Bienvenue à Sott.net
mer., 24 août 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Star of David

Le conflit israélo-palestinien pour les débutants

Traduction : SOTT

Adapté des feuillets de documentation de l'Institute of Middle East Understanding (IMEU) (Institut pour la Compréhension du Moyen-Orient)

Q: Quel est l'enjeu réel du conflit israélo-palestinien?

R : Le conflit israélo-palestinien est, essentiellement, un conflit de territoire. Bien que la religion joue un rôle définissant les identités des parties et bien que celle-ci justifie la revendication territoriale pour certains juifs, le conflit n'est pas fondamentalement un conflit religieux.

Q: Qu'est-ce que "l'occupation"?

R : En 1967, Israël a gagné la guerre qui l'opposait à ses voisins arabes. A la fin de cette guerre qui ne dura que 6 jours, Israël a capturé la Cisjordanie (qui inclut Jérusalem Est), la Bande de Gaza et le plateau du Golan. (Israël a également capturé la péninsule du Sinaï mais celle-ci a ensuite été rendue à l'Egypte dans le cadre d'un accord de paix maintenu jusqu'à ce jour). Une partie de ce territoire a été annexé : le plateau du Golan et Jérusalem Est.

Le reste de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza se trouvent sous occupation militaire depuis lors. Cela signifie que l'armée israélienne exerce un contrôle total sur ces régions. Les Palestiniens de ces régions n'ont aucune garantie de leurs droits civils. Ils ne possèdent pas de gouvernement propre en dehors de celui autorisé par Israël. Israël peut imposer des couvre-feux sur n'importe quelle partie ou sur l'entièreté du territoire. Les Palestiniens ne peuvent donc pas aller travailler, aller faire leurs courses ou visiter leur famille. Cela peut également empêcher les traitements médicaux d'arriver jusqu'aux gens et aux gens d'aller à l'hôpital.

Heart

Nora Gedgaudas : le corps, c'est l'inconscient

Image
Voici le résumé rapide de la conférence de Nora Gedgaudas, auteur de Primal Body, Primal Mind. J'ai essayé de retranscrire l'essentiel de son propos.
« Votre corps EST votre inconscient ! » - Candace Pert, PhD
Le parcours de Nora Gedgaudas

Citation de Rita Mae Brown : « Selon les statistiques sur la santé mentale, une personne sur quatre a une maladie mentale. Pensez à vos trois meilleurs amis. S'ils vont bien, alors c'est vous ! » (rires)

Nora Gedgaudas pratique cliniquement le neurofeedback depuis 15 ans. C'est une forme très spécifique d'entrainement cérébral qui aide les gens à avoir le contrôle de leur cerveau et de leur centre nerveux en agissant sur les oscillations cérébrales. C'est simple mais très puissant.

La plupart du temps ce sont des gens qui souffrent de dépression/anxiété qui viennent la consulter. Mais les problèmes sont très variés... Elle travaille aussi avec des personnalités connues, pour optimiser le fonctionnement cérébral.

USA

L'affaire Petraeus et le passé criminel de la CIA

Traduit par Mondialisation.ca


L'affaire Petraeus a démontré une fois de plus comment un scandale sexuel peut alimenter les médias étasuniens à la fois dans le but de contribuer à un « assassinat politique » et faire figure d'arbre cachant la forêt.

Bien que ce qui se cache derrière l'écran de fumée salace fasse toujours l'objet de spéculations, la plupart d'entre elles sont bien plus crédibles qu'une simple affaire extraconjugale.

L'une des explications possibles du départ du directeur de la CIA, David Petraeus, est sa position à l'égard d'Israël, qu'il voyait comme un handicap pour les intérêts des États-Unis au Moyen-Orient :

Attention

Analyse de Norman Finkelstein sur Gaza


Star of David

Nous accusons ! La sourde oreille des grands médias sur la situation et la gravité des atrocités commises par Israël à Gaza

Traduction : LGS

Tandis que les nations d'Europe et d'Amérique du Nord commémoraient, le 11 novembre, les pertes militaires de guerres passées et présentes, Israël ciblait des civils. Le 12 novembre, à l'orée d'une nouvelle semaine, les lecteurs étaient inondés, pendant leur petit-déjeuner, de comptes rendus déchirants relatant les pertes humaines militaires passées et actuelles.

Cependant, on semblait taire le fait essentiel selon lequel les pertes humaines les plus importantes lors des conflits armés contemporains touchent les populations civiles. Le matin du 12 novembre était également marqué par une absence criante d'information relatant les attaques militaires sur Gaza qui se sont poursuivies pendant tout le week-end. Une recherche superficielle confirme cette omission sur le réseau de télévision canadien Canadian Broadcasting Corporation (CBC) et les journaux canadiens dont le Globe and Mail, la Gazette de Montréal et le Toronto Star. De même en ce qui concerne le New York Times et la BBC.

Play

Les larmes de Gaza

Traduit par Dominique Muselet pour Info Palestine

« Les larmes de Gaza » de Vibeke Lokkeberg est un film documentaire que tous les Américains devraient voir pour se rendre compte de ce que le gouvernement fait avec nos impôts.

Tous les Européens devraient le voir pour découvrir le vrai visage d'Israël. Tous les Arabes devraient aussi le voir pour raffermir leur détermination à ne pas laisser une nation raciste effacer la Palestine et ses enfants de la carte et de l'histoire.

Bizarro Earth

L'ONU annonce une crise alimentaire mondiale pour 2013

Image
L'ONU met en garde la communauté internationale contre l'imminence d'une crise alimentaire globale pour l'an prochain qui commence dans... un mois ! The Guardian est le premier quotidien britannique à divulguer l'atterrante nouvelle. Cette famine sera induite par un indice incontournable, celui des réserves mondiales de céréales qui ont atteint des niveaux de production dangereusement bas.

Une crise dans la crise, la famine pour certains, la déroute pour d'autres, la spéculation pour quelques-uns : c'est bien le début de la vie invivable qui sera celle d'une humanité trop nombreuse sur une planète exsangue et soumise au chaos climatique. 2050 : il y aura plus à souffrir qu'à choisir.

La sécheresse qui a sévi cet été aux Etats-Unis - la pire depuis plus d'un demi-siècle - n'est pas étrangère à la menace de prochaines restrictions alimentaires, lesquelles feront les choux gras des maîtres chanteurs de la finance en matière d'opportunisme et de spéculation. Cette sécheresse nord-américaine et le grave déficit en pluies qui a touché la Russie et toute la région de la mer Noire ont déjà favorisé un emballement des cours du maïs et du soja. Cette hausse des denrées alimentaires de première nécessité engendrera très probablement des troubles et des conflits armés dans plusieurs contrées du monde, celles les plus sensibles en matière de souveraineté alimentaire, avertit encore l''ONU.

Star of David

Terrorisme sioniste : l'offensive préméditée contre Gaza

Traduction : JPP

L'assassinat du chef militaire du Hamas, Ahmed Jabari, mercredi, était le début d'une opération militaire israélienne contre la bande de Gaza. L'opération, « Pilier de Défense », n'est pas une réponse à cinq jours d'escalade militaire à la frontière de Gaza, mais une offensive préméditée, préparée plusieurs mois auparavant par l'armée et les services de Sécurité générale (GSS) d'Israël.
Image

Les parents d’Ahmed al Derdsawi, lors de ses funérailles dans le quartier d’al-Shoja’iya à l’est de la ville de Gaza - Photo : Anne Paq/al-Jazeera
L'offensive israélienne a été déclenchée alors qu'à l'évidence, l'Égypte avait réussi à négocier une trêve entre Israël et les factions palestiniennes, trêve qui aurait mis fin à la flambée de violences de la semaine passée.

Durant la semaine qui a précédé l'offensive israélienne contre la bande de Gaza, l'armée de l'air israélienne a attaqué des bâtiments civils de même que plusieurs sites d'entraînement de la résistance palestinienne. De plus, les forces israéliennes ont tué six civils palestiniens, dont trois enfants, et deux membres de la résistance palestinienne dans la bande de Gaza. La même semaine, 53 civils, dont 12 enfants et 6 femmes, ont été blessés par les attaques israéliennes à Gaza.

USA

Pourquoi les citoyens des États-Unis doivent stopper les guerres auto-génératrices de leur pays

Traduit par Maxime Chaix pour Voltaire.net

S'appuyant sur des exemples historiques, Peter Dale Scott dénonce les contradictions et les effets pervers de la « guerre contre la terreur ». Celle-ci ajoute de l'instabilité à l'insécurité et augmente le nombre des terroristes qu'elle prétend combattre.

Aujourd'hui, le défi politique le plus pressant au monde est celui d'empêcher que la soi-disant «  Pax Americana » ne dégénère progressivement vers un conflit mondial majeur, comme ce fut le cas au dix-neuvième siècle durant la soi-disant « Pax Britannica ». J'emploie l'expression « soi-disant » car chacune de ces « pax », dans ses derniers stades, est devenue de moins en moins pacifique et ordonnée, mais de plus en plus centrée sur l'imposition d'une puissance compétitrice, belliciste et inégalitaire par essence.

Il pourrait sembler prétentieux de considérer la prévention de cette guerre comme un but atteignable. Néanmoins, les mesures pour y parvenir sont loin d'être irréalisables ici-même, aux États-Unis. Pour cela, nous n'avons pas besoin d'une nouvelle politique radicale et inédite, mais d'une réévaluation réaliste et indispensable de deux politiques récemment mises en œuvre - qui ont été discréditées et qui se sont avérées contre-productives. Il faudrait alors nous en désengager progressivement.

USA

L'héritage d'Obama et la culture US : défendre l'assassinat d'enfants de 4 ans par des drones

Traduit par VD pour LGS

Ce matin, dans l'émission Morning Joe sur la chaîne MSNBC, qui portait sur le dernier débat présidentiel (entre Obama et Romney - NdT), l'ancien parlementaire de droite et invité du jour Joe Scarborough s'est lancé dans une critique virulente des assassinats d'innocents par des drones actuellement menés par le Président Obama. En réaction, Joe Klein du magazine Time, et fervent supporter d'Obama, a rétorqué par l'argument le plus ouvertement psychopathe qu'on n'ait jamais entendu sur ce sujet. L'échange, qui commence à la 7ème minute de la vidéo ci-dessous, est très révélateur à plusieurs égards.

, , and

Voici les extraits les plus significatifs de cet échange provoqué lorsqu'un invité, Mike Barnicle, s'étonne du peu d'attention et de débats soulevés dans l'opinion publique par le fait qu'Obama se permette de tuer qui il veut « sans autre forme de procès ».
SCARBOROUGH : « Ce que nous faisons avec les drones est étonnant : le fait qu'au cours des huit années du mandat de Bush - lorsque beaucoup de gens posaient des questions légitimes quant au droit international - - Mon Dieu, tout ça a été balayé par notre politique de recours aux drones qui dit ceci : si vous avez entre 17 et 30 ans et que vous vous trouvez dans un rayon d'un kilomètre autour d'un suspect, nous pouvons vous faire sauter, et c'est exactement ce qui se passe... Les opérations visent les méchants mais sans le moindre égard pour ceux qui les entourent et qui se font tuer par la même occasion... C'est quelque chose qui posera problème dans les années à venir...

KLEIN : « Je ne suis pas du tout d'accord... cette politique a été remarquablement efficace » -

SCARBOROUGH : « pour tuer des gens »

KLEIN : « pour décimer des méchants, beaucoup de méchants - et sauver des vies américaines aussi, parce que nos troupes n'ont plus à intervenir... On n'a plus besoin de pilotes parce que ça se fait à coups de manettes depuis la Californie. »

SCARBOROUGH : « Mais moi ça me choque. Parce que ça se fait à coups de manettes depuis la Californie - c'est tellement aseptisé - ça paraît tellement propre - et pourtant à l'autre bout vous avez des fillettes de 4 ans qui se font exploser parce que nous avons une politique qui dit « vous savez quoi ? Au lieu d'aller sur le terrain et de prendre des risques pour aller chercher les terroristes cachés dans une banlieue de Karachi, nous allons nous contenter de faire exploser tous ceux qui les entourent. »

« C'est ça qui me dérange... Nous n'emprisonnons plus les gens : nous les tuons, et nous tuons tous ceux qui les entourent... Je déteste parler comme un militant de Code Pink (organisation progressiste anti-guerre - NdT). Je vous dis que ces - ouvrez les guillemets - « dommages collatéraux » paraissent tellement proprets avec une manette en Californie - tout ça va nous attirer des ennuis. »

KLEIN : « Si c'est mal employé, et il y a un véritable risque d'abus si vous n'avez pas les bonnes personnes au gouvernement. Mais la véritable question est celle-ci - à qui est l'enfant de 4 ans qui est tué ? Ce que nous faisons c'est de limiter la possibilité que des enfants de 4 ans se fassent tuer ici par des actes de terrorisme aveugle. »