Les prêteurs hypothécaires ont mis de côté des milliards de dollars pour les futurs défauts de paiement, car des millions de propriétaires sont dans le rouge. Cette année, les prêteurs ont rapidement resserré les normes pour les Américains moyens, n'accordant des prêts qu'aux plus riches.
condo
JPMorgan est l'une des banques qui a temporairement cessé d'accepter les nouvelles demandes de lignes de crédit sur valeur immobilière, autrement dit, les crédits hypothécaires, en raison de l'augmentation des impayés.

Alors que les gens ordinaires n'ont pas accès au crédit bon marché, même si les taux sont historiquement bas, les riches ont cette année mis en garantie tous leurs biens, des œuvres d'art aux penthouses new-yorkais, pour obtenir des prêts bon marché.

Nous avons mis ce phénomène en évidence pour la première fois en mars, pendant les jours sombres de la pandémie virale, quelques jours après l'effondrement des actions mondiales et le blocage des marchés du crédit. Nous avons constaté que "les ultra-riches demandaient de plus en plus de financements contre des œuvres d'art afin de se constituer des liquidités".

Alors peut-être, juste peut-être, au cours de la dernière décennie, les ultra-riches sont devenus des collecteurs massifs d'actifs, utilisant de l'argent qui ne coûte pratiquement rien, pour acheter des œuvres d'art de luxe, des Ferrari à un million de dollars, du vin rare, et des penthouses hors de prix dans les grandes zones métropolitaines. En effet, lorsque la situation se dégrade, ces personnes peuvent utiliser ces actifs pour obtenir du crédit à bas prix ; et comme ces actifs ne sont pas échangés sur les grandes places boursières et que leur prix ne varie pas quotidiennement, ils ne sont pas soumis à des variations de volatilité importantes.

Bloomberg a publié un rapport selon lequel la JPM a émis un prêt massif de 42,5 millions de dollars sur un penthouse de New York appartenant à la famille d'un milliardaire russe. Le penthouse, situé au 15 Central Park West, est estimé à 88 millions de dollars. Le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev a tenté de vendre la propriété mais n'a pas réussi à trouver un acheteur. Il a décidé de tirer parti de cet actif pour obtenir un crédit bon marché, avec un taux d'intérêt à 2,9 %.
penthouse

"La famille a essayé de le vendre quelques années plus tard car les prix des propriétés ultra chères de la ville avaient commencé à baisser. Ils ont plutôt choisi de tirer parti de l'actif", a noté M. Bloomberg.
Bloomberg fournit plusieurs autres exemples de personnes fortunées qui ont contracté des hypothèques sur leur penthouse.
"Le magnat de la publicité en plein air Drew Katz a obtenu une hypothèque de 15 millions de dollars en août pour un penthouse new-yorkais qu'il a acheté il y a quatre ans pour 22 millions de dollars, selon les déclarations. En avril, le fondateur du fonds spéculatif Dan Och a obtenu une hypothèque de 50 millions de dollars pour une maison de la rangée des milliardaires de Manhattan qu'il a acquise l'année dernière. Le mois suivant, une société américaine contrôlée par l'héritière mexicaine Karen Virginia Beckmann - qui fait partie de la famille de la tequila Jose Cuervo - a reçu une hypothèque de 19 millions de dollars pour un appartement qu'elle avait acheté il y a trois ans dans le même quartier".
Cela signifie que les banques sont prêtes à prêter aux clients les plus riches, leur permettant ainsi de mieux résister à la pandémie de virus que la moyenne des gens qui ont principalement vu leurs lignes de crédit réduites ou entièrement coupées.
"Les taux sont bas et les clients cherchent donc à en profiter, en utilisant une forme de dette pour pouvoir accéder à de l'argent bon marché", a déclaré Casey S. Kriedman, conseiller financier au Broad Group, une unité de UBS Global Wealth Management basée à New York.
Rémi Frank, responsable du groupe de clients clés de BNP Paribas wealth management, a déclaré : "les banques sont heureuses de prêter à des personnes très riches, plus vous êtes riche, plus vous empruntez".

Et nous avons vu comment cela s'est passé avec l'empire du milliardaire Ronald Perelman, qui s'est récemment effondré dans un déluge de cessions de créances.

Pour ainsi dire, la pandémie de virus exacerbe le fossé de l'inégalité des richesses, car les riches survivent grâce au crédit bon marché. Simultanément, les ménages de travailleurs pauvres ont connu des pertes d'emploi, l'insécurité alimentaire et l'épuisement de leur épargne d'urgence.

Source : Tyler Durden, Zero Hedge - Traduction Sott.net