Bienvenue à Sott.net
mer., 24 août 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

2 + 2 = 4

L'opposition entre les États-Unis et la Russie - reflet d'une division fondamentale

Image
On peut se demander pourquoi les dirigeants occidentaux sont animés d'une telle haine envers la Russie et son représentant Vladimir Poutine. Quelle en est la raison profonde, au delà des arguments fallacieux - Poutine le dictateur, Poutine qui menace la paix mondiale, Poutine le mégalo - et des relents de propagande très nouvelle guerre froide, au delà des motivations géopolitiques (les États-Unis voient la Russie comme un obstacle à son hégémonie mondiale) ? Au final, ce sont deux visions du monde qui s'affrontent : celle de l'être humain normal, et celle du psychopathe.

Le schéma est le même, que l'on parle de relations interpersonnelles ou de la scène internationale. Quiconque n'est pas totalement abruti par la propagande occidentale relayée par les médias à la botte des élites verra clairement quels pays, aujourd'hui, promeuvent une idéologie psychopathique, et quels pays tendent à une vison humaine, normale (pour reprendre les termes du Dr Lobaczweski dans son ouvrage essentiel, Ponérologie politique). Les États-Unis/l'Occident incarnent le prédateur intraspécifique, tandis que la Russie incarne l'être humain normal, c'est-à-dire l'être humain doué de conscience.

Comme le déclarait Dag Hammarskjöld en 1958 :
« Le conflit qui oppose différentes approches de la liberté et de l'esprit humains, ou différentes visions de la dignité humaine et du droit des individus est continuel. Cette frontière existe en chacun de nous, elle divise nos compatriotes, ainsi que les peuples d'autres pays. Elle ne coïncide pas avec les frontières politiques ou géographiques. En dernière analyse, il s'agit de la lutte entre l'humain et le subhumain. Il serait dangereux de croire qu'un individu, une nation ou une idéologie pût être seul dans le vrai, pût détenir le monopole de la droiture, de la liberté et de la dignité humaine. »

Commentaire: Voir aussi :
Version complète du discours de Vladimir Poutine à l'ONU : que chacun se fasse sa propre opinion
Une nouvelle lettre de soutien au Président Poutine


2 + 2 = 4

Russie, Syrie et la Guerre du gaz anglo-américaine au Moyen-Orient

Image

Des destroyers russes en mer Caspienne lancent des missiles de croisière sur des cibles terroristes en Syrie, 7 octobre 2015
Dimanche dernier, lors de notre émission radio hebdomadaire, je faisais remarquer que les É-U et leurs alliés occidentaux avaient répondu au lancement d'une vraie guerre contre le terrorisme en Syrie par un silence assourdissant, un peu comme le silence ostentatoire de Netanyahou à l'ONU récemment, mais en plus assourdissant encore. Si assourdissant, d'ailleurs, que la boucle a été bouclée, et que j'ai fini par entendre quelque chose.

D'abord, ce n'était qu'une tirade alambiquée prononcée avec l'accent américain, du style : « La Russie est en train d'empirer les choses ». Mais bientôt, elle s'est amplifiée et a annoncé dans un accent très british : « Nous aussi, nous bombardons l'ÉI, vous savez ! ». Et très vite, c'est devenu une véritable cacophonie, une diarrhée verbale, un tissu d'absurdités sur la Russie qui « tue des civils innocents en Syrie » et, plus récemment, qui « envahit l'espace aérien - danger ! - » de notre allié otanesque, la Turquie.

Tout cela n'est cependant qu'un déversement de « bruit et de fureur », car l'essentiel à retenir, c'est que la supercherie de la « war on terror » made in USA a été dénoncée de façon spectaculaire par la Russie, et il n'y a rien - j'insiste là-dessus, rien - que les maîtres d'œuvre de la terreur à Washington et Langley ne puissent faire à ce sujet, si ce n'est déclarer la guerre à la Russie.

Les seules déclarations occidentales plus ou moins honnêtes à propos de la décision russe d'intervenir en Syrie viennent de la même personne, le général de l'US Air Force Philip Breedlove, commandant en chef des forces de l'OTAN en Europe. Le 28 septembre, à Berlin, Breedlove a déclaré lors d'une réunion de la « German Marshall Fund » - un think tank étasunien qui commémore le Plan Marshall, une initiative qui a permis aux É-U d'obtenir un contrôle économique sur la majeure partie de l'Europe de l'Ouest après la Deuxième Guerre mondiale - que la Russie avait installé « des capacités de défense aérienne/stratégies anti-accès très sophistiquées » non à l'intention de l'ÉI, mais « d'autre chose ». Bien sûr, cette « autre chose » signifie « bombes de l'OTAN ».

Cloud Precipitation

Résumé SOTT - Septembre 2015 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et météorites


Commentaire : Veuillez noter qu'en raison du chaos climatique et planétaire qui augmente au fil des mois, nous ne pouvons montrer qu'une sélection limitée de la totalité de ces événements. N'oubliez pas de prendre en compte le fait que ces phénomènes
« localisés » se produisent simultanément sur toute la planète de multiples fois. L'ampleur de la destruction et l'impact sur la vie des gens en devient alors à peu près inimaginable.


Image
Peu importe la saison ou le climat « normal », actuellement, les véhicules, les maisons et les gens sont régulièrement emportés par des déluges, dans le monde entier. Oubliez « la pluviométrie moyenne d'un mois tombée en quelques heures » - le mois dernier, la pluviométrie moyenne de DEUX MOIS est tombée en un jour et transforma des parties du sud du Japon en mers intérieures. Aux États-Unis, l'état de l'Utah a connu sa pire crue soudaine jamais enregistrée, et toute la côte Est a été trempée jusque sous 30 cm de pluie. Ce mois-ci, nous avons aussi des extraits vidéos de déluges en Espagne, France, Italie, Grèce, Turquie, Norvège, Thaïlande, Taïwan, Chine, Sierra Leone et Nouvelle-Zélande.

Megaphone

De quel côté sommes-nous ? La rhétorique de la « War on Terror » s'effondre

Image
On peut comprendre que de nombreux Occidentaux soient désorientés par les déclarations et la rhétorique de certains responsables occidentaux depuis le début des frappes russes en Syrie, le 30 septembre, et qu'ils finissent par se demander : « Mais de quel côté sommes-nous ? » Étant donné que les médias occidentaux ont passé ces deux dernières années à présenter l'ÉI comme l'incarnation du Mal absolu, l'intervention des Russes - sur l'invitation du gouvernement syrien - ne devrait-elle pas être vue comme une bonne chose ? Jusqu'ici, les résultats sont impressionnants. D'après le ministre russe de la Défense, voici les équipements de l'ÉI détruits au cours de la première semaine de bombardements :
  • 70 véhicules blindés
  • 30 autres véhicules
  • 19 installations de commandement
  • 2 centres de communication
  • 23 dépôts de munitions
  • 6 usines de fabrication d'engins explosifs improvisés, notamment des voitures piégées
  • plusieurs pièces d'artillerie
  • plusieurs camps d'entraînement
S'ils sont vraiment sincères lorsqu'ils disent que l'ÉI constitue la menace n°1 à la paix mondiale, les dirigeants du monde devraient être aux anges. Mais c'est loin d'être le cas. Au contraire, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, hurle à l'agression russe et, encore une fois, demande le déploiement de davantage de troupes de l'OTAN tout le long de la frontière russo-européenne et en Turquie.

La « coalition » formée par les É-U (une soixantaine de pays) affirme bombarder l'ÉI en Syrie depuis plus d'un an. Vu le contraste avec les résultats des frappes russes en une semaine à peine, les frappes menées par les É-U et ses alliés s'avèrent pitoyables (c'est le moins qu'on puisse dire), avec un accroissement - et non une diminution - des territoires contrôlés par l'« État islamique » en Syrie. La seule conclusion que l'on puisse tirer, c'est que loin d'avoir entravé l'ÉI, ces frappes menées par les É-U l'ont au contraire aidé.

Avec le recul, on ne peut que s'interroger sur les rapports faisant état de largages « accidentels » d'armes tombées entre les mains de terroristes de l'ÉI. Si on met cela sur le compte de la « malchance », alors l'opération pilotée par les É-U s'avère un échec total, ce que d'ailleurs reconnaissent certains responsables militaires étasuniens qui ont témoigné devant le Sénat ces derniers mois.

Faire montre de « peu d'enthousiasme » vis-à-vis des frappes russes est une chose, mais c'en est une autre que de se montrer furieux au point d'attaquer d'emblée les efforts de la Russie pour éradiquer Daesh. On nous dit que 36 civils ont été tués le premier jour des frappes russes, d'après l'Observatoire syrien des Droits de l'homme, organisme douteux basé en Angleterre - en fait une équipe dirigée par un seul homme depuis son T4 dans le Kent.

Commentaire: Voir aussi :
L'Occident lance une guerre médiatique pour brouiller l'Iran et la Russie
Storm Clouds Gathering: WWIII - Syria, Russia & Iran - The New Equation (VIDEO)
Russia, Syria and the anglo-American existential gas war in the Middle East


Bacon n Eggs

La controverse des graisses : ce que vous ignorez sur les bonnes graisses

Traduction : SOTT

Voici le texte intégral de la vidéo

La controverse des graisses : ce que vous ignorez sur les bonnes graisses. Nous savons tous que les graisses saturées sont mauvaises pour la santé. Elles nous tuent. Le gouvernement le dit, les experts le disent, et les professionnels de santé le disent. Mais est-ce réellement le cas ? Jetons un oeil aux arguments scientifiques sous-tendant cette affirmation.
© Inconnu
L'hypothèse selon laquelle les graisses saturées seraient mauvaises pour la santé a été développée en 1955 par un chercheur nommé Ancel Keys. Dans sa fameuse, ou plutôt son infâme étude « Seven Countries Study », il a montré que les pays qui consommaient le plus de graisses saturées avaient les taux les plus élevés de maladies cardiovasculaires. Le problème de cette étude a cependant été souligné par deux autres chercheurs, Yerushalmy et Hilleboe, deux ans plus tard : Keys avait seulement choisi sept pays sur un total de 22 pour lesquels ces données étaient disponibles.


Fireball 3

Résumé SOTT - Août 2015 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et météorites

Image

Commentaire : Veuillez noter qu'en raison du chaos climatique/planétaire qui augment de mois en mois, nous sommes maintenant inondés de séquences vidéos et devons donc être sélectifs sur les événements à inclure. Dorénavant, s'il vous plaît, considérez que ces résumés vidéos sont de simples instantanés de l'image globale. En prenant en compte le fait que ces événements « localisés » sont multipliés plusieurs fois et se produisent simultanément sur toute la planète, l'ampleur de la destruction et de l'impact sur la vie des gens devient presque inimaginable.


Août 2015 a vu des déluges apocalyptiques de pluie et de grêle inonder les villes de la Chine jusqu'aux États-Unis, des orages électriques intenses griller les réseaux électriques et endommager les infrastructures, des tempêtes exceptionnellement puissantes détruire des récoltes et inonder de vastes zones de régions habitées.

Cloud Precipitation

Résumé SOTT - Juillet 2015 : Conditions Météorologiques Extrêmes et Révolte de la Planète

Alors que la corde à nœud coulant de l'empire se resserre de plus en plus autour du cou de l'humanité, Mère Nature répond à la souffrance globale en incendiant et en noyant de manière alternée la « civilisation moderne ». Juillet 2015 a vu des vagues de chaleur record dans l'ouest des États-Unis, l'Europe occidentale et l'Asie orientale. Un nombre également record d'incendies qui se sont déclarés dans le nord du Canada et dans l'ouest des États-Unis ont forcé l'évacuation de milliers de personnes et des millions d'hectares ont été brulés. Dans une scène digne d'un film catastrophe de Hollywood, un feu de forêt près de Los Angeles a traversé une autoroute et incendié des dizaines de véhicules. Entre les feux de forêt qui font rage et une sécheresse épique, les États américains de l'Ouest ont essuyé des records de précipitations, avec les plus fortes pluies tombées en juillet jamais enregistrées dans le sud de la Californie en ... quelques minutes.

Cross

De la croyance christianique au vide nihiliste

Cet article est lié à deux précédents. Comme vous le verrez, la destruction de la beauté (l'art moderne), la destruction des familles et des genres (la théorie du genre), et la destruction des religions montrent plusieurs similarités.
Image

Vierge Marie (Sassoferrato, 17e siècle)
Vous connaissez peut-être déjà un peu l'histoire de ma grand-mère et de ses remarques spirituelles. J'ai parlé d'elle dans les deux articles liés ci-dessus. Quelque chose que je n'ai cependant pas partagé avec vous, est sa croyance religieuse.

Quand j'étais enfant, élevé par des parents athées, je trouvais cela difficile de comprendre pourquoi ma grand-mère allait à l'église, pourquoi elle était intéressée par les faits et dires du Pape, pourquoi elle priait, pourquoi elle avait des peintures de la vierge Marie accrochées sur les murs et un crucifix au-dessus de son lit.

Pour être franc, je trouvais toute cette démonstration religieuse un peu ridicule. Comment pouvait-il en être autrement, alors que la seule chose que j'ai jamais entendue à propos de l'Église était ses actes diaboliques : l'Inquisition et, plus récemment, les prêtres pédophiles.

La croyance religieuse de grand-mère ne s'est pas atténuée avec le temps. Elle a à présent cent ans et est toujours une personne religieuse. Chaque fois que je reviens de quelques contrôles médicaux, je lui dis que les résultats sont bons et elle est au bord des larmes car elle est si soulagée. Elle me dit ensuite d'une voix douce émue : « J'ai tellement prié pour toi ».

J'étais frappé par notre différence dans nos croyances. Les choses ont changé si vite. Il y a deux générations, la plupart des esprits étaient imprégnés par la religion, alors que ma génération au mieux l'ignorait, au pire la méprisait.

Cloud Lightning

Résumé SOTT - Juin 2015 - Météorologiques extrêmes, perturbations planétaires et grande étrangeté

Image
Avec une économie mondiale fondée sur le dollar au bord de l'effondrement systémique, la montée du chaos dans les sphères politiques et sociales est reflétée par le chaos climatique. En juin 2015, avec les milliers de feux de forêt qui ont éclaté dans l'ouest de l'Amérique du Nord, l'ensemble du continent est sur la voie de sa pire saison jamais enregistrée de son histoire. Juin est le pic de la saison des tornades aux États-Unis, mais l'intensité des tempêtes qui les ont amenés était incroyable. Le bilan meurtrier le plus dévastateur pour une tornade est survenu dans le centre de la Chine, où une trombe marine a fait chavirer un bateau de croisière sur le fleuve Yangtze.

Le record de précipitations du mois de mai au Texas et en Louisiane... a juste continué à tomber du ciel le mois dernier, avec la rivière Rouge atteignant son plus haut niveau depuis soixante-dix ans. Des parties du sud de la Chine ont également connu leurs pires inondations depuis plus de soixante-dix ans. Des crues soudaines localisées ont frappé partout dans le monde et pas des moindres à Accra, capitale du Ghana, ou des centaines de personnes ont été tuées quand une station de gaz a explosé suite à l'inondation. Tbilissi, en Géorgie, a été impacté de manière similaire quand un « mur d'eau » est passé à travers la ville, tuant vingt personnes et la moitié des animaux du zoo. D'autres capitales ont été inondées par des déluges le mois dernier y compris Ankara, Bangkok et Madrid, tandis qu'Oman a vu tomber la quantité de pluie de cinq années... en une seule journée.

Cloud Precipitation

Résumé SOTT - Mai 2015 - Météorologies extrêmes et bouleversements planétaires

Image
L'hiver dans l'hémisphère nord a officiellement pris fin en mars, et pourtant mai 2015 a vu de fortes chutes de neige dans certaines parties de la Norvège, la Russie, la Chine et les États-Unis. L'Europe a enregistré officiellement ses plus hautes températures en mai et juin - 44° C en Espagne - au cours d'une brève vague de chaleur, avant que le mercure chute aussi bas que 8° C la semaine suivante. Comme une grande partie de la Sibérie, le nord de la Chine est passé d'un temps chaud et sec - avec des tempêtes de sable et feux de forêt - en avril, à des blizzards à la fin du mois de mai, alors que les records de chutes de neige printanières et les températures froides ont été dépassés en Russie.