Bienvenue à Sott.net
jeu., 09 déc. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Syringe

Quelles sont les statistiques canadiennes des effets dits « secondaires » des injections anti-Covid-19 ?

Plusieurs articles ont été écrits sur les effets secondaires des injections des soi-disant « vaccins » anti-Covid-19, tant au Canada, qu'aux États-Unis et dans bien d'autres pays. L'objectif de cet article se limitera aux données canadiennes que l'on retrouve sur le site du gouvernement du Canada.
pfizer vaccine
© REUTERS / Dado Ruvic
Nous comparerons deux périodes de données, soit celles publiées en date du 17 septembre1 2021 et celles publiées en date du 29 octobre2 2021. De plus, notre comparatif se limitera au nombre de rapports3 (pour 100 000 doses administrées) d'événements « indésirables » présentant un intérêt particulier (EIIP4).

Nous nous limiterons aux principales catégories d'EIIP en analysant les données et en présentant les variations en nombre et en pourcentage.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Gold Seal

Magouilles et Cie — Grâce au Covid-19, Moderna a obtenu son « intervention miraculeuse de la Sainte Vierge »

Note du traducteur : Cet article constitue la deuxième partie de la série sur Moderna écrite par Whitney Webb. La première partie s'attache aux quelques années tumultueuses pour Moderna, qui sont devenus synonymes de quasi faillite juste avant l'arrivée de la plandémie de Covid-19 : L'histoire de Moderna — Une entreprise en quête d'une « intervention miraculeuse de la Sainte Vierge ». La seconde partie, objet de cet article, se concentre sur l'histoire de Moderna depuis l'avènement de cette même plandémie de Covid-19. Quant à la troisième partie, comme annoncé par l'auteur en fin d'article, elle examinera comment le miracle tant attendu par Moderna qui s'est produit lors de la crise du Covid-19 n'était que le début de son sauvetage miraculeux, puisque l'entreprise a depuis non seulement étendu son partenariat avec le gouvernement des États-Unis, mais aussi avec une entreprise liée à la CIA.

Selon le contexte, le terme « vaccin » a été soit mis entre guillemets, soit changé pour produit transgénique nommé « vaccin anti-Covid-19 » ou par « produit transgénique » tout simplement. Dans le cas de citations, il est laissé tel quel. Sauf indication contraire, toutes les emphases (italique et gras) sont de notre fait.

Bonne lecture.
Le Covid-19 a fait disparaître les obstacles réglementaires et les difficultés rencontrées lors des essais thérapeutiques, ceux-là mêmes que Moderna n'avait jamais pu surmonter auparavant. Pourtant, comment Moderna a-t-elle su que le Covid-19 créerait ces conditions des mois avant qui que ce soit d'autre, et pourquoi a-t-elle affirmé plus tard que son produit transgénique nommé « vaccin anti-Covid-19 » testé dans les essais menés au sein des Instituts nationaux de la santé des États-Unis était différent de son candidat commercial ?
Moderna et le Covid-19
© Inconnu
Fin 2019, l'entreprise biopharmaceutique Moderna était confrontée à une série de défis qui menaçaient non seulement sa capacité à mettre un jour un produit sur le marché, et donc à réaliser des bénéfices, mais également sa propre existence en tant qu'entreprise. De nombreux signes avant-coureurs indiquaient que Moderna n'était dans le fond qu'une énième escroquerie semblable à celle de Theranos, et nombre de ces signes se sont multipliés et aggravés à mesure que la décennie touchait à sa fin. La première partie de cette série en trois volets a exploré les circonstances désastreuses dans lesquelles Moderna se trouvait à l'époque, le salut de la société reposant sur l'espoir d'un miracle divin, une sorte d'« intervention miraculeuse de la Sainte Vierge », selon les termes mêmes d'un ancien employé de Moderna.

Si la crise du Covid-19 qui a éclaté au début de l'année 2020 peut difficilement être décrite comme le fruit d'une intervention divine bienveillante pour la plupart des gens, elle peut certainement être considérée comme telle du point de vue de Moderna. Les principaux problèmes de l'entreprise, notamment les obstacles réglementaires apparemment insurmontables et son incapacité à dépasser les essais sur les animaux pour ses produits les plus prometteurs — et les plus rentables — ont été comme par hasard balayés, et juste au moment le plus opportun. Depuis janvier 2020, la valeur de l'action de Moderna — qui avait entamé une baisse constante depuis son introduction en bourse — est passée de 18,89 dollars par action à sa valeur actuelle de 339,57 dollars par action, grâce au succès de son produit transgénique nommé « vaccin anti-Covid-19 ».

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Pumpkin 2

Halloween, la veillée des sorcières


Commentaire : Le texte ci-dessous est tiré du Tome quatre de L'Onde : Dans un miroir obscur


Image

Morgan le Fay, peinture de Frederick Sandys
Quand vous pensez à Halloween, quelle est la première image qui vous vient à l'esprit ? J'ai fait un petit sondage informel parmi mes amis, ma famille et mes collègues. Devinez quelle image est sortie en premier ? Les citrouilles ! Je parie que vous pensiez que j'allais dire « les sorcières ». Bon, je pensais vraiment que ce serait les sorcières, mais elles ne sont arrivées qu'en deuxième, au coude à coude !

Quand je pense à Halloween, je pense aux travaux manuels de l'école primaire, lorsque nous découpions des silhouettes de sorcières pour les coller sur de larges lunes jaunes en papier kraft. La sorcière était toujours à califourchon sur un balai, sa robe noire flottant au vent, accompagnée d'un chat noir assis sur l'arrière du balai. Déjà à l'époque, je me demandais comment le chat pouvait tenir sur le balai, et comment quiconque aurait pu imaginer qu'un balai pût faire office de siège un tant soit peu confortable.

Mais vous voyez où je veux en venir : de manière significative, Halloween est associé aux sorcières, femmes maléfiques qui fréquentent le diable et font des choses malveillantes - comme mettre les enfants perdus en cage pour les engraisser en vue de les manger, donner des pommes empoisonnées et se servir de rouets pour empoisonner des princesses abandonnées ou sans défense à la recherche du véritable amour.

Bad Guys

La psychopathie mondialisée et le Partenariat public-privé mondial et ses mécanismes de gouvernance multipartite

Le Partenariat public-privé mondial est un réseau mondial constitué de capitalistes, acteurs avec leurs partenaires de son développement et de ses applications dans le monde. Ce collectif de parties prenantes — les capitalistes et leurs partenaires — comprend des entreprises mondiales y compris des banques centrales, des fondations philanthropiques par le biais de philanthropes multimilliardaires, des groupes de réflexion politique, des gouvernements et leurs agences, des organisations non gouvernementales, des institutions académiques et scientifiques triées sur le volet, des organisations caritatives mondiales, des syndicats et d'autres « leaders d'opinion » soigneusement sélectionnés.
Signature du Cadre de partenariat stratégique par les chefs de l'Onu et du Forum économique mondial, New York 2019
© Inconnu
Signature du Cadre de partenariat stratégique par le Secrétaire général de l'Onu (António Guterres) et le Président fondateur du Forum économique mondial (Klaus Schwab).
New York, juin 2019
Le Partenariat public-privé mondial contrôle la finance globalisée et l'économie du monde entier. Il définit les politiques mondiales, nationales et locales — par le biais de la gouvernance mondiale — et en assure ensuite la promotion en utilisant les médias mainstream, qui sont aussi des « partenaires » du Partenariat public-privé mondial [voir l'organigramme très explicite et traduit en français un peu plus loin dans l'article - NdT].

Ces politiques sont souvent conçues par les groupes de réflexion avant d'être adoptées par les gouvernements, qui sont également des partenaires du Partenariat public-privé mondial. Les gouvernements servent le processus de gouvernance mondiale issue du Partenariat public-privé mondial en appliquant leurs décisions de manière concrète dans les politiques, les législations et les lois.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Black Magic

Dernier scandale du Faucigate : Fauci fait torturer des animaux depuis 40 ans

Les révélations qui circulent actuellement sur les réseaux sociaux ne sont que la partie émergée de l'iceberg...
fauci

L'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (National Institute of Allergy and Infectious Diseases
(NIAID)), la division des Instituts nationaux de la santé (National Institutes of Health (NIH)) dirigée par Anthony Fauci, a financé une récente expérience en Tunisie, au cours de laquelle des techniciens de laboratoire ont sédaté des beagles, ont placé les têtes de ces derniers dans des cages en maille, et les ont laissés se faire dévorer vivants par des phlébotomes affamés.

Ensuite ils ont répété l'expérience en extérieur, plaçant les beagles dans des cages dans le désert la nuit, le tout pendant neuf nuits consécutives, dans une région de Tunisie où les phlébotomes étaient abondants et où la ZVL (Leishmaniose viscérale zoonotique) - la maladie causée par le parasite transporté par les phlébotomes - était « endémique ».

Commentaire: Ci-dessous la réaction de Florian Philippot à ce dernier scandale de la sordide saga du Faucigate :


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Gold Seal

L'histoire de Moderna — Une entreprise en quête d'une « intervention miraculeuse de la Sainte Vierge »

Note du traducteur : Il était temps de s'intéresser un peu plus en détail à l'entreprise Moderna — à l'origine baptisée ModeRNA — et à tous les aspects et acteurs qui lui ont permis de prospérer « grâce » à la plandémie de Covid-19. Cette article constitue le premier volet d'une série en trois parties. La première partie s'attache aux quelques années tumultueuses pour Moderna qui ont précédé l'arrivée de la plandémie de Covid-19. La seconde partie se concentrera sur l'histoire de Moderna depuis l'avènement de cette même plandémie. La troisième partie examinera comment le miracle tant attendu par Moderna qui s'est produit lors de la crise du Covid-19 n'était que le début de son sauvetage miraculeux, puisque l'entreprise a non seulement étendu son partenariat avec le gouvernement, mais aussi avec une entreprise liée à la CIA.

Cette série est longue, mais il s'agit d'un travail d'investigation majeur dont le contenu révèle bien des aspects non seulement en ce qui concerne Moderna, mais aussi Big Pharma, le Forum économique mondial et le Département de la Défense des États-Unis, et surtout, il donne un éclairage sur le dangereux réseau bien structuré du Pouvoir mondial — une hydre — qui s'abat sur les populations depuis plus de 18 mois sous couvert d'une « plandémie de Covid-19 ». L'analyse de Whitney Webb est, comme bien souvent, magistrale.

Le terme « vaccin » a été changé chaque fois qu'il est question des produits transgéniques nommés « vaccins anti-Covid-19 ». Sauf indication contraire, toutes les emphases (italique et gras) sont de notre fait.

Accrochez-vous et bonne lecture.
En raison de préoccupations persistantes liées au manque de fiabilité — mais pas que — de son système capable de délivrer de l'ARNm qui menaçaient l'ensemble de son éventail de produits, l'entreprise Moderna était avant le Covid-19 sur le point de perdre des investisseurs. La peur causée par la [soi-disant - NdT] crise pandémique a largement fait disparaître ces préoccupations, même si rien ne prouve qu'elles aient jamais été résolues.
Moderna Covid-19 FEM
© Inconnu
Ceux qui ont analysé la [soi-disant - NdT] crise du Covid-19 et ses effets se sont surtout concentrés sur la façon dont sa nature perturbatrice a entraîné des transformations et des recalibrages majeurs dans la société et l'économie. Cette perturbation s'est également prêtée à une variété d'agendas qui avaient besoin d'un événement au potentiel de « réinitialisation » pour faire aboutir leurs projets. Dans le cas de l'industrie des vaccins, le Covid-19 a entraîné des transformations spectaculaires dans la manière dont les agences fédérales gèrent l'approbation des contre-mesures médicales en cas de crise déclarée, dans la manière dont les essais des vaccins candidats sont menés, dans la manière dont le public perçoit la vaccination et même dans la manière dont le terme « vaccin » est défini.

De tels transformations, bien qu'évidentes, ont suscité des éloges de la part de certains et de vives critiques de la part d'autres, cette dernière catégorie étant largement censurée du discours public à la télévision, dans la presse écrite et en ligne. Cependant, en analysant objectivement ces transformations radicales, il est clair que la plupart de ces réformes dans le développement et la politique des vaccins favorisent de façon spectaculaire la rapidité et la mise en œuvre de technologies nouvelles et expérimentales au détriment de la sécurité et d'études approfondies. Dans le cas des « vaccins », on peut affirmer que personne n'a davantage profité de ces transformations que les développeurs des produits transgéniques nommés « vaccins anti-Covid-19 » , en particulier l'entreprise pharmaceutique et biotechnologique Moderna.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Calculator

Véran parjure ? Ces plus de 900 morts du vaccin dénombrés par l'ANSM

Olivier Véran est-il parjure et, à ce titre, doit-il démissionner ? On peut le conclure de la comparaison entre ses déclarations devant l'Assemblée Nationale le 15 octobre 2021 et les chiffres de l'ANSM en bonne et due forme, qui disent, et en profondeur, l'inverse de ce que le ministre soutient. Il semblerait en effet que les vaccins, selon les chiffres officiels eux-mêmes (probablement sous-estimés) le vaccin soit particulièrement meurtrier. Mais dans la dictature pharmaceutique qui s'est installée, avons-nous encore le droit de le dire ? Dans tous les cas, si le ministre a menti à la représentation nationale, il doit démissionner, et surtout il doit être jugé et sévèrement sanctionné.

vaxxx

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Red Pill

Le Molnupiravir ou la fausse Ivermectine de Big Pharma — Merck demande à la FDA une autorisation d'urgence pour sa pilule anti-Covid-19 en dépit des risques graves sur la santé

Historiquement, le tout premier fabricant d'Ivermectine est le laboratoire Merck. Le même Merck qui a entre autres falsifié pendant des années les résultats d'efficacité du vaccin contre les oreillons. Le laboratoire lance aujourd'hui sur le marché une « pilule révolutionnaire » pour « traiter le Covid-19 », le Molnupiravir que l'on peut supposer être, entre autres, une alternative pour les récalcitrants aux injections. Cette « solution miracle » est plus que douteuse concernant, une fois de plus, les effets secondaires graves qui pourraient en découler. Ne manquez pas en fin d'article la vidéo doublée en français dans laquelle Stew Peters s'entretient avec le docteur Jane Ruby sur ce « miracle de la science ».
MERCK virus
© Merck/Britannica.com
Il s'avère que tous les scientifiques et les médecins qui ont insisté sur le fait que le Molnupiravir était « extrêmement sans danger » — il faut oser quand même — ne s'appuient finalement pas vraiment sur la « science ». En effet, selon un rapport publié jeudi par Barron's, d'autres scientifiques craignent que le médicament ne provoque des cancers ou des malformations congénitales. Autant pour le supposé « formidable niveau de sécurité » du médicament, comme l'a affirmé le Dr Scott Gottlieb dans une interview le jour où Merck a rendu la recherche publique.

En dépit des avertissements émanant de plusieurs scientifiques selon lesquels son nouveau — pas si nouveau, voir en fin d'article l'historique de la molécule — « médicament anti-Covid-19 » pourrait avoir des effets secondaires très dangereux, comme des cancers et des malformations congénitales, Merck a officiellement soumis à la FDA sa pilule pour approbation. Si elle est approuvée — et tout porte à croire qu'elle le sera — ce serait la première pilule antivirale pour « traiter le virus ».

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Septembre 2021 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

La Chine continue d'être confrontée à de pluies torrentielles et à des inondations sans précédent. Des millions de personnes en ont été affectées et les infrastructures agricoles se retrouvent en très mauvais état. Jusqu'à présent, la province chinoise du Henan a été la plus sévèrement touchée avec des quantités records de précipitations et d'inondations depuis juillet, qui ont entraîné la mort d'au moins 71 personnes et affecté 12 millions d'habitants.
Résumé Sott septembre 2021
© Sott.net
Les États des côtes est et ouest de l'Inde ont été soumis à des records de précipitations et de crues soudaines. Au Gujarat, 1,6 million d'habitants ont été concernés et 7 000 ont été évacués. À Odisha, les pluies diluviennes ont affecté 2,3 millions de personnes dans 4 964 villages, 7 500 maisons ont été endommagées et environ 130 000 hectares de terres agricoles ont été détruits.

La tempête Ida a entraîné des pluies torrentielles, des crues soudaines, de la grêle et des tornades dans tout le nord-est des États-Unis, ce qui a provoqué la mort de dizaines de personnes et engendré des dégâts considérables. Les villes de New York et du New Jersey ont été impactées par des précipitations records, et des habitants se sont retrouvés piégés dans des sous-sols et des voitures inondés.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Alarm Clock

Entretien avec le rappeur Mysa : « Il fut un temps, ils pouvaient nous ignorer. Maintenant ils sont obligés de nous combattre idéologiquement. »

Cela fait plus de quinze ans que Mysa utilise son rap pour nous alerter sur l'émergence d'un nouvel ordre mondial, sur l'ingénierie sociale que nous subissons ou encore la guerre en cours contre les peuples. Il n'a donc pas été surpris quand un virus a déboulé dans nos vies... Artiste totalement libre de ses paroles, il vient de revenir avec Dystopie-19, nouveau morceau où les vérités sur cette pandémie s'enchaînent sous une plume aiguisée. Il n'en fallait pas plus pour nous donner envie d'évoquer la situation actuelle à travers les paroles de ce morceau.
Accrochez-vous : ça décape.

mysa
« Les concerts, je ne souhaite pas en faire tant que le pass sanitaire est en vigueur. »

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :