Bienvenue à Sott.net
lun., 27 mai 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

La Science de l'Esprit
Carte

Stormtrooper

Trop de testostérone réduit votre empathie

Une étude vient de prouver pour la première fois que rajouter artificiellement de la testostérone chez des volontaires (par injection sous la langue) affecte la capacité d'une personne de deviner les pensées des autres ; il s'agit d'un des aspects de ce que l'on nomme « empathie » et qui est, au passage, plus développé chez les femmes (qui ont, vous le savez, moins de testostérone... à part peut-être Madame Thatcher). Par ailleurs, on s'est rendu compte à cette occasion que les effets de l'administration de cette hormone peuvent être prédits à l'aide d'un marqueur qui signale l'exposition à la testostérone dans le ventre de la maman.

Einstein

Un micro courant peut éveiller le génie qui est en vous

Mais pas n'importe lequel... Pourtant, une stimulation électrique du lobe temporal antérieur avec une électrode de stimulation positive sur le côté droit apporterait trois fois plus de perspicacité...C'est le résultat de cette recherche originale menée par des chercheurs du Centre for the Mind de l'Université de Sydney, plublié dans l'édition du 2 février de la revue PloS ONE. Une technique similaire avait été utilisée l'année dernière par des chercheurs de l'Université d'Oxford pour améliorer les aptitudes en mathématiques des élèves.

Il s'agit d'une technique de stimulation transcrânienne à courant continu (transcranial direct current stimulation - tDCS) qui modifie l'activité des cellules dans des zones spécifiques du cerveau. Un courant électrique est appliqué directement sur la tête au-dessus des lobes temporaux antérieurs du cerveau.

Heart

La projection

Image
© Inconnu
Narcisse par François Le Moine
Traduction : Sott.net

Chères Âmes : parlons de la projection. De quoi s'agit-il ? Il en existe plusieurs types, dans un cas une personne suppose connaître ce qu'une autre pense/éprouve. Ce type de projection viole les limites posées par l'âme, l'esprit, l'intellect, le coeur, le corps d'autrui sans en avoir son consentement. Alors, la personne ciblée par la projection se sent violée, et rejette dans la plupart des cas la personne à l'origine de la projection, mécontente qu'on essaye de co-occuper sa propre carapace.

Commentaire: Nous vous recommandons la lecture de l'ouvrage du même auteur disponible en français et intitulé Femmes qui courent avec les loups.


Magnify

Des bactéries prennent le contrôle de notre cerveau !

Notre comportement, dicté par notre cerveau, est-il totalement indépendant ? Il semblerait bien que non, selon une étude très sérieuse. L'activité cérébrale serait influencée par la flore intestinale, de simples bactéries situées dans notre tube digestif.

Des bactéries qui prennent le contrôle de notre cerveau ? Ce n'est pas le sujet d'un nouveau film de science-fiction, mais bien la réalité. Il faut aller regarder dans l'intestin, au niveau des bactéries qui constituent la flore intestinale, autrement appelée le microbiote. Celui-ci fait l'objet d'un grand nombre de recherches depuis quelques années, suffisamment pour prouver que ces bactéries sont essentielles à notre bien-être et même notre survie.

Yoda

USA: la méditation réduit la violence en prison

Image
© Inconnu
BESSEMER, États-Unis - Au cœur d'une prison surpeuplée connue pour la violence qui y règne, des meurtriers, des voleurs et des violeurs se rassemblent dans une petite pièce. Les yeux fermés, ils sont seuls avec leur conscience et leurs pensées.

Newspaper

Les chimpanzés savent lire les pensées des autres

On dirait bien que les chimpanzés sont capables de deviner ce que les autres pensent. C'est quelque chose que les humains passent leur temps à faire, mais voilà que les chimpanzés se révèlent aussi doués pour cela. Cette découverte montre à quel point l'ancêtre commun de l'humain et du singe était capable de prouesses mentales. D'autres choses nous ont récemment étonnés sur les chimpanzés. Ils chassent avec des lances, jouent avec des poupées ou même pleurent leurs morts.

Einstein

Une hormone pour booster la mémoire

A l'issue de recherches effectuées sur des rats, des scientifiques américains ont découvert le rôle encore méconnu de l'hormone IGF-II dans la formation de la mémoire.

Selon une étude récemment publiée dans la revue Nature, l'hormone IGF-II (Insuline-like Growth Factor) aurait la capacité de stimuler notre mémoire et de favoriser sa rétention. Jusqu'ici cette protéine était plutôt connue pour son rôle clé dans le développement et la croissance foetale. Mais des chercheurs américains se sont aperçus que celle-ci intervenait aussi dans la consolidation de la mémoire, précisément dans la zone du cerveau impliquée dans la mémoire épisodique : l'hippocampe.
Pour cela, ils ont étudié le comportement de rats et la quantité d'IGF-II présente dans leur hippocampe, à l'issue d'exercices faisant appel à la mémoire. Puis, les chercheurs leur ont injecté une substance pour bloquer l'action de l'hormone, avant de leur faire refaire l'exercice plusieurs fois. Les rats sont alors devenus manifestement incapables de mémoriser de nouvelles informations.

Eye 2

Karla Turner, à la fin de sa vie, parle des atrocités reptiliennes

Traduction jsf

Image
Avant le document qui suit, signalons la page de Karmapolis sur Karla Turner et leur traduction de Taken :

Qui a tué Karla Turner ? C'est un peu la question que l'on se pose spontanément en parcourant les évènements étranges qui ont rythmé la vie de cette femme exceptionnelle qui a marqué l'ufologie des années 90. Cette intellectuelle insoumise était ce que l'on appelle, dans le langage ufologique contemporain, une abductée, c'est-à-dire quelqu'un qui se souvient avoir été enlevé de force par des entités apparemment extraterrestres. Elle était surtout une chercheuse au parler-vrai qui prit le risque de parler publiquement de son expérience et qui n'hésita pas à naviguer à contre-courant des idées reçues pour défendre l'intégrité de ceux qui, comme elle, ont pénétré un monde inconnu. Elle laissera derrière elle, trois ouvrages clés encore mal connus et pourtant indispensables pour qui veut comprendre le phénomène des abductions : Into The Fringe, Taken et Masquerade of Angels. (Suite...)

Yoda

8 semaines de méditation pour changer votre cerveau

Image
Des participants qui se sont pliés à l'effort de 8 semaines de véritables exercices de méditation ont pu voir leur cerveau se transformer. Les modifications mesurables se sont appliquées sur les régions du cerveau qui sont associées à la mémoire, la conscience de soi, l'empathie et la gestion du stress. Les chercheurs ont pour la première fois montré que la méditation permet des modifications sur la matière grise du cerveau.

On associe en général la pratique de la méditation avec un sens de paix intérieur et de relaxation physique mais les experts de cette pratique ont toujours affirmé que cela apportait des avantages cognitifs et psychologiques qui persistent tout le long de la journée. Cette dernière étude montre donc que les gens ne se sentent pas seulement mieux parce qu'ils passent du temps à se relaxer mais parce que leur cerveau finit par se modifier de l'intérieur. Les mêmes chercheurs avaient déjà démontré qu'il existait des différences structurelles du cerveau qui étaient manifestes entre ceux qui ne pratiquaient pas et les « pros » de la méditation : on voyait nettement un épaississement du cortex cérébral dans les régions associées.

Cette fois, on a ainsi demandé à des volontaires qui n'avaient jamais pratiqué de suivre quotidiennement 27 minutes de méditation. Après 8 semaines, on a pu vérifier que la densité de matière grise s'était accrue dans l'hippocampe. Certaines évolutions constatées chez les pratiquants de longue date n'ont pas été constatées toutefois, comme dans la région de la conscience de soi (insula). Tous les participants ont affirmé avoir un bien moindre niveau de stress toutefois.

Health

Blessures narcissiques : de l'égotisme intrusif, une forme de jalousie

Traduction SOTT

Image

Nicolas Poussin - Echo et Narcisse - 1630
Chères âmes courageuses : une âme se demande pourquoi un membre adulte de sa famille imite ses faits et gestes, comme on dit...copie ce qu'elle fait, prend note des raisons pour lesquelles les autres lui font des compliments...et tente ensuite de posséder les mêmes biens, singer les mêmes traits, reproduire les mêmes efforts...au lieu de vivre une existence libre fondée sur ses propres idées et en particulier sur les appels de sa propre « encore petite voix ».

Au lieu de cela, il ne trouve pas son inspiration à l'intérieur, mais se dédie plutôt à observer ce qu'un autre semble faire/obtenir/posséder... et il désire ce que l'autre possède, convoite surtout l'énergie, les cadeaux, les résultats, l'aura autour de l'autre, l'approbation et les louanges imaginaires qu'il croit que l(es)'autre(s) reçoi(ven)t... dont il manque...ainsi, certaines personnes copient une certaine cible.

Du côté positif, nous partageons des ressources avec des amis et des membres de notre famille qui donnent beaucoup, ou même modérément ou discrètement en retour. Cela constitue une symbiose saine, dans laquelle chaque individu prospère plus grâce/avec l'autre, suite à une invitation explicite/implicite, en s'engageant activement dans une relation. Il y a un respect de la vie privée et du temps passé ailleurs, seul ou avec d'autres, y compris sans l'ami en question.

Il est épuisant d'être entraîné dans une relation où l'une de deux personnes tente trop fréquemment de pomper l'énergie et l'inspiration de l'autre, où seulement une en tire profit ...tandis que l'autre est de plus en plus fatiguée.

Commentaire: Voir aussi son ouvrage: Femmes qui courent avec les loups