Bienvenue à Sott.net
mer., 27 oct. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Che Guevara

Le gouverneur du Wisconsin fait la chasse aux syndicats

Image

Les fonctionnaires de l'État du Wisconsin manifestent depuis plusieurs jours leur colère face à la volonté du gouverneur de revenir sur certains de leurs acquis. © Michael P.King / Sipa
La colère gronde dans le Wisconsin. Depuis une semaine, ce gros état industriel est en proie à une révolte contre son gouverneur, le républicain Scott Walker. En cause, la réduction des prestations sociales d'une grande partie des fonctionnaires, via l'augmentation de leurs cotisations retraite et santé, de 8 % en moyenne. Scott Walker entend ainsi combler le déficit budgétaire.

Mais ce qui a mis réellement le feu aux poudres, c'est que Walker, qui fait partie de la vague républicaine de gouverneurs élus en novembre dernier, a décidé en même temps de supprimer le droit des fonctionnaires au "collective bargaining", en clair aux conventions collectives, et d'empêcher ainsi les syndicats de négocier les hausses de salaire. Ce qui revient à annuler 50 ans d'acquis sociaux et affaiblit considérablement le rôle des syndicats.

Depuis une semaine, des milliers de manifestants se retrouvent donc tous les jours devant le Congrès de Madison, la capitale de l'État. Rien que samedi, ils étaient 68 000 avec des pancartes qui affichaient, sans peur du ridicule, "Hosni Walker", "Un dictateur au tapis, un autre à abattre", avec la photo de Walker à côté de celle de Moubarak... Ils ont même créé un site internet "Mini Mubarak" après que Scott Walker a menacé de faire appel aux gardes nationaux pour disperser les manifestants. Paul Ryan, un élu républicain, déclarait ironiquement : "Le Caire a migré à Madison."

Fish

Golfe du Mexique : les décès de dauphins en hausse

Des chercheurs américains ont constaté que trop de bébés dauphins viennent s'échouer... sans vie le long des côtes du golfe du Mexique depuis la marée noire survenue en avril 2010 à la suite de l'explosion et du naufrage de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, exploitée par BP.

Un lien de cause à effet ? Selon Moby Solangi, ces décès pourraient résulter de cette marée noire . "Pour une raison inconnue, (les femelles) ont commencé à avorter (...) ou (les bébés) étaient morts avant d'être nés" a indiqué Moby Solangi, ajoutant attendre les résultats des nécropsies pratiquées lundi sur deux bébés dauphins pour déterminer les causes de leur mort.

Dix-sept bébés dauphins morts ont été trouvés le long des côtes de l'Alabama et du Mississippi au cours des deux dernières semaines, selon ces chercheurs. "La moyenne est de un à deux par mois. Cette année nous en avons 17, et février n'est même pas encore fini" a indiqué Moby Solangi, directeur de l'institut situé à Gulfport, dans le Mississippi.

Che Guevara

Manifestations à Bahreïn, heurts au Yémen

Le point sur la situation dans plusieurs pays du Maghreb et du Moyen-Orient où la mobilisation continue, dans l'ombre des troubles libyens.

Alors que le colonel Kadhafi répond aux manifestants en Libye, après une semaine de mobilisation, la vague de contestation sociale et politique se poursuit au Maghreb et au Moyen-Orient, où elle est réprimée, parfois dans le sang, par des régimes autoritaires.

Yémen

Un millier de protestataires ont passé leur deuxième nuit consécutive sur une place attenant à l'Université de Sanaa, rebaptisée "Place de la Libération" à l'instar de celle qui fut l'épicentre du soulèvement au Caire, sans être inquiétés par les partisans du régime.

Mais le matin, des heurts ont opposé les protestataires, dont le nombre s'est élevé à quelque 4000, à des partisans du Congrès populaire général (CPG, parti au pouvoir) rassemblés sur une place distante de quelques centaines de mètres.

Cinq personnes ont été blessées dans ces heurts au cours desquels les partisans du président Ali Abdallah Saleh ont fait usage de matraques et de poignards, avant que la police n'intervienne pour disperser les deux camps.

Cookie

Biocarburant : la production progresserait de 16 % en 2010 (USDA)

La production de bioéthanol progresserait de 16 % dans le monde en 2010, à 85,9 milliards de litres, contre 73,9 en 2009, a rapporté récemment le département américain à l'Agriculture (USDA), citant l'Alliance mondiale pour les carburants renouvelables (GRFA).
Production de bioéthanol dans le monde de 1975 à 2007

Production de bioéthanol dans le monde de 1975 à 2007

Cookie

Bioéthanol : réservoirs pleins et assiettes vides

Traduction : Horizons et débats

En 2006, 842 millions de personnes dont 170 millions d'enfants, ont souffert de sous-alimentation dans le monde, 2 millions de plus que l'année précédente. Toutes les 5 se­condes un enfant de moins de cinq ans meurt. Quelque 100000 personnes meurent chaque jour de sous-alimentation, ce qui fait plus de 35 millions par année. A l'avenir, une augmentation de ce nombre est prévisible, par exemple en Inde, en Indonésie, au Nigeria, au Pakistan et au Soudan [1]. La sous-alimentation est responsable de plus de morts que le sida, le paludisme et la tuberculose réunis, a déclaré le directeur du Programme alimentaire mondial (PAM), James Morris lors de la Journée mondiale de l'alimentation à Genève. C'est pourquoi, dans les débats concernant la crise mondiale de l'énergie, le problème de la faim doit être traité en priorité. Et surtout lorsque la solution préconisée est l'utilisation excessive de produits alimentaires pour les carburants.
Champs de colza
© Inconnu
Champs de colza
La lutte contre le réchauffement clima­tique et celle contre la faim sont liées

La lutte contre le changement climatique et celle contre la sous-alimentation entretiennent un rapport très étroit. Elles représentent un problème mondial dont les causes sont identiques à quelques détails près. La menace d'une catastrophe climatique et le fait - effrayant - que dans le monde, il y ait encore plus de 800 millions de personnes qui ont faim sont avant tout la conséquence d'un usage irresponsable des ressources naturelles et d'une politique d'exploitation dirigée contre l'homme. Au gaspillage démesuré s'ajoutent la soif du gain et l'accaparement des matières premières motivé par l'égoïsme des riches.


Commentaire : : Ce n'est pas à un réchauffement climatique auquel nous sommes confrontés mais à un refroidissement. Ceci est sans doute bien pire dans une optique de production de nourriture. Quoiqu'il en soit, la faim dans le monde provient bien quant à elle des choix et comportements d'une minorité d'êtres humains.


Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l'alimentation, part du principe que la faim dans le monde est voulue et qu'elle pourrait être surmontée très vite grâce à des efforts politiques adéquats (uniquement avec les méthodes agricoles actuelles, il serait possible de nourrir non seulement les 8 milliards d'hommes que compte la planète mais 20 milliards). Dans son livre «l'Empire de la honte», il donne les raisons suivantes de l'échec d'une politique alimentaire efficace: mauvaises habitudes alimentaires dans le monde (un quart de la récolte mondiale de céréales est consacrée à nourrir les troupeaux de bœufs des pays riches), guerres et systèmes corrompus dans les pays où règne la famine, changement climatique (le nombre des réfugiés climatiques se monte actuellement à 250 millions et pourrait atteindre le milliard dans les dix prochaines années). Il critique sévèrement la perversité du marché qui soumet les produits alimentaires comme n'importe quelle autre marchandise à la loi de l'offre et de la demande. Ce n'est pas seulement le pouvoir d'achat qui permet l'accès aux produits. Les spéculateurs de la Bourse de Chicago ont découvert que les aliments de base comme le soja, le maïs et le millet étaient une source de profit. Plus les profits des spéculateurs augmentent, plus la faim augmente!


Bizarro Earth

Des dépôts de pétrole et d'animaux morts dans le golfe du Mexique

Image
Dans le golfe du Mexique, des scientifiques américains ont découvert une couche de pétrole de plusieurs centimètres d'épaisseur déposée sur les fonds marins. Issue de la marée noire d'avril 2010, celle-ci aurait un effet désastreux sur les organismes en contact.

Les restes des 800 millions de litres de pétrole libérés pendant la marée noire d'avril 2010 se cacheraient en profondeur. C'est ce qu'ont révélé samedi dernier à Washington, des scientifiques de l'Université de Georgie, lors de la conférence de l'American Association for the Advancement of science. Après des expéditions organisées l'été dernier dans le golfe du Mexique, ceux-ci avaient espéré qu'ils ne trouveraient plus aucun résidu de pétrole. Mais en explorant les fonds marins à l'aide d'un insubmersible, ils ont découvert en décembre dernier un dépôt de pétrole de près de 10 centimètres d'épaisseur. D'après leurs conclusions, celui-ci se serait formé entre juin et septembre 2010 et ne semblerait aucunement en passe de se dégrader. Mais là n'est pas le plus sérieux de la découverte.

Che Guevara

Le monde change, et nous avons un grand rôle

Image
Après les Latinos, les Arabes. Et demain, les Africains ? Pourquoi Washington et Paris ont dû reculer en Tunisie et Egypte. Comment ils vont essayer de sauver l'essentiel du système néocolonial. Et quel est notre rôle à tous pour que le monde se transforme vraiment.

Longtemps, l'Empire a paru invincible. Les Etats-Unis pouvaient à leur guise et sous les prétextes les plus absurdes, violer la Charte de l'ONU, appliquer de cruels embargos, bombarder ou occuper des pays, assassiner des chefs d'Etat, provoquer des guerres civiles, financer des terroristes, organiser des coups d'Etat, armer Israël pour ses agressions...

Ils semblaient pouvoir tout se permettre, et le pessimisme dominait. Combien de fois ai-je entendu : « Ils sont trop forts, comment pourrions-nous mettre fin à ces régimes arabes corrompus et complices d'Israël ! » La réponse est venue d'en bas : les peuples sont plus forts que les tyrans.

Mais chacun sent que le combat ne s'est pas terminé en éliminant juste Ben Ali et Moubarak, il ne fait que commencer. Pour arracher de véritables changements, il faudra neutraliser ceux qui tiraient les ficelles en coulisses. D'où l'importance décisive de bien cerner les mécanismes de ce système qui produit les tyrans, les protège et au besoin les remplace. Pourquoi cet Empire s'affaiblit, et comment il va essayer de se maintenir à tout prix.

Che Guevara

Somalie : « pirates » ou pêcheurs en lutte ?

Image
Moins souvent évoquées par la presse des pays du Nord que les mésaventures des otages, les conditions de vie des « pirates » somaliens et de leurs concitoyens rèvèlent qu'ils sont avant tout des pêcheurs en lutte contre le pillage occidental de la pêche et la décharge de déchets toxiques. Dans cet article retenu par le Projet Censuré 2010, la réalité des conséquences du chaos politique persistant en Somalie n'apparaît pas seulement sous l'aspect de la piraterie : en effet même l'ONU y fait depuis longtemps preuve de négligence quant aux traités en vigueur sur les déchets toxiques.

Info

Un homme s'immole à Paris

Un homme a tenté de s'immoler par le feu devant le Palais de Justice de Paris aujourd'hui en début d'après-midi, a-t-on appris lundi de sources judiciaires.

Cet homme qui serait âgé de 53 ans a été secouru dans un premier temps par les gendarmes puis les pompiers. Aucune indication n'était disponible dans l'immédiat sur son identité. Il est placé sous curatelle et sujet à des troubles psychologiques. Il faisait l'objet d'un suivi psychiatrique, préciait-on de source policière.

Arrow Up

Pour la Banque mondiale, les prix alimentaires sont proches de « la cote d'alerte »

La flambée des prix alimentaires est en train d'atteindre la cote d'alerte et accroît l'instabilité politique, a averti samedi 19 février à Paris, le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick. Il a appelé les dirigeants du G20 à "considérér l'alimentation comme une priorité numéro un en 2011".

La hausse des prix des produits alimentaires va encourager une hausse de l'offre agricole, mais dans les deux prochaines années "il pourrait aussi y avoir une masse de troubles, les gouvernements pourraient tomber et les sociétés basculer dans le désordre", a affirmé M. Zoellick.