James Webb telescope

Les pièces du télescope spatial James Webb ont été chargées sur cet avion C-5 Galaxy militaire américain à la base commune de réserve d'Ellington Field, près du Johnson Space Center de Houston. Image via la NASA .
Les deux composants du télescope James Webb étaient en cours de test à Houston. Ils sont maintenant réunis au Centre Northrop Grumman en Californie, et sur le point d'être assemblés.

Après plusieurs reports, la partie optique du futur premier « super télescope » - OTIS (optical telescope and integrated science instrument module) - est enfin arrivée au Centre Northrop Grumman, où il sera complètement assemblé avant son lancement. Délicat et fragile, l'instrument a été transporté à l'intérieur d'un conteneur spécialement conçu, débarqué par un avion militaire depuis le Centre spatial Johnson à Houston, où il aura subi de nombreux tests cryogéniques.

Les deux moitiés du télescope spatial James Webb - successeur du télescope spatial Hubble - sont donc désormais réunies. La seconde moitié contenant la base satellitaire et les moteurs était quant à elle déjà sur place. Il ne reste plus qu'à les assembler. Le télescope devrait normalement être mis en orbite au printemps 2019.

telescope
© NASA
Le télescope se divise en deux parties, car son optique et ses instruments scientifiques secondaires doivent fonctionner à près de -270 °C, proche du zéro absolu, pour pouvoir capter la faible lumière infrarouge émise par les objets lointains. Pour les protéger des sources extérieures de lumière et de chaleur, un pare-soleil de cinq couches, grand comme un terrain de tennis, sépare donc le télescope en deux. Le côté « chaud » orienté vers le Soleil abrite les moteurs tandis que le côté « froid » orienté vers l'espace supporte la partie OTIS.

« C'est excitant d'avoir les deux moitiés du télescope ici sur notre campus », note Scott Willoughby, vice-président et directeur de programme pour le télescope James Webb. « L'équipe entamera bientôt les dernières étapes de l'intégration du plus grand télescope spatial au monde ». La phase d'assemblage du télescope devrait normalement se poursuivre jusqu'à cet été. Son lancement en 2019 est prévu à Kourou, en Guyane française.

Il s'agit ici d'une étape importante. L'observatoire, l'œuvre de milliers de scientifiques et d'ingénieurs à travers le monde, sera désormais soigneusement testé pour assurer son lancement. Il permettra finalement aux scientifiques de rechercher de nouvelles exoplanètes et d'étudier les premiers objets lumineux de l'Univers, certains présents 300 millions d'années seulement après le Big Bang.