Bienvenue à Sott.net
jeu., 22 août 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte

Laptop

Une faille dans les puces Qualcomm impacte des millions d'appareils Android

Android mascots
© Thomson Reuters
En mars dernier, le chercheur en sécurité Keegan Ryan a découvert qu'une faille qui permet de récupérer les données traitées dans la zone sécurisée QSEE des processeurs Qualcomm. Il a publié sa découverte dans ce document très technique de plus de 30 pages.

Le QSEE est un environnement d'exécution de confiance, isolée matériellement sur les puces Qualcomm. Normalement le système d'exploitation Android ou une application peut placer des données dans cette zone, pour un traitement totalement sécurisé. Seule l'application ou le système d'exploitation peut accéder ensuite à ces données. Android ne peut normalement accéder qu'aux données qu'il a lui-même placées dans le QSEE.

Le QSEE est l'endroit privilégié pour placer des clés de cryptage privées, des mots de passe, ou toutes autres données sensibles. Comme le souligne Keegan Ryan, la QSEE a été conçue pour protéger des données même dans les situations dans lesquelles les attaquants ont un contrôle total sur le périphérique.

Chalkboard

Colloque en l'honneur de Jean-Marie Souriau

Jean-Marie Souriau

Présentation du colloque en l'honneur de Jean-Marie Souriau .
Présentation du colloque en l'honneur de Jean-Marie Souriau - Paris, du 27 au 31 mai 2019 - Inscription gratuite sur http://souriau2019.fr

Patrick Iglessias Zemmour, à l'origine de ce colloque, a également rendu possible cette interview filmée de Jean-Marie Souriau en décembre 2010. https://youtu.be/uz69vWHXzWY

Vous trouverez "Grammaire de la nature" en téléchargement gratuit ici http://www.jmsouriau.com/Publications...

Star

L'Agence spatiale russe transforme les signaux d'étoiles à neutrons en « musique »

Le radiotélescope spatial russe Spektr R a réussi à enregistrer des signaux radio émis par des étoiles à neutrons et ces données ont été transformées en ondes acoustiques.
etoiles
© Inconnu
L'Agence spatiale russe Roscosmos a publié une vidéo avec « la musique » de pulsars, ces étoiles à neutrons qui tournent très rapidement sur elles-mêmes.

Solar Flares

Les experts prédisent un long, profond, minimum solaire

Si vous aimez le minimum solaire, bonne nouvelle : il pourrait durer des années. C'est l'une des prévisions publiées la semaine dernière par un groupe d'experts internationaux réunis à l'atelier annuel de la NOAA sur la météorologie spatiale pour prévoir le prochain cycle solaire. Si le tableau est correct, le nombre de taches solaires déjà faible atteindra un nadir entre juillet 2019 et septembre 2020, suivi d'une lente reprise vers un nouveau maximum solaire en 2023-2026.
the sun

Le GIEC est convaincu que cela n'a aucun effet sur le changement climatique.
"Nous nous attendons à ce que le cycle solaire 25 soit très semblable au cycle 24 : un nouveau maximum assez faible, précédé d'un minimum long et profond", déclare Lisa Upton, coprésidente du panel et physicienne solaire de Space Systems Research Corp.

Le cycle solaire est comme un pendule, oscillant entre des périodes de forte et de faible quantité de taches solaires tous les 11 ans environ. Les chercheurs suivent ce cycle depuis sa découverte au XIXe siècle. Tous les cycles ne se ressemblent pas. Certaines sont intenses, avec beaucoup de taches solaires et d'éruptions solaires explosives ; l'ère spatiale a commencé avec un grand maximum solaire qui était en plein essor. D'autres sont faibles, comme le plus récent, le cycle solaire 24, qui a culminé en 2012-2014 avec relativement peu d'activité.

solar cycle 25
© spaceweatherarchive.com
Prévisions préliminaires pour le cycle solaire 25.
Les chercheurs apprennent encore à prédire le flux et le reflux de l'activité solaire. Les techniques de prévision vont des modèles physiques de la dynamo-magnétique interne du soleil aux méthodes statistiques semblables à celles utilisées par les analystes boursiers.

Commentaire: L'immense majorité de l'énergie qui arrive sur la Terre provient du soleil. Le bilan radiatif global de la Terre est tel que la densité thermique de la surface terrestre est en moyenne à 99,97 % ou 99,98 % d'origine solaire. Aujourd'hui, le GIEC, organisme politique de l'ONU, financé pour démontrer le rôle climatique de l'homme, nie ou minimise l'importance des prédictions sur le minimum solaire. Lire : Une chercheuse russe, le professeur Valentina Zharkova, prédit un mini-âge de glace entre 2030 et 2040. Celle-ci utilise un autre champ magnétique, présent à la surface du soleil, pour compléter la vision des physiciens de la NOAA.

Vous pouvez aussi consulter : Pourquoi la théorie du réchauffement climatique fait rire le Pr Istvan Marko


Stop

Vraiment ? Solar Foods veut nourrir les êtres humains avec de la poudre de bactéries

L'étude fait partie du projet de recherche conjoint Neo-Carbon Energy mené par des scientifiques de l'Université de technologie de Lappeenranta et du Centre de recherche technique VTT de Finlande. Le système de création d'aliments utilise un bioréacteur contenant de l'eau, des microbes et des nutriments tels que l'azote, le soufre et le phosphore.
Solar
Solar Foods affirme que sa poudre riche en protéines est « complètement » déconnectée de l'agriculture. Les experts haussent les sourcils.

Commentaire: Quel futur gris, sans saveur ni couleur que ces scientifiques de l'alimentation, « sauveurs » de la planète qu'ils se disent, sont en train de nous préparer...

Rappelez-vous du film futuriste Soleil vert (Soylent Green) :




Better Earth

Les « non-dits » de l'expérimentation « Cloud » du CERN

Le rayonnement cosmique contribue à la formation des nuages

Une étude expérimentale menée par H. Svensmark et al (Université Technique du Danemark) publiée le 19 décembre 2017 dans la revue Nature Communication montre que le rayonnement cosmique[1] contribue fortement à la formation des nuages influençant le climat de notre planète [2]. Une traduction en français de cette publication est disponible sur Skyfall.

HS O4
Selon les auteurs, les rayons cosmiques produisent une chaîne de réactions qui fait grandir de minuscules agglomérats d'acide sulfurique et de molécules d'eau présents naturellement dans l'atmosphère (les aérosols) jusqu'à leur permettre d'atteindre la taille nécessaire à la formation de nuages : ce processus peut aller jusqu'à augmenter la couverture nuageuse de 50%.

Sans surprises cette publication n'a pas été relayée par la presse française, à l'exception de Sciences et Vie qui titrait le 27 décembre : « Des chercheurs viennent d'exhumer un processus inconnu jusqu'ici de formation de nuages à partir du rayonnement cosmique. Il devrait être intégré aux modèles climatiques. »

Eye 1

En Chine vous serez bientôt en mesure de payer votre billet de métro avec votre visage

En Chine, l'intelligence artificielle est déjà déployée massivement dans plusieurs départements du gouvernement tels que les forces de sécurité et la régulation de la circulation. L'IA est, par ailleurs, mise à contribution pour la surveillance des citoyens chinois dans des programmes gouvernementaux.

Metro, Chine
© Photo: Sam Tsang
Une rame de métro à Shenzhen décorée de publicités sur la médecine chinoise en décembre 2018.
Toutefois, une nouvelle application beaucoup plus avancée de l'intelligence artificielle est en train de voir le jour en Chine dans le domaine du paiement. La billetterie avait déjà été révolutionnée en Chine, mais grâce au paiement mobile par téléphone intelligent, dont la Chine est le chef de file mondial. Bientôt, ceux qui prennent un train à Shenzhen, métropole moderne au sud-est de la Chine, pourraient être en mesure de payer leur billet grâce à la reconnaissance faciale, et la technologie serait actuellement en essai, selon le South China Morning Post.

L'opérateur local de train à Shenzhen conduit actuellement des tests de plusieurs technologies soutenues par le réseau 5G ultra-rapide, dont le service de billetterie par reconnaissance faciale qui permettra, si les essais sont concluants, aux voyageurs de pouvoir scanner leur visage sur un écran de la taille d'une tablette montée sur le portail d'entrée du train et faire déduire automatiquement le tarif de leur compte lié. Les navetteurs font leur paiement du billet du train jusqu'à présent en présentant un ticket ou en scannant un code-barres QR sur leur smartphone, selon le rapport du South China Morning Post publié le mercredi.

Shenzhen Metro n'a pas précisé quand il allait déployer le service de paiement facial, selon le rapport, mais le service de billetterie par reconnaissance faciale, actuellement à l'essai à la gare de Futian, pourrait à l'avenir contribuer à améliorer l'efficacité du traitement des 5 millions de trajets par jour sur le réseau de métro de la ville.

Commentaire: L'histoire du paiement n'est qu'un prétexte. C'est le perfectionnement des algorithmes et la surveillance qui intéresse les MDM.


NPC

Une société a créé un logiciel capable d'imiter n'importe quelle voix

Ce qu'a réalisé la startup québécoise Lyrebird relève d'un véritable exploit. Grâce à un algorithme, cette entreprise a créé un produit capable d'imiter la voix de n'importe qui en se basant uniquement sur un enregistrement audio d'une minute.

L'algorithme utilisé par Lyrebird est une interface de programmation applicative ou API qui peut synthétiser la voix d'un individu a l'aide d'un simple enregistrement.

sound, wave
Pour donner un avant-gout de ce que peut faire ce produit, Lyrebird a posté sur son site des clips audio qui imitent à la perfection les voix de personnalités comme Barack Obama, Donald Trump ou encore Hillary Clinton.

Toutefois, les avis sur ce produit sont mitigés. Selon certains, il pourrait être utilisé par des personnes à des fins malveillantes.

Commentaire: Les voix ne sont pas parfaites mais cela va s'améliorer. Il s'agit ni plus ni moins d'une attaque sur l'identité. Il faut toutefois de longs enregistrements audios de la personne réelle pour entraîner efficacement les algorithmes qui sont derrière ces imitations.

Une société française propose également ce type de technologie : CandyVoice.


Airplane

Pourquoi deux Boeing 737 MAX se sont écrasés ? Une question de Boeing et beaucoup plus

Deux accidents du Boeing 737 MAX ont fait 338 morts. Les avions de ce type sont maintenant cloués au sol dans le monde entier. Nous avons déjà expliqué en détail pourquoi ces incidents se sont produits. De nouveaux rapports confirment cette explication.
boeing
© Inconnu
Pour des raisons commerciales, Boeing voulait que la nouvelle version du 737 se comporte comme les anciennes. Mais les changements apportés à la nouvelle version nécessitaient un système supplémentaire pour gérer certaines situations de vol. L'élaboration de ce système et l'analyse de ses conséquences sur la sécurité ont été effectuées à la hâte. Les pilotes n'en ont pas été informés et n'ont pas été formés pour faire face à la panne.

Commentaire: Lire aussi :


Hourglass

Voyager dans le temps ? Peut-être un jour ... Des physiciens ont réussi à inverser le cours du temps

Des chercheurs russes, américains et suisses ont réussi à faire revenir un ordinateur quantique une fraction de seconde en arrière, transgressant ainsi le deuxième principe de la thermodynamique. Leurs conclusions et l'éventuelle manifestation de ce phénomène dans le monde réel ont été présentées dans la revue Scientific Reports.
temps
© Inconnu
« C'est l'une des séries de travaux consacrés à la possibilité d'enfreindre le deuxième principe de la thermodynamique: une loi physique étroitement liée à la différence entre le passé et le futur.