Bienvenue à Sott.net
mer., 28 sept. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Question

La tuerie du Connecticut serait-elle un coup monté ?

Image
C'est ce qu'il est permis de se demander au vu de l'écart considérable entre la version officielle, et les faits rapportés par certains observateurs. Beaucoup de questions viennent à l'esprit, et il est peu probable qu'on ait des réponses convaincantes de la part des autorités.

Version officielle

Elle est disponible dans l'ensemble des médias alignés.

Vendredi 14 décembre, vers 9h30, un tueur fou débarque avec trois armes dans une école lambda, à Newtown dans le Connecticut, et tire sur tout ce qui bouge. 20 enfants sont morts, ainsi que sept adultes dont la mère du tueur assassinée dans la maison familiale, et le tueur lui-même. Au total, 29 morts.

Parmi les six adultes, la directrice, Dawn Hochsprung, et la psychologue de l'école de Sandy Hook. Chaque corps a pris entre 3 et 11 balles.

Le tueur est désigné quelques heures après comme étant Adam LANZA, 20 ans, habitant de Newton. Un « jeune homme timide », nous dit-on, qui s'habillait tout en noir. Son frère Ryan, qui ne lui parlait plus depuis 3 ans quand il a déménagé avec sa mère dans le Connecticut, le dit « autiste ». D'ailleurs, sa mère avait tout fait pour qu'il n'aille plus à l'école, alors que c'était un très bon étudiant...

Commentaire: découvrez l'analyse de Joe Quinn dans ce nouveau focus : Massacre de Newtown : deux tireurs ? Regardez la tuerie d'Aurora


War Whore

La saga des armes chimiques syriennes : un désastre humanitaire orchestré par les États-Unis et l'OTAN ?

Traduit de l'anglais par Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

Inspiré du discours sur les armes de destruction massive (ADM) de Saddam Hussein, la ruse propagandiste concernant la présumée menace des armes chimiques syriennes se développe depuis plusieurs mois.

© Inconnu
D'une même voix et sans preuves, les médias occidentaux suggèrent qu'un président Bachar Al-Assad « désespéré » et « frustré » prévoit utiliser des armes chimiques mortelles contre son propre peuple. La semaine dernière, des représentants étasuniens ont révélé à NBC News que « l'armée syrienne a chargé des bombes de gaz neurotoxiques et attend les derniers ordres d'Al-Assad ».

Les gouvernements occidentaux accusent maintenant la Syrie d'avoir un plan diabolique ordonné par le chef d'État syrien. Entre-temps, l'hyper médiatisation est passée à la vitesse grand V.

De faux reportages sur les ADM syriennes sont introduits dans le réseau médiatique, rappelant les mois précédant l'invasion de l'Irak en mars 2003.

Star of David

Fabrication de « preuves » ? Opération clandestine israélienne en Syrie pour « suivre l'arsenal chimique »

Image
Israël mène une opération clandestine transfrontalière contre le gouvernement syrien, en liaison avec l'OTAN et le Pentagone.

Après avoir cherché des preuves probantes (un « revolver fumant ») en Iran plus tôt cette année les forces spéciales israéliennes « suivent » maintenant les « réserves d'armes chimiques et biologiques », selon le Sunday Times :

« L'opération transfrontalière fait partie d'une guerre secrète visant à suivre les armes syriennes non conventionnelles et à saboter leur développement. "Nous connaissons l'emplacement exact des munitions chimiques et biologiques de la Syrie depuis des années" a affirmé une source israélienne en faisant référence aux satellites d'espionnage et aux drones du pays. "Mais cette semaine des signes nous ont indiqué un déplacement de munitions vers un nouvel endroit" » (Uzi Mahnaimi et Lucy Fisher Israel tracks Syria's chemical arsenal, The Sunday Times 9 décembre 2012.)

Tout le monde se rappelle de l'hyper médiatisation des armes de destruction massive (ADM) avant le lancement de la guerre en Irak. La menace des ADM irakiennes s'est révélée être une pure fabrication.

Ceux qui étaient derrière ce subterfuge appliquent désormais leurs compétences à la fabrication de preuves impliquant des ADM afin d'intervenir en Syrie. Selon un reportage du Jaffee Center for Strategic Studies de l'Université de Tel-Aviv, les Israéliens ont « mal interprété la menace irakienne ». En 2003, la BBC a publié un reportage sur les conclusions du rapport :

Pirates

Bachar al-Assad, la Syrie et la vérité sur les armes chimiques

Traduction : Xavière Jardez

Image
Plus le mensonge est gros, plus les gens le croient. Nous savons tous qui a dit cela, mais cela marche toujours. Bachar al-Assad possède des armes chimiques. Il va peut-être les utiliser contre les Syriens, son peuple. S'il le fait, l'Occident ripostera. Nous avons déjà entendu cette histoire l'an dernier, et le régime de Assad a répété à qui veut l'entendre que s'il - s'il - avait des armes chimiques, jamais il ne les utiliserait contre son peuple.

Mais Washington entonne de nouveau le même refrain : Bachar a des armes chimiques, il va les utiliser contre son peuple et s'il le fait...

Et, bien s'il s'en sert, Obama, Mme Clinton et l'Otan seront très, très fâchés. Mais, au cours de la semaine, dernière, les habituels pseudos experts, ceux qui ne savaient pas trouver la Syrie sur une carte, nous ont averti que la Syrie pourrait posséder du gaz moutarde, des agents chimiques, des agents biologiques, et les utiliser. Et quelles sont les sources ? Les mêmes spécialistes fantaisistes qui nous ne nous ont pas averti du 11 septembre mais insistaient pour dire que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive en 2003, ces « sources du renseignement militaire anonymes », avec pour acronyme SRMU (en anglais « unnamed military intelligence sources - UMIS »)

Bomb

La veille rengaine sur les ADM appliquée à la Syrie


Les USA ressortent la vieille rengaine sur les armes de destruction massive, en Syrie cette fois.

Star of David

La véritable réussite de Mahmoud Abbas n'est pas le vote en faveur de la Palestine à l'ONU

Traduction : CR pour ISM

Image

L'Etat palestinien vu par Carlos Latuff
Le lendemain du jour où l'ONU a voté en faveur de l'admission de la "Palestine" en tant qu'Etat non-membre, la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a publiquement remercié l'Autorité Palestinienne (AP) dirigée par Mahmoud Abbas, pour sa collaboration avec l'armée d'occupation israélienne. Intervenant vendredi 30 novembre, à Washington, dans un groupe de réflexion sioniste, Clinton a défendu l'AP contre les critiques du ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman. D'après le journal Ha'aretz, Clinton a dit : « Avec peu d'argent et aucune ressource naturelle, ils (l'AP) ont accompli beaucoup, mettant sur pied une force de sécurité qui travaille chaque jour avec les IDF (Forces de Défense israéliennes). Ils ont des succès entrepreneuriaux. Ils sont nationalistes, mais largement laïques. Israël devrait les soutenir. ».

Il s'agit des mêmes « IDF » qui, il y a encore quelques jours, massacraient des familles palestiniennes entières à Gaza et tiraient sur les Palestiniens de Cisjordanie qui osaient protester contre ces crimes.

Et pendant et après ses dernières attaques sur Gaza, la même armée israélienne s'est lancée dans un déchaînement d'arrestations en Cisjordanie , arrêtant et détenant des centaines de personnes pour avoir exprimer leurs opinions. A la lumière des commentaires de Clinton, il est légitime de se demander dans quelle mesure l'AP a participé à ces actes enragés d'Israël se vengeant de son échec à Gaza.

Cult

Quels sont les liens entre le Prince Charles et Jimmy Savile ?

Traduction de "ledébusqeurdebombes" pour Pédopolis

Image

Après les retombées des révélations concernant l'ancien animateur de la BBC, Jimmy Savile, et ses instances incroyablement nauséabondes et innombrables de pédophilie, ainsi que l'attitude désinvolte adoptée par la BBC, de plus en plus de questions sont en train d'émerger en ce qui concerne le lien entre Savile et la Monarchie anglaise, notamment avec le Prince Charles.


Sir Jim était un bon ami de Charles, considéré comme son "mentor", selon la Princesse Diana.

Malheureusement, les grands médias britanniques considèrent le Prince Charles et le reste de ses semblables occupant des positions de pouvoir et perçus comme étant de sang royal, comme étant au-dessus de tout soupon. Cette attitude est typique et prévisible, mais aussi particulièrement ironique si on considère le fait que c'est la même attitude adoptée par les grands médias vis-à-vis des allégations formulées contre Jimmy Savile pendant tant d'années.

Suite l'affaire Savile, les grands médias traditionnels, notamment la BBC, ont maintenant perdu une grande part de crédibilité et de respect. En bref, toute connexion plaçant le Prince Charles dans une position dénuée de compromis en ce qui concerne ses relations avec Savile ou son potentiel pour partager un penchant concernant des relations contre nature avec des enfants est complétement ignorée sinon officiellement passée sous silence.

Bizarro Earth

Novembre 2012 : changements terrestres et climat extrême


Tornades, inondations, tsunamis, séismes, massacre sioniste à Gaza, révoltes populaires ... encore un mois de novembre chargé.

Cult

Le point sur le réseau pédophile d'élite en Angleterre : les sévices sociaux au service des pédos

Image
Que s'est-il passé dans les orphelinats du Pays de Galles, et ailleurs en Angleterre? Depuis que le scandale Jimmy Savile a explosé, on dirait que la parole se libère. Des hommes politiques anciens et encore en vue sont cités, on parle de protections, et on revient sur certaines affaires un peu trop vite enterrées.

Comme celle des orphelinats du pays de Galles, qui a défrayé les chroniques dans les années 90. Les choses sont graves, et en Angleterre comme en France, on commence à parler de « pédophilie institutionnelle »[1].

Reprenons.

Il a fallu trois ans d'investigations et 13 millions de livres de dépensées pour finir par conclure que tout compte fait, il ne s'est rien passé ou presque dans les orphelinats.

Les recherches portaient sur de nombreuses allégations d'abus sexuels et de violences commis dans deux comtés du nord du Pays de Galles, presque toujours sur des garçons. L'orphelinat de Bryn Estyn à Wrexham, figurait parmi les hauts lieux de sévices entre 1974 et sa fermeture en 1984. D'ailleurs, Jimmy Savile y avait ses petites habitudes, selon plusieurs victimes.

Pendant toutes ces années, les dénonciations n'ont jamais cessé, presque toujours[2] enterrées par les personnes impliquée et leurs amis
Au milieu des années 80, une certaine Alison Taylor, éducatrice dans un de ces orphelinats, commence à entendre un certains nombre de témoignages, tous similaires, évoquant des abus sexuels dans différents foyers. Elle se rend compte que plusieurs rapports ont été rédigés par des travailleurs sociaux, mais qu'aucune procédure disciplinaire n'a jamais suivi.

Star of David

Thierry Meyssan : le nouveau statut de la Palestine risque d'être un nouveau jeu de dupes de l'Occident


Television iranienne Sahar du 29 novembre 2012 avec au téléphone Thierry Meyssan, journaliste français.