Une opération qui a commencé comme une discussion académique assez obscure il y a trois ans est en train de devenir une campagne de propagande massive par certaines des institutions les plus puissantes du monde industrialisé. C'est ce qu'on appelle à juste titre la guerre contre le cash.
© Inconnu
Terminé le cash, disent-ils
Comme la guerre contre la terreur, la guerre contre le cancer ou la guerre contre les drogues, son véritable agenda est sinistre et opaque. Si nous sommes assez sots pour avaler la propagande de l'élimination complète du cash en faveur de l'argent bancaire purement numérique, nous pouvons bientôt dire adieu à notre autonomie restante et à notre vie privée. La dystopie de George Orwell, 1984, sera devenue réalité et sous stéroïdes.

Permettez-moi d'être bien clair. Nous ne discutons pas ici de diverses technologies numériques comme la blockchain, appelées crypto-monnaies. Nous ne traitons pas ici des systèmes de paiement privés tels que le système chinois, WeChat. Nous ne discutons pas non plus du commerce électronique ou de l'utilisation de cartes bancaires telles que Visa ou Master Card ou d'autres. Ces moyens sont d'une qualité totalement différente de l'objectif de la sinistre guerre en cours contre le cash. Ce sont tous des services privés non étatiques.

Ce dont nous discutons, c'est d'un complot.

Et c'en est un, dirigé par les banques centrales, des gouvernements choisis, le Fonds monétaire international en collusion avec les principales banques internationales pour forcer les citoyens - c'est-à-dire nous ! - à abandonner le cash pour payer nos achats. Au lieu de cela, nous serions forcés d'utiliser les unités bancaires numériques. La différence, aussi subtile qu'elle puisse paraître d'abord, est énorme. Comme en Inde à la suite de la folle guerre contre le cash de Modi, inspirée par les États-Unis, à la fin de 2016, les citoyens perdraient pour toujours leur liberté personnelle de décider comment payer ou autrement dit leur vie privée en termes d'argent. Si je veux acheter une voiture et payer avec de l'argent liquide pour éviter les frais des intérêts bancaires, je ne peux pas. Ma banque limitera le montant d'argent numérique que je peux retirer un jour donné. Si je veux rester dans un bel hôtel pour célébrer une journée spéciale et payer avec de l'argent liquide pour des raisons de confidentialité, ce n'est pas possible. Mais ce n'est que la surface des choses.


Visa se joint à la guerre

En juillet, Visa International a lancé ce qu'il appelle « Le défi Visa du sans cash ». Avec des mots-clés soigneusement calibrés pour montrer la façon dont la technologie a transformé le commerce mondial, Visa a annoncé un programme pour payer certains petits propriétaires de restaurants aux États-Unis s'ils acceptent de refuser d'accepter l'argent liquide de leurs clients en ne prenant que les cartes de crédit. Le site officiel de Visa annonce :
« Jusqu'à 500 000 $ de prix. 50 propriétaires de services alimentaires admissibles. La quête du 100% sans cash. »
Maintenant, pour une société gigantesque comme Visa avec des revenus annuels dans une fourchette de 15 milliards de dollars, un montant de 500 000 $ est une broutille. De toute évidence, ils croient que cela va faire progresser l'utilisation des cartes Visa dans un marché qui préfère jusqu'à présent l'argent liquide, celui du petit restaurant familial.

Le « défi » de Visa pour atteindre ce qu'il appelle la « quête du 100% sans cash » n'est pas un jeu en toute décontraction. Cela fait partie d'une stratégie très réfléchie non seulement de Visa, mais aussi de la Banque centrale européenne, de la Banque d'Angleterre, du Fonds monétaire international et de la Banque de Réserve de l'Inde pour n'en citer que quelques-uns.

© Inconnu
FMI fait bouillir les grenouilles

En mars de cette année, le Fonds monétaire international à Washington a publié un document de travail sur ce qu'ils appellent « la réduction du cash ». Le document recommande que la « suppression complète du cash devra être progressivement échelonnée ». Il constate qu'il existe déjà
« des étapes initiales et des mesures largement non contestées, telles que l'élimination progressive des coupures de gros montants, le placement de plafonds sur les opérations de trésorerie et la déclaration des mouvements de trésorerie à travers les frontières. D'autres mesures pourraient inclure la création d'incitations économiques pour réduire l'utilisation du cash dans les transactions, en simplifiant l'ouverture et l'utilisation de dépôts transférables et en informatisant davantage le système financier ».
En France, depuis 2015, la limite pour une personne voulant payer une entreprise en espèces est de seulement 1000€, «... pour lutter contre le blanchiment d'argent et l'évasion fiscale ». En outre, tout dépôt ou retrait de cash d'un compte bancaire excédant 10 000 € par mois sera automatiquement signalé à Tracfin, une unité du gouvernement français chargée de lutter contre le blanchiment d'argent, des « étapes largement non contestées » et qui n'augurent rien de bon.

Le document du FMI ajoute encore comme argument pour éliminer l'argent liquide que la « suppression du cash devrait améliorer la collecte des impôts en réduisant l'évasion fiscale ». Dit autrement, vous allez être obligé d'utiliser uniquement des transferts d'argent numériques depuis une banque. Les gouvernements de presque tous les pays de l'OCDE ont aujourd'hui un accès juridique aux données bancaires de leurs citoyens.

En avril, un mois après le document du FMI sur la fin du cash, la Commission européenne de Bruxelles a publié une annonce qui déclare :
« Les paiements en espèces sont largement utilisés dans le financement d'activités terroristes. Dans ce contexte, la pertinence des limites supérieures potentielles de paiements en espèces pourrait également être explorée. Plusieurs États membres ont mis en place des interdictions pour des paiements en espèces supérieurs à un seuil spécifique. »
Même en Suisse, à la suite de campagnes implacables de Washington, leur secret bancaire légendaire a été gravement compromis dans le cadre d'un argument fallacieux d'entrave au financement d'organisations terroristes. Un coup d'œil sur les récents titres de presse européens sur les attaques de Barcelone, à Munich, à Londres, à Charlottesville expose cet argument comme un simulacre.

Aujourd'hui, dans l'UE, suite à la pression de Washington, en vertu de la Loi sur la conformité à la taxe sur les comptes étrangers (FATCA), les banques extérieures aux États-Unis où les citoyens américains détiennent un dépôt, sont obligées de déposer des rapports annuels sur les actifs de ces comptes au Financial Crimes Enforcement Network du Trésor des États-Unis. De manière opportune, les États-Unis en tant que principal paradis fiscal émergent, ont refusé pour eux-mêmes, bien que ce soit spécifié dans la loi, de se joindre à la loi FACTA.

En 2016, la Banque centrale européenne a cessé d'émettre des billets de 500€ en arguant que cela entraverait le crime organisé et le terrorisme, une mauvaise blague, comme si les réseaux sophistiqués de criminalité organisée dépendaient encore des devises papier. Aux États-Unis, les principaux économistes comme l'ancien président de Harvard, Larry Summers, défendent l'élimination des billets de 100 dollars pour la même raison.

© Inconnu
Limite de 10 dollars ?

Le but réel de la guerre contre le cash a cependant été souligné dans un journal de Wall Street, OpEd, par l'économiste de Harvard et ancien économiste en chef au FMI, Kenneth Rogoff. Celui-ci fait valoir qu'il devrait y avoir une réduction drastique de l'émission de cash par la Réserve fédérale. Il demande que tous les billets au-delà de 10 $ soient retirés de la circulation, ce qui obligera les gens et les entreprises à dépendre uniquement des paiements numériques ou électroniques. Il répète le faux mantra que son plan réduira le blanchiment d'argent, réduira ainsi le crime tout en exposant les tricheurs qui échappent à l'impôt.
Cependant, l'agenda caché de cette guerre contre le cash, c'est la confiscation de notre argent lors de la prochaine crise financière inévitable, que ce soit dans les pays membres de l'UE, les États-Unis ou des pays en développement comme l'Inde.
Déjà, plusieurs banques centrales ont utilisé une politique de taux d'intérêt négatifs alléguant, faussement, que c'était nécessaire pour stimuler la croissance suite à la crise financière et bancaire de 2008. En plus de la Banque centrale européenne, la Banque du Japon, la Banque nationale danoise adhère à cette politique étrange. Toutefois, leur capacité à baisser encore plus les taux d'intérêt des banques membres est limitée tant que les liquidités sont abondantes.

Ici, le document du FMI ci-dessus permet de dévoiler le pot aux rose. Il y est dit :
« En particulier, la politique de taux d'intérêt négatif devient une option disponible pour la politique monétaire si les économies en devises physiques sont découragées et considérablement réduites. Avec la fin du cash, la plupart des fonds seraient stockés dans le système bancaire et, par conséquent, seraient facilement affectés par des taux négatifs, ce qui pourrait encourager les dépenses de consommation... »
C'est parce que votre banque commencera à vous facturer le « service » consistant à vous permettre de déposer votre argent chez eux, d'où il peuvent l'utiliser [comme collatéral, NdT] pour gagner plus d'argent. Pour éviter cela, on nous dit que nous devrions dépenser comme s'il n'y avait pas de lendemain. De toute évidence, cet argument est faux.

Comme le souligne l'économiste allemand Richard Werner, les taux négatifs augmentent les coûts de fonctionnement des banques.
« Les banques répondent en transmettant ce coût à leurs clients. En raison des taux de dépôt déjà nuls, cela signifie que les banques augmenteront leurs taux d'intérêts pour les crédits. »
Comme le note Werner,
« Dans les pays où une politique de taux d'intérêt négatif a été introduite, comme le Danemark ou la Suisse, la découverte empirique est que ce n'est pas efficace pour stimuler l'économie. C'est plutôt l'inverse. Et cela parce que les taux négatifs sont imposés par la banque centrale sur les banques - pas sur le public emprunteur. »
Il souligne que la politique de taux d'intérêt négatif de la BCE vise à détruire le fonctionnement, traditionnellement conservateur des caisses d'épargne de l'UE telles que l'allemand Sparkassen et Volksbanken en faveur du sauvetage en douce des méga-banques géantes et financièrement corrompues telles que Deutsche Bank, HSBC, la française Société Générale, Banque Royale of Scotland, Alpha Bank of Greece, ou Banca Monte dei Paschi di Siena en Italie et beaucoup d'autres. Le président de la BCE, Mario Draghi, est un ancien partenaire de la méga banque, Goldman Sachs.

Pourquoi maintenant ?

La question est pertinente de savoir pourquoi maintenant, soudainement, y-a-t-il urgence à pousser à l'élimination du cash par les banques centrales et des institutions telles que le FMI ? Les roulements de tambour pour l'abolition du cash ont commencé nettement après le forum mondial de l'économie de Davos, en janvier 2016, où les principales personnalités des gouvernements occidentaux, les banquiers centraux et les sociétés multinationales ont été rassemblés. L'offensive de propagande préparant l'offensive actuelle de la Guerre contre le Cash a commencé immédiatement après les discussions de Davos.


Commentaire : Sur Davos lire :


Plusieurs mois plus tard, en novembre 2016, guidés par des experts de l'USAID et, et oui, Visa, le gouvernement indien de Narenda Modi a annoncé la démonétisation immédiate ou le retrait forcé de tous les billets de 500 roupies (8 US $) et de 1000 roupies (16 US $) sur la recommandation de la Reserve Bank of India. Le gouvernement Modi a affirmé que cela réduirait l'économie de l'ombre et restreindrait l'utilisation de l'argent illicite et contrefait pour financer les activités illégales et le terrorisme.

India to benefit in long run from demonetization from CNBC.
Notamment, le Parlement indien a récemment réalisé une étude de suivi des effets de la guerre de Modi contre le cash. Le rapport du Comité parlementaire sur la démonétisation signale que pas un seul objectif déclaré n'a été atteint. Aucune somme importante d'argent sale n'a été trouvée et la démonétisation n'a eu aucun effet sur le financement du terrorisme, les raisons invoquées par le gouvernement pour mettre en œuvre une politique aussi drastique. Le rapport a noté que, bien que la banque centrale de l'Inde se serait attaquée à l'argent noir par démonétisation, la grosse partie de cet argent illégal, qui se trouve dans les paradis fiscaux offshore, a été simplement recyclé de retour en Inde, « blanchi » via des investissements étrangers directs par des groupes criminels ou des entreprises appliquant légalement une pratique connue sous le nom de « Round Tripping ».

Pourtant, le rapport du Parlement détaille que la véritable économie indienne a été dramatiquement touchée. La production industrielle en avril a diminué d'un gros 10,3% par rapport au mois précédent, alors que des milliers de petites entreprises dépendant de leur cash ont fait faillite. Les principaux médias indiens auraient été prévenus par le gouvernement Modi de ne pas publier le rapport du Parlement.

Si nous relions tous les points, il devient plus clair que la guerre contre le cash est une guerre contre notre liberté individuelle et nos degrés de liberté dans nos vies. Forcer notre argent à devenir numérique est la prochaine étape vers sa confiscation par les gouvernements de l'UE ou des États-Unis ou partout ailleurs où la prochaine crise bancaire majeure, comme en 2007-2008, va éclater.

À la fin de juillet de cette année, l'Estonie, en tant que présidence tournante de l'UE, a publié une proposition soutenue par l'Allemagne qui permettrait aux régulateurs nationaux de l'UE d'empêcher « temporairement » les gens de retirer leurs fonds d'une banque en difficulté avant que les déposants puissent créer une « panique bancaire ». un précédent dans l'UE a déjà été vécu à Chypre et en Grèce, où le gouvernement a bloqué les retraits d'argent au delà de petits montants quotidiens.

L'ancien analyste bancaire américain Christopher Whelan souligne dans une analyse récente sur l'échec des autorités de l'UE à nettoyer efficacement leur désordre bancaire depuis la crise financière de 2008,
« l'idée que la clientèle des banques - ceux qui généralement ont des montants de dépôts bien en-dessous de la limite maximale assurée - pourrait se voir interdire d'accès au cash assure pratiquement qu'ils vont s'envoler et qu'une contagion plus large se produira en Europe la prochaine fois qu'une institution de dépôt sera en difficulté ».
Whelan souligne que neuf ans après la crise de 2008, les banques de l'UE restent dans un état dramatique. « Il reste près de 1 000 milliards d'euros de prêts douteux dans le système bancaire européen. Cela représente 6,7% de l'économie de l'UE. C'est énorme. Il souligne que les prêts douteux des banques en tant que part du PIB pour les banques américaines et japonaises sont respectivement de 1,7 et 1,6%. »

Comme les gouvernements, que ce soit dans l'UE ou en Inde ou ailleurs, refusent de freiner les pratiques frauduleuses de leurs plus grandes banques, cela les oblige à éliminer l'utilisation du cash et à conserver toute les liquidités dans des dépôts numériques auprès des banques réglementées par l'État, ouvrant la voie à une confiscation par l'État de ces biens lorsque la prochaine urgence va survenir. Si nous sommes assez sots pour permettre à cette escroquerie d'être mise en place sans répondre, peut-être méritons nous de perdre tout vestige d'autonomie financière. Heureusement, la résistance populaire contre l'élimination du cash dans des pays comme l'Allemagne est massive. Les Allemands se rappellent les jours de la république de Weimar en 1920 et de l'hyperinflation et que c'est la crise bancaire de 1931 qui a mené au Troisième Reich. L'approche du FMI est celle du proverbe chinois sur les grenouilles que l'on fait bouillir lentement. Mais les êtres humains ne sont pas des grenouilles, semble-t-il ?
Note du Saker Francophone : Il ne faut pas oublier que si seulement 1% à 2% des crédits sont pourris aux USA, la situation n'en demeure pas moins explosive car les premières faillites en entraîneraient d'autres, pesant sur la barque, et du fait des effets de levier dans le système bancaire qui provoqueraient la destruction du capital des banques et leur mise en faillite.
F. William Engdahl est conseiller et conférencier en risques stratégiques, il est titulaire d'un diplôme en politique de l'Université de Princeton et est l'auteur le plus vendu du pétrole et de la géopolitique, exclusivement pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.