Bienvenue à Sott.net
lun., 20 sept. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Attention

L'absurdité des « vaccins » anti-Covid

Note du traducteur : Comme très souvent dans ce monde globalisé, cet article concerne globalement les États-Unis, mais il s'applique tout aussi bien aux pays occidentaux dans leur ensemble, et à l'Union européenne en particulier. Les emphases (gras et italique) sont de notre fait.
Les efforts visant à exiger que chaque Étasunien reçoive une injection d'un « vaccin » expérimental contre le Covid-19 reposent sur l'idée fausse que la vaccination protégera les bénéficiaires de l'infection par le Sras-Cov-2, le virus responsable du Covid-19, ou les empêchera de transmettre l'infection à d'autres personnes.
vaccins
© Inconnu
La FDA, le CDC, le NIH et les sociétés pharmaceutiques concernées ont tous très clairement déclaré qu'aucune preuve n'existe pour appuyer cette idée.

Aucun des trois « vaccins » expérimentaux contre le Covid-19 actuellement distribués aux États-Unis n'a démontré qu'il protégeait contre l'infection ou la transmission du virus supposé être à l'origine du Covid-19 (Sras-CoV-2), ni même qu'il empêchait l'apparition des symptômes du Covid-19.

Ce fait est indiscutable, mais les médias, les prestataires de soins médicaux et les politiciens continuent de ressasser le mensonge selon lequel la vaccination confère une « immunité contre le Covid ». Même des sources comme la Mayo Clinic affirment de manière irresponsable et sans fondement que la vaccination « pourrait vous empêcher de contracter » ou de « propager » le Covid-19. Ces mêmes mensonges sont à la base de la forte pression exercée par le président Biden en faveur d'une vaccination de masse pour « rendre ce jour de l'Indépendance vraiment spécial ».
Note du traducteur : L'auteur se réfère au discours de Joe Biden prononcée le 11 mars dernier, dans lequel il évoque la lumière au bout du tunnel (il existe aussi une contagion chez les dirigeants occidentaux, c'est celle d'une propagande mensongère) en mettant en lumière les récents progrès accomplis dans la vaccination contre le Covid-19, avec l'espoir qu'ils permettront un début de retour à la normale aux États-Unis cet été, avec pour objectif de faire du 4 Juillet, jour de la fête nationale :
« Le 4 juillet, il y a de fortes chances que vous, votre famille et vos amis puissiez vous réunir dans votre jardin pour faire un barbecue et célébrer la fête de l'indépendance [...] Après cette longue et dure année, cela fera de cette fête de l'indépendance quelque chose de vraiment spécial, où nous ne soulignerons pas seulement notre indépendance comme nation, mais où nous commencerons à marquer notre indépendance vis-à-vis de ce virus. »
L'avenir nous le dira.

Vader

La dystopie totalitaire émergente — Entretien avec le professeur Mattias Desmet

Peu de phénomènes ont eu un impact profond au niveau mondial aussi rapidement que l'actuelle épidémie de Coronavirus. En un rien de temps, la vie humaine a été complètement réorganisée. J'ai demandé à Mattias Desmet, psychothérapeute et professeur de psychologie clinique à l'université de Gand, comment une telle chose est possible, quelles en sont les conséquences et à quoi nous pouvons nous attendre à l'avenir.
covid police confinement
© Inconnu
« Nous vivons dans un monde psychotique. Les fous sont au pouvoir. »
~ Philip K. Dick, L'homme dans le château fort
Près d'un an après le début de la Coronacrise, comment se porte la santé mentale de la population ?

Mattias Desmet — Pour l'instant, il existe peu de chiffres qui montrent l'évolution d'indicateurs possibles comme la prise d'antidépresseurs et d'anxiolytiques ou le nombre de suicides. Mais il est surtout important de replacer le bien-être mental lié à la Coronacrise dans sa continuité historique. La santé mentale était en déclin depuis des décennies. Le nombre de dépressions et de problèmes d'anxiété ainsi que le nombre de suicides ont depuis longtemps régulièrement augmenté. Et ces dernières années, l'absentéisme dû à la souffrance psychologique et aux burnouts a connu une croissance énorme. L'année précédant l'épidémie de Coronavirus, on pouvait sentir ce malaise croître de manière exponentielle. Cela donnait l'impression que la société se dirigeait vers un point de basculement où une « réorganisation » psychologique du système social était impérative. C'est ce qui se passe avec la Coronacrise. Au début, nous avons remarqué que des personnes ayant peu de connaissances sur le virus évoquaient des peurs terribles, et une véritable réaction de panique sociale s'est manifestée. Cela se produit surtout si une forte peur sous-jacente existe déjà chez une personne ou au sein d'une population.

Les dimensions psychologiques de l'actuelle Coronacrise sont sérieusement sous-estimées. Une crise agit comme un traumatisme qui prive un individu de son sens de l'histoire. Le traumatisme est considéré comme un événement isolé en soi, alors qu'il fait partie d'un processus continu. Par exemple, nous négligeons facilement le fait qu'une partie importante de la population a été lors du confinement initial étrangement soulagée, se sentant libérée du stress et de l'anxiété. J'ai régulièrement entendu des gens dire : « Oui, ces mesures sont sévères, mais au moins je peux me détendre un peu ». Parce que le train-train de la vie quotidienne s'est arrêté, un calme s'est installé dans la société. Le confinement a souvent libéré les gens d'une ornière psychologique, ce qui a permis de créer un soutien inconscient pour le confinement. Si la population n'avait pas déjà été épuisée par sa vie, et surtout par son travail, elle n'aurait jamais soutenu le confinement. Du moins pas en tant que réponse à une pandémie qui n'est pas trop grave par rapport aux grandes pandémies du passé. Quelque chose de similaire s'est produit lorsque le premier confinement a pris fin. On a alors régulièrement entendu des déclarations telles que « Nous n'allons pas recommencer à vivre comme avant, être à nouveau coincés dans les embouteillages », etc. Les gens ne voulaient pas revenir à la vie normale d'avant la Coronacrise. Si nous ne tenons pas compte du mécontentement de la population vis-à-vis de son existence, nous ne comprendrons pas cette crise et nous ne pourrons pas la résoudre. D'ailleurs, j'ai maintenant l'impression que la nouvelle normalité est redevenue une ornière, et je ne serais pas surpris que la santé mentale commence vraiment à se détériorer dans un avenir proche. Peut-être surtout s'il s'avère que le vaccin n'apporte pas la solution magique que l'on attend de lui.

Magnify

Analyse des études scientifiques sur les méfaits causés par les masques faciaux dans la population générale, y compris chez les enfants

Le port du masque imposé avec succès dans la population générale pendant l'ère du Covid-19 constitue un témoignage du pouvoir de la propagande, de la mainmise des institutions et du désir de conformité sociale. Les préjudices de cette mesure obligatoire sont palpables, et potentiellement gargantuesques sur le long terme, à commencer par le conditionnement psychologique du public à se conformer à une mesure absurde dont les effets négatifs personnels sont directs. Voici l'examen des preuves croissantes de ce qui est évident : le port du masque généralisé nuit aux personnes et à la société, sans aucun avantage détectable.
Masques Covid-19 population
© Stuff
Introduction — Il incombe au gouvernement d'évaluer la sécurité

Conformément au principe de précaution, il incombe au gouvernement de démontrer, avant d'imposer une mesure, l'absence de dommages significatifs qui auront été anticipés, en particulier dans le cas d'une mesure médicale personnelle appliquée à la population générale en bonne santé.

Pour les masques, le principe de précaution n'a pas été suivi lors de la pandémie de Covid-19. Dans les provinces canadiennes, les mesures relatives au port obligatoire du masque généralisé ont été encore plus agressives que les recommandations certifiées par l'OMS. 1

Les récents commentaires scientifiques n'ont pas manqué de faire état de cette imprudence du gouvernement. En voici quelques exemples.
  • Dès le 20 avril 2020, Lazzarino et al. s'opposaient directement à une perversion de la logique autour du principe de précaution qui a été appliqué par certains scientifiques et de nombreux législateurs (à savoir que les gouvernements devraient agir « sans preuve définitive, juste au cas où ») : 2

Eye 1

De la psychologie des adeptes du déni de conspiration

Comment se fait-il que des personnes par ailleurs parfaitement intelligentes, réfléchies et rationnelles reculent devant l'idée que les psychopathes conspirent pour les manipuler et les tromper ? Et pourquoi défendent-ils avec autant de véhémence cette position sans fondement ?

obsédé par les complots
© Inconnu
L'histoire elle-même regorge de machinations commises par des menteurs, des voleurs, des tyrans et des narcissiques et décrit leurs effets dévastateurs. Les preuves de corruption et d'inouïes fourberies abondent également à l'époque moderne.

Nous savons, sans la moindre équivoque, que les hommes politiques mentent et occultent les relations qu'ils ont entre eux et que les entreprises témoignent couramment d'un mépris total pour les normes morales — en bref, nous baignons dans la corruption.

Nous savons que le jeu des chaises musicales entre les entreprises et les sphères politiques, le système de lobbying, les régulateurs corrompus, les médias et le système judiciaire signifie que les actes répréhensibles ne sont pratiquement jamais soumis à un semblant de véritable justice.

Magnify

« Il y a quelqu'un dans ma tête, mais ce n'est pas moi »

Piotr Ouspenski disait en 1947 qu'un fait d'une importance prodigieuse avait échappé à la psychologie occidentale, à savoir que l'homme ne se rappelait pas lui-même, qu'il vivait, agissait et raisonnait dans un profond sommeil, dans un sommeil non pas métaphorique mais absolument réel. Depuis les développements récents en neurosciences et en sciences cognitives, la psychologie occidentale vient de rattraper son retard, et le tableau qu'elle dresse s'accorde parfaitement avec l'ésotérisme chrétien ravivé par Gurdjieff et Mouravieff. L'homme est effectivement une machine gouvernée par les influences extérieures.
Cerveau humain
© Inconnu
Pour le psychologue Daniel Kahneman, notre mode de réflexion est composé de deux systèmes. Le premier, la pensée rapide (le Thinking fast) ou système 1 (l'inconscient adaptatif de Timothy Wilson), est inconscient, intuitif, ne demande pas trop d'effort, est incontrôlable et non-intentionnel. Ce système n'est pas sujet au doute. Il simplifie les événements, supprime les ambiguïtés, saute sur les conclusions et utilise un système d'association d'idées pour produire un rapide croquis d'une situation donnée, ainsi que pour construire une histoire la plus cohérente possible. Le système 1 reconnaît instantanément des modèles de situation et permet « de produire des solutions adéquates » :

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Février 2021 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Aux États-Unis, des températures exceptionnellement froides et des records de chutes de neige ont continué de sévir pendant une bonne partie du mois de février et de vastes territoires ont été tapissés de blanc.
Résumé Sott février 2021
© Sott.net
La tempête hivernale Shirley a aussi bien touché le Sud profond que le Sud supérieur ainsi que la vallée de l'Ohio. Au Texas, les routes principales ont été bloquées, plus de quatre millions de foyers ont été privés d'électricité, et pas moins de dix millions ont été privés d'eau courante. Il s'agit de la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire de l'État.

Faute d'être préparées à une chute aussi soudaine des températures, toutes les infrastructures de base ont été touchées. Avec des éoliennes gelées et des panneaux solaires recouverts de neige, les « énergies vertes » se sont également avérées inutiles face à des situations extrêmes comme celles-ci. Est-ce un aperçu de ce qui pourrait se produire dans d'autres pays ?

À Chihuahua, au Mexique, où le même système météorologique a affecté les régions du nord et sa production d'« énergie verte », d'importantes coupures de courant ont également été signalées.

Dans les États Mid-Atlantic des États-Unis, la tempête a également provoqué des précipitations glaciales, causé plus de 212 000 coupures de courant et tué au moins douze personnes.

Dans le nord-ouest, et notamment dans la région de Portland en Oregon, des pluies verglaçantes ont également couvert de glace des routes, des lignes électriques et des arbres, et ont privé plus de 270 000 personnes d'électricité. À Seattle, un cumul de 30 centimètres de neige au milieu du mois a fait de ce jour-là le plus enneigé depuis cinquante-deux ans.

TV

Emmurés dans les mensonges — Le Bon, Bernays, Ellul : de la propagande et du consentement

Note du traducteur : Cet article a initialement été publié sur Sott le 11 février dernier, mais après vérifications, la traduction initiale ne rendait absolument pas hommage ni à John Waters ni aux citations d'auteurs. Afin de permettre au lecteur d'avoir accès à une information de qualité, l'article a été entièrement retraduit par nos soins. De plus, les citations ont chaque fois été directement tirées des ouvrages mentionnés et, lorsque cela nous a semblé opportun, élargies par rapport à l'article original. Toutes les emphases sont de notre fait.
La propagande n'est plus ce qu'elle était. C'est aujourd'hui quelque chose de bien pire. En partie à cause de l'action efficiente qu'elle exerce sur nous, nous n'avons pas la moindre idée du moment où elle se manifeste, ni de ses conséquences sur nous.
Propaganda
© Inconnu
Cet essai est une adaptation aux circonstances actuelles d'un chapitre de mon livre de 2018 Give Us Back the Bad Roads (Currach Press), intitulé « L'ingénierie du consentement ».
Je vois le même syndrome s'exprimer partout sur les visages : les gens préfèrent sauter sous un bus plutôt que de passer à proximité les uns des autres ; un journaliste que je croyais au moins vaguement intelligent a écrit sur des « cas » en pensant que les tests PCR font au sujet du Covid exactement ce qu'ils disent faire sur leurs notices d'utilisation ; un mouvement politique censé être pro-liberté qui exige un déploiement plus rapide des vaccins ; une demi-douzaine de policiers assis sur une femme et s'aidant les uns les autres pour la menotter parce qu'elle est à plus de cinq kilomètres de chez elle, sans que personne ne cille. Des signes de quoi ? Des signes de complicité dans une terreur qui dépasse l'entendement. Des signes de renoncement à disposer d'une réflexion personnelle. Des signes de reddition à l'insurmontable, à l'inévitable. Des signes d'emmurement dans les mensonges.

Syringe

Comment les « vaccins » Covid-19 pourraient détruire la vie de millions de personnes

En avril 2020, j'ai interviewé Judy Mikovits, médecin, sur le rôle potentiel que joue dans le Covid-19 les gamma-rétrovirus humains. Judy Mikovits est biologiste moléculaire[1] et chercheuse, et a été la directrice de recherche fondatrice du Whittemore Peterson Institute au Nevada.
Vaccin ARNm anti-Covid-19
© Inconnu
Son livre, Plague of Corruption [« Le fléau de la corruption », non traduit en français, et (préfacé par Robert Jr. F. Kennedy - NdT], a fini par être en 2020 un best-seller dans les listes du New York Times, de USA Today et du Wall Street Journal. Son nouveau livre, Ending Plague: A Scholar's Obligation in an Age of Corruption [« Mettre fin au fléau — Le devoir d'un universitaire à l'ère de la corruption », non traduit en français - NdT], sera, espérons-le, un grand succès aussi. Il est disponible en précommande sur Amazon.

Elle est peut-être à l'heure actuelle l'une des chercheuses les plus censurées de la planète, notamment en raison de sa large participation au documentaire Plandemic, qui a largement été diffusé (plandemicseries.com) [voir notre article avec la vidéo sous-titrée en anglais archivée par nos soins, et celui incluant Plandemic II — Indoctornation, avec la vidéo sous-titrée en français - NdT].

Cas concret : YouTube a suspendu notre compte pendant une semaine dès que nous avons mis en ligne l'interview d'aujourd'hui — même si la vidéo n'était ni encore RÉPERTORIÉE ni accessible au public. Pire encore, le troisième et dernier livre de Judy Mikovits, The Case Against Masks: Ten Reasons Why Mask Use Should Be Limited [« Le dossier contre les masques — Dix raisons pour lesquelles l'utilisation des masques devrait être limitée », non traduit en français - NdT], est si fortement censuré que personne ne peut l'acheter. Judy Mikovits a déclaré ce qui suit :
« Je n'ai même pas de copie. J'ai ici avec moi deux exemplaires des autres livres, mais je ne peux même pas l'acheter [le dernier - NdT]. Les vendeurs de livres, comme Amazon, les ont tous achetés à Skyhorse, l'éditeur, et ils en bloquent désormais l'expédition depuis l'entrepôt. »
Note du traducteur : Retrouvez l'interview complète sur Bitchute ICI et la transcription en anglais au format Pdf ICI.
Il est clair que Judy Mikovits est considérée comme une grave menace pour le statu quo technocratique, et une fois que vous aurez entendu ce qu'elle a à dire sur les « vaccins » Covid-19 — qui, comme vous le verrez, constitue une appellation complètement erronée — vous commencerez peut-être à comprendre pourquoi.

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Janvier 2021 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Les hivers deviennent plus rudes et plus longs, ce qui a un impact sur les infrastructures de base et les cultures dans le monde entier. Il est clair que nous ne sommes pas bien préparés pour la prochaine période glaciaire.
Résumé Sott janvier 2021
© Sott.net
La tempête de neige la plus importante que les États-Unis aient connue jusqu'à présent a provoqué une baisse rapide de la température et a déversé de la neige du Midwest au Nord-Est, affectant des centaines de millions de personnes. Plus de la moitié des États-Unis présentait un manteau blanc et certaines villes ont reçu jusqu'à 50 centimètres de neige. Les États-Unis sont inlassablement confrontés à une succession de tempêtes hivernales.

L'Iowa a été frappé par une nouvelle chute de neige record ce mois-ci avec 50 centimètres de neige tombée à Des Moines, le mois de janvier le plus enneigé des 130 dernières années. Des chutes de neige extrêmes ont également enseveli le Texas et la vallée du Mississippi, plongeant 150 000 personnes dans le noir.

La Californie a fait face à 40 centimètres de pluie, des inondations, jusqu'à 2,50 mètres de neige, des coulées de boue, un glissement de terrain massif et des incendies. Une fois de plus, les conditions météorologiques extrêmes perturbent la vie de millions de Californiens, contribuant à un « exode massif » de l'État.

Syringe

L'ineptie des « vaccins » à ARN pour « traiter » le Covid-19

Le présent article fait suite à celui intitulé « Les preuves irréfutables de l'origine humaine du Sras-Cov-2 », publié en juin 2020 [le 1er juillet pour la traduction française - NdT], que nous vous invitons à lire d'abord. La conclusion en était en partie la suivante :
« Il est probable qu'une épidémie de grippe apparaîtra d'ici la fin de l'année 2020, comme chaque année. Ce virus sera, comme par hasard, considéré comme un proche parent du Sras-Cov-2, qui présentera peut-être des « caractéristiques supplémentaires terrifiantes ».

Nul besoin toutefois de désespérer, car à ce moment-là, les pouvoirs publics auront préparé un vaccin. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'hydroxycholoroquine a été interdite. Si un traitement sûr et efficace existe déjà, qui acceptera un vaccin précipité et inconnu ? Un vaccin qui protégera prétendument les gens contre le Covid-20, mais qui sera en réalité conçu pour « annuler » les changements bénéfiques induits par la souche mutée du Sras-Cov-2.
[...]
Il est probable que la vaccination ne sera pas obligatoire. N'oubliez pas que les pouvoirs publics sont devenus pour le moment « plus affables et plus dociles ». Au lieu de recourir à la force brute, ces autorités publiques sont plus susceptibles d'exercer un chantage moral : « Faites-vous vacciner pour protéger les autres ! », combiné à un chantage social : « Pas de vaccin = pas de travail, pas de shopping, pas de voyage, pas de socialisation ! ». En gros, vous êtes libre de choisir entre le passeport d'immunité ou une peine de prison à vie dans une cellule isolée. »
Citation Denis Rancourt
© Sott.net
Citation de Denis Rancourt
Nous voici 7 mois plus tard. Comme on pouvait s'y attendre, de nouveaux variants sont apparus, les décès dus au Covid-19 d'origine humaine s'accumulent, le passeport vaccinal a déjà été adopté par plusieurs pays et les vaccinations ont commencé partout dans le monde.

En théorie, les médicaments, vaccins compris, sont approuvés et utilisés parce que leurs bénéfices dépassent de loin leurs risques. En ce sens, le médicament idéal présenterait un risque zéro et une efficacité totale contre une maladie incurable et mortelle. Nous verrons dans le présent article que les « vaccins » Covid-19, en particulier celui de Pfizer, sont quasiment à l'opposé du médicament idéal. Ils sont dangereux, inefficaces et ciblent une maladie bénigne pour laquelle des traitements efficaces et sûrs sont déjà connus.