L'ouragan « Ophelia », qui serait selon les experts le plus important jamais enregistré autant à l'est au-dessus de l'océan Atlantique, se dirigeait dimanche vers l'Irlande et le Royaume-Uni en provoquant des conditions maritimes « dangereuses », a indiqué le Centre américain des ouragans.
© Presseye
On se prépare en Irlande
« Ophelia » a atteint samedi la catégorie 3, montant d'un cran sur une échelle de 5, avant de passer au large de l'archipel portugais des Açores dans la nuit. Sept des neuf îles de l'archipel avaient été placées en « alerte rouge » mais l'ouragan n'a pas provoqué de dégâts importants, a indiqué le responsable de la protection civile régionale à l'agence Lusa vers 3 heures du matin dimanche, alors que l'ouragan commençait à s'éloigner des Açores sans toucher terre.

Dans la soirée, les pompiers avaient été appelés à intervenir en raison de petites inondations et de la chute d'un arbre sur l'île de Sao Miguel. Plusieurs vols reliant les îles entre elles ou au territoire continental portugais ont été annulés, affectant environ 800 passagers.

Pour les experts de ces phénomènes météorologiques, « Ophelia » restera dans les annales comme le plus important ouragan ayant jamais été enregistré aussi à l'est au-dessus de l'océan Atlantique, et le premier depuis 1939 à s'avancer autant vers le nord.


Transports scolaires annulés

« Ophelia » devrait se transformer en tempête « post-tropicale » dimanche, mais restera « puissante » lundi à l'approche de l'Irlande et du Royaume-Uni, selon les dernières prévisions du Centre américain des ouragans. Ces deux pays pourraient subir « un impact direct provoqué par le vent et la forte pluie, mais aussi par des conditions maritimes dangereuses », a précisé l'institution basée à Miami.

Les services météorologiques irlandais ont placé cinq comtés de l'ouest du pays en « alerte rouge » à partir de lundi matin, en raison de prévisions faisant état de rafales de vent dépassant les 130 km/h et d'un risque d'inondations. Les transports scolaires y ont été annulés.

Les services météorologiques britanniques ont pour leur part placé l'Irlande du Nord en « alerte orange » lundi entre 16 heures et 23 heures (en Suisse), l'avant-dernier niveau, pouvant nécessiter pour la population de se protéger contre les conséquences « potentiellement mortelles » de conditions météo jugées «sérieuses».


« La Grande Tempête » de 1987

Le Met Office anticipe des rafales jusqu'à 120 km/h, voire 130 km/h dans le sud-est, susceptibles d'affecter les transports routier, ferroviaire, aérien et maritime et d'entraîner des coupures de courant. Ils ont également mis en garde contre les débris emportés par le vent et les hautes vagues dans les zones côtières.

D'autres zones du Royaume-Uni, notamment le Pays de Galles, l'Écosse ainsi qu'une partie de l'Angleterre, sont en « alerte jaune » lundi et mardi. C'est le niveau d'alerte le plus faible, correspondant à un appel à la vigilance.

Outre-Manche, le passage d'Ophelia interviendra 30 ans après « la Grande Tempête » d'octobre 1987, qui avait fait 18 morts et déraciné des centaines de milliers d'arbres au Royaume-Uni et dont les autorités avaient minimisé la force.