Bienvenue à Sott.net
ven., 07 oct. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Gold Seal

La situation militaire en Ukraine et les racines du conflit, par le Centre français de recherche sur le Renseignement


Commentaire : L'article qui suit est peut-être le compte rendu le plus clair et le plus raisonnable de ce qui s'est passé en Ukraine. Son importance tient au fait que son auteur, Jacques Baud, colonel à la retraite des services de renseignement suisses, a été à plusieurs reprises un participant majeur et haut placé aux opérations de formation de l'Otan en Ukraine. Au fil des années, il a également eu de nombreux contacts avec ses homologues russes.


Poutine Maître du Jeu ?
Première partie : en route vers la guerre

Pendant des années, du Mali à l'Afghanistan, j'ai travaillé pour la paix et ai risqué ma vie pour elle. Il ne s'agit donc pas de justifier la guerre, mais de comprendre ce qui nous y a conduit. Je constate que les « experts » qui se relaient sur les plateaux de télévision analysent la situation à partir d'informations douteuses, le plus souvent des hypothèses érigées en faits, et dès lors on ne parvient plus à comprendre ce qui se passe. C'est comme ça que l'on crée des paniques.

Le problème n'est pas tant de savoir qui a raison dans ce conflit, mais de s'interroger sur la manière dont nos dirigeants prennent leurs décisions.

Essayons d'examiner les racines du conflit. Cela commence par ceux qui durant les huit dernières années nous parlaient de « séparatistes » ou des « indépendantistes » du Donbass. C'est faux. Les référendums menés par les deux républiques auto-proclamées de Donetsk et de Lougansk en mai 2014, n'étaient pas des référendums d'« indépendance » (независимость), comme l'ont affirmé certains journalistes peu scrupuleux, mais de référendums d'« auto-détermination » ou d'« autonomie » (самостоятельность). Le qualificatif « pro-russes » suggère que la Russie était partie au conflit, ce qui n'était pas le cas, et le terme « russophones » aurait été plus honnête. D'ailleurs, ces référendums ont été conduits contre l'avis de Vladimir Poutine.

En fait, ces Républiques ne cherchaient pas à se séparer de l'Ukraine, mais à avoir un statut d'autonomie leur garantissant l'usage de la langue russe comme langue officielle. Car le premier acte législatif du nouveau gouvernement issu du renversement du président Ianoukovitch, a été l'abolition, le 23 février 2014, de la loi Kivalov-Kolesnichenko de 2012 qui faisait du russe une langue officielle. Un peu comme si des putschistes décidaient que le français et l'italien ne seraient désormais plus des langues officielles en Suisse.

Cette décision provoque une tempête dans la population russophone. Il en résulte une répression féroce contre les régions russophones (Odessa, Dniepropetrovsk, Kharkov, Lougansk et Donetsk) qui s'exerce dès février 2014 et conduit à une militarisation de la situation et à quelques massacres (à Odessa et à Marioupol, pour les plus importants). À la fin de l'été 2014, ne restent que les Républiques auto-proclamées de Donetsk et de Lougansk.

Bad Guys

Deux semaines pour aplanir le monde

« Tout ceci n'est qu'une digression. Le vrai pouvoir, celui pour lequel nous devons nous battre nuit et jour, n'est pas le pouvoir sur les choses, mais sur les hommes. Comment un homme affirme-t-il son pouvoir sur un autre ? ... En le faisant souffrir. L'obéissance ne suffit pas. S'il ne souffre pas, comment pouvez-vous être sûr qu'il obéit à votre volonté et non à la sienne ? Le pouvoir consiste à infliger la douleur et l'humiliation. Le pouvoir consiste à mettre en pièces des esprits humains et à les reconstituer dans des formes nouvelles qu'il aura choisies. Commencez-vous à entrevoir, alors, le genre de monde que nous sommes en train de créer ? »

~ George Orwell, 1984
« Nous devenons esclaves au moment où nous remettons entièrement les clés de la définition de la réalité à quelqu'un d'autre, qu'il s'agisse d'une entreprise, d'une théorie économique, d'un parti politique, de la Maison Blanche, de Newsworld ou de CNN. »
~ B.W. Powe
Le Covid-19 a disparu comme par magie.

coronavirus
Après plus de deux ans de bombardement ininterrompu de « nouvelles » sur le Covid, cela fait plus d'une semaine qu'aucun article sur le sujet ne fait la Une. Les médias donnent et les médias reprennent. En escamotant soigneusement la « crise Covid », les responsables de ces méfaits tentent de nous faire oublier ce qu'ils nous ont fait, à nous et à nos familles, et les dommages permanents qu'ils ont causés à la société. Repensez à ce qu'était la vie il y a deux ans et imaginez si quelqu'un vous disait qu'une « urgence sanitaire » nécessiterait une répression de toute vie sociale et économique.

Pills

De la grippe A(H1N1) à la Covid-19 : l'OMS ne répond plus qu'aux industriels

C'est avec un très vif plaisir que nous accueillons ce jour Michel Cucchi en tant que nouveau membre AIMSIB . Docteur en médecine, docteur en sociologie et directeur d'hôpital, il travaille sur le risque collectif depuis une quinzaine d'années, autant dire que la gestion de la pandémie de covid par les institutions sanitaires a mis sa rigueur intellectuelle à rude épreuve car les prodromes de cette catastrophe étaient déjà perceptibles en 2009. Leurs échos nous aident à comprendre la perversité de la situation sanitaire actuelle et proposent quelques pistes pour en sortir. Voici une démonstration remarquable de la perversité de la situation sanitaire actuelle, ce coup-ci par écrit (*). Très bonne lecture.
aaaaaaaaaaa
Ce document propose une compréhension des modes d'influence de l'industrie du médicament sur la décision publique en prenant appui sur la gestion aujourd'hui correctement documentée de la grippe A(H1N1) et en prolongeant la réflexion sur la gestion de la pandémie de covid. Il propose cinq pistes pour une réappropriation de la santé par les autorités publiques dans un régime démocratique.

Gold Bar

La Russie fixe le prix de l'or et relance les achats officiels de lingots

La banque centrale de Russie a repris lundi ses achats d'or auprès des banques locales, mais elle a défini un prix fixe pour le métal précieux. À partir de cette semaine, la banque centrale russe paiera un prix fixe de 5 000 roubles (52 $) par gramme entre le 28 mars et le 30 juin, a déclaré la banque vendredi. Ce prix est inférieur à la valeur actuelle du marché, qui est d'environ 68 dollars. La banque centrale a ajouté que la reprise des achats permettra de garantir l'approvisionnement et la production ininterrompue d'or local.
lingots d'or russes
© Shutterstock
Il y a deux semaines, la banque centrale russe avait annoncé qu'elle mettait fin à ses achats officiels d'or auprès des banques locales en raison d'une hausse de la demande des consommateurs ordinaires. En effet, lorsque le rouble s'est effondré, les Russes ont en mars massivement acheté de l'or pour protéger leurs économies. Les grandes banques russes ont signalé une ruée des consommateurs vers les lingots et les pièces. La Sberbank, la plus grande institution financière de Russie, avait alors indiqué que la demande d'or et de palladium avait quadruplé au cours des dernières semaines. Parallèlement, le ministère russe des finances a également qualifié l'or d'« alternative idéale » au dollar américain.

Commentaire: Voir aussi :


HRC Red

Sur le fait de disparaître

L'intégralité des archives d'On Contact, l'émission nominée aux Emmy Awards que j'ai animée pendant six ans pour RT America et RT International, a disparu de YouTube. L'interview avec Nathaniel Philbrick sur son livre sur George Washington a disparu. Disparue, la discussion avec Kai Bird sur sa biographie de J. Robert Oppenheimer. Disparue, mon exploration avec le professeur Sam Slote du Trinity College de Dublin sur Ulysse de James Joyce. Disparue, l'émission avec Benjamin Moser sur sa biographie de Susan Sontag. Disparue, l'émission avec Stephen Kinzer sur son livre sur John Foster Dulles et Allen Dulles.
Chris HEDGES
Disparus aussi, les entretiens avec les critiques sociaux Cornel West, Tariq Ali, Noam Chomsky, Gerald Horne, Wendy Brown, Paul Street, Gabriel Rockwell, Naomi Wolff et Slavoj Zizek. Disparus, les entretiens avec les romanciers Russell Banks et Salar Abdoh. Disparue, l'interview de Kevin Sharp, ancien juge fédéral, sur le cas de Leonard Peltier. Disparus, les entretiens avec les économistes David Harvey et Richard Wolff. Disparus, les entretiens avec les vétérans et diplômés de West Point Danny Sjursen et Eric Edstrom sur nos guerres au Moyen-Orient. Disparues, les discussions avec les journalistes Glenn Greenwald et Matt Taibbi. Disparues, les voix de ceux qui sont persécutés et marginalisés, notamment l'avocat des droits de l'homme Steven Donziger et le prisonnier politique Mumia Abu Jamal. Aucune des émissions que j'ai réalisées sur l'incarcération de masse, où j'interviewais des personnes libérées de nos prisons, n'est plus présente sur YouTube. Les émissions avec les caricaturistes Joe Sacco et Dwayne Booth ont disparu. Ils ont fondu dans l'air, sans laisser un seul support derrière eux.

Syringe

Les effets dévastateurs de la protéine spike du Sras-Covid et des « vaccins » associés — Une « toxine foreuse » qui perfore les membranes cellulaires !

La protéine spike fait des trous dans les membranes cellulaires à des concentrations bien inférieures à celles atteintes par la « vaccination », contribuant à une maladie de type Covid et à des dommages mitochondriaux. Mais qu'en est-il pour le « vaccin » Johnson & Johnson ? [J&J est le seul « vaccin » qui détruit le site de clivage de la furine, voir plus loin dans l'article - NdT]
Protéine Spike
© Inconnu
La protéine spike des « vaccins » Covid subsiste chez l'être humain pendant au moins quatre mois après l'injection. Il s'agit d'une toxine qui perfore directement les membranes cellulaires. Elle provoque des lésions mitochondriales dans les cellules et une maladie de type Covid chez les souris.

Mais se retrouve-t-elle chez l'être humain à des concentrations qui créeraient ces problèmes ? Et les modifications apportées aux protéines spike du « vaccin » sont-elles susceptibles de réduire cette toxicité ?

Cet article est le premier d'une série dans laquelle je décrirai les mécanismes potentiels de la toxicité de la protéine spike et des effets secondaires des « vaccins », et je présenterai des mesures que les « vaccinés » peuvent prendre pour se protéger contre ces effets, voire en guérir. Dans ce premier article de la série, nous examinons la protéine spike en tant que toxine capable de percer des trous minuscules. Tout d'abord, quelques informations essentielles.

Commentaire: Voir aussi les articles suivants :


Blackbox

La Russie est-elle VRAIMENT en train de « combattre le mondialisme » en Ukraine ?

L'invasion de l'Ukraine constitue-t-elle une manœuvre de Poutine contre le mondialisme ? C'est pour l'heure une idée qui a le vent en poupe dans les médias alternatifs. Alex Cristoforou le dit ouvertement dans sa dernière vidéo. Catherine Austin Fitts et Karel van Wolferen le suggèrent dans une récente conversation. Tout comme le Daily Expose. J'aimerais que ce soit vrai. Mais actuellement, ça n'en a vraiment pas l'air, et promouvoir cette idée sans preuves solides peut nous conduire dans une illusion dangereuse.
Drapeau russe
© Jason Lee — Reuters
Avant que nous ne soyons accusés de russophobie (par des personnes à la mémoire trop courte ou ayant des objectifs à visée plus large), permettez-moi de rappeler à tous que depuis que nous avons fondé et lancé OffGuardian nous avons été qualifiés de « trolls russes » parce que nous avons constamment défendu les actions de la Russie, tant en Ukraine en 2014-16 que plus tard en Syrie et ailleurs.

Je suis plus que consciente que la Russie a longtemps lutté contre la menace existentielle que propose l'Otan et l'empire étatsunien.
Oui, la Russie s'est opposée à l'impérialisme étatsunien... mais pour des raisons de survie nationale et non d'idéologie. Elle s'est dressée contre le militarisme et l'hégémonie des États-Unis, mais pas contre le « mondialisme ».

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Février 2022 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

De fortes chutes de neige, des pluies glacées et du verglas ont impacté une grande partie du centre, de l'est et du sud des États-Unis. Des centaines de milliers de personnes ont été privées d'électricité et 5 200 vols commerciaux ont été annulés.
Résumé Sott février 2022
© Sott.net
Une pluviométrie sans précédent a déferlé sur le Brésil, affectant des millions de personnes. Des coulées de boue et des inondations se sont produites dans la ville de Petropolis, entraînant la mort d'au moins 152 personnes. Les rivières en crue dans l'État du Rondônia ont contraint des milliers de personnes à fuir et les routes se sont transformées en rivières dans la ville d'Umuarama.

La République dominicaine et Haïti ont été confrontées à des pluies torrentielles et à des vents violents causés par un front froid. Il a plu pendant 36 heures, et plusieurs rivières sont sorties de leur lit. Près de 3 444 foyers ont été touchés, et 2 500 familles ont été déplacées.

En Équateur, certaines parties de Quito ont été dévastées par les plus intenses précipitations pluvieuses depuis près de 20 ans. Il est tombé 40 fois plus de pluie que prévu par les prévisions. Le déluge a déclenché un glissement de terrain qui a entraîné la mort de 24 personnes, la destruction de plusieurs maisons, et emporté des dizaines de véhicules.

Sun

L'Imagination créatrice et l'expérience mystique dans le soufisme d'Ibn 'Arabî, par Henry Corbin

Dieu en tant que source de l'Imaginaire : l'Image et l'Imaginateur dans le soufisme d'Ibn 'Arabî.
Eugenio Cisterna, détail de la mosaïque La Pentecôte

Eugenio Cisterna, détail de la mosaïque La Pentecôte — 1903
Basilique Notre-Dame du Rosaire de Lourdes
Michel-Ange, détail de La Création d'Adam

Michel-Ange, détail de La Création d'Adam — 1508 - 1512
L'Homme de Vitruve, Léonard de Vinci

Léonard de Vinci, L'Homme de Vitruve — Vers 1490
Eugenio Cisterna, La Pentecôte
© Gérard, CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons
Eugenio Cisterna, La Pentecôte — 1903
Mosaïque de la basilique Notre-Dame du Rosaire de Lourdes

Introduction —
Ibn 'Arabî et la mystique de l'Islam

Ibn ‘Arabî
Selon le professeur Henry Corbin, l'un des plus prolifiques spécialistes du mysticisme de l'Islam du XXe siècle, Ibn 'Arabî (1165-1240) était
« un génie spirituel qui était non seulement l'un des plus grands maîtres du soufisme dans l'Islam, mais aussi l'un des grands mystiques de tous les temps. »
L'Imagination (khayâl), comme l'a montré Corbin, joue un rôle majeur dans les écrits d'Ibn 'Arabî. Dans les Openings [Ouvertures - NT], par exemple, Ibn 'Arabî dit à ce sujet :
« Après la connaissance des noms divins et de la révélation de soi et de son omniprésence, aucun pilier de la connaissance n'est plus complet. »
Ibn 'Arabî critique fréquemment les philosophes et les théologiens pour leur incapacité à reconnaître sa signification cognitive. Selon lui, « aql » ou raison, un mot qui dérive de la même racine que « iqâl » ou entrave, ne peut que délimiter, définir et analyser. La raison perçoit la différence et la distinction, et saisit rapidement la transcendance et l'incomparabilité divines.

Sheriff

Ukraine : le retour de la propagande de guerre

Thierry Meyssan interrompt sa série de chroniques sur le conflit titanesque qui oppose la Russie aux États-Unis. Il s'adresse à tous pour casser les mensonges de la propagande de guerre.

stephan bandera

Stepan Bandera (au centre) portant la Croix du Mérite allemand 2e classe avec épées. Il ne se prétendait pas nazi, juste « nationaliste » ukrainien. Dès 1935, Bandera prône la violence politique. Il fait assassiner une soixantaine de personnalités dont deux ministres polonais. Durant la Seconde Guerre mondiale, il organise l’extermination des intellectuels juifs et slaves. Le nouveau régime ukrainien a élevé des monuments à sa gloire dont un à Lviv, ville où il supervisa un massacre.
L'opinion publique occidentale est révoltée par la guerre en Ukraine et se mobilise pour porter secours aux Ukrainiens en fuite. Pour tous, c'est évident : le dictateur Poutine ne supporte pas la nouvelle démocratie ukrainienne.