Bienvenue à Sott.net
mar., 30 mai 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Family

Belgique : on assassine lentement tes enfants les plus fragiles !

Image
Après avoir coupé l'air à plus de 20,000 grands malades en détresse respiratoire, après la traque des chômeurs et l'exclusion prochaine de près de 25.000 familles, 257.935 invalides1 (auxquels s'ajoutent des dizaines de milliers de grands malades et malades chroniques) n'auront bientôt plus accès aux soins. Aux commandes Laurette ONKELINX, Vice premier Ministre, Ministre de la Santé et des Affaires sociales.

Jeu et enjeux

Concrètement, vous êtes une personne dialysée trois fois par semaine qui DOIT être disponible pour travailler, LE PLUS VITE POSSIBLE, tout le reste de la semaine où vous n'êtes pas à l'hôpital. Concrètement, la catégorie la plus importante des soins maintenant supprimée, vous perdez donc beaucoup plus vite le statut OMNIO ou INAMI (les 66%), vous sortez donc d'une première « caisse de remboursement » donc vous payez le tarif plein pour vos soins, le chauffage, l'électricité, les transports... Le temps de travailler vous avez vos allocations de chômage, inférieures à ce que votre précédent statut vous permettait. Puisque vous êtes gravement malade, ou invalide, il y a fort peu de chances que vous travailliez, si tant est que votre santé vous le permette. Comme vous ne travaillez pas vous perdez vos allocations de chômage, (vous sortez donc d'une seconde « caisse de remboursement ») ce qui influe négativement sur votre vécu face à la maladie... On vous culpabilise parce que vous coûtez cher, et êtes inutile à la société, à vos amis, à votre famille. Vous ne savez bientôt plus faire face aux frais. Vous échouez alors au CPAS (une troisième « caisse de remboursement »), qui dépendent des communes, souvent déjà au bord de la faillite, aux équipes soumises à une pression gigantesque (effectif réduit de manière plus que fréquente) par les vagues énormes et successives des gens perdant leurs allocations de chômage... Des milliers de personnes, déjà en souffrance et en détresse, sont donc jetées au désespoir et dans la plus grande précarité.

Document

Le régime égyptien, qui est soutenu par les États-Unis, condamne 683 personnes à mort

Image
Un tribunal militaire d'urgence a prononcé des condamnations à mort pour 683 accusés - des membres et des partisans présumés des Frères musulmans (FM) - au bout d'un procès qui n'a duré que cinq minutes et durant lequel ne juge ne permit pas que le moindre mot soit prononcé ou le moindre élément de preuve apporté à la défense des hommes condamnés, et dont la plupart n'étaient même pas présents au procès.

Le procès de masse et son verdict et ses sentences fixés d'avance font suite à un identique simulacre de justice qui eut lieu le mois dernier et durant lequel 529 personnes furent condamnées à mort par le même juge, Saed Youssef. Lors d'une décision distincte rendue lundi, Youssef a confirmé 37 de ces condamnations à mort et a commué toutes les autres en prison à vie.

A l'extérieur du tribunal lourdement gardé dans la ville de Minya, à environ 200 kilomètres au Sud du Caire, les proches des accusés en pleurs hurlaient leur indignation à l'égard de la junte dirigeante et de son dirigeant de fait, l'ancien patron des services de renseignement militaire sous Moubarak, le général Abdel Fattah al Sissi.

Nuke

Crime nucléaire - Les Iles Marshall intentent des poursuites judiciaires...

© Inconnu
Explosion de la bombe H américaine « Castle Bravo » - Atoll Bikini, Iles Marshall, 1er mars 1954
Les médias tentent de nous effrayer avec le programme nucléaire iranien qui, faut-il le rappeler, est un programme nucléaire à vocation civile, mais oublient d'évoquer le nucléaire occidental. Les États-Unis et Israël sont les premiers à exiger que des sanctions soient appliquées à des pays pourtant souverains qui font une utilisation légitime du nucléaire.

Une plainte, sans précédent, a été déposée le 24 avril 2014 par la République des Iles Marshall (petite île du Pacifique) contre les États-Unis et huit autres puissances nucléaires (Russie, Grande-Bretagne, France, Chine, Pakistan, Inde, Corée du Nord et Israël). Les Marshallais accusent ces pays de violation flagrante du droit international et leur demandent d'assumer leurs obligations, à savoir le désarmement nucléaire des Iles !

Après la seconde guerre mondiale, les Marshallais, victimes du nucléaire américain et des autres puissances, ont subi pas moins d'une dizaine d'essais nucléaire, l'explosion de 67 bombes dont l'une malheureusement, est la plus célèbre ; il s'agit de la bombe H « Castle Bravo » ­ - 1 000 fois plus puissante que les bombes d'Hiroshima - , larguée en 1954 sur l'atoll de Bikini et qui a dégagé un champignon atomique haut de 32 kilomètres...

Les Iles Marshal ont intenté des poursuites judiciaires contre ces « criminels nucléaires » et ont déposé une plainte supplémentaire contre les États-Unis, précisément contre le président Barak Obama et les administrations américaines de la Défense de l'Énergie et de la Sûreté nucléaire. Les autorités marshallaises ont également dénoncé le montant des dépenses prévues dans les prochaines décennies pour moderniser les arsenaux nucléaires de ces 9 pays et qui se chiffre à 1000 milliards de dollars américains, alors que ces pays devraient s'atteler à détruire la totalité de leur stock d'armes !

Bad Guys

Quand la plage n'est plus qu'une décharge

Image
© Inconnu
Après la tempête.

Nous avançons sur cette plage déserte. Les estivants ne sont pas là pour étaler leurs corps graisseux, leurs serviettes multicolores et leurs musiques assourdissantes. Rien de tout ça en ce jour de printemps. La vaste étendue s'offre à notre seul plaisir. Nous pourrions profiter de ce moment de quiétude et de douce solitude, mais comment faire parmi tout ce qui nous entoure ?


Sur notre gauche, l'océan gronde, les vagues viennent, les unes après les autres, mourir sur cette plage que nous arpentons. Nous lui tournons le dos, le spectacle, si ce mot a encore un sens ici, se trouve le long de la dune. Celle-ci, rabotée par les coups furieux de la houle, les tempêtes de l'hiver, est mangée ; elle a reculé, elle est menacée ...

Ambulance

1er mai : un groupuscule « antifa » s'en prend à des militants de l'UPR

L'état alarmant de la démocratie en France

Image
© agence info libre
Stevann Labbé, militant UPR, a été sauvagement agressé par des « Antifas », lors de la fête du 1er mai 2014 Place de la Bastille. Pour quel motif ? Parce qu'il appartenait à l'UPR et qu'il distribuait paisiblement nos tracts contre le Traité transatlantique et pour sortir de l'UE.

Cette attaque soudaine et violente a été conduite par une milice de nervis jouissant, semble-t-il, de la plus totale impunité. Les agresseurs ont proféré insultes et menaces et frappé d'autres militants UPR, tout en détruisant l'ensemble de notre matériel militant.

L'Agence Info Libre, qui s'est procurée une vidéo amateur filmée pendant l'attaque, a pu interroger notre ami Stevann quelques instants après sa sortie de l'hôpital Saint Antoine, où il a été soigné par deux points de suture.


Cloud Grey

La pollution menace-t-elle la dictature chinoise ?

Image
Chaque semaine la Chine annonce un nouveau seuil de pollution spectaculaire dans les grandes villes. Si le problème n'est pas nouveau dans la seconde économie de la planète, il prend des proportions si inquiétantes qu'il pourrait tout simplement menacer l'ensemble du système politique autoritaire chinois.

Fondé sur un étroit contrôle de l'information et une propagande de tous les instants autour du miracle économique - le pouvoir autoritaire chinois n'a plus d'autre choix que de reconnaitre les méfaits sanitaires d'une pollution qui enfume toutes ses grandes villes. Et si les menaces environnementales devenaient le talon d'Achille d'une dictature que l'on croyait inébranlable ?

Cloud Lightning

Ukraine : un 1er mai sous haute tension

Image
© Photo Sergei Supinsky. AFP
Portrait de Staline portant un fusil-mitrailleur assorti du slogan "mort au fascisme" brandi durant un rassemblement du "Bloc russe" à Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, le 1er mai 2014
A Donetsk, dans l'est du pays, plusieurs centaines de militants pro-russes ont donné l'assaut contre le siège du parquet régional.

Le bras de fer se poursuivait jeudi autour de l'Ukraine, où l'insurrection pro-russe continue de s'étendre dans l'Est du pays et retient depuis près d'une semaine une équipe d'observateurs de l'OSCE. A Donetsk, plusieurs centaines de militants pro-russes ont donné l'assaut en début d'après-midi contre le siège du parquet régional en lançant des pierres sur des policiers qui protégeaient le bâtiment et dont au moins quatre ont été blessés, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Après plusieurs jours de négociations infructueuses, la chancelière allemande Angela Merkel a demandé au président russe Vladimir Poutine d'user de son «influence» pour obtenir la libération des onze hommes retenus depuis vendredi dernier par des séparatistes dans la ville orientale de Slaviansk. En ce 1er mai, jour férié, les traditionnels défilés de la Fête du Travail ont donné à chaque camp l'occasion de défendre ses couleurs et ses slogans.

A Kiev, les habitants ne se sont guère mobilisés en dépit de la gravité de la crise, la pire qu'ait jamais connue ce pays issu de l'Union soviétique depuis son accession à l'indépendance. Seules 2000 à 3000 personnes se sont réunies dans le calme, scandant des slogans en faveur de l'unité de l'Ukraine. «L'objectif de cette action est de montrer que nous sommes pour la paix, la tranquillité, la prospérité. Nous voulons une vie meilleure pour toute l'Ukraine. Nous voulons garder ensemble l'Est et l'Ouest, le Nord et le Sud de l'Ukraine», a déclaré à l'AFP Vira, une enseignante de 68 ans.

Stock Down

Dans 20 % des familles américaines, plus personne ne travaille

Image
Les chiffres de 2013 récemment publiés par le BLS (Bureau of Labor Statistics) nous ont réservé quelques perles, quelques trop tristes vérités qui nous rappellent à quel point les Etats-Unis vont de plus en plus mal.

Comme une réponse indirecte à ceux qui refusent d'analyser en profondeur les chiffres officiels du chômage US, dont la véracité a déjà été rudement mise à l'épreuve, cette étude laisse transparaître un point majeur qui montre à quel point les familles américaines vivent leurs heures les plus sombres :

Dans 20 % des familles américaines, personne ne travaille.

En effet, sur les 80,445 millions de familles, 16,127 d'entre elles connaissent le « chômage total ». Il est donc assez facile d'expliquer pourquoi 1 américain sur 5 se nourrit grâce aux aides alimentaires de l'Etat.

Airplane

Un bug informatique perturbe le ciel américain

Image
Le ciel américain a été perturbé pendant environ une heure mercredi, en raison d'un problème informatique au centre de contrôle aérien de Los Angeles, ont annoncé les autorités.

Peu après 21H00 GMT, l'Agence fédérale américaine de l'aviation (FAA) a ordonné l'arrêt des décollages au départ et à destination de l'aéroport international de Los Angeles et de tous les aéroports du sud de la Californie. "Le centre de contrôle aérien de la FAA à Los Angeles a connu un problème technique et n'a plus accepté de vols supplémentaires dans l'espace aérien géré par le centre pendant environ une heure", a précisé la FAA dans un communiqué.

Dans la pratique, tous les vols au départ et à destination des aéroports du sud de la Californie ont été cloués au sol. Les vols qui étaient déjà dans les airs et proches de leur destination ont été autorisés à atterrir et certains autres "ont été déroutés", selon la FAA. L'interdiction a été levée peu avant 22H30 GMT et le trafic a repris immédiatement.

Question

Le Salvador deviendra-t-il un nouveau Venezuela ?

Image
© photo AFP / Leo Ramirez
Des policiers anti-émeutes lors d'une manifestation anti-gouvernementale à Caracas
Inspirés par les manifestations anti-gouvernementales au Venezuela, soutenues et financées par les Etats-Unis, les oligarques du Salvador se préparent à suivre la même stratégie de déstabilisation. Sommes-nous en train d'assister à l'émergence d'un nouveau pôle progressiste et anti-impérialiste en Amérique latine ?

Si les résultats électoraux ne lui bénéficient pas, l'opposition vénézuélienne, soutenue par les Etats-Unis, refuse presque toujours de reconnaître les résultats des élections équitablement tenues au Venezuela. C'est maintenant aussi le cas au Salvador. Les oligarques à la tête du parti droitiste National Républicain (ARENA) utilisent les mêmes stratagèmes que les oligarques vénézuéliens. Les leaders d'ARENA ont refusé de de reconnaître leur défaite lors des élections présidentielles de 2014 et la victoire du Front de Libération de gauche de Farabundo Marti (FMLN).

Avant même que l'entièreté du scrutin ait été comptabilisée, ARENA a accusé le FMLN de fraude et affirmé que les élections étaient truquées. Le candidat d'ARENA à la présidence, Norman Noel Quijano Gonzalez, a promis qu'ARENA « ne permettrait pas que la victoire nous soit volée comme au Venezuela » aux opposants des partisans de Chavez. Faisant écho au leader vénézuélien de l'opposition Henrique Capriles et sa soi-disant Table ronde de l'Unité Démocratique (MUD), ARENA a dit être « prêt à la guerre ».