En l'espace d'une seule journée, des groupes armés ont lancé une trentaine de roquettes contre la capitale syrienne, y compris contre le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit, faisant des blessés parmi les civils, selon le chef du Centre, Iouri Evtouchenko.
damas
© AFP 2018 Ammar SULEIMAN
Damas
« Des groupes radicaux procèdent à des pilonnages des zones résidentielles de Damas et de ses banlieues. 11 pilonnages ont eu lieu en l'espace de ces dernières 24 heures. Des combattants ont tiré 28 roquettes, y compris sur le Centre pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie. Il y a des blessés parmi les civils et des dégâts.»

Malgré le cessez-le-feu sur le territoire syrien, des groupes d'extrémistes se livrent toujours à des provocations, ce non seulement dans la Ghouta orientale, mais aussi dans les provinces d'Alep et de Lattaquié, a ajouté M.Evtouchenko.


Commentaire : Quand on tue et on bombarde c'est plus que "provoquer".


Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré lundi qu'à la demande de Vladimir Poutine une trêve humanitaire quotidienne serait instaurée dans la Ghouta orientale à partir du 27 février entre 9h et 14h, heure locale.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, les premiers civils, deux enfants, ont réussi à emprunter le couloir humanitaire reliant la Ghouta orientale à Damas, toujours sous les pilonnages, a déclaré plus tôt vendredi le représentant du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général de division Vladimir Zolotoukhine.