Bienvenue à Sott.net
dim., 24 mar. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Changements Terrestres
Carte

Bizarro Earth

Inondations: des milliers d'évacués en Bosnie, Serbie et au Monténégro

BELGRADE - Plusieurs milliers de personnes ont été évacuées de leurs foyers en raison des inondations provoquées par des pluies diluviennes au Monténégro, en Bosnie, en Serbie et en Albanie.

La situation est particulièrement difficile le long de rivière Drina, qui est alimentée par plusieurs cours d'eau prenant leurs sources au Monténégro et en Bosnie et qui constitue une frontière naturelle entre la Serbie et la Bosnie.

Dans l'est de la Bosnie, l'état d'urgence a été décrété dans les villes de Bijeljina, Visegrad et Zvornik (est) le long de la Drina. Dans le sud du pays, le fleuve Neretva est en crue et menace plusieurs localités.

Gear

Limiter les dégâts: Un hiver froid pourrait suivre le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique, causé par les gaz à effet de serre, pourrait se traduire par des hivers froids en Europe. Les glaces qui reposent sur les eaux de l'est arctique fondent, ce qui entraîne un réchauffement local des couches d'air inférieures qui pourrait provoquer de fortes interférences dans les courants atmosphériques. Un éventuel refroidissement des continents du nord pourrait voir le jour. Cette hypothèse est présentée dans la revue Journal of Geophysical Research. "Cette interférence pourrait tripler le risque d'un hiver très froid en Europe et en Asie du Nord" déclare l'auteur principal de cette étude, Vladimir Petoukhov de l'Institut de recherche climatique de Potsdam (PIK). Il explique que des hivers rudes, comme ceux connus ces dernières années, ne contredisent en rien un réchauffement planétaire, mais au contraire l'attestent.

Meteor

Une boule de feu aperçue en Bourgogne

Hier matin, mardi, plusieurs personnes ont affirmé avoir vu une boule de feu avec une traînée dans le ciel à 7h30 dans trois départements.

Certains ont prévenu leur gendarmerie locale, d'autres en ont fait part à leurs collègues, d'autres encore ont préféré des témoignages anonymes sur le net.

La boule de feu de la taille d'un avion de tourisme avec une grande traînée lumineuse derrière elle, pas très haute dans le ciel, n'aurait été vue que quelques secondes simultanément en Saône-et-Loire, dans l'Allier et en Côte-d'Or. Elle n'a été repérée par aucune brigade aérienne.

Cloud Lightning

La vague de froid cause de gros problèmes en Europe, 11 morts en Pologne

Les chutes de neige lourdes et le froid très vif ont déjà fait au moins 11 morts en Pologne, tandis qu'en Allemagne, en Belgique, au Royaume-Uni, au Portugal et en Espagne, on signalait de gros problèmes au niveau du trafic routier et aérien.

En Pologne : Au moins 11 personnes sont mortes, il s'agit de sans-abri, dont 8 d'entre eux ont été tués suite aux températures glaciales.
Le froid s'est encore renforcé aujourd'hui sur la Pologne, ce matin on relevait -26.5°C à Bialystok (un record pour cette station), -23.1°C à Siedlce, -22.1°C à Deblin, -21.5°C à Lublin, -21.3°C à Kozienice, -21.1°C à Sandomierz.
Le trafic ferroviaire est fortement perturbé encore aujourd'hui.
À Varsovie, les lignes de bus subissent de gros retards.


Cloud Lightning

La neige et le froid paralysent une grande partie de la France

Image
© THIERRY ZOCCOLAN/AFP
La neige est passée hier à Saint-Germain Lembron, situé dans le centre de la France.
Cet épisode, qui devrait persister jusqu'à jeudi soir, concerne d'abord les régions méridionales. Il devrait ensuite se décaler vers le nord et l'est de la France.

Un épisode neigeux de grande ampleur qui devrait perdurer jusqu'à jeudi soir. Les chutes de neige ont concerné l'Auvergne puis la région Rhône-Alpes tout au long de la nuit de mardi à mercredi et se poursuivent encore ce matin, indique Météoconsult. Par accumulation, les hauteurs de neige sont déjà conséquentes, avec 20 à 30 cm sur l'ensemble des départements de l'Isère et de l'Ain, ainsi que sur une partie du Rhône. Météoconsult place 11 départements en vigilance orange.

Igloo

Un rapport du Pentagone sur le climat annonce un refroidissement global (deuxième partie)

Première partie

Voici la deuxième partie du rapport commandé par le département de la Défense du Pentagone, qui envisage pour 2010 un brusque refroidissement du climat. Bien sûr, le Pentagone ne diffuse pas ses rapports sans arrières pensées, notamment sur les solutions qu'il préconise. C'est donc avec un certain recul qu'il faut prendre connaissance de ce document.
Image
Un autre scénario pour l'hémisphère sud

Une très grande incertitude subsiste à propos du développement du climat dans l'hémisphère sud, principalement parce que nous disposons de moins données paléoclimatologiques que pour l'hémisphère nord. Les modèles de climat dans les régions principales de l'hémisphère sud pourraient imiter ceux de l'hémisphère nord, devenant plus froids, plus secs et plus rudes, en raison de flux de chaleur depuis les tropiques vers l'hémisphère nord qui tentent d'équilibrer thermodynamiquement le système climatique. Ou alors, le refroidissement de l'hémisphère nord pourrait entraîner une augmentation de la chaleur, des précipitations et des tempêtes dans le sud, la chaleur normalement transportée loin des régions équatoriales par les courants océaniques se retrouvant emprisonnée et le réchauffement des gaz à effet de serre continuant à s'accélérer. D'une façon ou d'une autre, il n'est pas invraisemblable que le changement brusque du climat provoquera des conditions atmosphériques extrêmes, touchant en même temps plusieurs des principales régions du monde en terme de population et d'agriculture et mettant à l'épreuve l'approvisionnement en nourriture, en eau et en énergie de la planète.

Les régions : 2010 à 2020

Europe. Durement frappée par le changement climatique, avec une moyenne annuelle des températures qui chute de 3,3°C en moins d'une décennie et des écarts plus importants encore le long de la côte nord-ouest. Le climat en Europe du Nord-Ouest est plus froid, plus sec et plus venté, la faisant davantage ressembler à la Sibérie. L'Europe du Sud connaît de moindres changements mais souffre néanmoins par moment de brusques refroidissements et de rapides changements de température. La réduction des précipitations fait de l'appauvrissement des sols un problème dans toute l'Europe, contribuant à la pénurie alimentaire. L'Europe lutte pour contenir l'émigration des nations scandinaves et de l'Europe du nord à la recherche de chaleur, ainsi que pour refouler l'immigration issue des pays gravement touchés en Afrique et ailleurs.

États-Unis. Un temps plus froid, plus venté et plus sec rend les saisons de culture et de récolte plus courtes et moins productives dans tous les États-Unis du Nord-est, plus longues et plus sèches dans le sud-ouest. Les zones désertiques sont exposées à une recrudescence des tempêtes, alors que les zones agricoles souffrent de l'appauvrissement des sols du fait de l'élévation de la vitesse des vents et de la réduction de l'humidité au sol. L'évolution vers un climat plus sec est particulièrement prononcée dans les États du sud. Comme l'élévation du niveau de l'océan continue le long des côtes, les zones littorales qui étaient en péril pendant la période de réchauffement le demeurent. Les États-Unis se replient sur eux-mêmes, investissant leurs ressources pour nourrir leur propre population, renforcer leurs frontières et gérer la tension mondiale croissante.

Igloo

Un rapport du Pentagone sur le climat annonce un refroidissement global (première partie)

Le département de la Défense du Pentagone a commandé un rapport, dont nous publions la traduction ci-dessous, afin de prévoir l'impact d'un changement climatique brutal sur la sécurité des États-Unis. Or, les conclusions s'en sont révélées si alarmantes que les plus hautes autorités ont tout fait pour l'étouffer. Ses auteurs, Peter Schwartz et Doug Randall, envisagent, environ pour 2010, en prenant appui sur les récentes études et sur l'évolution générale des conditions climatiques à l'échelle terrestre, un brusque refroidissement du climat
Image

Selon le Pentagone, nous nous dirigeons vers un refroidissement global

Igloo

Le froid bat record sur record en Europe

LONDRES - L'Europe grelottait mardi, le froid s'étant installé sur le continent avec plusieurs semaines d'avance, y battant record sur record, notamment en Grande-Bretagne, où c'est la première fois qu'il neige aussi tôt depuis 17 ans, mais également en France, aux Pays-Bas, en Suisse ou en Suède.

Des millions de personnes ont dû batailler mardi pour se rendre à leur travail au Royaume-Uni, dont de nombreuses régions étaient recouvertes par deux à cinq centimètres de neige. D'où un chaos dans les transports et plusieurs accidents de la route, qui ont fait au moins deux morts.

L'aéroport d'Edimbourg, en Ecosse, a dû être fermé à plusieurs reprises depuis dimanche et celui de City, à Londres, était affecté mardi par des retards et des annulations de vols.

Snowman

La vague de froid s'accentue

caille
Dans la nuit de lundi à mardi, les températures ont encore chuté. Il a fait -14°C à Orléans.

L'hiver a fait une arrivée remarquée avec quelques semaines d'avance. Froid et neige devraient se maintenir toute la semaine sur le pays. Dans la nuit de lundi à mardi, les températures ont encore chuté, en particulier dans le centre du pays et notamment sur le Massif central. Il a, par exemple, fait -14°C à Orléans.

Better Earth

Kamtchatka : trois séismes en 24 heures

Image
© Sergei Konkin
PETROPAVLOVSK-KAMTCHATSKI : Trois séismes de magnitude 3,8 à 5,5 ont eu lieu ces dernières 24 heures près du volcan Kizimen au Kamtchatka, sans faire ni blessés, ni destructions, a annoncé lundi à RIA Novosti un porte-parole du Service géophysique de l'Académie russe des sciences.

"Les épicentres des séismes de magnitude 5,0 et 3,8 étaient situés à 33 km de profondeur. Le foyer du séisme de magnitude 5,5 se trouvait à 10 km sous la terre", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Les habitants des localités situées sur la péninsule du Kamtchatka n'ont pas ressenti de secousses.

Haut de 2,5 km, le volcan Kizimen se situe à 265 km de la capitale régionale, Petropavlovsk-Kamtchatski. Sa dernière éruption a eu lieu en 1928-1929.

Le volcan est de nouveau entré en activité au mois de juillet 2009.