Bienvenue à Sott.net
sam., 21 jan. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Snakes in Suits

Un professeur autrichien veut exterminer ceux qui ne croient pas au réchauffement climatique

Image
L'obsession de certains par le réchauffement climatique dépasse toutes les bornes de l'imaginable. Un professeur autrichien vient d'écrire un long réquisitoire pour demander la peine de mort contre tous ceux qui doutent du réchauffement climatique.

Ce gauchiste convaincu commence par dire qu'il est normalement contre la peine de mort. Il cite l'exemple de tueurs de masse comme Breivik et explique que même pour eux, il serait contre la peine de mort [source]

Il explique aussi qu'il sait que certaines théories avancées sont fausses ou exagérées, par contre, si elles ont la moindre chance de se réaliser, il faudrait les prendre aux sérieux et commencer par exterminer tous ceux qui en doutent. A propos de chance, il fait un calcul probabilistique rapide qui prouve que ce professeur devrait revenir au lycée. Tenez-vous bien : « si dix millions de personnes peuvent mourir avec une probabilité de 10%, c'est comme si un million de personnes allaient mourir avec une probabilité de 100% ».

Donc si je lance un dé, j'ai 1 chance sur 6 de tomber sur le chiffre 6. Mais 2 chances sur 6 de tomber sur le chiffre 3. Et donc 6 chances sur 6 (fait certain) de tomber sur 1. Et ca veut déjà exterminer du monde. C'est avec ce genre de « science » que ce dogme est entretenu.

Mars

Une météorite martienne unique par sa richesse en eau

Une météorite martienne de 2,1 milliards d'années découverte récemment diffère de toutes les autres issues de la planète rouge mais s'avère très proche des roches de surface analysées par les véhicules de la NASA sur Mars.

© EPA
Elle a été nommée NWA (Northwest Africa) 7034 et surnommée « Beauté noire » (Black Beauty).
Une étude d'un an de Carl Agee et ses collègues révèle que la météorite s'est formée au début de la période Amazonienne et qu'elle contient environ dix fois plus d'eau que les autres météorites martiennes.

L'eau a pu provenir d'une source volcanique ou d'un aquifère proche de la surface, ce qui suggère qu'une activité aqueuse a persisté en surface sur Mars durant tout le début de l'Amazonien.

La météorite présente une composition en isotopes de l'oxygène unique, ce qui montre l'existence de multiples réservoirs à isotope de l'oxygène dans la croûte de Mars. Ces nouvelles données pourraient remettre en cause des idées établies depuis longtemps sur la géologie martienne.

Family

Les bébés apprennent à parler avant même de naître

Selon une étude américano-suédoise, les bébés commenceraient à se familiariser avec leur langue avant même qu'ils naissent. Pour cela, les fœtus se mettraient à écouter leur mère dès la 30e semaine de grossesse.

Vous voulez que votre futur enfant parle un anglais impeccable ? Alors commencez à lui apprendre avant même qu'il soit né ! En effet, s'il a été démontré que les bébés comprenaient dès l'âge de 6 mois les mots qu'on leur adresse, l'apprentissage de la langue commencerait bien avant. C'est ce que suggère une étude menée en parallèle par des chercheurs suédois et américains et publiée dans la revue Acta Paediatrica.

Selon celle-ci, les bébés seraient capables de distinguer bien avant cela les mots étrangers de ceux appartenant à leur langue maternelle, et pour cause : l'apprentissage de leur langue démarrerait dans le ventre de leur mère. Pour arriver à une telle conclusion, les chercheurs de l'université de Washington et ceux de l'université de Tacoma ont observé, chacun dans leur pays, 40 bébés filles et garçons entre 7 et 75 heures après leur naissance.

Ark

Y a-t-il un Google dans notre cerveau ?

© Inconnu

Les résultats publiés par Alexander Huth, chercheur à l'Institut de neurosciences Helen Wills de l'université de Californie à Berkeley, et ses collègues dans la revue Neuron du 20 décembre 2012 conduisent à se poser la question : « Y a-t-il un Google dans notre cerveau ? » Un sous Google ? Un super Google ?

Comment sommes-nous capables de retrouver ou de reconnaître, souvent instantanément, un mot, une image, une notion, une action ? Difficile de ne pas penser à Internet et à la difficulté, pour un moteur de recherche, de faire de même avec le contenu de la Toile.

Une autre étude devra le déterminer, mais celle-ci montre déjà comment nous rangeons la multitude d'objets et d'actions que nous voyons dans notre matière grise. La principale découverte des chercheurs, c'est qu'il n'existe pas de zones isolées pour chaque catégorie d'images mais un « espace sémantique continu ». Pas de tiroirs donc mais un tissu, un maillage imbriqué...

© Alexander Huth et al. Neuron
Sélectivité des catégories das deux « voxels » du cerveau

Butterfly

La libellule peut se concentrer sur une cible comme un homme

© M. Kieffer/Sott

Des chercheurs de l'Université d'Adelaïde, en Australie, ont découvert un réseau de neurones impliqué dans l'attention sélective chez la libellule. Une capacité qui permet à l'insecte de se concentrer sur une proie en faisant abstraction de toutes les autres cibles potentielles.

Si les libellules n'ont pas le cerveau aussi développé que celui des humains, elles présentent, à l'instar des primates, des cellules cérébrales spécifiques impliquées dans la faculté d'attention sélective. En d'autres termes, ces insectes sont capables de se concentrer sur un objectif précis en faisant abstraction de toutes autres informations qui pourraient les distraire. Une particularité qui, jusqu'à présent, était considérée comme exclue du groupe des invertébrés.

Gift

Les dauphins offrent des cadeaux aux Hommes

Image

Le grand dauphin (Tursiops truncatus) est présent dans tous les océans. C'est le dauphin le plus commun et le mieux connu de l'Homme. © Nasa
Des dauphins jouent au père Noël. En Australie, 12 Tursiops offrent des cadeaux aux êtres humains ! Ces cétacés partagent leur meilleure nourriture avec l'Homme, lui offrant thons, poulpes et fins poissons... Serait-ce une nouvelle preuve d'amicalité entre les deux espèces ?

Offrir sa nourriture est un acte significatif chez tous les animaux. Lorsque l'Homme partage son repas avec quelqu'un, il s'agit souvent d'un acte social, et l'individu livre un peu de son intimité. Dans le comportement animal, le partage de nourriture peut être un jeu, ou peut montrer le jugement de l'un sur la capacité de chasse de l'autre. L'idée de partage de nourriture est commune entre animaux de la même espèce. Il est en revanche très rare d'observer un partage entre deux espèces différentes.

À Tangalooma, une station balnéaire sur l'île Moreton, en Australie, un étonnant partage se produit. Depuis quelques années, des dauphins sauvages offrent de la nourriture aux êtres humains. Si ce genre de cadeau n'est pas forcément celui que l'Homme mettrait sous son sapin de Noël, le geste n'en reste pas moins surprenant ! Depuis 1998, des Hommes se sont vu offrir des anguilles, du thon, un calamar, un poulpe et un assortiment de différents types de poissons. Certains de ces cadeaux ont une grande valeur aux yeux des dauphins.

Magnet

Un nouveau type de magnétisme révolutionnaire

Image
A l'Institut de Technologie du Massachusetts (MIT), des chercheurs étudient un phénomène physique très ancien, le magnétisme. Une équipe l'a poussé à son paroxysme en découvrant un nouveau type de magnétisme qui pourrait créer des superconducteurs plus facilement et des communications spatiales instantanées, rien que cela...

QSL, « quantum spin liquid », est un état très particulier de la matière qui jusque là n'avait été que théorisé. Il ne s'agit pas à proprement parler d'un liquide mais d'une forme cristalline. Dans le QSL, l'état magnétique des particules changent constamment, les interactions entre elles sont très fortes, elles ne tiennent donc pas en place.

L'équipe, menée par Young S. Lee, annonce que cette découverte, encore « très fondamentale » pourrait conduire à réduire considérablement les soucis de température rencontrés pour créer des superconducteurs. A l'heure actuelle, il faut les refroidir à -200°C. Grâce au QSL, cette température ultrabasse ne serait plus nécessaire.

Fireball 5

La plus grosse météorite d'Europe Centrale découverte par une équipe polono-française

261 kilogrammes, tel est le poids de la plus grosse météorite de Pologne, découverte par une équipe de chercheurs franco-polonais le 4 octobre 2012 dans la Réserve de météorite de Morasko, située à 10 kilomètres au nord de Poznan.

Déterrée le 8 octobre à près de 2,2 mètres de profondeur, la météorite est actuellement exposée à la faculté de géographie et de géologie de l'Université Adam Mickiewicz (AMU) de Poznan. Composée à 93 % de fer et 6 % de nickel, cette trouvaille extraterrestre contribuera au débat sur les origines de notre univers.

Image
© Jakub Kaczmarczyk/PAP
Météorite avant nettoyage (à gauche, 279 kg) et après nettoyage (à droite, 261kg).
« C'est la plus grande météorite jamais découverte en Europe Centrale » affirme Pierre Rochette, professeur de géophysique et planétologue à l'Université d'Aix-Marseille lors d'un entretien avec le service scientifique de l'Ambassade de France en Pologne. La météorite a une forme conique faisant 50 cm de hauteur, 40 cm de largeur et 71 cm de longueur, et 2 mètres pour circonférence au point le plus large. Il s'agit d'une grossière octahédrite de classe IAB ('coarse IAB octahedrite'), composé de 93 % de fer, 6 % de nickel et 1 % d'autres éléments qui restent à déterminer en laboratoire.

Calendar

La fin du monde, oui, mais à quelle heure ?

Image
À mesure que la date fatidique approche, l'inquiétude monte. À quelle heure réserver son taxi? Aura-t-on le temps de préparer à manger ou est-ce qu'à 17h il sera déjà trop tard? Si la question est d'importance, les Mayas ne sont plus là pour y répondre. Alors que faire ?

Plusieurs hypothèses s'offrent à nous sous la forme d'autant d'interrogations. Sur Mundomaya, le site officiel du tourisme Maya qui rassemble Mexique, Honduras, El Salvador et Belize, un décompte estime que la fin du monde aura lieu à minuit heure locale, soit à 7h, heure de Paris.

Pourtant, la fin du monde concerne toute la planète, alors frappera-t-elle à un endroit précis? Et si oui, où?

Un autre phénomène de la même nature nous pose chaque année cette question. Si l'on considère que la fin du monde est comme le nouvel an, alors l'Apocalypse aurait dû d'abord frapper la République de Kiribati et les îles Samoa, archipels situés au coeur de l'Océan pacifique, ce jeudi, à 11h.

Satellite

Et s'il manquait une planète à notre système solaire ?

Selon les simulations menées par des chercheurs américains, il manquerait une planète à notre système solaire. Celle-ci aurait été présente lors de sa formation mais en aurait ensuite été éjectée.

"Me Voici Tout Mouillé, J'ai Suivi Un Nuage". Et s'il manquait un mot à cette phrase, moyen mémo-technique utilisé par les professeurs pour apprendre les différentes planètes de notre système solaire. Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune : voici les noms des planètes qu'abrite aujourd'hui notre système (planètes naines exclues). Mais celles-ci ont-elles toujours été au nombre de huit ? Pas tout à fait, si l'on en croit des chercheurs du Southwest Research Institute de Boulder aux États-Unis. Selon eux, notre système pourrait à ses débuts, avoir compté une voire deux planètes géantes supplémentaires.