Heinrich Himmler addresses a group of female Hitler youth in 1937. The Gestapo relied on such civilian loyalists to be their eyes and ears.
© Universal History Archive/UIG via Getty Images
Heinrich Himmler s'adresse à un groupe de jeunes femmes hitlériennes en 1937. La Gestapo s'est appuyée sur de tels civils loyalistes pour être ses yeux et ses oreilles.
La Gestapo était une très petite organisation qui dépendait d'informateurs pour dénoncer les ennemis du régime, mais les conjoints et voisins jaloux l'utilisaient souvent pour régler leurs comptes

La Gestapo était un élément clé du système de terreur nazi. Le mot même évoque l'image cauchemardesque d'une force de police secrète toute-puissante de style "Big Brother" orwellien, qui surveillait constamment le public allemand. Les films, les romans et les documentaires télévisés ont ancré cette image dans l'esprit du public. Mais est-ce vrai ? En réalité, la Gestapo était une toute petite organisation. En 1933, elle comptait 1 000 employés et même à son apogée en 1944, ses agents actifs en Allemagne étaient au nombre de 16 000, assurant la police auprès d'une population de 66 millions de personnes. À Düsselfdorf, avec une population de 500 000 habitants, il y avait 126 officiers de la Gestapo en 1937. Essen comptait 650 000 habitants et n'en comptait que 43. Le même schéma s'est répété dans toutes les autres grandes villes allemandes. La plupart des villes rurales n'avaient aucune présence de la Gestapo. La Gestapo était sous-financée, manquait de ressources et était surchargée.

Cela ne signifiait pas pour autant que la Gestapo était un instrument faible ou inefficace de la terreur nazie. Pour pallier le manque de personnel, la Gestapo décida que la grande majorité de la population était fidèle au régime. Elle a impitoyablement ciblé ses ressources sur des groupes de la société allemande définis comme des opposants politiques, notamment les communistes et les socialistes, les dissidents religieux, les Juifs et un groupe beaucoup plus large d'ennemis "raciaux", y compris les criminels de longue durée, les prostituées, les homosexuels, les Tsiganes, les bandes de jeunes et les chômeurs de longue durée. Si vous n'apparteniez à aucun de ces groupes, vous n'aviez aucune raison de craindre qu'un agent de la Gestapo frappe à votre porte tard dans la nuit.

La Gestapo a été extrêmement proactive dans la chasse aux communistes, qui ont rarement été traités avec indulgence. Plus de 70 % des dossiers de la Gestapo qui ont survécu concernent les communistes. En 1933, 600 000 communistes ont été arrêtés et 2 000 ont été tués dans des camps de concentration. Les tueurs étaient les SS, pas la Gestapo. En octobre 1935, sur les 422 principaux responsables du Parti communiste (KPD) en poste en 1933, 219 étaient en détention, 125 en exil, 24 avaient été tués, 42 avaient quitté le parti et seuls 12 étaient encore en fuite. Le sort de la militante communiste Eva Buch est typique. Eva étudiait les langues étrangères à l'université Humboldt lorsqu'elle s'est engagée dans un groupe de résistance socialiste appelé l'Orchestre rouge. Ils avaient des associés dans le milieu universitaire et au sein du ministère de l'air. Ils étaient accusés de transmettre des secrets à l'Union soviétique. Le 10 octobre 1942, Eva est arrêtée par la Gestapo après que son appartement ait été perquisitionné et qu'un tract anti-nazi qu'elle avait traduit en français ait été découvert. Lorsqu'un officier de la Gestapo lui a dit, pendant son interrogatoire, qu'elle serait traitée avec plus de clémence si elle nommait d'autres collaborateurs au sein du groupe, elle a répondu : "Cela me ferait descendre aussi bas que vous voulez que je me montre". Elle a été condamnée à mort.

De telles personnes courageuses apparaissent fréquemment dans les dossiers de la Gestapo concernant les opposants religieux. L'histoire de Paul Schneider est particulièrement héroïque. C'était un prédicateur protestant évangélique qui s'est opposé à la tentative de nazification des églises luthériennes. Durant l'hiver 1935-36, Schneider a été dénoncé à la Gestapo à pas moins de 12 reprises pour avoir tenu des propos anti-nazis. Il fut interdit de prêcher. Il fut envoyé par la Gestapo dans le tristement célèbre camp de concentration de Buchenwald et placé en isolement. Chaque soir, il récitait à haute voix des passages de la Bible depuis la fenêtre de sa cellule pour réconforter les autres détenus. Pour cela, il était soumis à des passages à tabac brutaux par les gardes SS. Karl-Otto Koch, le commandant du camp, a réalisé qu'il ne pouvait pas briser Schneider. Il lui a offert la possibilité d'être libéré s'il signait une déclaration dans laquelle il promettait de ne plus jamais prêcher. Schneider a refusé de la signer. Le 18 juillet 1939, il est tué par injection létale. Il avait 27 ans.

On estime que seulement 15 % des enquêtes de la Gestapo ont commencé à cause des opérations de surveillance. Un nombre bien plus important a commencé à la suite d'un tuyau d'un membre du public. Chaque allégation, aussi insignifiante fût-elle, a fait l'objet d'une enquête minutieuse et longue. On estime qu'environ 40 % de ces dénonciations étaient motivées par des raisons personnelles. Un chauffeur de Berlin a dénoncé une prostituée qui lui a donné une maladie vénérienne. Elle a été placée dans un camp de concentration. Les officiers de la Gestapo étaient extrêmement méfiants à l'égard des maris et des femmes qui se dénonçaient mutuellement. Une femme au foyer de Mannheim a dit à la Gestapo que son mari faisait des commentaires désobligeants sur le régime d'Hitler. Après une longue enquête, il s'est avéré que la femme voulait que son mari soit mis à l'écart pour pouvoir poursuivre une liaison amoureuse avec un soldat qui n'était pas en service. Dans une autre affaire, deux médecins mariés étaient impliqués. La femme a accusé le mari d'avoir pratiqué des avortements illégaux. Cela a conduit à son arrestation et à son emprisonnement. Le mari a affirmé que sa femme avait un motif de vengeance. Le mari avait transmis une maladie sexuellement transmissible à sa femme, tout en entretenant une relation amoureuse. Son motif était la vengeance, mais il a purgé huit mois de prison avant que cela ne soit finalement établi.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les dénonciations se sont multipliées avec l'introduction d'une série de nouvelles réglementations. Ce fut un âge d'or pour les mouchards. Un délit en particulier reposait fortement sur les dénonciations du public : l'écoute d'émissions de radio étrangères, notamment celles de la BBC. Peter Holdenberg, un libraire handicapé de 64 ans, qui vivait à Essen, a été accusé par sa voisine Helen Stuffel de ce délit, qui a entraîné une peine de prison pouvant aller jusqu'à 18 mois. Elle avait écouté au mur de l'appartement voisin de Peter. Elle a dit qu'elle l'entendait clairement écouter les programmes de la BBC pendant la soirée. Une autre voisine, Irmgard Pierce, a corroboré ses allégations. Holdenberg fut interrogé par la Gestapo le 10 décembre 1942. Tout ceci est une conspiration", se plaignit-il. J'ai eu des problèmes avec Stuffel dans le passé et Pierce l'a toujours soutenue. Il a dépeint ces allégations comme des commérages stupides. Il n'était pas du tout anti-nazi. L'épreuve de son arrestation et de son enfermement dans une cellule de la Gestapo a évidemment été profondément traumatisante. Le soir de son arrestation, Holdenberg a été retrouvé pendu dans sa cellule. Il est mort à l'hôpital le jour suivant, sans jamais avoir repris conscience. Son dénonciateur avait causé sa mort.

L'opinion publique allemande s'est progressivement rendu compte qu'il fallait éviter de formuler des critiques contre le régime en public. Une étude des dénonciations tirées des dossiers du tribunal de la ville bavaroise d'Augsbourg montre qu'en 1933, 75 % des cas commençaient par une dénonciation après avoir entendu des commentaires antinazis dans les pubs, mais en 1939, ce chiffre était tombé à 10 %.

Si le succès d'une force de police se mesure au nombre d'affaires qui aboutissent à une condamnation judiciaire, la Gestapo peut être considérée comme profondément inefficace. Une étude d'un échantillon d'affaires ayant débuté par des dénonciations publiques dans la région de Würzburg révèle que seuls 20 % d'entre elles sont allées au tribunal et que 75 % n'ont pas abouti à une condamnation.

La Gestapo s'est rendu compte qu'enquêter sur de fausses allégations lui faisait perdre beaucoup de temps. Comme le dit une lettre du ministère de la Justice à Berlin, datée du 1er août 1943 : "Le dénonciateur est la plus grande crapule de tout le pays".

The Gestapo : The Myth and Reality of Hitler's Secret Police de Frank McDonough est publié par Coronet, 20 £. McDonough est professeur d'histoire internationale à l'université John Moores de Liverpool et est spécialisé dans l'histoire du Troisième Reich.

Traduction Sott.net
Source : Frank McDonough, The Irish Times