Les Maîtres du MondeS


USA

Libye : bombardements meurtriers de l'OTAN sur fond de résistance et de vide de pouvoir

Traduit par Info-Palestine.net

Image
Les dirigeants intérimaires de la Libye affirment qu'ils ne resteront pas au pouvoir une fois vaincus les derniers bastions de Kadhafi. Mais Patrick Henningsen, un rédacteur en chef du site 21st Century Wire news, estime que le gouvernement intérimaire va encore rester longtemps en place.

« Pour avoir une indication de ce à quoi l'avenir va ressembler, tout ce que vous avez à faire est de regarder l'Égypte », a-t-il dit. « Le gouvernement militaire est toujours au pouvoir, et il sera au pouvoir encore pendant un certain temps. »

Mais Henningsen dit aussi qu'il y a une énorme lutte de pouvoir au sein du Conseil national de transition.

« Ces rebelles se battent avant tout pour le morceau de gâteau qu'ils peuvent obtenir, » a-t-il dit. « Ils ne savent pas pour combien de temps ils vont être au pouvoir. Ils tentent par conséquent de servir au mieux leurs intérêts personnels, alors qu'ils n'ont même pas encore gagné la guerre. »

L'OTAN s'est engagée à ne pas mettre fin aux opérations en Libye jusqu'à ce que les civils ne soient plus en danger. Avec des milliers de personnes fuyant Syrte et Bani Walid en raison des pénuries d'eau et des bombardements de l'OTAN, Henningsen considère que l'opération se poursuivra jusqu'à ce que le dernier bastion de Kadhafi soit vidé de ses civils et rasé au niveau du sol.

Dollar

Les députés européens et la crise

Les députés européens ont ignoré les appels à l'austérité imposée par la crise et se sont alloués, il y a quelques semaines, une augmentation de 1 500 euros par mois de leurs budgets de frais d'assistants. Les députés européens ont une rémunération mensuelle de 7.956,87 euros avant impôts et bénéficient d'une enveloppe mensuelle de 19.709 euros pour rémunérer leurs assistants. C'est cette enveloppe qu'ils viennent d'augmenter à 21.209 euros. Avec ce vote, les dépenses du Parlement européen augmenteront de 13,2 millions par an.

Ce vote va à l'encontre de l'appel lancé par la Commission européenne, invitant les institutions à réduire leurs dépenses de fonctionnement...

Vader

La « rasque » française en Libye

* Rasque = bourbier

COMPENDIUM DE L'IMPÉRIALISME FRANÇAIS

Le petit Napoléon, un temps l'étoile montante du Directoire, dérangeait bien des troublions avides de mettre la main sur le pouvoir afin de s'assurer le partage des prébendes et des « royautés », des cachets et des loyautés parmi leur clan bourgeois - aristocratique (Eh oui ! Ils n'avaient pas tous été guillotinés contrairement à ce qu'on vous laisse penser). Le dit Napoléon fut donc invité à manifester son talent et sa cupidité « libératrice » contre les mamelouks (un peuple bâtard et inhumain, pensait le Directoire) implantés en Égypte, une pomme de discorde entre les deux puissances colonisatrices (France et Britannique).

Bien peu d'historiens français décrivent l'équipée carnassière napoléonienne pour ce qu'elle fut - un massacre colonialiste contre un peuple autochtone afin de distraire un concurrent encombrant. L'historiographie française a toujours le talent de présenter les dictateurs étrangers comme des tyrans et les siens comme des libérateurs ou des pacificateurs.

Et ils récidivent les nationalistes chauvins, apologistes de la grandeur de l'empire français. Dernièrement, un tout petit Napoléon des balcons (Neuilly-sur-Seine) - pâle imitation du grand massacreur des peuples du XIXe siècle - ils font avec ce qu'ils ont sous la main les malandrins - a cru bon de lancer une opération aéroportée contre le peuple d'à -côté (les libyens, à côté des mamelouks, aujourd'hui devenus égyptiens).

Radar

JPMorgan Chase, puissant consortium de banquiers, fait un don de 4,6 millions de dollars à la Police de New York!

Quand les banquiers financent les forces de l'ordre, on comprend bien qui mène le jeu! On sait maintenant qui finance la police pour avoir mis en état d'arrestation hier 700 protestataires sur le Pont de Brooklyn! Le "trader" de la BBC a visé juste, en voici la preuve...

Passez "go" et vous serez directement envoyés en prison !
Image
JPMorgan Chase, à l'origine du petit bonhomme moustachu dans le jeu Monopoly, a récemment fait un don d'une somme, sans précédent, de 4,6 millions à la Fondation de la Police de la ville de New York. Le don a été le plus important dans l'histoire de la fondation et permettra à la ville de New York, Département de la police, de renforcer la sécurité dans la grosse pomme.

L'argent va payer 1000 nouveaux ordinateurs portables dans les voitures de patrouille, ainsi que les logiciels de contrôle de sécurité dans la base de données principale du Département de police de New York.

Source: http://www.jpmorganchase.com/corporate/Home/article/ny-13.htm

Commentaire: En fait, pour être tout a fait juste, le don aurait été fait il y a quelques mois (source : http://ology.com/politics/jpmorgan-chase-donates-46-million-nypd-during-ows-protests)


USA

Les habitants de Syrte piégés sous les bombardements de l'OTAN et l'offensive rebelle

Traduction : Info-Palestine.net

Les civils qui fuient Bani Walid et Syrte affirment que ces deux villes libyennes - qui repoussent les forces anti-kadhafistes - se transforment en piège. Les témoins disent aussi que les civils sont sans nourriture et sans soins médicaux.
Image
Bombardements sans discrimination par l’OTAN et le CNT, et catastrophe humanitaire sont le lot des habitants de Syrte et Bani Walid - Photo : Reuters
Syrte est sous les bombardements au hasard des forces du CNT [Conseil National de Transition], selon une femme qui a demandé a être citée sous le nom de Selma. Il y a juste un jour, Selma a fui Bani Walid, un des derniers bastions pro-Kadhafi qui lutte contre les attaques des forces rebelles. Elle dit qu'une simple déclaration de loyauté envers le colonel Mouammar Kadhafi peut vous coûter votre vie.

« Deux types faisant partie des rebelles ont attaqué le domicile d'un colonel », raconte Selma par téléphone à partir de Tripoli. « Cet homme - un colonel - a travaillé avec les forces libyennes. Ils ont attaqué sa maison et ils l'ont abattu devant les yeux de ses fils, juste parce qu'il soutenait le colonel Kadhafi. Ils font exploser toute maison qui a un drapeau [kadhafiste] vert. »

« Il y a une tragédie à Bani Walid : le peuple souffre, il n'y a pas de nourriture, il n'y a pas d'eau », a-t-elle ajouté. « À Syrte, il y a une autre tragédie. En fait, ils attaquent la ville au hasard. Ils disent, 'Nous ne pouvons entrer dans Syrte car il y a des civils et nous ne voulons pas attaquer les civils'. Ce n'est pas vrai, ils attaquent, bombardent les civils au hasard. Ils ne se soucient pas d'eux, tout ce qu'ils veulent, c'est que Syrte soit 'libérée'. »

Newspaper

« Sarkozy sous BHL », une grenade dégoupillée dans la cour de l'Elysée

Image
Interview de Roland Dumas et Jacques Vergès. Propos recueillis par Gilles Munier (Octobre 2011)

Il y a quelque chose de pourri au royaume de France ! On attendait les révélations de Saif al-islam sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par la Libye... À la place, on a eu droit, sur le même sujet, à la relance de l'affaire Bettencourt, le scandale politico-fiscal de la principale actionnaire de la société L'Oréal, puis à un déluge de révélations sur la remise de valises de billets en provenance de présidents africains, par l'entremise de l'avocat de la Françafrique Robert Bourgi (l'un des dénonciateurs, qui reconnaît avoir porté des valises) à des hommes politiques français, toutes tendances confondues. Dans cette atmosphère de fin de règne, on lira avec délectation le pamphlet de Jacques Vergès et Roland Dumas qui connaissent bien les dessous crapuleux du renversement du colonel Kadhafi. Un pamphlet à lire d'une traite*.

Afrique Asie : « Sarkozy sous BHL », le pamphlet que vous venez de publier, est une volée de bois vert contre le pouvoir de l'argent en politique. Pouvoir et argent ont toujours cohabité, sauf peut-être dans certains pays socialistes. Qu'apporte de nouveau la présidence Sarkozy dans ce domaine ?

Wall Street

« Les Anglo-américains attaquent l'euro pour le détruire »

Image
« Les banquiers zombies de Wall Street ambitionnent une dislocation chaotique de l'euro avec l'intention de racheter le vieux continent à des prix bradés. Les chacals de la City de Londres veulent détruire l'euro pour redonner un nouveau souffle à la livre moribonde, et pour masquer ainsi le fait que l'Angleterre est plus en faillite que la vaste majorité des membres de l'Union Européenne. ». Ainsi s'exprime le journaliste américain Webster Tarpley, sur son site Tarpley.net notamment connu pour ses déclarations controversées sur les attentats du 9/11, qu'il estime être un complot des services secrets américains. De même, l'élection de Barack Obama ne serait qu'une machination pour satisfaire les Américains réclamant plus d'égalité sociale.

Pour lui, les hedge funds et les banquiers de Wall Street et de la City redoublent d'effort pour mettre l'euro à terre, pour détourner l'attention du monde de la crise aux Etats Unis et au Royaume Uni. Les agences de notations corrompues seraient les complices de leurs agissements.

Rocket

USA : La Guerre des Drones s'accélère

Les USA jouent à la guerre façon PlayStation tous les jours depuis le 11 Septembre. Et à croire le Wall Street journal, et les experts, le gouvernement d'Obama nous prépare de nouvelles aventures pour la construction du « Grand Moyen-Orient Americain »

Voici donc quelques vidéos sur ce sujet.

Les USA et la Guerre des Drones : RussiaToday Septembre 2011


Eye 1

Le traité ACTA officiellement signé par huit pays

Huit pays ont signé l'accord international anticontrefaçon (ACTA), mardi 4 octobre, selon un communiqué conjoint. Les pays signataires (Etats-Unis, Australie, Canada, Corée du Sud, Japon, Maroc, Nouvelle-Zélande et Singapour) sont dans l'attente des trois autres acteurs des négociations (Union européenne, Mexique et Suisse) qui n'ont pas apporté leur signature.

L'objectif affiché de ce traité est, selon le communiqué, "[d']améliore[r]la coopération internationale et [de] cont[enir] des standards internationaux efficaces pour faire respecter les droits de propriété intellectuelle". Ce respect passe par une plus grande sévérité envers la contrefaçon physique et numérique.

Sur le plan numérique, l'objectif est de renforcer les sanctions contre la distribution d'œuvres protégées et le contournement de mesures techniques de protection par une législation plus stricte et une meilleure coopération internationale. Des versions précédentes, publiées en 2010, évoquaient notamment la surveillance des contenus par les fournisseurs d'accès Internet et une suspension de l'accès, sur le modèle de la riposte graduée française. Ces pistes ont été abandonnées depuis.

USA

Le 30 Septembre 2011 fut le jour où les Etats-Unis d'Amérique furent assassinés

Traduit par Résistance 71

Image
Certains d'entre nous ont vu ce jour arriver et ont averti de sa venue; ils ont été conspués et insultés par des "patriotes" qui ne voient dans la constitution qu'un outil de protection des criminels et des terroristes et qui est sur le chemin du président qui a besoin d'agir pour notre sécurité.

Dans notre livre "Tyranny of Good Intentions", Lawrence Stratton et moi-même avons montré que longtemps avant le 11 Septembre 2001, la loi des Etats-Unis avait cessé d'être le bouclier du peuple et avait été transformée en une arme redoutable aux mains du gouvernement. Les évènements connus sous le vocable d'attentats du 11 Septembre ont été utilisés pour hisser la branche exécutive du pouvoir au dessus de la loi. Aussi loin que le président endosser un acte illégal, les employés de la branche exécutive ne sont plus redevables devant la loi qui prohibe cet acte illégal. Sur la simple autorité présidentielle, la branche du pouvoir exécutif peut violer les lois des Etats-Unis contre espionnage des citoyens américains sans mandat, ou de la détention infinie et de la torture et n'en souffrir aucune conséquence.

Beaucoup attendaient que le président Obama rétablisse le redevabilité du gouvernement envers la loi. Au lieu de cela, Il est allé bien plus loin que Bush et Cheney et a promu le pouvoir inconstitutionnel non seulement de maintenir des citoyens américains indéfiniment en prison sans inculpation, mais aussi de prendre des vies sans même avoir fait condamner les intéressés devant une cour de justice. Obama présume que la constitution ne faisant pas foi, il a l'autorité d'assassiner des citoyens américains, qu'il pense "être une menace" et ce sans aucune autre forme de procès.