La Science de l'EspritS


Cult

Ces psychopathes à la tête des Etats-Unis

Image
Connaît-on vraiment les individus qui dirigent nos pays ? A moins de huit semaines de leur scrutin présidentiel, les électeurs américains feraient bien de méditer la question. Depuis plusieurs semaines, ils assistent, à grand renfort de meetings et de conventions, à un inventaire en règle de la personnalité, du parcours et de la famille des candidats démocrates et républicains. Mais une étude menée à l'université américaine Emory, publiée en septembre 2012 et relayée par Slate, montre que les présidents américains sont caractérisés par une absence de peur qui les rapprocheraient en de nombreux points d'un psychopathe "lambda".

Les hommes - car le beau sexe demeure jusqu'à présent écarté de la fonction - qui ont été élus président des Etats-Unis présentaient en effet une "fearless dominance", qui n'est autre qu'un "critère du test américain PPI pour détecter un individu psychopathe", rappelle Slate. Ce "trait psychopathique" leur permettrait, selon l'étude, d'avoir notamment une meilleure image de leader dans le monde entier."Le caractère dominant, qui reflète un certain courage associé à une certaine psychopathie, provoque de meilleures performances présidentielles en matière de gouvernance, de persuasion, de gestion de crise, de relations avec le Congrès", note encore l'étude.

Family

Meilleur du Web: Une expérience radicale d'empathie

En accompagnant étape par étape son auditoire à travers le processus de pensée, le sociologue Sam Richards lui pose un défi extraordinaire : peuvent-ils comprendre - non pas approuver, mais comprendre - les motivations d'un insurgé irakien? Et par extension, peut-on vraiment comprendre et éprouver de l'empathie pour autrui ?

Sous-titres français

Info

Les hommes et les femmes ne sont pas égaux face aux rêves

Image
Une étude menée entre 1997 et 2008 révèle que les hommes et les femmes ne rêveraient pas des mêmes choses durant leur sommeil. De même, les deux sexes ne se souviendraient pas autant des rêves qu'ils ont fait la nuit précédente.

S'il ne se passe bien évidemment pas la même chose dans la tête d'une femme et dans celle d'un homme, cette différence se manifeste aussi pendant le sommeil. C'est du moins ce que suggère une étude menée sur 28.888 personnes âgées de 10 à 80 ans entre 1997 et 2008. En effet, celle-ci indique notamment que les rêves nocturnes marqueraient davantage les femmes que les hommes. Ainsi, dans les résultats recueillis à partir d'un questionnaire en ligne, on retrouve un écart assez constant entre les femmes et les hommes pour ce qui est du souvenir des rêves tout au long de la vie (un point et demi de moins de souvenir de rêve au cours du dernier mois chez les hommes).

Concrètement, l'étude visait en fait à évaluer non seulement l'importance de la mémoire des rêves mais aussi la variété des thèmes oniriques selon l'âge et le sexe. Les données de Toré Nielsen, professeur au Département de psychiatrie de l'Université de Montréal, qui a supervisé l'étude, montrent ainsi que le nombre de rêves diminue avec l'âge. Plus précisément, "ce déclin est précédé, durant l'adolescence, d'une augmentation des rêves dont on se souvient et cette augmentation est plus forte chez les filles. Le déclin débute plus tôt chez les hommes, soit entre 30 et 40 ans, alors qu'il survient dans la quarantaine chez les femmes et il est alors plus abrupt", indique le scientifique cité par Techno-science

Family

Point de vue : l'homme voit le mouvement, la femme la couleur

EXPÉRIENCE SCIENTIFIQUE - Hommes et femmes sont bien différents sur de nombreux points. Voilà une affirmation qui ne va pas remettre en cause l'humanité, mais une récente étude publié dans la revue Biology of Sex Differences apporte un nouvel élément qui explique peut-être bien des choses quant à nos différences de point de vue.

Des études scientifiques avaient déjà montré, ainsi que la vie quotidienne d'ailleurs, que la femme disposait d'un odorat plus fin et que sa perception auditive n'était pas exactement la même que chez l'homme.

Sun

Plus il fait chaud, plus les crimes augmentent

Image
© AFP/Michael Urban
Et si vague de chaleur rimait avec vague de violences ? Quand les températures grimpent, le nombre de crimes prend le même chemin. Si le phénomène est constaté depuis longtemps par la police et l'opinion publique, une étude scientifique vient enfin corroborer ces allégations, selon le site américain The Atlantic Cities.

Commentaire: Lire également:

Les rayonnements cosmiques et solaires sont-ils en train de détraque la vie sur la planète Terre?


Beaker

Des chercheurs ont réussi à implanter de faux souvenirs dans le cerveau de rongeurs

Image
© Inconnu
Publiant leurs travaux le 9 septembre sur le site de Nature Neuroscience, des chercheurs américains sont parvenus à 'insuffler' des souvenirs artificiels à des portions de cerveau prélevées sur l'encéphale de rongeurs : une première !

Airplane

Meilleur du Web: 11/9 : Pourquoi refusez-vous de voir la vérité

"Psychologists Speak Out" (Les psychologues s'expriment) : Pourquoi est-il si difficile pour les gens de s'ouvrir à la vérité sur le 11 Septembre ?

Grâce à leur expertise psychologique et leur expérience avec des victimes de traumatismes, ces psychologues professionnels nous aident à mieux comprendre.


Display

Publicité : plus les enfants en regardent et plus ils deviennent matérialistes

La publicité montre aux enfants que posséder accroît le bonheur, message auquel serait sensibles les enfants de 8 à 11 ans, en particulier les plus insatisfaits.

Se faire offrir la dernière poupée tendance vue entre deux dessins animés, avoir le jeu vidéo en vogue montré pendant les publicités, voici les exigences de beaucoup d'enfants nourris à la publicité. Car chez les 8-11 ans, les spots publicitaires exacerberaient le matérialisme. C'est en tout cas ce que démontre une étude menée par des chercheurs du Centre sur les enfants, les adolescents et les médias, de l'université d'Amsterdam.

Lorsque les enfants atteignent cette tranche d'âge de 8-11 ans, ils passeraient par une phase analytique pendant laquelle ils développent leur sens de consommateur. "Les enfants deviennent conscients de la signification symbolique des objets. Contrairement aux plus jeunes, ils commencent à vouloir acquérir des produits non seulement pour le plaisir de les avoir mais aussi dans le but d'accroître leur bonheur et leur statut social", explique au Figaro le Dr Suzanna Opree, principal investigateur de l'étude.

Heart

Confiance, moralité -- et ocytocine (vidéo)

Qu'est-ce qui nous fait vouloir nous comporter moralement ? Le neuroéconomiste Paul Zak démontre pourquoi il croit que l'ocytocine (qu'il appelle la "molécule morale") est responsable de la confiance, de l'empathie et d'autres sentiments qui contribuent à construire une société stable.


Sous-titré français

Heart

Des chercheurs identifient six styles émotionnels

Comprendre la neurobiologie des émotions peut aider chacun à développer un meilleur style émotionnel pour améliorer sa vie, estiment les chercheurs Richard Davidson et Sharon Begley. Ils ont identifié six "styles émotionnels" qui constituent des continuums entre deux traits opposés. Chaque personne présente une combinaison unique de positions sur ces continuums qui décrit comment elle "perçoit le monde, y réagit, s'engage avec les autres et navigue à travers les obstacles de la vie".

Ce modèle, décrit dans un livre publié en mars dernier, "The Emotional Life of Your Brain: How Its Unique Patterns Affect the Way You Think, Feel, and Live - and How You Can Change Them", est issu de la recherche en neurosciences. Les six styles reposent sur six circuits neurologiques différents.

Par exemple, l'un de ces style est la résilience. Cette dernière réfère au temps nécessaire pour récupérer après les difficultés, lequel est très variable d'une personne à l'autre. La résilience est un facteur important de la vulnérabilité aux troubles de l'humeur et aux troubles anxieux. Une meilleure résilience semble liée à des niveaux plus élevés d'activation du cortex préfrontal qui modulent l'activité de l'amygdale (une région liée aux émotions négatives telles que l'anxiété) et facilitent la désactivation de cette dernière.