Bienvenue à Sott.net
lun., 06 déc. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Eye 1

11/9 : Paul Craig Roberts dénonce l'omerta... et jette l'éponge

Dans une passionnante interview, le célèbre économiste et journaliste américain Paul Craig Roberts* dénonce le silence médiatique qui entoure la contestation de l'histoire officielle du 11 septembre, s'étonne de la crédulité du peuple qui "accepte comme vérités les explications les plus absurdes et fantaisistes", et se livre à une critique virulente de son pays qu'il juge être devenu un "Etat policier" au service d'une oligarchie. Il explique également pourquoi il a décidé d'abandonner son combat pour la Vérité (l'itw date du 7 avril 2010).

Voici le cri d'alarme d'un fervent défenseur de la Liberté, de la Vérité et de la Paix, dont on espère qu'il ne constitue pas un "adieu" ferme et définitif.


Star of David

Assange l'admet, Wikileaks est une supercherie dirigée par la presse pour Israël

Traduction copyleft : Pétrus Lombard pour Alterinfo (modifications : Sott)

Image

Admet avoir autorisé la presse à « réviser » Wikileaks pour Israël
LE CULOT : PROMETTRE D'ARRÊTER DE TRAVAILLER POUR ISRAËL
« Trompe-moi une fois, honte à toi, trompe-moi deux fois... »

« C'est une chose que le New York Times censure ses propres infos, mais vous les avez laissés tout censurer pour nous »
Aujourd'hui, Julian Assange a admis que les données de Wikileak ont été sélectionnées par la presse ; pas par une organisation indépendante en somme. Wikileaks, en effet, a admis avoir toujours été une couverture pour ce qu'Helen Thomas appelle les médias sionistes contrôlés. Assange, dans une tentative de manipulation puérile, a reproché à la presse d'avoir trop d'« attention » à l'égard d'Israël et terni Wikileaks.

Vader

Contre l'islam, l'extrême droite européenne avec Israël

Image
© Leonhard Foeger/Reuters
Heinz-Christian Strache sort d'un plateau TV pendant les élections régionales, à Vienne (Autriche), le 10 octobre 2010
Les 22 et 23 décembre, malgré les protestations des dirigeants de la communauté juive de Vienne, Ayoub Kara, le vice-ministre israélien du Développement du Néguev et de la Galilée (Likoud), a rencontré en Autriche Heinz-Christian Strache, qui dirige le Parti autrichien de la liberté (FPÖ), parti d'extrême droite naguère présidé par Jörg Haider.

Ayoub Kara, un « faucon » qui n'est pas juif mais Druze, assume : « Selon mes recherches, le FPÖ est le seul parti en Autriche qui a soutenu Israël après le raid sur la flottille turque », a-t-il déclaré au quotidien israélien Yediot Aharonot. Il a ajouté :

« Strache compte m'accompagner jeudi à une cérémonie au mémorial viennois de l'Holocauste et il appelle à renforcer la nation juive et l'Etat d'Israël. »

Cet arabe israélien proche de Netanyahou qui fait l'éloge du FPÖ, une formation qui a recyclé tous les épurés (et les non- épurés ! ) du national-socialisme, est-il un illuminé marginal ou annonce-t-il un rapprochement de fond entre la droite nationaliste israélienne et l'ultra-droite européenne ?

Question

Pologne : Jaroslaw Kaczynski ne reconnaît pas le corps de son frère jumeau

Nous avions relaté cette très étrange affaire dans de multiples articles dédiés : La disparition du Président polonais et d'une bonne partie de personnalités politiques polonaises, peu convaincues par Bruxelle et le FMI, continue à susciter bien des interrogations.

C'est désormais au frère jumeau de l'ex Président polonais de faire part de ses doutes publiquement : Jaroslaw Kaczyński ne reconnait tout simplement pas le corps de son propre frère, jumeau qui plus est...


Vidéo : Le frère jumeau du Président polonais disparu dans un accident d'avion en Russie s'interroge publiquement sur l'identité du corps qui lui a été officiellement présenté - Youtube

Evil Rays

Nouveau communiqué Sott ! La débâcle « bancaire » irlandaise et les pelotages de la TSA

Dans ce communiqué Sott, Joe Quinn décrit de quelles façons les élites préparent les citoyens du monde à l'esclavage via les manipulations financières et la peur des menaces terroristes bidon.


Sous-titré français

Star of David

Assange reconnaît que Wikileaks est une fraude dirigée par la presse pour Israël

Traduction Nicole

Image
Le culot: promesse d'arrêter de travailler pour Israël

« Trompe-moi une fois, honte à toi, trompe-moi deux fois... »

"C'est une chose pour le New York Times d'éditer leurs propres histoires, mais vous les laissez censurer tout pour nous tous"

Aujourd'hui, Julian Assange a admis que le matériel Wikileaks avait été choisi par la presse, pas une organisation indépendante, somme toute. Wikileaks, en effet, a admis qu'il a toujours été une couverture pour ce à quoi Helen Thomas se réfère quand elle parle de médias sionistes contrôlés. Assange, dans une tentative puérile de "pirouette" a blâmé la presse pour avoir trop de "sensibilités" concernant Israël et pour donner une mauvaise image de Wikileaks.

Hello !

La seule raison pour laquelle nous avions besoin de Wikileaks, en premier lieu, c'est que la presse a tellement fait défaut. Est-ce un secret qu'Assange a donné le contrôle total de Wikileaks à la presse, les gens qui lui a donné un statut de"rock star" ? Complètement malade.

Nourriture pour volailles une fois de plus

Maintenant Assange nous dit qu'il a 3700 câbles de l'Ambassade Américaine à Tel-Aviv, les documents couvrant un assassinat Israélien et la ruade qu'ils se sont prise lors de leur dernière invasion du Liban. Toute personne qui pense pouvoir entendre les communications décrivant l'indignation de l'Ambassade Américaine devant les actions Israéliennes mourra d'attente. Attendez-vous à la même "sensibilité des médias" que nous avons vue depuis le début.

Par "sensibilités des médias", nous disons simplement qu'Israël contrôle Wikileaks et l'utilise pour maltraiter ses ennemis, les Etats-Unis et leurs voisins, certains dont nous apprenons maintenant qu'ils ont été leurs amis dès le départ.

Family

Il n'y a pas que le petit Nicolas ! Il y a tous les autres membres de la tribu !

Image
Rarement évoquée dans les médias, la complexe fratrie Sarközy ne manque pas d'intérêt. On y trouve en effet deux frères, Guillaume et François, mais aussi un demi-frère, Pierre-Olivier (dit Olivier) Sarközy, et une demi-soeur, Caroline Sarközy, épouse Fournier. Ils occupent, en général, des positions éminentes, voire d'exception. Voici l'étonnante saga d'une famille très cosmopolite.

À l'origine, il y a Pal Sarközy de Nagy-Bocsa (cf, avec plus de précisions, nos portraits de Nicolas Sarközy dans F&D et dans l'Encyclopédie politique française, tome II). Né le 5 mai 1928 à Budapest et déclaré comme protestant (mais sa mère était catholique), ce hobereau, issu d'une famille de petite noblesse (anoblissement le 10 septembre 1628) devait s'enfuir de Hongrie dans des circonstances mal connues. En 1948, il s'engagea dans la Légion étrangère à Baden-Baden, pour venir en France, et devait réussir à se faire rapidement exempter pour de fausses raisons médicales (grâce à un médecin hongrois, ami de son père).

Cult

Normalisation de la perversion : pour le Pape, la pédophilie était la « norme » dans les années 70

(extraits)

Image
Le pape a tenu ce matin au Vatican dans la salle Royale, le discours annuel à la Curie romaine sur l'état de l'Eglise pendant l'année écoulée, à l'occasion de l'échange traditionnel des vœux.
Le pape a fait le parallèle entre l'atmosphère de désagrégation morale et le sentiment d'insécurité de la fin de l'empire romain et la société actuelle : « La décomposition des systèmes porteurs du droit et des attitudes morales de fond, qui leur donnaient force, provoquaient la rupture des digues qui, jusqu'à ce moment, avaient protégé la cohabitation pacifique entre les hommes. Un monde était en train de décliner. De fréquents cataclysmes naturels augmentaient encore cette expérience d'insécurité. On ne voyait aucune force qui aurait pu mettre un frein à ce déclin. L'invocation de la puissance propre de Dieu était d'autant plus insistante : qu'il vienne et protège les hommes de toutes ces menaces ! »

Yoda

Wikileaks et Cantona servent-ils à quelque chose ?

Julian Assange et Eric Cantona ont défrayé la chronique ces derniers temps. Le premier en publiant des documents confidentiels du gouvernement US. Le second en appelant à faire s'effondrer le système bancaire. Mais quel point commun y a-t-il entre le cyberactivitse australien et l'ancienne gloire de Manchester ? Les affaires Wikileaks et Cantona, même si elles soulèvent beaucoup de questions, sont les symboles de la faillite d'un système. A travers les publications de Wikileaks, ce sont les contradictions au sein de l'élite US qui surgissent : l'Empire est en crise ! Quant au buzz suscité par l'appel d'Eric Cantona, il révèle que la plupart des gens ne sont pas dupes : il y a quelque chose de pourri au royaume des banques.Ces deux affaires nous apprennent donc beaucoup mais les médias ne traiteront pas des leçons à tirer : ils défendent le système. Où s'informer alors ?

Commentaire: Excellente analyse de Michel Collon. Un petit bémol toutefois concernant la source et les objectifs des fuites Wikileaks. Posons-nous la question suivante : "A qui profite le crime ?"

Certes, les USA sont peu égratignés par Wikileaks, mais Israël est le grand vainqueur. Absolument aucune fuite sur ses nombreuses exactions et parallèlement les fuites stigmatisent ses ennemis.

L'autre bénéficiaire des fuites est la censure d'Internet. En effet, Wikileaks offre une excellente excuse (sécurité d'État, sécurité des militaires et des agents secrets,...) pour verrouiller Internet car il représente le dernier espace où des informations objectives peuvent encore circuler.

La véritable raison est qu'Internet représente une menace majeure pour nous chères élites. La révélation de leurs petits et grands secrets pourraient en effet remettre en cause leur hégémonie.


Cult

Il faut coincer les serial killers

Image
Atterré par l'idéologie économique ambiante, atterré par le chaos qui gagne en profondeur et en gravité toute l'Europe, excédé par les serial killers qui nous gouvernent, sidéré par le tournis dont sont saisis nombre de citoyens qui s'abandonnent à la moindre idée diffusée à la cantonade, je prends le risque de faire quelques propositions à la hache et de les soumettre à la discussion.

1. Le mode opératoire des serial killers

Qu'est ce qu'un serial killer ?

C'est un tueur en série qui utilise généralement le même mode opératoire. C'est d'ailleurs ce qui finit par le perdre, car on arrive ainsi à le coincer.

Tous les gouvernements européens sont en train de tuer la protection sociale. Le gouvernement français vient de donner un coup potentiellement mortel à la retraite par répartition, à la demande expresse de tous les financiers, spéculateurs, assureurs, patronats...

À peine la besogne est-elle accomplie que le serial killer tisse les fils de sa toile dans laquelle il prendra l'assurance maladie pour l'assassiner. Ne doutons pas que l'affaire sera rondement menée. Et selon un scénario connu : on tarit les ressources de la Sécurité sociale, on la met en déficit chronique et croissant, on la déclare incapable de répondre aux besoins, on limite la prise en charge de ces derniers abandonnés aux assureurs, qui guignent d'un œil vorace les centaines de milliards d'euros par an que constitue la protection sociale.

Les serial killers à la tête des États ne commettent pas leurs forfaits sans un réseau de complicités dont les fils s'étendent du monde de la finance - banques, institutions financières de toutes sortes et agences de notation - à celui de la presse bien-pensante, sans oublier la mafia des paradis fiscaux. Les pièges sont tendus.