La Science de l'EspritS


Heart

SOTT Focus: In Memoriam: Pierre Lescaudron

À bientôt...
Pierre Lescaudron
C'est avec une grande tristesse que nous vous annonçons qu'un membre essentiel de l'équipe de Sott.net et de Cassiopaea.org, Pierre Lescaudron, a quitté cette vie, nous laissant, ainsi que tous ceux d'entre vous qui le connaissaient et l'aimaient, avec un profond sentiment de perte.

Depuis le jour où il a rejoint notre équipe il y a 14 ans et jusqu'au jour où il a choisi de quitter ce monde, Pierre a été un contributeur charmant, positif, dévoué et perspicace à notre travail, à la fois en ligne et dans le monde réel, où il a servi de mentor compétent à de nombreuses personnes.

Pierre a réservé son plus grand enthousiasme et ses plus grands efforts à ses tentatives de mieux comprendre la nature fondamentale de notre réalité, l'histoire cachée de notre planète et le rôle essentiel que nous, en tant qu'êtres humains, jouons dans le « grand schéma » des choses.

Bien que la liste des réalisations de Pierre est trop longue pour être détaillée ici, ce qui suit donne un aperçu de son travail et de son engagement.

Bonne route Pierre, et à bientôt !

Book 2

Ernst Jünger : un écrivain face à la guerre

Il existe une dichotomie entre ceux qui ont vécu la guerre, parfois en héros, et qui la détestent au point d'en devenir pacifistes, et ceux qui la magnifient ou y incitent, en ne l'ayant généralement pas faite. Ernst Jünger fait figure d'exception, ayant tout à la fois connu deux conflits mondiaux et fait des récits de guerre une des pierres angulaires de son œuvre labyrinthique et dantesque (l'homme a vécu 103 ans et a écrit jusqu'à deux ans avant sa mort).
hhhh
Homme d'épée et de lettres, Ernst Jünger a vécu de nombreuses guerres. Ces combats servirent de matrice à son œuvre dont le talent littéraire fit de lui un écrivain respecté. Sa francophilie lui permit d'échanger régulièrement avec les écrivains français.
Engagé volontaire dans la Légion étrangère à dix-sept ans, combattant quatorze fois blessé en 1914-1918, entré dans le rang après le premier conflit mondial, capitaine quadragénaire en poste à Paris durant l'Occupation, père épleuré d'un fils mort durant la campagne d'Italie, le Souabe autodidacte a accumulé expériences et écrits martiaux (Orages d'acier, Le combat comme expérience intérieure, Jeux africains, Sur les falaises de marbre, Journal de guerre, La paix ...).

Book 2

G. K. Chesterton et la conspiration ploutocratique (Le nommé Jeudi, 1908)

On lit et on relit Chesterton, et son génial Nommé jeudi, publié en 1908, lisible sur Wikisource, qui décrit la situation que nous vivons, que nos anti-conspirateurs dénoncent :
ghjk
« Vous partagez cette illusion idiote que le triomphe de l'anarchie, s'il s'accomplit, sera l'œuvre des pauvres. Pourquoi ? Les pauvres ont été, parfois, des rebelles ; des anarchistes, jamais. Ils sont plus intéressés que personne à l'existence d'un gouvernement régulier quelconque. Le sort du pauvre se confond avec le sort du pays. Le sort du riche n'y est pas lié. Le riche n'a qu'à monter sur son yacht et à se faire conduire dans la Nouvelle-Guinée. Les pauvres ont protesté parfois, quand on les gouvernait mal. Les riches ont toujours protesté contre le gouvernement, quel qu'il fût. Les aristocrates furent toujours des anarchistes ; les guerres féodales en témoignent. »

Video

L'invasion des profanateurs de sépulture (1977) de Philip Kaufman

L'Invasion des profanateurs de sépulture est tiré d'un roman de Jack Finney (1911-1984) intitulé Invasion of the Body Snatchers, paru en 1955. Il fait partie de ces œuvres de seconde zone fort intéressantes, plus d'ailleurs par le thème déployé que par le style d'écriture.
dfghj
Il y eut plusieurs versions cinématographiques de cette histoire : tout d'abord en 1956 avec la version de Don Siegel, assez fidèle au roman, mais d'une facture assez sommaire. Puis en 1977, celle de Philip Kaufman. En 1994, Abel Ferrara réalisa Body Snatchers, fort peu captivant. La dernière, en 2007, sous le titre Invasion d'Oliver Hirschbiegel, est assez banale.

Commentaire: En fait, cette histoire ressemble étrangement à la nôtre, celle que nous vivons depuis 2020, celle que nous vivons depuis que la Covid-19 est apparue dans nos vies... Drôle de fleur que cette covid.


Top Secret

Meilleur du Web: Comprendre les neuf voiles qui recouvrent l'humanité

« Quatre-vingt-dix pour cent de toute l'humanité vivra et mourra sans avoir levé le premier voile » - Don Harkins

leve le voile
Il y a une dizaine d'années, mon grand ami et collègue Don Harkins a écrit un article intitulé « L'esclavage et les huit voiles », qui donne profondément matière à réflexion.

Avant sa mort prématurée, nous avons littéralement passé des heures à discuter de cette « théorie des huit voiles », et Don a fini par me demander d'écrire un article à ce sujet pour son journal, The Idaho Observer. S'il l'a fait, c'est parce que j'avais partagé une grande partie de mes recherches avec lui, et que nous en étions arrivés à la conclusion qu'en réalité, NEUF voiles recouvraient l'âme humaine (c'est-à-dire l'intelligence), et que toute progression spirituelle, et donc une pleine connaissance de LA VÉRITÉ, nécessitait de lever ces Neuf Voiles.

Pour plaisanter, je lui avais répondu que même en y consacrant un numéro entier de The Idaho Observer, on ne ferait qu'effleurer le sujet. C'était l'un des talents éditoriaux de Don - prendre un thème complexe et le condenser en un format plus lisible. En mémoire de Don Harkins, voici l'article auquel nous avions songé, sous la forme la plus concise possible.

Cult

Kubrick et Polanski contre les élites occidentales

ghjk
Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick
On tonne justement contre nos élites, or, je me suis rendu compte que les deux derniers grands cinéastes, tous deux juifs d'origine austro-hongroise (bel empire multi-ethnique qui magnifia la culture comme aucun autre), nous avaient nûment éclairé à ce sujet.

UFO

La Guerre des Mondes : quand Orson Welles faisait trembler l'Amérique

Nous sommes le 30 octobre 1938, en plein New-Jersey, à Grover Mills, et un vaisseau extraterrestre vient d'atterrir. Rapidement, des créatures sortent du vaisseau et commencent à attaquer les humains. L'armée américaine se mobilise, mais trop tard : les martiens ont commencé leur invasion... Ou en tout cas, c'est ce qu'une partie des auditeurs de PBS finissent par croire en écoutant la radio en cette veille d'Halloween.
ghjk
En fait, sans qu'ils en soient tous conscients, ils sont en train d'écouter une pièce de théâtre radiodiffusée. Et c'est un jeune prodige du théâtre new-yorkais qui signe cette adaptation originale de La Guerre des Mondes de H.G. Welles : un jeune homme de 23 ans du nom d'Orson Welles. Sur un formidable coup de poker, il ne va pas tarder à entrer dans l'histoire mondiale du divertissement.

Commentaire:




Take 2

Napoléon, de Ridley Scott : le film que les Français n'ont plus le droit de faire

mnhg
Ridley, c'est du lourd, en matière de filmo. Pas la peine de revenir sur sa longue carrière, à laquelle il met peut-être un point final — il a 86 ans — avec un Napoléon qui boucle un siècle de cinéma, quand on part du Napoléon d'Abel Gance (1927). C'est un hommage à peine voilé au cinéma français et à la France. On achète !

Hearts

Laissez-vous émouvoir par le Dr. Olivier Soulier quand il parle de la joie

ghjk
Olivier Soulier travaille depuis 20 ans sur les sens et les symboles du corps et de la vie. La spécificité d'Olivier SOULIER est d'aller dans l'infiniment petit en déchiffrant l'embryologie comme un livre nous révélant l'essence de l'infiniment grand. Ceci permet ainsi d'accéder aux clés de compréhension. Cette connaissance est source d'accomplissement car enseignée avec le cœur, elle donne accès aux bases physiques et psychiques de l'être humain.

Video

Cinq séries soviétiques d'espionnage à voir absolument

fghj
Plusieurs décennies avant que les séries Homeland et The Spy ne sortent, l'Union soviétique avait déjà produit quelques séries d'espionnage qui repoussaient les limites du genre. Il était alors évident que si les bonnes séries télévisées prenaient du temps à arriver sur les écrans, leur qualité et leur direction artistique n'étaient jamais remises en doute.