Commentaire: Une multitude d'études scientifiques démontrent les effets dévastateurs de ce que l'on appelle le stress : destruction du cerveau, affaiblissement du système immunitaire, altération des gènes et des fonctions cognitives, avec toutes les maladies qui en découlent. Pourtant, ici, le mal n'est pas une bactérie ou un virus que l'on peut observer au microscope, et c'est ce qui est tout fait étonnant : le stress est une réponse de l'organisme qui « dépend toujours de la perception qu'a l'individu des pressions qu'il ressent ». Autrement dit, l'interprétation et l'importance que nous choisissons de donner à des stimuli extérieurs déterminent leur bénignité ou leur nocivité. Pour peu que l'on reste dans le domaine circonscrit à la notion de « pression sociale ordinaire », bien entendu. On ne parle pas ici de guerre ou de torture. C'est alors une très bonne nouvelle puisque l'on peut donc choisir, en toute conscience, volontairement, d'adopter une attitude réflexive plutôt que réactive, ce qui permet de relativiser la nature et l'intensité d'un problème qui se pose à nous. Adopter un mode de pensée qui court-circuitera toute réactivité ordinaire, celle, malavisée et irréfléchie, dont nous faisons preuve quand survient une difficulté, une épreuve, un impondérable. En outre, il existe des pratiques très efficaces qui permettent de "recevoir " différemment ce que nous considérons être des agressions extérieures : exercices de respiration, de relaxation, de méditation, pratique sportive, alimentation appropriée, sommeil de qualité.

On pourra aussi en déduire que si la pensée qui nous anime nous rend malade et peut nous faire mourir, à l'inverse, et sans aucun doute dans les mêmes proportions, il existe des pensées et des attitudes qui guérissent, qui soignent, qui améliorent.

stress
© Inconnu
Le stress commence souvent dans la tête par une inquiétude ou une peur, mais ces sentiments d'anxiété, et peut-être même de panique, n'en restent pas là. Lorsque vous vous sentez stressé, votre corps augmente sa production de cortisol, d'adrénaline et de norépinephrine, les hormones du stress. Cela enclenche à son tour la réponse au stress et, tout comme une boule de neige qui dévale une montagne, elle gagne en puissance et en vitesse jusqu'à ce que vous soyez à point pour la fameuse attaque.

L'adrénaline, par exemple, augmente votre rythme cardiaque, votre cœur bat donc plus vite, et votre tension artérielle finit par augmenter. Le cortisol peut interférer avec le fonctionnement des parois internes de vos vaisseaux sanguins, provoquant la formation de plaques d'athérome dans vos artères, et augmentant votre risque de maladie cardiaque et d'AVC. Entre temps, votre cerveau communique avec vos intestins, les informant du fait que vous êtes stressé, et vos intestins réagissent à leur tour, modifiant le cours de leur activité normale afin que votre corps puisse rassembler ses forces pour lutter contre ce stresseur imminent (qu'il s'agisse ou non d'un véritable stresseur imminent).

Cette réponse au stress peut être assez bénéfique si vous avez besoin d'échapper à un prédateur, ou de réviser un examen à la dernière minute. Par contre, les choses se compliquent lorsque vous vous sentez stressé en permanence, ou presque. Bien qu'une réponse occasionnelle au stress soit normale et même saine, un stress constant ne l'est pas. Au contraire, c'est la recette pour déclencher des maladies, des infections aiguës aux maladies chroniques.

Que se passe-t-il lorsque vous subissez un stress chronique ?

Dans la vidéo ci-dessous, Sharon Bergquist, professeur de médecine à l'Université d'Emory, explique ce qui se produit dans votre corps lorsque vous êtes soumis à un stress chronique. Imaginons que vous perdez votre emploi ou que vous souffrez de stress post-traumatique (ESPT) en raison d'abus que vous auriez subis étant enfant.
Des hormones du stress sont libérées en trop grandes quantités, bien trop souvent. Votre réponse au stress est déséquilibrée ; elle ne s'arrête plus. Votre système immunitaire en souffre, et des changements épigénétiques apparaissent rapidement. Le stress provoque une inflammation systémique de faible intensité, et soudainement votre pression artérielle augmente, votre asthme s'enflamme et vous attrapez rhume sur rhume. Les coupures superficielles ne semblent pas vouloir cicatriser, et votre peau est une catastrophe. Vous dormez mal et, d'un point de vue émotionnel, vous vous sentez au bord de l'épuisement. C'est à ce moment que vous réalisez que vous avez pris du poids, et que vous souffrez aussi de troubles digestifs. Même votre vie intime en souffre.
Le stress affecte clairement tout votre corps, mais d'après le neurobiologiste Robert Sapolsky dans le documentaire « Stress : Portrait d'un tueur », les problèmes de santé suivants sont les plus couramment provoqués ou aggravés par le stress :

Maladies cardiovasculaires Hypertension Dépression
Anxiété Troubles sexuels Stérilité et cycles irréguliers
Rhumes fréquents Insomnie et fatigue Troubles de la concentration
Pertes de mémoire Modification de l'appétit Problèmes digestifs et dysbiose

Comment le stress perturbe vos intestins

Le stress chronique (et d'autres émotions négatives telles que colère, anxiété et tristesse) peuvent déclencher des symptômes et de véritables maladies des intestins. Voici ce qu'expliquent les chercheurs de Harvard :
« La psychologie s'associe à des facteurs physiques pour provoquer des douleurs et d'autres symptômes au niveau des intestins. Les facteurs psychosociaux influencent véritablement la physiologie des intestins, ainsi que les symptômes. En d'autres termes, le stress (ou la dépression ou d'autres facteurs psychologiques) peut affecter la mobilité et les contractions du tractus gastrointestinal, provoquer une inflammation, ou vous rendre plus sensible aux infections. Par ailleurs, la recherche suggère que certaines personnes atteintes de troubles fonctionnels du tractus gastro-intestinal sont plus sensibles à la douleur que d'autres parce que leur cerveau ne régule pas correctement les signaux de douleurs provenant de leur appareil digestif. Le stress peut aggraver une douleur déjà existante. »
La réponse au stress provoque de nombreux effets néfastes dans vos intestins, notamment :
  • La diminution de l'absorption des nutriments
  • La diminution de l'oxygénation des intestins
  • Jusqu'à quatre fois moins d'afflux sanguin vers le système digestif, ce qui ralentit le métabolisme
  • Une division, par 20.000 dans les cas extrêmes, de la production enzymatique des intestins !
Vos intestins et votre cerveau sont en communication constante

L'une des raisons pour lesquelles le stress mental peut être néfaste à vos intestins est que cerveau et intestins sont en communication régulière. En plus du cerveau, situé dans votre tête, vous disposez d'un système nerveux entérique (SNE), situé au sein de vos intestins, qui fonctionne à la fois indépendamment et en collaboration avec le cerveau situé dans le crâne. Cette communication entre vos « deux cerveaux » fonctionne à double sens, et c'est la voie par laquelle les aliments affectent votre humeur ou la raison pour laquelle l'anxiété peut vous faire mal à l'estomac, entre autres

Jane Foster, PhD, professeur agrégé de psychiatrie et de neuroscience comportementale à l'université McMaster, a décrit au site internet Medicine Net les nombreuses façons dont vos microbes intestinaux communiquent avec le cerveau - et le rôle que peut jouer le stress.
« ... les bactéries intestinales peuvent altérer la façon dont le système immunitaire fonctionne, ce qui peut affecter le cerveau. Les bactéries intestinales sont également impliquées dans la digestion, et les substances qu'elles fabriquent lorsqu'elles décomposent les aliments peuvent affecter le cerveau. Et dans certaines conditions, telles que des situations de stress ou en cas d'infection, les bactéries intestinales ou des microbes, susceptibles de provoquer des maladies, peuvent traverser les parois intestinales et pénétrer dans le sang, ce qui leur permet, ainsi qu'aux substances chimiques qu'ils fabriquent, de communiquer avec le cerveau par l'intermédiaire des cellules situées dans les parois des vaisseaux sanguins. Les bactéries pourraient également communiquer directement avec les cellules de certaines régions du cerveau, notamment celles situées près de régions impliquées dans le stress et l'humeur... »
Lorsque vous êtes stressé, votre cerveau et votre cœur souffrent

Un stress prolongé peut également endommager les cellules du cerveau et affecter la mémoire. Les cellules du cerveau de rats stressés sont beaucoup plus petites, en particulier dans la région de l'hippocampe, qui est le siège de l'apprentissage et de la mémoire.

Le stress perturbe les systèmes neuroendocrinien et immunitaire et engendre un processus dégénératif du cerveau qui peut conduire à la maladie d'Alzheimer. Le gain de poids lié au stress est également une réalité et se traduit généralement par de la graisse abdominale, qui est la plus dangereuse pour la santé, et qui augmente notamment les risques cardiovasculaires.En cas de stress intense, votre corps libère des hormones telles que la norépinéphrine, qui peut provoquer la dispersion des biofilms bactériens situés sur les parois artérielles. Cette dispersion peut provoquer le détachement soudain de dépôts de plaques, provoquant une crise cardiaque.

De plus, lorsque le stress devient chronique, votre système immunitaire devient de plus en plus insensible au cortisol et, l'inflammation étant partiellement régulée par cette hormone, cette baisse de sensibilité renforce la réponse inflammatoire et rend l'inflammation incontrôlable. L'inflammation chronique est un signe distinctif des maladies cardiaques, et de nombreuses maladies chroniques.

Astuces pour surmonter le stress

La gestion régulière du stress est essentielle pour chacun d'entre nous. Pour certains, cela peut signifier de devoir s'éloigner de toute personne négative ou excessivement stressée, ou à tout le moins, d'éteindre les informations télévisées si elles sont trop bouleversantes, pour éviter de ressentir un stress d'empathie.

Cependant, au final, le soulagement du stress est une question de choix personnel, car vos méthodes de gestion de stress doivent vous plaire, et surtout, fonctionner pour vous. Si une séance de kickboxing vous aide à extérioriser votre frustration, allez-y ! Si vous êtes plutôt attiré par la méditation, c'est très bien aussi. Même une bonne crise de larmes de temps en temps peut être bénéfique, car les larmes, versées comme réponse émotionnelle à une grande tristesse ou une grande joie, sont fortement concentrées en hormone adrénocorticotrophine (ACTH) - une substance chimique liée au stress.

L'une des théories sur la raison pour laquelle nous pleurons lorsque nous sommes tristes, est que cela aiderait le corps à libérer une partie des substances chimiques du stress, et donc à nous sentir plus calme et détendu. Vous pouvez visionner mon interview de James Redfield, auteur de « La Prophétie des Andes », dans laquelle il aborde la méditation et d'autres méthodes de soulagement du stress (ainsi que la motivation, qui est importante puisque le stress chronique peut aussi anéantir votre motivation).

L'une des astuces qu'il suggère est de méditer en vous levant le matin, même avant de sortir du lit, pour profiter du fait que votre esprit soit dans une zone calme (bien que certaines personnes trouvent plus facile de méditer dans d'autres endroits, comme sous la douche, par exemple). De plus, vous êtes plus vulnérable aux effets néfastes du stress si vous avez le sentiment de ne rien contrôler, qu'il n'y a pas de solution, que les choses ne font qu'empirer, et que vous avez peu de soutien social Si vous n'avez pas de proche à qui vous confier, envisagez de rejoindre un groupe de soutien local ou même un forum sur Internet.

Vous pouvez également demander l'aide d'un professionnel et utiliser la Technique de Libération Émotionnelle (EFT) pour traiter les cicatrices émotionnelles et les traumatismes qui peuvent affecter votre santé. Le stress chronique est semblable aux cicatrices émotionnelles en ce qu'il peut également provoquer des dommages permanents aux cellules s'il n'est pas traité.
Une autre stratégie essentielle est de dormir suffisamment, car le manque de sommeil compromet énormément la capacité de votre corps à gérer le stress. Ajoutez à cela une activité physique régulière et une alimentation saine, et vous avez les éléments fondamentaux dont votre corps a besoin pour se remettre d'un événement stressant.