitter
« Je vois un caméléon dans cette photo prise au dessus du désert sub-saharien. »
© Chris Hadfield/Twitter
« Ces petites montagnes africaines ne ressembleraient-elles pas à des boules de glaces lâchées en train de fondre ? »
© Chris Hadfield/Twitter
« Le volcan Taranaki (Nouvelle-Zélande) semble trop parfait pour être réel. »
© Chris Hadfield/Twitter
« Votre perspective vous dicte souvent ce que vous voyez. D'ici je vois une demi-coquille d'huître. Et vous ? »
Retrouvez ses plus beaux clichés, qu'il a postés sur son compte twitter, agrémentés de ses petits commentaires.

Video

Imprimez vos propres médicaments

Traduit de l'anglais par Anna Cristiana Minoli

© Inconnu

Les chimistes organiques fabriquent des molécules, des molécules très compliquées, en découpant une grosse molécule en petites molécules et grâce à la rétro-ingénierie.

En tant que chimiste, une des choses que j'ai voulu demander à mon groupe de recherche il y a deux ans est, peut-on vraiment fabriquer un set de chimie vraiment sympa ?

C'est-à-dire peut-on mettre la chimie dans une « app » ?

Qu'est-ce que ça signifie, et comment peut-on le faire ?

Pour commencer, nous avons pris une imprimante 3D et nous avons commencé à imprimer les béchers et les éprouvettes d'un côté puis nous avons imprimer la molécule en même temps de l'autre côté et nous les avons combinés dans ce que nous appelons un produit de réaction.

Ainsi, en imprimant le récipient et la chimie en même temps, nous pouvons accéder à ce kit de chimie universel. [...]


Commentaire: Le chimiste Lee Cronin (professeur à l'Université de Glasgow) travaille sur une imprimante 3D qui imprime des molécules plutôt que des objets. A long terme, cette recherche déboucherait sur une potentielle application : imprimer vos propres médicaments en utilisant de l'encre chimique. Lee Cronin et son groupe de recherche enquêtent sur la façon dont la chimie peut révolutionner la technologie moderne et même créer la vie. Leur travail est de comprendre et de contrôler l'auto-assemblage et l'auto-organisation en chimie pour développer des systèmes moléculaires fonctionnels et des systèmes nano-moléculaires chimiques.

Nous ne sommes pas enthousiasmés par ce type de recherches qui pourrait ne pas servir nos intérêts...


Galaxy

Des astronomes amateurs et professionnels s'associent pour créer un chef-d'œuvre cosmologique

Travaillant avec des processeurs d'images astronomiques au Space Telescope Science Institute à Baltimore, dans le Maryland, le célèbre astrophotographe Robert Gendler a pris des données scientifiques des archives du télescope spatial Hubble et les a combinées avec ses propres observations au sol pour assembler une photo d'illustration de la magnifique galaxie spirale M106.

© NASA, ESA, the Hubble Heritage Team (STScI/AURA), and R. Gendler (for the Hubble Heritage Team) Acknowledgment: J. GaBany
Gendler a récupéré des images d'archives de Hubble de M106 pour composer une mosaïque du centre de la galaxie. Il a alors utilisé ses propres observations de M106 et celles de son compatriote astrophotographe Jay GaBany pour les combiner avec les données de Hubble dans les zones où il y avait moins de couverture, et enfin, pour combler les trous et les lacunes où aucune donnée d'Hubble n'existait.

Pi

Écouter l'intérieur de la cellule !

© Inconnu

Les ondes sonores sont largement utilisés dans l'imagerie médicale, notamment en échographie mais des scientifiques français du laboratoire de mécanique et de l'Institut de Chimie et Biologie de l'Université de Bordeaux, ont mis au point une technique permettant d'utiliser les sons pour explorer les cellules à l'échelle moléculaire. Ces chercheurs ont utilisé des ondes sonores à haute fréquence pour tester la rigidité et la viscosité du noyau de chacune des cellules humaines.

« Nous avons développé un nouvel outil, sans contact et non-invasif pour mesurer les propriétés mécaniques à l'échelle intra-cellulaire. Cet outil pourrait permettre d'observer l'activité des cellules ou d'identifier certains cancers », explique Bertrand Audoin, professeur au laboratoire de mécanique à l'Université de Bordeaux.