Histoire SecrèteS


Play

L'Afghanistan, 20 ans sous la botte de l'OTAN - Entrevue Jooneed Khan

Depuis la débâcle de Kaboul, on présente l'invasion et l'occupation de l'Afghanistan de 2001 à 2021 comme une « mission » pour libérer le peuple afghan, libérer les femmes, scolariser les jeunes et apporter la démocratie. Une telle propagande efface de notre mémoire la dévastation et la mort que cette invasion a infligées au peuple afghan. Tellement qu'il est difficile de trouver la vérité.
ffghj
Jooneed Khan présente un autre point de vue: des millions de réfugiés afghans se trouvent dans les pays voisins (Pakistan et Iran); des millions d'Afghans sont des déplacés internes qui ont fuient les bombardements des forces de l'OTAN; même si le commandant de l'ISAF (la force d'occupation dont faisait partie le Canada) a dit qu'ils ne compteraient pas le nombre de victimes, les estimations les plus conservatrices des victimes civiles s'élèvent à de 40 à 50 milles.

Commentaire:

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Clipboard

Historien américain : des dossiers confidentiels de la CIA révèlent des attaques bactériologiques américaines pendant la guerre de Corée

Des dossiers déclassifiés par la Central Intelligence Agency (CIA) relèvent que les États-Unis ont fait usage d'armes biologiques pendant la guerre de Corée, et l'empreinte de l'Unité 731 y est « partout », a déclaré, lors d'une interview récemment accordée à Xinhua, l'historien américain Jeffrey Kaye, qui appelle à une enquête internationale.
hjui
Kaye, ancien psychologue clinicien à San Francisco, a exposé l'usage de la torture à Guantanamo dans un livre sorti en 2017. Il s'est intéressé par la suite à la guerre biologique américaine pendant la guerre de Corée, dont les documents étaient systématiquement censurés et détruits pendant la période du maccarthysme.

Commentaire:

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Cult

SOTT Focus: Le temps des assassins et l'hologramme Macron — Xavier Poussard répond aux questions de Rivarol

Entretien de Rivarol et Xavier Poussard paru le 8 septembre 2021 dans le numéro 3484 de Faits & Documents.

hjkl
Rivarol : L'affaire Epstein connaît un regain d'attention médiatique outre-Atlantique, alors qu'approche l'heure du procès de Ghislaine Maxwell. La presse française semble s'être curieusement mise aux abonnés absents depuis le début de cette affaire a priori très vendeuse pourtant...

Xavier Poussard (rédacteur en chef de l'indispensable revue Faits & Documents) : L'affaire Epstein - du nom du maquereau de l'establishment économique, politique, universitaire et artistique occidental - a été très médiatisée aux États-Unis et en Grande-Bretagne mais assez peu en France. Le sujet reste tabou chez nous, les réseaux de pouvoir ayant très efficacement étouffé le scandale.

Évoquons simplement deux faits pour illustrer notre propos :

1 — À l'été 2019, quand le Livre noir, c'est-à-dire le carnet d'adresses de Jeffrey Epstein, a commencé à circuler dans sa version non censurée sur Internet, partout dans le monde les journalistes ont listé factuellement les personnalités se rattachant à leur pays, les ont contactées et ont publié leurs explications. En France, pays dont deux des principaux protagonistes de l'affaire sont des ressortissants (Jean-Luc Brunel et Ghislaine Maxwell) le traitement de l'affaire s'est résumé à une dissertation du Monde sur « les névroses américaines » et à un article lunaire de L'Obs sur « l'honneur perdu de Ghislaine Maxwell ». Pourtant, comme chacun peut le constater en ouvrant le Livre noir à la rubrique « Island » - rubrique relative à la désormais fameuse « île de la pédophilie » -, c'est le nom de Madison Cox, époux, veuf et héritier de Pierre Bergé, et accessoirement coactionnaire du Monde et de L'Obs qui saute aux yeux. Madison Cox, paysagiste de son état, a-t-il contribué à l'aménagement de ladite « île de la pédophilie » ? Nous attendons toujours l'enquête des fins limiers de Médiapart et du Canard enchaîné...

2 — Dans la même veine, il est tout à fait anormal qu'une toute petite publication comme la nôtre ait été la première à révéler (trois heures avant l'AFP) l'arrestation de Jean-Luc Brunel à l'aéroport de Roissy en décembre 2020. Notons ici que Brunel qui passe pour avoir été un des principaux rabatteurs d'Epstein, vient de recruter Me Mathias Chichportich, un avocat à l'agenda très chargé puisqu'il assure déjà la défense de Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur accusé de viol...

Commentaire:

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Magnify

Des chercheurs reconstruisent les principales branches de l'arbre du langage

La diversité des langues humaines peut être comparée aux branches d'un arbre. Si vous lisez ceci en anglais, vous êtes sur une branche qui remonte à un ancêtre commun avec les Écossais, qui remonte à un ancêtre plus éloigné qui s'est séparé en allemand et en néerlandais. Plus loin, il y a la branche européenne qui a donné naissance au germanique ; Celtique; Albanais; les langues slaves ; les langues romanes comme l'italien et l'espagnol ; Arménien; Baltique; et grec hellénique. Avant cette branche, et quelque 5 000 ans dans l'histoire de l'humanité, il y a l'indo-européen - une proto-langue majeure qui s'est divisée en la branche européenne d'un côté, et de l'autre, l'ancêtre indo-iranien du persan moderne, du népalais, du bengali , hindi et bien d'autres.

arbre
© Kevin Wenning / Unspplash.com
L'un des objectifs déterminants de la linguistique historique est de cartographier l'ascendance des langues modernes aussi loin que possible - peut-être, certains linguistes l'espèrent, à un seul ancêtre commun qui constituerait le tronc de l'arbre métaphorique. Mais alors que de nombreuses connexions passionnantes ont été suggérées sur la base de comparaisons systémiques de données de la plupart des langues du monde, une grande partie du travail, qui remonte aux années 1800, a été sujette à des erreurs. Les linguistes débattent encore de la structure interne de familles aussi bien établies que les indo-européennes, et de l'existence même de familles chronologiquement plus profondes et plus grandes.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Che Guevara

Seul dans Berlin de Hans Fallada, la résistance minuscule

Quelques mois avant sa mort en 1947, Hans Fallada parvient à écrire un dernier roman qui raconte le quotidien à Berlin pendant la guerre, et le destin d'un couple d'Allemands qui se mirent à résister à Hitler. 55 ans plus tard, c'est grâce à "Seul dans Berlin" que l'écrivain allemand est redécouvert.
ghjk
Hans Fallada meurt en 1947. La majeure partie de son oeuvre évoque l'Allemagne de la République de Weimar. Quelques mois avant de mourir, malgré sa grande dépendance à la morphine et son état d'épuisement général, il parvient à écrire un dernier roman qui raconte le quotidien à Berlin pendant la guerre, et le destin d'un couple d'Allemands qui se mirent à résister à Hitler.

Commentaire:

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Cross

La mort d'un Pape qui continue à faire jaser

Le 28 août 2021 marque le 43ème anniversaire de l'élection d'Albino Luciani comme successeur du Pape Paul VI. Sa mort, 33 jours plus tard, a été totalement imprévisible et les circonstances l'entourant plutôt suspectes. La réalisation d'une autopsie a été, dès le départ, écartée par ceux-là mêmes qui l'ont entouré dès le constat de son décès. Jusqu'à ce jour, cet autopsie n'a jamais pu se concrétiser.
kujujuj
Le pape Jean-Paul I
Au delà des journalistes d'investigation qui ont levé le voile sur la mort du pape Jean-Paul Ier, mettant en évidence que cette mort était plus près d'un assassinat que d'un infarctus, s'est présenté, 43 ans après sa mort, un haut gradé de la Mafia qui avoue, dans un livre, qu'il est lui-même le responsable de la mort du pape. C'est ce récit que Ruben Rodriguez porte à notre attention.

Commentaire:


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Cult

Sous le signe de Baal : Eustace Mullins et le culte noir des vaccins

La crise actuelle aura permis à un certain nombre de gens jusque-là distraits de comprendre que le monde moderne (et postmoderne) n'est qu'un techno-fascisme au service des oligarchies marchandes, elles-mêmes tenues par des réseaux sataniques. Un des auteurs américains les plus importants reste bien sûr Eustace Mullins. La conspiration en ce moment est si énorme, ramifiée et compliquée qu'elle en devient folle. Rationaliste et marxiste, Debord se demandait pourtant qui diable pouvait gouverner en démocratie ; nous aussi.

moderna
Dans son livre Meurtre par injection, bien traduit par le courageux Aladin Belarbi, Mullins s'en prend à toute la monstrueuse médecine moderne qui montre en ce moment son visage totalitaire et assassin ; je vais reprendre ce qu'il écrit sur les vaccins :

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Star of David

SOTT Focus: 20e anniversaire — Le 11-Septembre était un coup d'État straussien

Avec le retour des Talibans aux commandes en Afghanistan, je pense que nous entendrons bientôt parler du 11-Septembre, le prétexte fabriqué pour les renverser il y a vingt ans. Ils n'ont jamais eu la chance de se défendre. Lorsque le moment sera venu de faire une déclaration publique, nous pourrons peut-être apercevoir des responsables chinois en arrière-plan. Ils pointeront du doigt les États-Unis, qui réagiront par une propagande anti-chinoise intensifiée. De nouveaux développements sont à prévoir de toute façon. Voici ma contribution pour ce vingtième anniversaire plein d'espoir.
11-Septembre
La magie du 11-Septembre

James Hepburn a conclu son livre Farewell America de 1968 par ces mots :
« L'assassinat du président Kennedy était l'œuvre de magiciens. C'était un tour de scène, avec des accessoires et de faux miroirs, et quand le rideau est tombé, les acteurs et même le décor ont disparu. »[1]
Le 11-Septembre fut aussi un tour de passe passe de magiciens — la même compagnie, je crois. Ils n'ont pas seulement fait disparaître les plus hauts gratte-ciel de New York dans un nuage de fumée avec le mot magique « Oussama Ben Laden ». Ils ont également fait apparaître puis disparaître des avions. Pas seulement l'UA93, englouti par la terre, ou le AA77, vaporisé dans le Pentagone. Je parle aussi de l'UA175, qui s'est soi-disant écrasé sur la tour sud (laissons de côté l'AA11, dont l'unique image fantomatique a été capturée de manière surnaturelle par les frères Naudet deux fois récompensés aux Emmy Awards).

Commentaire: voir aussi les articles de Laurent Guyénot que nous avons déjà publiés : Et l'ouvrage titanesque de par ses sources de Laurent Guyénot, Du yahvisme au sionisme — Dieu jaloux, peuple élu, terre promise : 2 500 de manipulations

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Book 2

« Opération Condor », un homme face à la terreur

« Surprenant petit bonhomme », personnage hors du commun, symbole de la lutte pour la justice, le Paraguayen dont le journaliste et écrivain Pablo Daniel Magee retrace l'histoire dans un livre passionnant s'appelle Martín Almada. Inconnu du grand public, celui-ci a pourtant reçu en 2002 le prix Nobel alternatif de la paix pour avoir mis à jour, preuves à l'appui, après en avoir lui-même été victime, l'une des entreprises criminelles les plus abjectes de l'histoire de l'Amérique latine : le plan Condor.
ñpoikju
1964 : l'armée brésilienne renverse le président João Goulart. Le « golpe » marque le coup d'envoi de la période mortifère qui va affecter la Bolivie (1971), le Chili, l'Uruguay et le Pérou (1973), l'Argentine (1976) et le Paraguay (depuis 1954 sous la botte de l'« Honorablissime commandant en chef des Forces armées de la Nation » et Président de la République Alfredo Stroessner). Celui que, venu en 1958 inaugurer les installations de la CIA dans l'ambassade des Etats-Unis à Asunción, le vice-président étatsunien Richard Nixon a surnommé « Our man in Paraguay ».

Commentaire: Lire aussi : Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Black Cat

Meilleur du Web: Du terrorisme au covidisme

La République française, qui a amorcé il y a quelques années une transformation rapide, a finalement, par la voix de l'actuel locataire de l'Élysée, officialisé l'instauration d'une dictature - ou tyrannie, c'est selon - sous prétexte d'une lutte contre un virus. Cette mutation du régime s'est amorcée durant la « guerre » contre le « terrorisme », le précédent « ennemi » principal désigné par la République française et le « monde libre ».
fghj
© Inconnu« C’est une révolte ? Non, Sire, c’est une Révolution. »
Voici la réponse adressée à la naïve question de Louis XVI au lendemain de la prise de la Bastille le 14 juillet 1789. Moins de quatre ans plus tard, le 21 janvier 1793, la France n’a plus de roi : Louis XVI est guillotiné place de la Concorde.
Nous allons revenir ici sur les principales étapes de la mue du régime républicain qui est passé du libéralisme « démocratique » à la dictature par la voie de cette prétendue guerre antiterroriste et anti-covid.

Terrorisme et transformation du régime
« La République gouverne mal mais se défend bien » (dixit Anatole France) et lorsqu'elle est délégitimée, la République se rigidifie.
Ce régime a connu plusieurs crises et autant de phases tyranniques accompagnées de révoltes réprimées dans le sang (la Terreur, la Commune de Paris...). L'équipe dirigeante macronienne n'a rien inventé ; elle s'inscrit dans cette tradition républicaine et bourgeoise. Et nous en avons eu l'illustration durant la séquence Gilets jaunes où la délégitimation du régime républicain est apparue au grand jour. Une délégitimation cristallisée en la personne de Macron - l'homme de l'oligarchie, ultime avatar républicain - et qui s'est résumée par le slogan « Macron démission ! ».

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :