Bienvenue à Sott.net
dim., 22 jan. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Family

L'illusion de la fin de l'histoire

Image
© Quoidbach et al./Science
Des changements de personnalité (en haut), de valeurs (au milieu) et de goûts (en bas) se produisent à chaque décennie. Les changements anticipés par ceux qui sont à l’orée d’une décennie (en gris) sont systématiquement inférieurs aux changements constatés par ceux qui en sortent (en noir).
Des psychologues ont montré que quel que soit notre âge, nous pensons que notre personnalité ne changera plus à l'avenir, ce qui est faux.

Avez-vous beaucoup changé au cours des dix dernières années ? Changerez-vous beaucoup au cours des dix prochaines ? Selon une étude menée par Jordi Quoidbach, de l'Université Harvard, aux États-Unis, et ses collègues, vous répondrez le plus souvent oui à la première question, et non à la seconde, et ce quel que soit votre âge. En d'autres termes, nous avons toujours l'impression que notre personnalité, nos valeurs et nos goûts ont fini d'évoluer au moment présent, ce que les chercheurs qualifient « d'illusion de la fin de l'histoire ».

Syringe

Génome : l'ADN poubelle dévoile son rôle dans l'assemblage des gènes

Image
© Unknown
Cette recherche de l'Université de Caroline du Nord dévoile le rôle régulateur important joué par l'«ADN poubelle», au sein de chacun de nos gènes. Alors que les premiers résultats de l'étude Encode sur l'organisation du génome humain attribuaient, pour la première fois, une fonction biologique à notre ADN dit « poubelle », cette nouvelle recherche de l'Université de Californie Los Angeles, publiée dans la revue Nature Structural & Molecular Biology, confirme et précise son influence sur l'assemblage de nos gènes.

Galaxy

Un télescope de la Nasa révèle qu'il existe plus de 17 milliards de planètes similaires à la Terre dans la Voie Lactée

Le télescope Kepler, que la NASA avait inauguré en 2009, révèle aujourd'hui que sur 100 milliards d'étoiles dans la voie lactée, 17 % d'entre elles possèdent une planète similaire à la Terre en orbite.

© DR
Les résultats ont été annoncés cette semaine au 221e congrès de la Société Astronomique Américaine
Le télescope Kepler, inauguré par la NASA en 2009, rapporte aujourd'hui des données qui suggèrent qu'il existe plus de 17 milliards de planètes similaires à la Terre dans la voie lactée. En effet, sur les 100 milliards d'étoiles présentes dans la voie lactée,
© Nasa
Schéma du télescope Kepler
17 % d'entre elles posséderaient une planète similaire à la terre en orbite autour d'elle.

Les résultats ont été annoncés cette semaine au 221e congrès de la Société Astronomique Américaine par les équipes de Kepler. La technique utilisée par Kepler est plutôt simple. Le télescope observe attentivement une étoile. Si l'intensité de sa lumière baisse de manière régulière, c'est le signe qu'une planète tourne en orbite autour d'elle.

Pi

Le boson de Higgs ou la joie des petites grandeurs

© Inconnu

La découverte du boson de Higgs, c'est un peu comme la réinvention du tableau périodique du chimiste russe Dmitri Mendeleïev. Le 4 juillet 2012 restera gravé dans l'histoire de la science comme le jour de découverte du boson de Higgs. Les chercheurs optimistes n'ont pas caché leur joie. C'est une véritable « particule de Dieu » qui a été découverte pour eux ! Quant aux pessimistes, ils n'arrêtent pas de répéter que c'est encore tôt pour se réjouir : la particule n'a pas encore prouvé son droit de s'appeler boson de Higgs.

La physique nucléaire possède son propre modèle standard. Le but de cette science - c'est de décrire le monde des particules élémentaires et leurs interactions, explique le docteur en physique et mathématiques Vladimir Erokhine :
« Le modèle standard - c'est comme un bâtiment dans lequel un certain nombre d'éléments garantissent sa stabilité. Si le boson de Higgs n'était pas découvert, ce bâtiment serait remis en question. Tout cela semble théoriquement très logique. C'est pourquoi peu de scientifiques croyaient que cette particule n'existe pas. Elle est l'élément principal de cette théorie ».

Einstein

Les tailles du cerveau et de l'intestin sont liées... au moins chez le guppy

Développer un gros cerveau coûte très cher à l'organisme. C'est ce que démontre une étude récente basée sur des guppys, des poissons capables de compter. Le développement de la taille du cerveau a rendu les poissons plus intelligents mais a entraîné une réduction de la taille de leurs intestins et de la reproduction.

Qu'est-ce qui détermine la taille du cerveau et l'intelligence ? Voilà une question qui a soulevé de grands débats. Dans les années 1990, une théorie dite des « tissus coûteux » (expensive-tissue theory en anglais) avait déchaîné les biologistes. Cette théorie exprime l'idée qu'il existerait un compromis entre la taille du cerveau et celle des autres organes. Le cerveau de l'Homme est particulièrement grand par rapport à sa taille. Et même s'il ne représente que 2 % de la masse totale, il consomme 20 % de l'énergie disponible.

Certains biologistes postulent que nos ancêtres auraient commencé à développer leur cerveau lorsqu'ils ont opté pour un régime alimentaire plus digeste. En utilisant moins d'énergie pour la digestion, leur organisme pouvait en dédier plus au cerveau. Comme l'Homme, proportionnellement à sa taille, a un cerveau plus gros que le singe, il fournirait donc encore plus d'énergie à sa tête qu'aux autres parties de son corps. Mais est-ce pour cette raison qu'il développe de meilleures capacités cognitives ?

Airplane Paper

Des drones de surveillance bientôt commercialisés au Japon

Image
Les drones, s'ils sont sur le devant de la scène ces dernières années, sont majoritairement réservés aux gouvernements, pour les plus performants d'entre eux tout du moins. Certaines compagnies de sécurité privée espèrent bien profiter du créneau et les commercialiser. Ce pourrait être le cas dès 2014 au Japon.

Secom pourrait être la première société de sécurité privée à louer des drones à ses clients. Ceux-ci sont programmés pour se mettre en action dès qu'une alarme est déclenchée, offrant une plus grande couverture, notamment vidéo, que les dispositifs classiques. Grâce à leur batterie de lasers, ces drones sont capables de toujours rester à distance raisonnable de l'intrus.

Camera

Un calamar géant filmé dans le Pacifique

Des scientifiques et des chaînes de télévision japonaise et américaine ont annoncé lundi avoir filmé pour la première fois un calamar géant par 900 mètres de fond dans l'océan Pacifique. L'animal mythique, de couleur argentée, a été filmé le 10 juillet dernier par une équipe du Musée scientifique national japonais en collaboration avec la chaîne de télévision publique japonaise NHK et la chaîne spécialisée Discovery Channel.

© AFP
Une image du calamar géant tirée de la vidéo
Le calamar géant, dont le nom scientifique est architeuthis, a été repéré par 630 mètres de fond par une équipe en sous-marin à environ quinze kilomètres à l'est de l'île de Chichi, dans le Pacifique nord. Le submersible avec trois personnes à bord dont Tsunemi Kubodera, du musée scientifique nippon, a suivi le géant jusqu'à 900 mètres de profondeur avant qu'il ne disparaisse dans les abysses.

La NHK a diffusé des images du calamar, dont le seul corps a été évalué à trois mètres de long. Sa longueur totale « a été estimée à huit mètres, en l'absence de ses deux principaux tentacules qui étaient sectionnés », a déclaré Tsunemi Kubodera. Ce dernier, qui n'a pas été en mesure d'expliquer la raison de cette mutilation, a indiqué que c'était la toute première fois qu'un calamar de cette taille avait été filmé dans son habitat naturel.

Kubodera avait déjà filmé un calamar géant en 2006 mais depuis un bateau de surface après avoir ramené le monstre en surface. Il faudra attendre le 27 janvier pour découvrir la vidéo.

Nebula

Un ado français remet en cause les théories d'Einstein

Image

La galaxie Andromède vue par le télescope spatial infrarouge américain Wise en février 2010. © JPL. Caltech / Sipa Press
C'est un lycéen strasbourgeois de 15 ans. Sa découverte lui vaut de faire la une du magazine scientifique britannique "Nature".

Avec son père astrophysicien anglais du CNRS et d'autres chercheurs, il a découvert qu'une grande partie des galaxies naines voisines de la galaxie géante Andromède effectue une rotation autour de cette dernière. Une théorie qui remet en cause "tout un pan de l'astrophysique moderne", a réagi fièrement sur RTL Rodrigo Ibata, père de Neil.

À la fin des vacances d'été, son père a voulu lui apprendre la programmation. "J'ai demandé à mon fils de programmer une modélisation des mouvements de ces galaxies naines et en un week-end, il a découvert qu'elle formait un disque qui tournait !" a expliqué Rodrigo Ibata dans le journal L'Alsace. Rodrigo Ibata et son équipe ont ensuite interprété les résultats pour en conclure que le placement des petites galaxies autour des grosses ne se fait pas de manière aléatoire.

Blue Planet

L'Himalaya doit encore craindre de redoutables séismes !

© Inconnu

Deux séismes particulièrement puissants ont touché l'Himalaya en moins de 700 ans. Ils ont laissé des traces géologiques insoupçonnées jusqu'à présent en surface. Cette découverte implique qu'il devrait encore en survenir d'autres à l'avenir... bien plus rapidement qu'on le pensait jusqu'à maintenant.

Les plaques tectoniques sont en mouvement perpétuel, se déplaçant de quelques centimètres par an dans une direction donnée. Les dorsales océaniques ou les rifts trahissent la présence de zones où les plaques s'écartent. En d'autres lieux, elles peuvent subduire ou entrer en collision, donnant alors naissance aux chaînes de montagnes. La chaîne de l'Himalaya est ainsi née de la rencontre entre la plaque indienne, qui remonte vers le nord à la vitesse de 4 à 5 cm par an, et la plaque eurasienne.

Une fraction de la poussée engendrée provoquerait depuis des millions d'années un coulissement irrégulier d'une partie de la structure lithosphérique indienne sous la plaque asiatique, entraînant au passage l'apparition d'importantes contraintes et donc l'accumulation d'énergie dans la croûte terrestre. Sa libération est très clairement perceptible par l'Homme, puisqu'elle donne naissance aux tremblements de terre. L'Himalaya fut ainsi touché par d'importants séismes (magnitudes comprises entre 7,8 et 8,5) en 1897, 1905, 1934 et 1950. Problème : aucune rupture de faille n'a été observée en surface, ce qui signifierait que de l'énergie est toujours accumulée sous terre. Un séisme encore plus puissant pourrait donc survenir.

Chalkboard

On sait mieux comment les fœtus deviennent des mâles ou des femelles

© DR

Des chercheurs de l'Université de Genève publient une découverte sur la détermination sexuelle.

Le mystère de la naissance est un peu moins épais grâce à des chercheurs de l'Université de Genève. Ceux-ci viennent de publier dans la revue PLos Genetics une découverte sur la détermination sexuelle des embryons. En clair, on comprend mieux comment le fœtus devient un mâle ou une femelle. Cela permettra une meilleure prise en charge des cas d'ambiguïté sexuelle, problème qui touche environ un nouveau-né sur 3 000.

On sait que chez les mammifères, le développement sexuel commence dès la conception, quand le spermatozoïde transmet à l'ovule un chromosome X ou Y qui va déterminer le sexe de l'embryon à venir. Ce que l'on comprenait moins bien jusque-là, c'est comment, au-delà de sept semaines de gestation, ce sexe génétique contrôle la formation d'ovaires ou de testicules, qui sont responsables de la sécrétion d'hormones nécessaires à la féminisation ou masculinisation du fœtus.