Bienvenue à Sott.net
ven., 09 déc. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

La Science de l'Esprit
Carte


Heart

À la recherche de l'humanité avec Saint-Exupéry

Antoine de Saint-Exupéry, mort le 31 juillet 1944 alors qu'il effectuait un vol de reconnaissance photographique des côtes françaises, n'a cessé d'exprimer, dans ses œuvres, son tourment de voir l'homme vivre trop souvent en-dessous de lui-même, en-dessous de sa véritable humanité.

© Google
Antoine de Saint-Exupéry ( 1900 - 1944 )
« Aujourd'hui [...] je suis triste pour ma génération qui est vide de toute substance humaine. Qui, n'ayant connu que le bar, les mathématiques et les Bugatti comme forme de vie spirituelle, se trouve aujourd'hui dans une action strictement grégaire qui n'a plus aucune couleur. » [1]

Alarm Clock

La méditation selon le Dr. John Kabat-Zinn

Pour la première fois, le docteur Jon Kabat-Zinn est venu en France pour parler de la méditation de la pleine conscience et des méthodes qu'il a commencé à mettre au point il y a 30 ans maintenant, aux Etats-Unis. Il vient de fêter ses 65 ans. Son travail commence à peine à être découvert par les Européens, du moins dans le milieu médical, encore peu familiarisé avec les étonnantes capacités de transformation de l'esprit. Mais les choses changent rapidement.

© Google
John Kabat-Zinn
En quelques jours, dès l'annonce de sa venue à Paris pour animer un séminaire, plus de 300 personnes se sont inscrites pour venir écouter cet homme, qui est à la fois médecin, scientifique, écrivain, enseignant de méditation et professeur émérite à la Faculté de Médecine de l'Université du Massachussets (le célèbre MIT), où il a fondé en 1979, la première clinique de réduction du stress, la Mindfulness Based Stress Reduction Clinic (MBSR = Méditation de la pleine conscience pour réduire le stress).

Chalkboard

Plus on ment, plus il est facile de mentir et plus le cerveau est endommagé

Une nouvelle étude a montré que la partie du cerveau qui est activée pendant un mensonge réagit de moins en moins à chaque mensonge suivant, apportant une nouvelle explication au fait que des mensonges apparemment mineurs finissent par conduire à des actes sérieusement malhonnêtes.
© Inconnu
La personne qui ment émet des signes pouvant être décelés.
Si vous mentez une fois, vous mentirez probablement encore. C'est la conclusion formelle d'une étude récemment publiée dans la revue Nature Neuroscience. En bref, le fait de dire de petits mensonges sans importance désensibilise le cerveau à la malhonnêteté et facilite progressivement le mensonge.

« Qu'il s'agisse d'évasion fiscale, d'infidélité, de dopage sportif, d'inventer des données scientifiques ou de fraude financière, les menteurs se rappellent souvent comment les petites actions malhonnêtes du début ont fini par les conduire à des crimes assez importants », commentait Tali Sharot, neuroscientifique à l'University College London (UCL) et auteur principal de l'étude.

Lorsque nous trompons quelqu'un, la partie du cerveau qui régule l'émotion (le noyau amygdalien) est activée et nous ressentons souvent de la honte ou de la culpabilité. Cette zone réagit aussi lorsque nous voyons quelque chose qui nous rend heureux (comme la dernière vidéo à la mode d'un chat adorable sur YouTube) ou triste. Il a déjà été démontré que lorsque nous voyons et revoyons ces scènes gaies ou tristes, le noyau amygdalien réagit de moins en moins à chaque fois. L'équipe de l'UCL voulait savoir s'il en allait de même pour le mensonge.


Commentaire : « Le mensonge génère une activité cérébrale unique qui peut être mesurée par l'IRM fonctionnelle (IRMf), des scanners cérébraux qui pourraient un jour devenir un outil d'expertise médico-légale bien plus puissant que le lacunaire test polygraphique. » Voir la suite en fin d'article.

Lire aussi :

Commentaire: Utilisation de l'imagerie fonctionnelle par résonance magnétique pour détecter les mensonges en psychologie légale. Impact du mensonge sur l'activité du cerveau.

De Kaja Perina

Le mensonge génère une activité cérébrale unique qui peut être mesurée par l'IRM fonctionnelle (IRMf), des scanners cérébraux qui pourraient un jour devenir un outil d'expertise médico-légale bien plus puissant que le lacunaire test polygraphique.

Des chercheurs ont distribué des cartes à jouer à 18 sujets, une carte par sujet, puis, contre rétribution, leur ont demandé de mentir à un ordinateur à propos de ladite carte tandis que leur cerveau subissait une IRMf. En cas de mensonge, les scans des sujets ont révélé une activité accrue dans plusieurs régions du cerveau, dont le cortex cingulaire antérieur, qui est impliqué dans la gestion des conflits, l'inhibition de l'attention et de la réponse. Selon Daniel Langleben, M.D., professeur de psychiatrie à l'université de Pennsylvanie et responsable du projet, cela confirme que la réaction « par défaut » du cerveau est de dire la vérité. « Aucune zone du cerveau n'a plus de difficultés à dire la vérité qu'à mentir », selon Langleben. ...

Anterior Cingulate Gyrus Dysfunction and Selective Attention Deficits in Schizophrenia: [15O]H2O PET Study During Single-Trial Stroop Task Performance [Dysfonctionnement du cortex cingulaire antérieur et déficit de l'attention sélective chez les schizophrènes : [15O]H2O PET étude sur la performance au test de Stroop]

Dans cette étude, les auteurs ont exploré la fonction du cortex cingulaire antérieur (CCA) mentionné ci-haut dans l'article sur le mensonge, et ont découvert que les patients schizophrènes présentent une activation du cortex cingulaire antérieur extrêmement plus faible lorsqu'ils mentent. C'est-à-dire que mentir sans provoquer l'activation du CCA signifie que l'on a sombré dans la folie.

Un article de Wikipedia sur le sujet apporte des indices intéressants quant à la possibilité que le mensonge et la croyance en des mensonges endommage le cerveau :
La partie dorsale du CCA est connectée avec le cortex préfrontal et le cortex pariétal ainsi que les aires motrices et l'aire motrice oculaire frontale ce qui en fait une station centrale de traitement pour des stimuli montants et descendants et d'affectation de contrôle vers d'autres zones du cerveau. [...] Le CCA semble être particulièrement impliqué lorsqu'un effort est nécessaire pour mener à bien une tâche, comme dans l'apprentissage et la résolution de problèmes. De nombreuses études lui attribuent des fonctions telles que la détection d'erreur, l'anticipation des tâches, la motivation et la modulation des réactions émotionnelles.

L'activité du CCA dans des expériences sur l'effet Stroop (conçues pour mesurer la conformité à des chemins décisionnels séquentiels) reste relativement élevée chez les sujets humains moyens lorsque le choix de la spontanéité est abandonné. La répétition d'une tâche que l'on fait de manière spontanée, des réponses originales à des productions rigides, des réponses stéréotypées provoquent une diminution de la réponse du CCA.

Alors que la plupart des recherches se sont concentrées sur des tâches limitées - souvent pour diagnostiquer subjectivement un trouble du déficit de l'attention - des recherches récentes sur des singes ont révélé que l'activité accrue du CCA (généralement associée à une réduction de l'utilisation de dopamine) réduisait la capacité d'apprendre à utiliser des indices visuels pour l'anticipation de récompenses. [...]

Les preuves selon lesquelles le CCA possède une fonction de détection d'erreur sont issues d'observations consistantes de la présence d'une négativité d'erreur (ERN, ou Error Related Negativity) uniquement générée dans le CCA en cas d'erreur. [...]

L'étude des effets des dégâts causés au CCA offre un aperçu du type de fonction qu'il occupe dans un cerveau intact. Les comportements associés aux lésions du CCA incluent : incapacité à détecter les erreurs, difficulté conséquente à résoudre les conflits de stimuli... instabilité émotionnelle, inattention, et mutisme akinétique.

Selon les indices recueillis, les patients atteints de schizophrénie présentent un CCA endommagé, des études ayant montré que ces patients avaient des difficultés à gérer des lieux spatiaux contradictoires lors de tests de Stroop et présentaient des ERNs anormales. Les participants souffrant d'un trouble de l'attention présentaient une activation moindre de la région dorsale du CCA lorsqu'ils exécutaient une tâche de Stroop. Ces découvertes corroborent les résultats obtenus sur la variété des fonctions attribuées au CCA dans le cadre d'études utilisant l'imagerie électrique.

Helen S. Mayberg... a identifié l'aire 25 de Brodmann comme conduit-clé de la circulation neuronale entre le cortex frontal « pensant » et la zone limbique centrale phylogéniquement plus ancienne qui donne lieu aux émotions. Mayberg a ensuite découvert que l'aire 25 semblait suractivée chez ces personnes dépressives - « comme une porte laissée ouverte qui permettrait aux émotions négatives de submerger les processus de raisonnement ainsi que l'humeur », explique-t-elle...

La région CCA du cerveau est associée à de nombreuses fonctions qui requièrent une expérience consciente de la part du sujet. Des niveaux supérieurs d'activation du CCA ont été observés chez des participants de sexe féminin plus conscients émotionnellement parlant, lorsqu'on leur montrait de courts extraits de vidéos « émotionnelles ». Une meilleure conscience émotionnelle est associée à une reconnaissance supérieure de signaux ou de cibles émotionnels, reconnaissance reflétée par l'activation du CCA.

L'idée que la prise de conscience est associée au CCA est étayée par le fait que lorsque les réponses données par le sujet ne correspondent pas aux vraies réponses, une ERN plus importante est générée.

Une étude a observé la présence d'une ERN même lorsque les sujets n'étaient pas conscients de leur erreur. La conscience ne semble pas être nécessaire pour provoquer une ERN, mais elle pourrait influer sur l'effet de l'ampleur de l'ERN feed-back. À rapprocher de la théorie de l'apprentissage fondée sur la récompense, la conscience pourrait moduler les violations des attentes. Une conscience accrue pourrait résulter en une diminution des violations des attentes, tandis qu'une conscience diminuée pourrait générer l'effet inverse...
Les indices semblent tous pointer vers l'idée que mentir, s'accrocher à un mensonge, même s'il ne s'agit que d'un mensonge à soi-même, et croire à des mensonges, endommage cette zone du cerveau. Il est dit que toute lésion du tissu cérébral provoque un certain relâchement du raisonnement pertinent et que, en conséquence, cela peut affecter la personnalité. Lobaczewski fait remarquer que les personnes qui n'aiment pas penser, se focaliser, ou parler de sujets dérangeants lorsque ces éléments dérangeants les environnent, doivent recourir à des sortes d'œillères les rendant inaptes à voir à la vérité. Ils agissent avant tout ainsi parce que, s'ils affrontaient la vérité sans ciller, s'ils sentaient en eux comme un principe interne, ils devraient faire des changements souvent inconfortables ou malvenus dans leur vie. Par exemple, une femme qui se ment à elle-même sur les infidélités de son mari volage adopte ce comportement parce que, si elle affronte la vérité, elle devra faire un choix, décider quoi faire : divorcer et changer complètement de vie (c'est-à-dire celle à laquelle elle est habituée - « un danger connu est préférable à un danger inconnu ») ou accepter la situation, auquel cas elle devra s'autocensurer - ou censurer ses amis et sa famille. Bien sûr, certaines femmes s'en sortent en projetant une attitude de je-m'en-foutisme, clamant qu'elles ont une relation « libre ». Dans certains cas, c'est peut-être vrai, mais la plupart du temps, elle ne font que se mentir à elles-mêmes, à un autre niveau. Et n'est-ce pas justement de cela que je parle ? La limite étant bientôt atteinte, les gens ont de plus en plus recours aux illusions auto-générées afin d'éviter de faire face à la cruelle vérité, à la vérité sans fards.

En tous les cas, ce processus revient à éliminer consciemment ou inconsciemment des informations de son champ de vision. Cela peut devenir une habitude. Mais il y a un prix à payer. Tout processus de pensée fondé sur des informations incomplètes et où, à un certain niveau, le Moi sait qu'elles ont été ignorées ou éliminées afin - par désir ou besoin - d'arriver à une conclusion plus plaisante, plus acceptable socialement parlant, relève du raisonnement psychopathique. Et que se passe-t-il lorsqu'on prend l'habitude de raisonner comme un psychopathe, même si l'on en est pas un soi-même, génétiquement parlant ? Cela conduit le cerveau à la psychopathologie ; et une fois que ce seuil a été franchi, il est très dur de faire demi-tour.

Extrait de l'article Le cadeau des Rois mages aux élus


Brain

Après un coma, ce footballeur étasunien se réveille en parlant couramment espagnol

Voici un cas tout à fait étonnant et rarissime. Reuben Nsemoh, un jeune footballeur de 16 ans vivant aux États-Unis est tombé dans le coma après un violent choc à la tête durant un match.
© Capture YouTube
Reuben Nsemoh
Quelques jours plus tard, il s'est réveillé en ne parlant plus anglais, mais espagnol, langue qu'il ne maîtrisait pas du tout avant son coma.

Jeune gardien de but de foot dans la banlieue d'Atlanta, en Georgie (États-Unis), Reuben Nsemoh a subi au mois de septembre dernier un violent choc à la tête durant un match, laissant l'adolescent dans le coma pendant 3 jours. Né aux États-Unis et n'ayant que quelques bases d'espagnol apprises à l'école, Reuben Nsemoh est pourtant sorti du coma en parlant couramment espagnol et en ne sachant plus parler sa langue maternelle.

Une condition extrêmement rare qui porte un nom, « le syndrome de l'accent étranger », qui intervient généralement suite à un choc accidentel à la tête ou une atteinte importante au cerveau. Le premier cas recensé de ce syndrome remonte à 1941 et depuis, seule une cinquantaine de cas sont survenus.

Compass

Pratiquer la méditation en marchant

Il existe de nombreuses méthodes de méditations, mais il demeure un seul principe : vivre dans le présent et reprendre contact avec son être intérieur. Chacun appellera ce dernier comme il l'entend. Dieu, le Moi, le Soi, l'âme, l'être profond, le cœur... Quoi qu'il en soit, il s'agit de partir à la conquête de nous-même ; d'aller à la racine de notre âme. Ce n'est qu'en rétablissant ce contact que nous pourrons prétendre à un bien-être durable. Non pas un bonheur éphémère mais une paix et une joie présente en toute circonstance ou presque.

© Google
La marche comme chemin pour se retrouver
Assis, debout, couché ? Les deux mon général ! Mais dès que l'on parle de méditation, on pense de suite au méditant parfaitement immobile assit en position du lotus. Pourtant, dans la tradition bouddhiste, on insiste sur le développement de la présence d'esprit dans les quatre positions principales : debout, assis, couché et en marchant. Dans la tradition de méditation de forêt de la Thaïlande du Nord-est, on accorde beaucoup d'importance à la méditation en marchant. De nombreux moines passent beaucoup de temps à marcher.

Commentaire: Lire aussi :


People 2

Ce que les femmes attendent des hommes aujourd'hui

Hommes et femmes sont par essence complémentaires : ils possèdent en chacun d'eux des qualités inhérentes à leurs sexes dont l'expression n'est possible qu'ensemble. En nous divisant et en nous opposant, la société nous prive d'une grande partie de notre Potentiel.

Les seules femmes qui prennent la parole pour s'adresser aux hommes sont des féministes qui les criblent de reproches ou les traitent en futur potentiel agresseurs ! Et ce sans distinction... parce que nous savons que ce sont "toujours les mêmes " qui nous harcèlent ou nous insultent dans les transports en commun.

Face à ces invectives constantes, la colère et l'amertume des hommes Français sont compréhensibles. Résultat ? Beaucoup perdent Foi en nous et s'en vont chercher l'amour à l'Est.

Snakes in Suits

Une nouvelle étude le confirme : beaucoup (trop) de psychopathes chez les patrons


Commentaire : Plus nous prenons conscience que le psychopathe socialement intégré, « de proximité » pourrait-on dire, est une réalité, plus nous pouvons nous protéger de son influence destructrice. En prenant la fuite, par exemple. Pour bien comprendre la situation :

© Inconnu
Des niveaux beaucoup plus élevés de traits psychopathiques sont observés aux échelons supérieurs des entreprises comparativement à la population générale, selon une étude présentée au congrès de l'Australian Psychological Society.

Les entreprises devraient réaliser des évaluations psychologiques pour identifier les psychopathes à cravates, estiment les chercheurs.

De nombreuses entreprises font leurs évaluations de recrutement dans un mauvais ordre, selon le psychologue judiciaire Nathan Brooks, auteur principal. « Trop souvent, les entreprises regardent d'abord les compétences, et ensuite, tiennent compte des caractéristiques de la personnalité. Vraiment, dit-il, il faudrait d'abord évaluer le caractère du candidat, et ensuite, s'il passe le test de personnalité, se demander s'il a les bonnes compétences. »


Commentaire : Quelle merveilleuse, merveilleuse idée cela serait d'établir un profil psychologique des responsables d'entreprise, en effet, mais plus encore des personnes qui ont décidé de briguer les postes du pouvoir politique, quels qu'ils soient.


Des études émergentes, indique-t-il, montrent qu'alors qu'une personne sur 100 dans la communauté en général et une personne sur 5 dans le système pénitentiaire sont considérées comme psychopathes, ces traits sont communs dans les échelons supérieurs des entreprises, avec une prévalence se situant entre 3 % et 21 %.

Le terme « psychopathe à succès » (« successful psychopath »), qui désigne les gens qui occupent des postes élevés et qui ont des traits psychopathiques tels que l'insincérité, le manque d'empathie ou de remords ainsi que des comportements égocentriques, charmants et superficiels, a vu le jour dans le sillage de la crise financière mondiale de 2008.

Brooks et ses collègues (1) ont mené cette étude avec 261 professionnels d'entreprises de gestion de chaînes d'approvisionnement. Une proportion extrêmement élevée de 21 % avait des niveaux cliniquement significatifs de traits psychopathiques, soit une proportion comparable à la population carcérale. Ces résultats ont des implications majeures pour les entreprises, car le psychopathe à cravate peut se livrer à des pratiques commerciales contraires à l'éthique et illégales et avoir un impact toxique sur les autres employés, souligne le chercheur.
« "Les psychopathes créent typiquement beaucoup de chaos et ont généralement tendance à monter les gens les uns contre les autres" », ajoute-t-il.

Commentaire : Les créatures politiques modernes cumulent toutes les qualités précitées, rappelons-le encore et encore. A celles-ci, il est difficile d'échapper. Il ne reste plus, comme moyen de s'en protéger, que d'exposer leurs actes à la lumière de la vérité.


Brain

A propos des TDI, Troubles Dissociatifs de l'Identité


Le 4 septembre dernier, l'émission australienne 60 Minutes a diffusé un reportage de Peter Stefanovic consacré à Marcela Del Sol. Une femme vivant avec sept personnalités différentes ; ce que l'on nomme aujourd'hui le Trouble Dissociatif de l'Identité. C'est en 2013 que Marcela a été diagnostiquée avec un T.D.I. par le Dr. Nick Bendit. Voici un court extrait du reportage dans lequel il nous explique ce qu'est ce trouble de la personnalité :

Commentaire: Ou l'on apprend donc que les TDI opèrent des changements radicaux, scientifiquement démontrés, dans le cerveau des personnes qui en souffrent. Et l'on comprend d'autant mieux le comportement étranges de certaines célébrités ; de celles que l'on érige en modèle de réussite pour nos enfants.


Ladybug

L'homme qui cherchait le silence

Depuis trente-cinq ans que Gordon Hempton parcourt le monde, micro à la main, enrichissant sa bibliothèque de milliers d'heures de « sons de la vie », il n'a pu répertorier qu'une cinquantaine de zones à l'abri des nuisances sonores humaines. Lorsque ce bioacousticien américain part en quête de silence, il ne cherche pas l'absence de bruit - chimère s'il en est - mais pense plutôt à quelque chose qui s'écoute, tout ce qui compose la biophonie (le son des êtres vivants) et la géophonie (le son des éléments naturels tels que le vent ou l'eau).

© Google
Les sons de la nature qui nous permettent d'écouter le silence
Fondateur et vice-président de One Square Inchof Silence (quelques centimètres carrés de silence), il milite pour la protection des espaces sonores, qui sont de plus en plus affectés par l'anthropophonie (sons d'origine humaine).« Si rien n'est fait pour préserver et protéger ces zones, écrit-il sur le site de la fondation, le silence risque de disparaître dans les dix prochaines années. »

Brain

Comme les humains, les chiens distinguent mots et intonations


Comment: Pour ceux qui aime leur chien cela ne faisait déjà pas de doute ; mais voilà, preuves scientifiques à l'appui, nous comprenons encore un peu mieux à quel point les animaux sont des créatures sensibles. A quel point nous devons avoir le plus grand respect pour ces créatures dont nous nous nourrissons malgré tout, mais auxquelles nous faisons souvent vivre, hélas, un véritable enfer sur cette terre.

Que ceux qui se sont amusés à dire un jour à un chien « sombre crétin » sur un ton enamouré ravalent leur condescendance. La queue pouvait bien bouger, l'animal n'était pas dupe. Une étude publiée cette semaine dans la revue Science montre en effet que le cerveau canin prête attention à la fois aux mots et aux intonations, autrement dit à ce que nous disons et à la façon dont nous le disons. « Exactement comme les humains », sourit Attila Andics, éthologue à l'université Eötvös Lorand de Budapest et premier signataire de l'article.
© Enikö Kubinyi
Les chiens devant l'appareil à IRM
Spécialiste du langage et du comportement chez les animaux, Attila Andics et son collègue Adam Miklosi tentaient depuis longtemps de cerner les régions du cerveau mises en jeu chez le meilleur ami de l'homme lorsqu'il était soumis à une information. Il y a deux ans, les deux chercheurs avaient ainsi montré comment un pleur ou un aboiement déclenchait une réponse particulière dans l'hémisphère droit de l'animal, plus précisément dans la zone de l'audition. Normal, direz-vous, puisqu'il percevait l'information avec les oreilles.