Bienvenue à Sott.net
mer., 27 oct. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Che Guevara

Le Dr Ryan Cole sur les injections anti-Covid : « Augmentation des cancers comme jamais vue auparavant » !

Le docteur Ryan Cole évoque avec Del Big Tree l'augmentation des cancers dans la population injectée avec le produit génique expérimental nommé « vaccin » anti-Covid-19.
Dr Ryan Cole
© Capture Odysee

Commentaire: Voir aussi notre article Recrudescence des cancers en lien avec les injections transgéniques nommées « vaccins » anti-Covid-19

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Sherlock

Recrudescence des cancers en lien avec les injections transgéniques nommées « vaccins » anti-Covid-19

Coïncidences ? Le mot clé

Nous avions, il y a déjà plusieurs mois, émis des réserves au moins théoriques à vacciner les patients cancéreux ou les anciens malades guéris, en raison du mécanisme envisagé de l'injection génique sur l'immunité. Plusieurs généticiens avaient d'ailleurs exprimé leurs inquiétudes sur la possible interférence entre des cellules cancéreuses actives, ou des cellules en sommeil et l'activité de la thérapie génique sur les lymphocytes en particulier.

Cancers et vaccins anti-covid
© Flickr.com
Les mois ont passé, et la folie vaccinale s'est amplifiée, conduisant à refuser les patients dépourvus de passe dans les hôpitaux (destinés, c'est bien connu à ne recevoir que des bien-portants) et à exiger des patients de se faire vacciner absolument avant de recevoir tout traitement, y compris les cancéreux.

Nous sommes dans un monde devenu fou et pourtant ces histoires se multiplient, tel ce jeune homme de 22 ans qui a vu apparaître une toux chronique conduisant à une radio découvrant une masse médiastinale. Les deux gros hôpitaux parisiens qui l'ont reçu refusent de débuter le traitement (sans qu'il soit expliqué en détail) si le patient refuse l'injection expérimentale, d'effets absolument inconnus sur le développement des cancers. La justification des médecins ? Aucune : « c'est comme cela », et nous l'avons bien accepté !

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Ladybug

Une étude démontre comment une solution saline peut stopper la réplication du SRAS-CoV-2

solution saline
L'utilisation d'une solution hypertonique de chlorure de sodium à 1,1 % a réduit la réplication virale de 88 % lors de tests sur des cellules pulmonaires infectées menés par des chercheurs de l'Université de São Paulo.

Des chercheurs de l'Université de São Paulo (USP) au Brésil ont montré qu'une solution saline hypertonique inhibe la réplication du SARS-CoV-2, le virus responsable du COVID-19, et ont élucidé le mécanisme biochimique impliqué. Un article rendant compte de ces recherches est publié dans ACS Pharmacology & Translational Science. L'étude a été réalisée en laboratoire à l'aide de cellules pulmonaires épithéliales humaines infectées par le virus.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Pills

Japon : l'ivermectine contre le covid ? Ça marche !

L'efficacité de l'ivermectine est reconnue par les scientifiques. En France, le 20 juillet 2021, le Pr Pierre-Jean Guillausseau, de l'hôpital Lariboisière 75010 Paris et de l'université Paris-Sorbonne, conclut son étude : « La précocité du traitement est importante, avec une amélioration notée chez 79% des patients en cas de traitement précoce, 46% des patients en cas de traitement tardif. Enfin, l'ensemble des études indique une excellente tolérance de l'ivermectine, sans aucun effet secondaire sérieux ou grave. »
ghjk
Au Japon, confronté à une recrudescence des infections dans le pays, le Dr Haruo Ozaki, président de l'Association médicale métropolitaine de Tokyo, appelle, le 13 août 2021, à la généralisation de l'utilisation de l'Ivermectine par les médecins généralistes.

Commentaire:

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Syringe

Résultats sur les conséquences du Pfizer sur les souris

On a enfin des résultats sur les conséquences du Pfizer sur les souris et on comprend mieux pourquoi ils refusent les autopsies post injections pour les humains décédés.
vaccins souris
Ne dites plus « on n'a pas le recul » , malheureusement les études confirment les pires inquiétudes.

La fameuse protéine spike induite par la vaccination ne disparait pas rapidement mais demeure plusieurs semaines dans l'organisme occasionnant des dégâts qui rappellent celles de sa cousine induite par la contamination.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Play

Injections anti-Covid : « Ayez très peur de votre gouvernement ! » — Mike Yeadon, ex vice-président de Pfizer explique tout et lance l'alerte

Dans cette entretien avec Del Big Tree de 38 minutes sous-titrée en français, Mike Yeadon s'exprime sur la supposée pandémie et sur les soi-disant « vaccins », [une expérience génocidaire] aux effets délétères nombreux et constate :
« Je pense qu'il y a des gens malveillants avec de mauvaises intentions. »
Mike Yeadon
© Inconnu
« Pour moi, il est contre-indiqué de vacciner les femmes enceintes. C'est un nouveau type d'intervention médicale sans étude de toxicologie au niveau de la reproduction. C'est le comble du danger et de l'imprudence. Nous créons des anticorps dans le corps d'une femme contre une partie de la structure de soutien du placenta ».


Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Heart

Lien entre maladie parodontale et problèmes cardiovasculaires

La maladie parodontale et les autres pathologies des gencives sont associées à un risque accru de maladies cardiovasculaires. Plus la parodontite est sévère, plus le risque est élevé. Ces résultats sont présentés au congrès d'ESC (la Société Européenne de Cardiologie) de 2021. Selon les spécialistes, le lien était particulièrement évident chez les patients qui avaient subi une crise cardiaque dans le passé.
dents

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Syringe

L'OMS reconnaît plus d'un million d'effets secondaires du soi-disant « vaccin » en Europe

Le plus grand flou règne sur l'ampleur exacte des effets secondaires du soi-disant vaccin. On doit à l'OMS et à sa base partagée par le centre d'Uppsala, la base VigiAccess, de donner quelques éléments d'informations un peu plus fiables que les éléments transmis par l'ANSM en France, et par quelques autres. On retiendra que cette base recense plus d'un million de cas d'effets secondaires pour la seule Europe, et pour la seule année 2021, du fait de la « vaccination » contre le Covid. Un chiffre qui sème le trouble sur la sincérité des chiffres en France.
Tedros Adhanom Ghebreyesus
© Christopher Black — World Health Organization — Handout via Reuters
Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s'exprime lors de l'Assemblée mondiale de la santé à Genève, en Suisse, le 24 mai 2021.
Les effets secondaires du soi-disant vaccin (ou des soi-disant vaccins) contre le Covid constituent le grand tabou de la communication gouvernementale partout en Europe. Officiellement, le produit dit vaccinal nous délivre de la maladie et se révèle parfaitement sûr. Sauf que les chiffres officiels, les quelques chiffres qui percent, ne disent pas exactement cela.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Whistle

Pfizer rappelle tous les lots du médicament antitabac Chantix à cause de la présence d'agents cancérigènes

Cela ressemble à un gag. Pfizer, dont les gros actionnaires sont aussi les gros actionnaires de l'industrie du tabac, propose gentiment aux fumeurs de leur éviter le cancer du poumon qui les attend (promis, juré, certifié par des milliers d'études que personne n'a jamais lues), en leur vendant un produit miracle qui leur garantira ce cancer qu'ils n'auraient peut-être jamais eu s'ils avaient continué à se faire plaisir avec leur péché favori. Notons que, qu'il s'agisse de pousser les jeunes à fumer ou de les inciter à arrêter de fumer, les actionnaires de l'industrie du tabac sont toujours gagnants, d'autant plus que les hausses successives des prix du tabac, soi-disant pour inciter à stopper le tabagisme, compensent plus que largement le manque à gagner du fait de ceux qui arrêtent de fumer.

pfizer
Peu de gens sont capables de voir la lutte contre le tabagisme comme une arnaque, la propagande a été trop bien faite. Pourtant c'est bel et bien une manipulation à l'échelle mondiale avec la complicité volontaire ou non des gouvernements. Comme pour le Covidisme l'opération se veut sanitaire et joue sur les peurs de la mort. Pour ceux qui veulent voir le parallèle qu'il y a entre les deux ingénieries, les évidences sont là, à tous les niveaux, comme si la lutte contre le tabagisme n'était qu'une répétition du Covidisme actuel et de l'obligation vaccinale mondiale qui va avec. Et comme par hasard, ce sont les mêmes acteurs qui sont derrière ces opérations, utilisant les mêmes arguments (se protéger et surtout protéger les autres), créant des mini apartheid avec des règles spéciales pour la fréquentation de certains lieux ou pour se déplacer, etc...

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Syringe

Covid-19 et vaccination expérimentale massive — Protégez-vous du pire grâce à ce protocole sanitaire


Commentaire : Maintenant que les soi-disant « vaccins anti-Covid-19 » sont effectivement obligatoires dans le monde entier, nous remettons à l'ordre du jour ce Protocole d'atténuation de ces produits expérimentaux empoisonnés nommés « vaccins » (publié pour la 1re fois le 4 janvier 2021 en anglais et le 5 janvier en français). Entre-temps, les pathocrates ont bien sûr interdit, ou à tout le moins largement entravé, l'accès à de nombreuses mesures de protection. Il existe toutefois des moyens de les obtenir, en élargissant vos recherches et en vous mettant en réseau avec d'autres personnes. Bonne continuation et bonne chance...


En mars 2020, j'ai écrit l'article « D'abord ne pas nuire - Si les soins de santé primaires restent fermés, le bilan pour les personnes âgées sera pire que celui du Covid-19 ». Ma prédiction s'est avérée exacte. Pendant cette période, la pseudo-réalité du Covid-19 a altéré les soins de santé primaires jusqu'à les rendre presque méconnaissables.
Protestations anti-vaccins Covid
© Inconnu
Au cours de ma dernière année de pratique, j'ai décidé de donner la priorité à tout ce qui pouvait mettre en danger la vie des patients ou qui concernait les soins de santé primaires, en laissant la bureaucratie ou les suivis liés à la « pandémie » (qui en réalité se compose de personnes ne présentant AUCUN symptôme, du tout) au dernier rang de mes priorités (et l'administration me l'a en général reprochée). Cela m'a fait prendre conscience non seulement des dommages causés à notre société, mais aussi de l'absurdité qui règne aujourd'hui partout.

La campagne de vaccination a aujourd'hui concrètement commencé, tout comme la grippe hivernale saisonnière. Après un été et un automne sans aucun cas typique de Covid-19, les médecins renouent avec l'action. Certains viennent me voir pour des symptômes de la pneumonie Covid-19 que nous avons connue au printemps (et avant). Je soupçonne que les milliers de personnes qui ont déjà reçu les vaccins expérimentaux — approuvés contre le bon sens et les précautions élémentaires — sont liées à cette recrudescence. Par conséquent, et parce que je m'inquiète pour les millions de personnes qui envisagent de se faire vacciner — soit parce qu'elles croient que les vaccins Covid-19 les protégeront, soit parce qu'elles estiment n'avoir d'autre choix que de se les faire injecter — je me sens obligée d'écrire à nouveau.