Volcans
S


Ice Cube

L'océan fait fondre l'Antarctique par dessous

Les bruyants et impressionnants vêlages de glaciers aux pôles semblaient contribuer majoritairement à la perte de masse des calottes glaciaires : c'est ce que l'on pensait jusqu'ici. Faux, affirme une équipe américaine. La fonte des plateformes glaciaires serait plutôt provoquée par les courants océaniques.

submarino_antártico
© Equipo ROV - Antarctica.gov.au/
L'Antarctique est une immense calotte où la glace est en perpétuel mouvement. Par endroits, les glaciers s'écoulent depuis le continent sur la mer et forment d'immenses plateformes glaciaires flottantes. Il en existe dix principales en Antarctique, dont deux ayant une superficie de l'ordre de celle de la France. Aux extrémités de ces plaques, les icebergs se forment. Jusqu'alors, la principale cause de perte de masse de la calotte glaciaire était attribuée aux impressionnants vêlages de glaciers. La formation des icebergs engendre, en effet, la perte de 1.089 gigatonnes (Gt) de glace par an.

Or, un phénomène bien plus discret ferait perdre davantage de glace encore que la formation d'icebergs : la fonte par la base des plateformes glaciaires. Dans certaines zones, les courants océaniques sont plus chauds et font entrer en fusion la glace basale. D'après une nouvelle étude, menée par l'équipe du chercheur Eric Rignot, les courants océaniques seraient ainsi responsables de 55 % de l'ablation des glaciers.

Megaphone

Guatemala : éruption du volcan Pacaya

L'organisme chargé de lutter contre les catastrophes au Guatemala (Conred) a décrété l'alerte orange - non assortie d'évacuations - après l'éruption dans la matinée du volcan Pacaya, situé à une trentaine de kilomètres au sud de la capitale guatémaltèque.

Pacaya Volcan, éruption, Guatemala, mai 2013
© InconnuLe volcan Pacaya au Guatemala, situé à trente kilomètres au sud-ouest de la ville de Guatemala City
La Conred « a décrété l'alerte orange en raison de l'éruption de ce jeudi matin et parce que l'activité (sismique) pourrait augmenter dans les prochaines heures, selon les indications de l'Institut de volcanologie », a indiqué l'organisme.

La dernière éruption du Pacaya remonte à mai 2010. Des milliers d'évacuations avaient été effectuées et l'aéroport internationale de la capitale avait dû être fermé durant cinq jours.

Megaphone

Chili : alerte rouge autour du volcan Copahue

Les autorités chiliennes ont diffusé une alerte rouge autour du volcan Copahue, à la frontière avec l'Argentine, qui devient de plus en plus actif.

Mont Copahue, Chili, éruption
© Veronica Garcia/AFPLe volcan Copahue au Chili
Le ministre chilien de l'Intérieur et de la Sécurité, Andrés Chadwick, a déclaré que l'intensification de l'activité du volcan pourrait mener à une éruption. Les autorités vont procéder à l'évacuation de deux mille deux cent quarante personnes, soit quatre cent soixante familles, dans un rayon de vingt-cinq kilomètres autour du volcan. Il s'agit d'une évacuation obligatoire, a-t-il dit.

Selon le bureau des urgences du Chili, l'évacuation pourrait durer environ 48 heures, mais pourrait être différée à cause des fortes pluies qui tombent sur la région. Le volcan de 2 965 mètres se trouve dans la cordillère des Andes et chevauche la frontière avec l'Argentine.

Les autorités argentines ont diffusé une alerte jaune pour le volcan. L'accès au volcan est fermé dans un rayon de quatre kilomètres du côté argentin, mais plusieurs localités des environs, dont Villa de Caviahue, vaquent à leurs occupations comme d'habitude. Le volcan Copahue avait commencé à cracher de la cendre en décembre, menant au déclenchement d'une alerte rouge. Le Copahue a connu une éruption majeure en 1992.

Info

Une réplique du séisme enregistrée en mer d'Okhotsk

Une nouvelle réplique sismique de magnitude 6,8 a été enregistrée ce vendredi soir sur la côte extrême-orientale de la mer d'Okhotsk, selon l'Institut des études géologiques des Etats-Unis (US Geological Survey).

Le foyer du tremblement de terre se trouvait à une profondeur de 623 km.

Info

Hawaï : le volcan Hualalai dangereusement oublié

Moins connu que les autres volcans de la Grande Ile d'Hawaii, le Hualalai mérite toutefois notre attention. Même s'il n'est pas aussi actif que le Kilauea et le Mauna Loa, son histoire éruptive montre que nous aurions tort de l'oublier.

Station GPS sur le Hualalai
© USGS / HVOStation GPS sur le Hualalai
La dernière éruption du Hualalai remonte à 1800-1801, donc il y a quelques heures d'un point de vue géologique. Elle est a produit sur le flanc ouest des laves pahoehoe extrêmement fluides, qui ont atteint l'océan, détruisant au passage le village de Ka'upulehu. Une légende raconte qu'aucun sacrifice d'animaux ni aucune offrande aux dieux n'a réussi à stopper la lave mais que le roi Kamehameha 1er aurait réussi à arrêter les coulées en y jetant une mèche de ses cheveux. En circulant en voiture sur la route au pied du versant occidental du Hualalai, on se rend parfaitement compte que l'aéroport Keahole de Kailua-Kona a été construit en plein sur l'une des coulées les plus récentes. A croire de les Américains aiment jouer à la roulette russe ! Des instruments sont installés sur le Hualalai (voir photo ci-dessus) afin de pouvoir anticiper un éventuel réveil.

Bizarro Earth

L'Etna est très actif en 2013

Image
Une nuée émise pendant le mois de février 2013. La colonne de vapeur s'élève jusqu'à 8 000 mètres avant de prendre une curieuse forme triangulaire, tandis des cendres emportées du sommet par le vent forment une traînée grise.
Trois des cratères du plus grand volcan d'Europe sont entrés simultanément en éruption depuis le début de 2013, ce qui signale une phase d'activité très soutenue.

Actuellement, le Mongibello, c'est-à-dire la «montagne des montagnes» en Sicilien, est très fortement actif. Après seulement trois mois de « repos », ce complexe édifice formé de plusieurs volcans a de nouveau été secoué par des trémors (séismes volcaniques) au début de janvier 2013, quand les cratères de la Bocca Nuova (apparue en 1968) et le « nouveau cratère Sud-Est » (apparu en 2007) sont entrés dans une série d'éruptions. Toutefois, fin février, même le cratère de la Voragine, apparu en 1947, est entré en éruption.

Les éruptions stromboliennes (avec des explosions, des fontaines et des coulées de lave) s'ajoutent aux expulsions de cendres (particules fines) et de téphras (fragments de roche solide). Ces éjectas chauds ont rencontré les neiges hivernales recouvrant cette montagne culminant à 3 300 mètres, ce qui a engendré des jets de vapeur, des coulées pyroclastiques - des avalanche turbulentes de gaz, d'eau et de cendres - et même des lahars - des coulées boueuses très denses et dévastatrices mêlant neige fondue, cendres et téphras. Ni les torrents de lave ni les diverses coulées n'ont pour le moment dévalé la montagne sur des trajectoires menaçant des villages.

Info

Kamtchatka : le volcan Chiveloutch crache de nouveau des cendres

Le volcan Chiveloutch au Kamtchatka (Extrême-Orient russe) a rejeté une colonne de cendres à une hauteur de 4 km. Les informations sur les retombées de la poussière volcanique dans les localités avoisinantes ne sont pas parvenues. Le Chiveloutch est situé à 450 km au nord-est de Petropavlovsk-Kamtchatski.

Le Chiveloutch est le volcan en activité le plus septentrional de la presqu'île du Kamtchatka. Il dresse son imposant cratère à 3.283 mètres. Ce géant est l'une des constructions volcaniques les plus monumentales du Kamtchatka. La localité la plus proche - Klioutchi, qui compte environ 5.000 habitants - est située à une cinquantaine de kilomètres du pied de la montagne.

Info

Eruption d'un volcan au Costa Rica

Ce mardi le volcan Turrialba, au Costa Rica, a projeté une colonne de cendres à une altitude de 4 km. Un village situé à sa proximité a été recouvert de cendres, mais ses habitants ont été évacués.

Turrialba, le deuxième volcan du Costa Rica, se trouve au nord-ouest de la ville de Cartago. Il est haut de 3 340 m. Sa dernière éruption importante a eu lieu en 1856.

Info

Alaska : deux volcans projetant de la lave et des cendres sous surveillance

Placés sur une importante route aérienne, empruntée par vingt à trente mille personnes chaque jour, l'activité des volcans Pavlof et Cleveland inquiète...

 volcan Pavlof en éruption en Alaska le 16 mai 2013.
© Theo Chesley/AP/SIPAPhoto transmise par l'Alaskan Volcano Observatory du volcan Pavlof en éruption en Alaska le 16 mai 2013.
Deux volcans situés en Alaska sont entrés en éruption cette semaine, suscitant l'inquiétude: les volcans Pavlof et Cleveland sont en effet placés sur une importante route aérienne, empruntée par vingt à trente mille personnes chaque jour.

Jeudi, des responsables de l'Alaska Volcano Observatory (AVO) ont indiqué que le volcan Pavlof, qui culmine à plus de deux mille cinq cents mètres, continuait de projeter des cendres, de la vapeur et du gaz, formant un nuage à plus six mille mètres d'altitude, visible à près de cent kilomètres de là, et se déplaçant vers le sud-est. L'Alaska Volcano Observatory a également noté qu'à son sommet une « fontaine de lave » est projetée.

Info

Eruption du volcan Pavlof en Alaska

Image
Le volcan Pavlof situé en Alaska est entré en éruption crachant des nuages de cendres et des jets de lave de plus de cent mètres dans le ciel. Selon des responsables de l'Alaska Volcano Observatory, le volcan Pavlof continuait de projeter des cendres