Boules de feu
S


Moon

Une vidéo du crash d'un astéroïde sur la lune

Asteroide impacte Lune
© Space.com

Un astronome espagnol a observé en direct un astéroïde gros comme un réfrigérateur s'écraser sur la Lune, un phénomène rare qu'il a pu enregistrer et analyser.


Le 11 septembre 2013, Jose Maria Madiedo, enseignant à l'Université espagnole de Huelva, avait l'oeil rivé sur deux télescopes d'observation lunaire lorsqu'il a détecté un puissant flash lumineux dans la Mare Nubium (« mer des nuages » en latin), un bassin lunaire rempli de lave refroidie.

L'éclair était presque aussi lumineux que l'étoile polaire et devait être visible à l'oeil nu depuis la Terre, précise la Royal Astronomical Society (RAS) britannique, qui rapporte l'événement dans son bulletin mensuel. Le flash a été suivi d'une lueur qui a persisté durant huit secondes à la surface de la Lune.

« C'est à ce moment là que je me suis rendu compte que j'avais assisté à un événement très rare et extraordinaire », a souligné M. Madiedo, dont les vidéos sont visibles sur internet. Selon les calculs de l'astronome et de ses collègues, l'astéroïde pesait environ 400 kg pour un diamètre compris entre 60 cm et 1,40 m et il filait à plus de 60'000 km/h lorsqu'il s'est abattu sur la Lune. Une vitesse telle que le rocher cosmique s'est instantanément vaporisé au point d'impact, creusant un cratère de 40 mètres de diamètre et dégageant une chaleur intense, source du flash observé depuis la Terre.

Fireball 5

Un météore dans le Sud de la France

Image
Une météorite dans le ciel de l’Italie – Capture Twitter
Comme Mlactu vous le révélait dès hier soir, une météorite a traversé le ciel du Sud de la France samedi 22 février aux alentours de 20h. Elle a été aperçue en Corse, puis dans les Bouches-du-Rhône (à Marseille, Fréjus, Fos-sur-Mer ou encore à côté d'Aix-en-Provence), dans l'Hérault (près de Béziers), et également dans les Alpes-Maritimes (Nice) et en Ardèche, alors qu'elle avait d'abord été vue en Italie. De nombreuses personnes apportent aujourd'hui leurs témoignages à travers leurs commentaires sur Mlactu.fr, confirmant cette information. N'hésitez pas à en faire autant !

Nous vous donnons avec plaisir la parole. Plusieurs d'entre vous désirent évidemment savoir ce qu'est devenue cette météorite qu'ils ont vue ou dont ils ont entendu parler, sachez que la rédaction de Mlactu est mobilisée pour vous apporter une réponse sérieuse et précise dès que possible.
"Vue en direct du stade de Bastia, c'était jolie à voir, témoigne Guidicelli sur Mlactu.fr. Cela a duré cinq secondes, elle était quand même assez grosse, jaune, rouge et vert sur la fin. Elle a disparu subitement derrière les tribunes sud du stade Armand Cesari." "Je croyais être fou, personne ne me croyait, explique Benazeraf. Je pensais que c'était une étoile filante mais c'était trop long et gros ! Une lumière blanche avec une trainée orange, au moins cinq vraies secondes dans le ciel avant qu'un arbre qui était dans mon champ de vision ne me gâche la vue !" "Ca me rassure, je croyais être folle aussi, raconte Jenny Liegeois. Je l'ai aperçue au niveau des Arcs sur Argens, une grosse boule de feu orange qui descendait à toute vitesse."

Fireball 5

Charente : un météore dans le ciel de Ruffec

Ça n'a duré que deux ou trois secondes mais Quentin Sekli en est sûr: c'est une météorite qui a traversé le ciel charentais ce vendredi matin.
"Je roulais sur la RN10 à hauteur de Villegâts pour aller à mon travail quand à 5h46 j'ai vu une lueur dans le ciel en direction de Poitiers. Les gens qui circulaient sur la RN10 ne pouvaient pas la louper. Je pense qu'elle était à hauteur de Ruffec. Je dirais sans hésiter que c'est une météorite; ça a fait comme en Ukraine fin novembre, mais en moins lumineux. Elle devait être plus petite", assure le jeune homme.
Sur le mur Facebook de CL, Monick Poly confirme les dires de Quentin Sekli. Elle aussi, elle l'a vue.

UFO

SOTT Focus: Les Temps manquants : les médias, les Ovnis, Cointelpro et les comètes

The missing Times cover book
© Terry Hansen

The Missing Times: News Media Complicity in the UFO Cover-Up
[Les temps manquants : la complicité des médias d'information dans la dissimulation Ovni - non traduit en français - NdT] est un livre écrit en 2000 par le journaliste indépendant, Terry Hansen. L'ayant vu référencé dans plusieurs livres sur les Ovnis de la dernière décennie et recommandé par plusieurs experts dans le domaine, je décidai de le consulter. Comme nos lecteurs réguliers le savent, nous, à Sott.net, aimons rester à jour sur les diverses bizarreries, anomalies, et exemples de « grande étrangeté » qui surgissent dans notre réalité de manière régulière. Et, Sott.net étant un site alternatif d'informations qui analyse et commente la couverture médiatique de masse (c'est-à-dire la propagande) sur tous les sujets, de la météorologie à la guerre, la focalisation du livre sur les travaux internes de la couverture médiatique sur le sujet suggérait que cela pourrait bien être notre rayon, pour ainsi dire. Il s'avère que The Missing Times est une grande ressource pour l'information sur la censure et la propagande en général, pas seulement les Ovnis et les médias, et cela a des applications de grande portée, comme nous le verrons.

Avant tout, voici une petite revue du livre en lui-même : cela commence avec une légère introduction de la manière dont les médias d'information ont couvert (ou non couvert) les grosses histoires d'Ovni, particulièrement les rencontres Ovni/missile balistique intercontinental à la base aérienne de Malmstrom en 1975. Largement diffusé dans la presse locale et régionale, cela prit deux années complètes à ces évènements hautement sensationnels (c'est-à-dire, d'intérêt médiatique) pour atteindre les informations nationales.

Hansen remarque qu'il y a deux réalités dans les médias : la réalité officielle, représentée par les corporations principales d'informations nationales (qui reflètent les vues officielles du gouvernement), et la réalité du folklore, qui est souvent présentée dans le reportage local ou régional d'une « petite ville ». Les histoires d'Ovnis, en particulier, sont souvent reportées dans la presse locale, où elles sont consignées plutôt précisément, mais elles n'obtiennent, rarement sinon jamais, de couverture sérieuse dans la presse nationale. Et lorsqu'elles le sont, c'est généralement parce que l'histoire est déjà devenue si importante, qu'ils ont besoin de la couvrir plutôt que de prendre le risque de paraître la censurer. Même alors, leur reportage est rarement sérieux ou objectif. À la place, c'est bourré de « raccourcis », d'injures, et de « clins d'œil et d'acquiescements » plein de légèreté. Quelle en est la raison ?

Fireball 5

Brésil : une boule de feu au-dessus de São Sebastião

Le Bramon, un observatoire dans l'Etat de Sao Paulo au Brésil, a filmé ce météore au-dessus de la ville de São Sebastião le 12 février 2014.



Fireball 4

Sri Lanka : une météorite traverse le toit d'une maison


Une météorite est tombée sur une maison à Ragala au Sri Lanka le 18 Février 2014.
Image
Un groupe de scientifiques dirigé par le chef de l'Unité de la Commission géologique de l'Université de Peradeniya, le Dr Jagath Gunasekera, a visité la région et a commencé à inspecter les fragments de pierre. Selon les conclusions du groupe de recherche de l'Université, le professeur Senarathna a confirmé que la pierre était un météore.
Image
Le même jour, un énorme météore a explosé au-dessus de Santa Fe en Argentine.

Fireball 5

Un météore illumine le ciel de Puerto Rico


Le 18 février 2014, un météore vert a illuminé le ciel de Puerto Rico et de la République dominicaine.

Fireball 5

Argentine : un météore explose dans la province de Santa Fe

Une météorite a explosé mardi à 09h45 (12h45 UTC) dans le sud de la province argentine de Santa Fe, ont rapporté les médias locaux se référant aux spécialistes.

Météore
© Fotolia/Paul Fleet
« Cela s'est produit à environ 60 km d'altitude, l'explosion s'est fait entendre dans un rayon de 40 km », a déclaré l'astronome Jorge Koglan, directeur de l'Observatoire national de Santa Fe.

Pour le moment, les informations sur les éventuelles victimes ou dégâts ne sont pas disponibles.

En avril 2013, des milliers d'habitants de six provinces argentines (Santiago del Estro, Tucuman, Cordoba, La Rioja, Santa Fe et Chaco) ont observé la chute d'une météorite de 20 cm de diamètre qui s'est désintégrée à 45-100 km d'altitude.

Les astéroïdes en approche de la Terre

Le 15 février 2013, la Russie avait également été victime de ce phénomène. Une météorite s'est désintégrée au-dessus de l'Oural méridional et du nord du Kazakhstan, faisant plus de 1.500 blessés et provoquant de nombreux dégâts dans les plusieurs régions russes.

Fireball 5

Une météorite vue en Angleterre et en France vendredi




Une météorite, ou «boule de feu», a été repérée par de nombreuses caméras de surveillance vendredi 14 février 2014 en Angleterre.
L'observation de l'objet du ciel ce vendredi, à 18h30 heure locale, a été confirmée par l'UKMON (United Kingdom Observation Network), l'observatoire anglais du ciel. En dehors des caméras de surveillance du ciel, de nombreux témoins l'ont aperçu et n'ont pas hésité à la décrire comme « spectaculaire ». La météorite a également été vue depuis la France par quelques observateurs chanceux, dont un météorologue de La Chaîne Météo.

Selon l'UKMON, il s'agirait d'une boule de feu « sporadique » : un objet isolé, imprévisible à l'heure actuelle, n'appartenant pas à une pluie de météores passagère (étoiles filantes). Sa vitesse a été évaluée comme lente : 16,3 km par seconde. La météorite aurait explosé à une altitude de 86,3 km et sa descente vertigineuse sur Terre aurait duré 4,4 secondes, parcourant une distance de 47,7 km. Deux explosions ont été observées et l'équipe de l'observatoire anglais tente désormais de localiser les débris tombés sur terre ou en mer.

Fireball 4

2000 EM26 : un énorme astéroïde va passer proche de la Terre lundi

Un astéroïde trois fois la taille d'un terrain de football voyageant à 27,000 miles par heure est sur le point de passer près de la Terre et vous pouvez regarder en direct sur Internet.

Les astronomes ont annoncé que l'objet «potentiellement dangereux» - connu sous le nom NEA 2000 EM26 - va passer près de chez nous à environ 0,018 UA de la Terre le 17 Février. Maintenant - bien que 0,018 UA (Unité Astronomique) peut paraître peu, c'est en fait assez loin, en fait, c'est à plus de 2,6 millions de kilomètres.

Donc, il n'y a aucune raison de paniquer. Au lieu de cela vous pouvez vous asseoir et regarder le gros rocher passer, grâce aux caméras Slooh.com (ou son application iPad) qui sont dirigées vers la bonne partie du ciel au-dessus des îles Canaries. Slooh suit régulièrement les astéroïdes dangereux qui ont le potentiel de causer des dommages importants s'ils avaient à frapper la Terre.