Les Maîtres du MondeS


Info

Dernières nouvelles de l'hôtel Rixos où une quarantaine de journalistes sont enfermés

Depuis hier soir nous n'avons plus de communication téléphonique ni Internet avec nos correspondants.

23 AOÛT 2011
23 août 2011, heure 22.30

Un membre du Réseau Voltaire a eu un très brèf échange par téléphone satellitaire avec Thierry Meyssan.

Il se porte bien. Il est toujours à l'hôtel avec les autres journalistes. La situation est tendue, mais dans l'ensemble ils vont bien.

23 août 2011, heure 21.30

L'hotel Rixos n'a pas été jusqu'ici investi par les forces rebelles sous commandement OTAN.

23 août 2011, heure 21.00

Depuis hier soir nous avons perdu contact avec les journalistes qui font partie du Team Voltaire.

Evil Rays

Meilleur du Web: Le bluff de l'OTAN dénoncé par Kadhafi, la façade de la « victoire » des rebelles s'effondre

Traduction : Résistance 71

Image
Photo prise cette nuit du fils de Kadhafi Saif Al-Islam, qui avait été "confirmé" capturé et prêt à être transféré à cette cour pénale illégale internationale; il est en fait bien libre et mène les efforts de repousser les assassins d'Al Qaïda soutenus par l'OTAN de Tripoli.
Une fois de plus un Kadhafi défiant et résolu sort vainqueur de ce bras de fer avec la force toute puissante de l'OTAN, qui inclut une campagne meurtrière de bombardements, suivie par le soutien au sol des forces spéciales de l'OTAN, incluant des militaires des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne de la France et du Qatar, qui ont appuyés les bandits d'Al Qaïda qui avaient investis Tripoli ce week-end. Les "illustres" agences de presse du gouvernement qatari Al Jazeera ont été exposées, jusqu'aux fraudes maintenant exposées au grand jour de CNN, BBC, Reuters, AP, AFP, qui ont été prises la main dans le sac à perpétrer une campagne de propagande de guerre concertée afin de vaincre la résistance psychologique du peuple libyen, surtout celui de Tripoli.

Des rapports que le fils de Kadhafi Saif Al-Islam avait été capturé par les rebelles libyens, ont émané des agences médiatiques partiales et cette information qui fut "confirmée" par la cour pénale internationale sponsorisée par les Fortune 500 de ce monde, annonça même que Saif Al-Islam était prêt pour un transfert à la Hague. Il apparaît désormais que l'intéressé soit bel et bien libre et qu'il soit apparu devant des journalistes logés à l'hôtel Rixos au sud de Tripoli; il était accompagné de forces militaires libyennes loyalistes et il menait apparemment une contre-attaque d'envergure. Il apparaît de fait que les opérations de l'OTAN en Libye se terminent comme elles ont commencé: sur la base d'un paquet de mensonges éhontés (Voyez : March's "Libya: Another War, Another Pack of Lies")

Pistol

Tripoli - Témoignage : les journalistes « non alignés » sont menacés de mort


L'OTAN encercle les ambassades qui veulent secourir les journalistes en danger

Mahdi Nazemroaya, Tripoli, 22 août à 19h52 (Russia Today)

Retranscription par le Grand Soir - mise en ligne 22/8 à 23h40 :

Présentateur : Nous rejoignons Mahdi Nazemroaya à Tripoli. Quelle est la situation à l'hôtel où vous êtes ? La dernière fois que nous avons parlé vous avez mentionné des coups de feu devant l'hôtel et aussi plusieurs loyalistes qui sont arrivés pour recevoir des soins...

Mahdi Nazemroaya : la tension est montée. Quelques membres de plus du personnel de l'hôtel précédent, de la sécurité et du groupe des médias qui étaient chargés de nous protéger, sont revenus armés. A l'évidence ils s'étaient battus. Ce sont des volontaires, pas des soldats. Ils sont revenus avec des informations sur les combats, et le tableau qu'ils ont brossé n'est pas celui d'une défaite, ils sont confiants. Et je crois... je suis désolé, je n'ai pas pu aller plus loin... je crois que l'un d'entre eux a peut-être été tué devant l'hôtel. Je ne peux pas le confirmer à l'heure qu'il est parce qu'il y a encore des snipers dans l'hôtel. Nous avons été avertis par... ceux de CNN par exemple, de ne pas parler d'Al Qaeda parce que sinon nous serions tués. C'était une menace voilée qui m'a été adressée directement. C'est inacceptable, c'est de la censure, et c'est inacceptable.

Red Flag

La situation à Tripoli au 23/08/11 (Mecanopolis)

Lundi 22 août

Mise à jour de 21h00
Nous sommes toujours sans nouvelles de Thierry Meyssan, Julien Teil et Mathieu Ozanon, comme la plupart de leurs proches. Nous mettons tout en œuvre afin de rétablir le contact.

Mardi 23 août 2011

07h00 > Seif al-Islam n'a pas été arrêté

Seif al-Islam, le deuxième fils de Mouammar Kadhafi, dont l'arrestation avait été mensongèrement annoncée par les rebelles et le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo, comme Thierry Meyssan nous l'avait indiqué dimanche, a recontré cette nuit des journalistes :

« Tripoli est sous notre contrôle. Que tout le monde soit rassuré. Tout va bien à Tripoli », a-t-il indiqué.

Handcuffs

La puanteur de l'État policier

Image
Les événements des 12 derniers jours sont un avertissement à la classe ouvrière du Royaume-Uni et du monde entier. La répression étatique et l'hystérie de droite déclenchées en réaction aux émeutes des jeunes à Londres et dans d'autres villes révèlent les préparatifs d'une classe dirigeante favorisant les formes de domination de l'État policier.

Les émeutes se sont déclenchées suite à l'exécution par la police de Mark Duggan, un noir de 29 ans, père de quatre enfants, à Tottenham, au nord de Londres, le 4 août, et qui s'est ensuivie par un assaut non provoqué de la police contre une manifestation pacifique dénonçant cet assassinat deux jours après. Près de quinze jours plus tard, aucun policier n'a toujours été identifié, et encore moins accusé, pour ces crimes.

Au lieu de cela, les élites politiques qui ont sanctionné le pillage des fonds publics pour renflouer les banques et les super riches, et qui ont étouffé l'affaire de piratage téléphonique illégal par l'empire médiatique de Rupert Murdoch, ont cherché à attiser une atmosphère de lynchage contre la « criminalité » et « l'immoralité » de la jeunesse ouvrière.

Encouragés par le Parti travailliste, le premier ministre David Cameron et son gouvernement conservateur-libéral démocrate ont organisé une répression étatique vicieuse, autorisant l'utilisation des canons à eau et des balles en plastique, de même que l'appel à l'armée advenant tout désordre social supplémentaire.

Bad Guys

Merkel et Sarkozy proposent une dictature financière

Image
Merkel et Sarkozy se sont mis d'accord sur trois propositions visant à démontrer ce qu'ils ont déclaré être leur « volonté absolue de défendre l'euro ». Toutefois, ils n'ont pas été au-delà de mesures discutées antérieurement et auxquelles les experts donnent peu de chance de se concrétiser.

En première place se trouve la création d'un « gouvernement économique européen » pour mieux coordonner la politique économique et financière des 17 pays de la zone euro. Merkel et Sarkozy ont proposé que les dirigeants des gouvernements de la zone euro se réunissent à cet effet deux fois par an sous la présidence du président du Conseil de l'Union européenne, Herman Van Rompuy.

Un tel gouvernement économique avait été annoncé précédemment en février de cette année lors d'un sommet extraordinaire de l'UE et cette annonce n'avait pas réussi à endiguer la crise de l'euro. Du fait d'une initiative franco-allemande conjointe, Van Rompuy avait alors été chargé d'élaborer un « un pacte pour l'euro, » qui a été adopté en mars lors d'une deuxième réunion spéciale.

Le pacte engage les pays de la zone euro à coopérer plus étroitement sur les questions financières, pour limiter la dette publique [la règle d'or] et pour accepter des objectifs communs concernant les salaires, les retraites et les impôts. En contrepartie, le gouvernement allemand est d'accord pour accepter une augmentation du fonds européen de secours et l'instauration d'un mécanisme de sauvetage permanent de l'euro.

Megaphone

21/08 - En direct avec Thierry Meyssan depuis Tripoli

Image
Depuis hier soir, les médias font leurs gros titres sur la Libye, en annonçant la chute de Tripoli et la fin imminente du colonel Kadhafi. Notre ami Thierry Meyssan, président et fondateur du Réseau Voltaire, se trouve sur place depuis plusieurs semaines (voir nos dernières vidéos). Nous ferons avec lui un point de la situation plusieurs fois par jour. - Mecanopolis

Whistle

Tripoli : le Réseau Voltaire s'inquiète des menaces de mort qui pèsent sur Mahdi Darius Nazemroaya et Thierry Meyssan

Image
Réseau Voltaire, lundi 22 août 2011, 13h20 GMT - Le Réseau Voltaire s'inquiète des menaces qui pèsent sur deux de ses collaborateurs à Tripoli. Mahdi Darius Nazemroaya, chercheur associé du Centre for Research on Globalization, et Thierry Meyssan, président-fondateur du Réseau Voltaire et de la conférence Axis for Peace, sont retranchés dans l'hôtel Rixos autour duquel d'importants combats ont lieu. L'ordre aurait été donné de les abattre.

Thierry Meyssan est à Tripoli depuis le 23 juin dernier. Il y a d'abord dirigé une équipe d'enquêteurs du Réseau Voltaire. Il mène depuis deux mois un travail d'information journalistique sur le conflit. Ses positions se distinguent de celles de ses confrères : il décrit la rébellion comme étant minoritaire et permettant de justifier aux yeux de l'opinion publique internationale une classique opération militaire.

Vader

Carnage de l'OTAN à Tripoli

Samedi 20 août 2011, à 20h, c'est-à-dire lors de l'Iftar, la rupture du jeûne de Ramadan, l'Alliance atlantique a lancé « l'Opération Sirène ».

Les Sirènes sont des hauts-parleurs de mosquées qui ont été utilisées pour lancer un appel d'Al Qaeda à la révolte. Immédiatement des cellules dormantes de rebelles sont entrées en action. Il s'agissait de petits groupes très mobiles, qui ont multiplié les attaques. Les combats de la nuit ont fait 350 morts et 3000 blessés.

La situation s'est stabilisée dans la journée de dimanche.

Un bateau de l'OTAN a accosté à côté de Tripoli, livrant des armes lourdes et débarquant des jihadistes d'Al Qaeda, encadrés par des officiers de l'Alliance.

Star of David

Accusez les Gazaouis et punissez-les

Traduction : Dominique Muselet pour LGS

Image
Selon les Documents Palestiniens, Saeb Erekat, le soi-disant négociateur palestinien a dit un jour : "Si quelqu'un éternue à Tel Aviv, j'attrape la grippe à Jéricho."

C'est probablement la seule chose sensée que Erekat ait jamais dite sur le conflit israélo-palestinien. Sauf que ce n'était pas tout à fait exact à moins de considérer que Erekat quand il a dit ça, représentait tous les Palestiniens de Gaza et de remplacer "Jéricho" par "Gaza", ce qui aboutit à "si quelqu'un éternue à Tel Aviv, les Palestiniens de Gaza en sont derechef rendus responsables."

Hier au réveil quand j'ai appris qu'une attaque avait eu lieu à Eilat, à 20 km au sud d'Israël, la première pensée qui m'est venue a été : " Merde, qui a fait ça ?"

En écoutant mon frère me raconter fébrilement les détails de cet incident étrange et mystérieux, j'étais assez bête pour souhaiter que les assaillants ne soient pas de Gaza. J'ai dit naïvement à mon frère : "Espérons qu'ils ne se révèleront pas être des Gazaouis."