Lorsque les rayons cosmiques galactiques ont augmenté au cours de la dernière transition d'inversion géomagnétique de la Terre, il y a 780 000 ans, l'effet parapluie de la couverture nuageuse basse a entraîné une forte pression atmosphérique en Sibérie, ce qui a rendu la mousson d'hiver en Asie orientale plus forte. C'est la preuve que les rayons cosmiques influencent les changements climatiques de la Terre. Les conclusions ont été présentées par une équipe de recherche dirigée par le Professeur Masayuki Hyodo (Centre de recherche sur les mers intérieures, Université de Kobe) et publiées le 28 juin dans l'édition en ligne de la revue Scientific Reports.
Les moussons plus fortes
© Owen Shieh, Université d'Hawaï
De nouvelles preuves suggèrent que les particules à haute énergie provenant de l'espace - plus connues sous le nom de rayons cosmiques - affectent le climat de la Terre en augmentant la couverture nuageuse, provoquant un « effet parasol ».
L'effet Svensmark est une hypothèse selon laquelle les rayons cosmiques galactiques induisent la formation de nuages bas et influencent le climat de la Terre. Les essais basés sur de récentes données d'observation météorologique montrent des changements infimes dans les quantités de rayons cosmiques et la couverture nuageuse, ce qui rend la confirmation de cette théorie plus difficile à établir. Cependant, la quantité de rayons cosmiques et la couverture nuageuse subséquente ayant augmenté de façon spectaculaire pendant la dernière phase transitionnelle d'inversion géomagnétique, il devrait être aujourd'hui possible de détecter l'impact des rayons cosmiques sur le climat avec une sensibilité plus élevée.


Commentaire : Heinrich Svensmark est un physicien danois dont la théorie est présentée ici. Il est depuis 1997 le principal défenseur de l'induction des formations nuageuses de basse altitude par le rayonnement cosmique lui-même contrôlé par les cycles du Soleil.
les rayons cosmiques aident la formation de noyaux favorisant la formation de nuages.
© CERN
Manière dont les rayons cosmiques aident la formation de noyaux favorisant la formation de nuages.

Sur le plateau de Lœss en Chine - juste au sud du désert de Gobi, près de la frontière de la Mongolie - la poussière est transportée depuis 2,6 millions d'années pour former des couches de lœss (roche sédimentaire détritique meuble formée par l'accumulation de limons issus de l'érosion éolienne) pouvant atteindre jusqu'à deux cent mètres d'épaisseur. Si le vent devient plus fort, les grosses particules sont transportées plus loin et de plus grandes quantités sont déplacées. En se concentrant sur ce phénomène, l'équipe de recherche a mis en avant le fait que les moussons d'hiver deviennent plus fortes sous l'effet général de l'augmentation de la couverture nuageuse pendant l'inversion géomagnétique.

Ils ont étudié les changements dans la taille des particules et la vitesse d'accumulation de la poussière de la couche de loess à deux endroits distincts du plateau de Loess.

Aux deux endroits - et pour une période d'environ cinq mille ans lors de l'inversion géomagnétique d'il y a sept-cent quatre-vingt mille ans - ils ont découvert les preuves de l'existence de moussons d'hiver plus intenses : les particules étaient devenues plus volumineuses et les vitesses d'accumulation jusqu'à plus de trois fois plus rapides. Ces fortes moussons hivernales coïncident avec la période d'inversion géomagnétique durant laquelle la force du champ magnétique terrestre a perdu plus des trois-quart de son potentiel et les rayons cosmiques galactiques ont augmenté de plus de cinquante pour cent. Cela suggère que l'augmentation des rayons cosmiques s'est accompagnée d'une augmentation de la couverture nuageuse basse, que l'effet parasol des nuages a refroidi le continent et que la haute pression atmosphérique sibérienne est devenue plus prononcée. Ajoutée à d'autres phénomènes au cours de l'inversion géomagnétique - preuves d'une baisse annuelle moyenne de deux à trois degrés Celsius de la température et d'une augmentation des plages de températures annuelles des sédiments de la baie d'Osaka - cette nouvelle découverte sur les moussons d'hiver fournit une preuve supplémentaire que les changements climatiques sont causés par l'effet parasol des nuages.

Voici les commentaires du professeur Hyodo :
« Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a discuté dans ses évaluations de l'impact de la couverture nuageuse sur le climat, mais ce phénomène n'a jamais été pris en compte dans les prévisions climatiques en raison d'une compréhension physique insuffisante. Cette étude est l'occasion de repenser l'impact des nuages sur le climat. Lorsque les rayons cosmiques augmentent, les nuages bas augmentent aussi, et lorsque les rayons cosmiques diminuent, les nuages diminuent aussi, de sorte que le réchauffement climatique peut être causé par un effet parasol contraire. L'effet parasol causé par les rayons cosmiques galactiques est déterminant dans la compréhension de la période chaude de l'ère médiévale ainsi que dans celle du réchauffement planétaire actuel. »
Source de l'article Science Daily - Traduction SOTT

Article original fourni par l'université de Kobé. Note : le contenu peut être édité pour le style et la longueur. Références de la publication scientifique : Yusuke Ueno, Masayuki Hyodo, Tianshui Yang, Shigehiro Katoh. « Intensified East Asian winter monsoon during the last geomagnetic reversal transition ». Scientific Reports, 2019; 9 (1) DOI: 10.1038/s41598-019-45466-8