Bienvenue à Sott.net
sam., 01 oct. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Boules de feu

Sherlock

La Mort Noire serait d'origine céleste

La Peste Noire est l'un des moments les plus controversé de notre chronologie par les historiens, surtout par le fait de sa vitesse de transmission et par un taux de mortalité, tous deux hors du commun. Ainsi, certains ont suggéré la présence d'autres épidémies (type Ebola, anthrax) pour accompagner la peste, dont les souches antiques ne démontrent pas à ce jour une grande différence symptomatologique avec les pestes modernes.
Le triomphe de la Mort de Pieter Bruegel en 1562
© Inconnu
Le triomphe de la Mort, Pieter Bruegel - 1562
Mike Baillie, un dendrochronologue a publié plusieurs livres depuis 1999 sur le thème de plusieurs grandes catastrophes historiques, comme conséquence d'impacts de comètes. Ses analyses sur des arbres anciens de Sibérie, d'Europe, et d'Amérique du Nord et du Sud, ont révélé de grandes perturbations dans leur croissances, sous entendant de grandes catastrophes environnementales datées* en l'an -2354 av J.C., -1628, -1159, -208, et l'an 540 ap. J.C.

Cette dernière date corrobore justement avec la présence d'ammonium dans des carottes glacières du Groenland, vers cette date. La présence de ce composé chimique est une preuve scientifique de la désintégration d'une comète, puisque celui se forme par l'azote de l'aire et l'hydrogène, dans des conditions de pression et de températures extrêmes qui suivent l'arrivée dans l'atmosphère d'un gros corps. Ces calottes glacières ont démontré de l'ammonium pour l'an 539 ap. J.C., qui correspond avec la dernière date de Mike Baillie et qui est la seconde plus forte présence d'ammonium de l'histoire, l'an 626, l'an 1014, qui est l'année de la plus forte présence d'ammonium dans l'histoire, et de manière plus anecdotique, l'an 1908, qui correspond à la catastrophe de Toungouska.

Dans son livre New Light on the Black Death: The Cosmic Connection, Mike Baillie estime qu'une comète s'est écrasée sur terre en l'an 540, provoquant des millions de morts pour les retombées environnementales et autres catastrophes conséquentes. Il enlève ainsi de l'importance à la peste de Justinien, comme responsable du haut taux de mortalité à ce moment, ce qui va dans le même sens que les analyses symptomatologiques des souches antiques de la Peste Noire, qui ne démontrent pas que cette maladie médiévale composait des symptômes très différents de la peste moderne. En ce qui concerne l'époque médiévale de la Mort Noire, Mike Baillie rassemble un grand nombre d'indices et témoignages historiques qui laissent penser que « l'histoire s'est répétée », c'est à dire qu'une autre comète y aurait commis des ravages, puisqu'il relie ces traces d'ammonium dans la glace à une autre comète, il y a 664 ans, dont il associe l'impact à un tremblement de terre déclaré vers le 13 janvier 1348, provoquant une nouvelle fois de grands dégâts humains et une Grande Peste.

Meteor

La toute première météorite de Mercure ?

NWA 7325 n'est pas une météorite comme les autres. Trouvée au Maroc l'année dernière, cet ensemble de petites pierres semble correspondre presque parfaitement géochimiquement à la surface de la planète la plus proche.

Fragment de météorite NWA 7325
© Stefan Ralew / sr-meteorites.de
Pesant à peine un peu plus de 100 g, c'est le plus grand fragment de la météorite NWA 7325. Notez l'étonnante lumière de couleur verte de sa croûte de fusion - l'une des nombreuses caractéristiques laissant entendre qu'elle pourrait provenir de la planète Mercure. Le cube de droite est de 1 cm de côté.
Lorsque les dynamiciens manipulent les chiffres, il est du moins statistiquement possible que les météorites devraient tomber sur Terre depuis partout dans le Système solaire interne - même de Mercure.

Stimulé par un examen minutieux de l'orbiteur Messenger de la surface de Mercure, la chasse a été de trouver des météorites de la planète la plus proche. Tous les candidats précédents (appelés angrites et aubrites) sont proches mais correspondent imparfaitement à la composition unique trouvée par Messenger sur la surface de Mercure : une roche ignée noire enrichie en magnésium, mais pratiquement exempt de fer.

Comet

Thomas Forster, chutes d'empire et phénomènes remarquables

Comet
© Inconnu
Alors que j'avançais dans l'étude des observations atmosphériques de Thomas Forster que nous avons en partie parcourues dans la première partie, « Influence des comètes, phénomènes atmosphériques et pandémies », j'ai commencé à réaliser que l'examen des données anciennes est totalement dépendant de deux choses :
  • la première est la possibilité limitée de découvrir des traces littéraires ou archéologiques plus ou moins dégradées par le temps ;
  • la seconde est la possibilité d'établir un nouveau paradigme en accédant à des informations occultées ou ignorées par le monde scientifique et le public.
  • Ainsi, l'accès à certaines données reste du domaine totalement spéculatif. Cette difficulté, que de nombreux historiens ou autres chercheurs de vérités doivent bien connaître, aurait pu faire l'objet d'un développement plus approfondi, mais, bien qu'il soit d'une importance majeure dans tous types d'enquêtes, j'ai pris le parti de ne pas le développer plus avant ici, lui préférant une brève évocation. De plus, le voyage est loin d'être terminé...

    Les événements célestes et leurs influences sur le vivant que Thomas Forster observe en tant que scientifique avant tout, et précisément comme astronome, naturaliste et médecin d'un XIXe siècle particulièrement foisonnant en comètes et autres événements « cosmiques », devraient être pris pour ce qu'ils sont : un témoignage de premier plan.

    Outre la valeur d'un témoignage direct, lorsque l'on est amené à effectuer des recherches sur un auteur, scientifique notamment, sa psychologie est à prendre en compte quand cela est possible. En bref, rechercher l'objectivité du témoin relatant son expérience.

    Fireball 5

    Influence des comètes, phénomènes atmosphériques et pandémies

    À l'approche des deux comètes annoncées pour l'année 2013, PANSTARRS et ISON, sans oublier l'astéroïde Apophis, il est utile de nous tourner vers l'histoire et de nous demander ce que nos ancêtres pensaient de ces phénomènes célestes. Bien loin de la science contemporaine qui ne voit dans les météorites/fragments cométaires que des objets inoffensifs, scientifiques et astronomes des siècles précédents ont toujours attaché une grande importance à l'approche de ces objets électriques qui étaient vus comme des messagers de la mort, des annonciateurs de bouleversements sociaux et terrestres. Je vous propose un voyage dans la science victorienne avec, comme accompagnateur, Thomas Forster (1789-1860), astronome et naturaliste britannique, membre de la Société royale d'astronomie, et ami de William Herschel, le découvreur de l'infrarouge.

    Comet Earth
    © Inconnu
    Les extraits qui constituent en grande partie l'article sont issus de l'essai Observations sur l'influence des comètes sur les phénomènes de l'atmosphère, écrit par Thomas Forster en 1836. Des liens ont été insérés, notamment dans les extraits, afin de faciliter la compréhension de certaines notions et parfois apporter une confirmation, compte tenu de l'avancée scientifique depuis 1836. Les notes les plus conséquentes sont en fin d'article pour faciliter la lecture. Les caractères en gras dans le texte et les extraits sont de mon fait.

    L'intérêt de visiter les travaux de Thomas Forster réside dans le fait qu'il a lui-même passé
    Cover book Thomas Forster
    © ULAN Press
    une partie de sa vie (depuis la comète Flaugergues de 1811) à observer et à retranscrire les différents phénomènes célestes et leurs impacts sur l'atmosphère, ce qui fait de lui un témoin direct qui se concentre essentiellement sur les faits.

    En 1845, il écrit un autre livre, Essai sur l'influence des comètes sur les phénomènes de la terre, dans lequel il reprend les données d'Observations sur l'influence des comètes sur les phénomènes de l'atmosphère, augmente cette édition d'annexes, de notes, de correspondances, et traite plus précisément des phénomènes terrestres, comme les séismes, les éruptions volcaniques, les brouillards, les inondations et les vents... ainsi que de leurs liens avec certains phénomènes électriques, dus possiblement et selon lui, au phénomène cométaire et météorique.

    Un embryon de ce qui préfigurera la théorie de l'univers électrique développée par Wallace Thornhill et David Talbott dans leur livre The Electric Universe en 2002 pour la première parution, dont certains extraits ont été traduits en français,[1] Voici ce que disent les deux auteurs, dans le chapitre quatre où il est spécifiquement question des comètes électriques :

    Mars

    Une météorite martienne unique par sa richesse en eau

    Une météorite martienne de 2,1 milliards d'années découverte récemment diffère de toutes les autres issues de la planète rouge mais s'avère très proche des roches de surface analysées par les véhicules de la NASA sur Mars.

    météorite martienne découverte au Sahara
    © EPA
    Elle a été nommée NWA (Northwest Africa) 7034 et surnommée « Beauté noire » (Black Beauty).
    Une étude d'un an de Carl Agee et ses collègues révèle que la météorite s'est formée au début de la période Amazonienne et qu'elle contient environ dix fois plus d'eau que les autres météorites martiennes.

    L'eau a pu provenir d'une source volcanique ou d'un aquifère proche de la surface, ce qui suggère qu'une activité aqueuse a persisté en surface sur Mars durant tout le début de l'Amazonien.

    La météorite présente une composition en isotopes de l'oxygène unique, ce qui montre l'existence de multiples réservoirs à isotope de l'oxygène dans la croûte de Mars. Ces nouvelles données pourraient remettre en cause des idées établies depuis longtemps sur la géologie martienne.

    Fireball 5

    Une méga-cryo-météorite s'échoue dans une ferme marocaine

    Chute d'un
    © Euronews

    Un cratère immense formé au beau milieu d'une ferme agricole de Khmisset au Maroc.

    Conséquence de la chute accidentelle d'une gigantesque portion de neige de près de 25 kilos. Le phénomène qui se produit très rarement porterait le nom de « Mega Meteor » pour les scientifiques.

    L'objet non identifié proviendrait selon eux de l'espace.


    Fireball 5

    La plus grosse météorite d'Europe Centrale découverte par une équipe polono-française

    261 kilogrammes, tel est le poids de la plus grosse météorite de Pologne, découverte par une équipe de chercheurs franco-polonais le 4 octobre 2012 dans la Réserve de météorite de Morasko, située à 10 kilomètres au nord de Poznan.

    Déterrée le 8 octobre à près de 2,2 mètres de profondeur, la météorite est actuellement exposée à la faculté de géographie et de géologie de l'Université Adam Mickiewicz (AMU) de Poznan. Composée à 93 % de fer et 6 % de nickel, cette trouvaille extraterrestre contribuera au débat sur les origines de notre univers.

    Image
    © Jakub Kaczmarczyk/PAP
    Météorite avant nettoyage (à gauche, 279 kg) et après nettoyage (à droite, 261kg).
    « C'est la plus grande météorite jamais découverte en Europe Centrale » affirme Pierre Rochette, professeur de géophysique et planétologue à l'Université d'Aix-Marseille lors d'un entretien avec le service scientifique de l'Ambassade de France en Pologne. La météorite a une forme conique faisant 50 cm de hauteur, 40 cm de largeur et 71 cm de longueur, et 2 mètres pour circonférence au point le plus large. Il s'agit d'une grossière octahédrite de classe IAB ('coarse IAB octahedrite'), composé de 93 % de fer, 6 % de nickel et 1 % d'autres éléments qui restent à déterminer en laboratoire.

    Fireball 5

    Italie : une météorite est tombée à Palerme

    Un objet luminiscent tombé du ciel a été découvert dans la ville principale de Sicile. L'objet a été trouvé par une petite fille qui prétend avoir vu son vol. La fillette et ses parents ont voulu l'emballer dans un journal, mais le papier s'est embrasé. Les premières hypothèses sont très variées. D'aucuns pensent que c'est un fragment de l'astéroïde Toutatis qui a frôlé la Terre il y a quelques jours. D'autres parlent dans les réseaux sociaux (avec une certaine ironie) d'un « nouveau signe de la fin du monde » et déclare, en rigolant, que les Mayas ont eu quand même raison.

    Fireball 5

    Une météorite dans le ciel tremblantois ?

    Fireball Canada
    © Guillaume Vincent
    La trace laissée par le bolide ayant traversé le ciel laurentien.

    Un phénomène lumineux a traversé le ciel laurentien, le samedi 15 décembre, vers 16 h 30.

    Après avoir perdu en vitesse, cet objet céleste, ressemblant à s'y méprendre à un avion de ligne à très haute altitude, a semblé se disloquer, créant la spirale que l'on aperçoit sur la photo.

    Contacté par téléphone, Rémi Lacasse, président du club d'astronomie de Mont-Tremblant, a d'abord évoqué la théorie qu'il puisse s'agir d'un débris de satellite, d'un morceau de fusée ou encore, d'une météorite. Après être entré en possession de la photo, l'astronome maintient désormais que la traînée se trouvait sous les nuages.

    Selon lui, cela élimine presque sa première théorie et il ne s'agirait donc pas de l'entrée dans l'atmosphère d'un satellite ou d'une pièce de fusée.

    « C'est un peu comme si une explosion d'un petit avion ou autre était survenue, mais seulement à quelques kilomètres d'altitude ! » Le mystère reste donc entier, car aucun écrasement d'avion n'a été signalé.

    Fireball 4

    Une météorite traverse le ciel suédois puis explose

    Traduction État du Monde, État d'Être

    Des résidents apeurés dans l'ouest de la Suède ont rapporté avoir vu une vive lumière bleue traverser le ciel mardi dernier tout juste avant qu'une sphère orangée ait s'échouer au sol. Un étrange phénomène qui demeure inexpliqué (sic).

    « Ça a allumé le ciel entier et a passé au-dessus de nos têtes. Ensuite, nous avons entendu une énorme explosion » raconte Jessica Berg au journal Aftonbladet.

    « C'était très étrange. Inconfortablement étrange »

    Un autre témoin, Sandra, 24 ans, a cru que ça pouvait être un feu d'artifice, mais ne se souvenait pas avoir entendu le coup d'envoi.

    « Alors j'ai pensé à une comète parce que ça ressemblait à une sphère. C'était rouge avec un halo jaune » a-t-elle raconté au journal.