Bienvenue à Sott.net
sam., 30 juil. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Bad Guys

Surprise ! Les services secrets occidentaux impliqués dans l'essor de l'EI ?

© © AFP 2015. Tauseef MUSTAFA
Les groupes radicaux semant la terreur islamique semblent être l'œuvre des services de renseignement occidentaux, qui ont besoin d'une "armée de confiance" pour parvenir à leurs buts s'agissant de la politique extérieure, a estimé la journaliste et partisane de la paix Vanessa Beeley dans son entretien à Sputnik.

La journaliste a posé crûment la question: comment est-il possible que le groupe terroriste Etat islamique continue à prendre de l'ampleur malgré toutes les mesures des USA?

Ensuite, "comment leurs réserves de munitions ont proliféré à un rythme exponentiel? Ce n'est pas logique", a insisté Mme Beeley.


Commentaire : De très bonnes questions, Mme Beeley.


Megaphone

Poutine sur les révolutions « démocratiques » : Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait ?

Image
© John Moore/Getty Images/AFP
Vladimir Poutine s'adresse à l'Assemblée générale des Nations unies à New York le 28 septembre 2015.
Le président russe s'est rendu le 28 septembre à New-York pour participer à l'AGNU après 10 ans d'absence. La 70e session risque de prendre l'allure d'un véritable parcours du combattant compte tenu de l'instabilité géopolitique mondiale.

Lors de son intervention, Vladimir Poutine a évoqué les révolutions «démocratiques» au Moyen-Orient et les conséquences qu'on subit dorénavant «sous la forme de vagues de migrants fuyant les régions ravagées par la guerre et cherchant une vie meilleure en Europe». Dans le même temps, les terroristes ont pris de plus en plus de pouvoir dans les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. Il a précisé que malgré la Charte de l'ONU «les droits de l'Homme avaient été violés massivement».


«Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait ? Personne n'y répondra. Au lieu du triomphe de la démocratie, nous voyons la violence et le désastre social, personne ne pense aux droits de l'Homme et aux droits à la vie», a-t-il souligné.

Snakes in Suits

De mythomanie en perversion narcissique

Image
© Inconnu
« Mentir est le talent de ceux qui n'en ont pas. » [Marie-Joseph Chénier (1796), Discours sur la calomnie.] Dans la première partie de cet article[1], nous avons vu à quel point nous étions tous de bien piètres détecteurs de mensonges. Au mieux, et en l'absence d'entrainement spécifique, nous ne parvenons à détecter que 50 % des mensonges auxquels nous sommes quotidiennement exposés, soit un score égal ou légèrement supérieur au hasard. Pour autant, et paradoxalement, une très grande majorité d'entre nous s'imagine être de très bon détecteur de mensonges.

C'est dire notre ignorance, notre crédulité et notre vulnérabilité face aux mensonges (et à la manipulation[2]).

Il existe toutefois une autre forme de mensonge, que l'on qualifie de « pathologique », dont la définition usuelle du mot mensonge, qui sous-tend un propos ou une affirmation contraire à la vérité et un dessein ou une intention de tromper, n'est pas pertinente : il s'agit de la mythomanie. Si, comme nous allons pouvoir nous en rendre compte avec notre exemple, le sujet de la mythomanie est abondamment traité dans les œuvres littéraires et cinématographiques, il est à noter que les recherches psychiatriques s'y rapportant sont relativement rares.

Better Earth

Corruption du féminin, les jeunes filles et les herbacées

Prisonnier d'une éprouvette, le sang peut passer pour un liquide statique, mais il est vivant, aussi animé et intelligent que le reste de ce qui vous compose. Il représente également une partie importante de vous-même : des 50 billions de cellules vous composant, un quart sont des cellules sanguines. Deux millions de celles-ci naissent chaque seconde. Durant leur processus de maturation, les globules rouges abandonnent leur noyau ― leur ADN, leur capacité à se diviser et à se réparer. Elles n'ont pas de futur, seulement une tâche à accomplir : transporter l'hémoglobine contenant votre oxygène. Elles n'utilisent pas l'oxygène elles-mêmes ― elles ne font que le transporter. Et cela, elles le font avec une précision exquise, complétant un cycle de circulation à travers votre corps toutes les 20 secondes, pendant une centaine de jours. Enfin, elles meurent.

Le cœur de l'hémoglobine est une molécule de fer. C'est ce fer qui vient saisir l'oxygène à la surface de vos poumons, qui s'accroche à travers le flux sanguin, puis le distribue aux cellules demandeuses. Si le fer vient à manquer, le corps, comme toujours, a une solution de repli. Il ajoute plus d'eau afin d'augmenter le volume sanguin ; le sang plus fluide voyage plus rapidement à travers les minces capillaires. Faire plus avec moins.

Pirates

Les guerres prédatrices occidentales sont responsables de la crise des réfugiés en Europe

Image
© Inconnu
Les images déchirantes de la dépouille d'un petit garçon syrien, Alan Kurdi, sur une plage turque, le visage dans le sable, puis dans les bras d'un travailleur de sauvetage, ont révélé au monde entier l'horreur de la crise qui se déroule aux frontières de l'Europe.

Sa famille était venue de Kobani, fuyant avec des centaines de milliers d'autres. Un siège prolongé du groupe Etat islamique (EI) et d'intenses bombardements américains n'ont laissé de cette ville syrienne que des ruines, détruit ses maisons, son approvisionnement en eau et en électricité, son système d'assainissement, et ses infrastructures médicales. En tout, douze réfugiés ont trouvé la mort avec Alan, dont sa mère et son frère âgé de cinq ans, noyés en essayant d'atteindre la Grèce. Son père, seul survivant de la famille, a dit qu'il retournerait en Syrie avec leurs corps pour dire à ses parents qu'il espérait seulement mourir et être enterré à côté d'eux.

Les coupables de ces décès ne manquent pas, comme pour plusieurs milliers d'autres morts, noyés en Méditerranée ou asphyxiés après avoir été entassés dans des fourgons surchauffés.

Le gouvernement du Parti conservateur au Canada a ignoré une demande faite en juin par la tante de l'enfant, qui vit en Colombie-Britannique, d'accorder l'asile à la famille d'Alan.

Bad Guys

La guerre de terreur étasunienne : la CIA, le 11-Septembre, l'Afghanistan et l'Asie centrale

Traduction : Maxime Chaix

Image
« Quatorze ans après les tragiques événements du 11-Septembre - et tandis que l'ancien directeur de la CIA conseille au gouvernement des États-Unis de collaborer avec des transfuges d'al-Qaïda pour lutter contre Daech (!) - , je reproduis sur mon site un important chapitre du dernier livre de mon ami et mentor intellectuel Peter Dale Scott. Intitulé L'État profond américain, cet ouvrage a été recensé positivement dans Paris Match en juin 2015. Le chapitre suivant était déjà paru sur Internet en 2012, mais je publie ici sa toute dernière version, qui est plus que jamais d'actualité. En effet, n'en déplaise aux esprits conformistes, le 11-Septembre reste un événement mystérieux et irrésolu, dont les funestes conséquences se font encore ressentir à l'échelle globale. D'avance, je vous remercie de lire cette enquête de Peter Dale Scott avec la plus grande attention, et de la diffuser autour de vous si elle vous semble pertinente. » - Maxime Chaix

« La fabrication d'une série de provocations destinées à justifier une intervention militaire est réalisable et pourrait être accomplie à l'aide des ressources disponibles. » [1]

- Rapport du J-5 du Comité des chefs d'États-majors interarmées des États-Unis (JCS), 1963

Magnify

Les politiques profondes occidentales : « La bannière étoilée derrière le drapeau noir »

Image
Les politiques profondes occidentales et l'émergence de Daech

La « Politique profonde » a été définie par Peter Dale Scott comme l'étude de « l'ensemble des pratiques et des dispositions politiques, intentionnelles ou non, qui sont habituellement refoulées dans le discours public plus qu'elles ne sont admises ».[1] Aujourd'hui, l'un des principaux spécialistes de cette discipline est le chercheur britannique Nafeez Mosaddeq Ahmed, qui se présente sur son site officiel comme un « journaliste d'investigation analysant les politiques profondes de la "guerre contre le terrorisme", dans le contexte de la crise de la civilisation [industrielle]. »[2] Le Dr. Ahmed est un lecteur assidu de Peter Dale Scott, dont il a vivement recommandé le dernier ouvrage, intitulé L'État profond américain. À cette occasion, il a décrit le Dr. Scott comme « un pionnier dans l'étude méthodique de l'État de sécurité nationale [,] et de son influence occulte dans tous les domaines de la politique étrangère et intérieure des États-Unis ».[3]

Bomb

Attentat à la bombe de Bangkok : à qui profite le crime ?

Traduit par Résistance 71

Image
L'attentat à la bombe de Lundi soir ce 17 Août 2015, a tué une vingtaine de personnes et en a blessé plus de 100 autres ; cet attentat est à ce jour un des attentats les plus sanglants ayant frappé la capitale Bangkok de mémoire récente.


L'attaque a ciblé un autel religieux très populaire parmi les touristes asiatiques, particulièrement venant de Chine, qui comprend maintenant le plus grand groupe démograhique de visiteurs de la Thaïlande chaque année. Il est très clair que l'attaque a été parfaitement coordonnée pour frapper le secteur économique de la Thaïlande, et fut montée spécfiquement contre un segment bien particulier du marché du tourisme thaïlandais. Les commentateurs ont admis qu'il y avait bien d'autres cibles présentant une plus grande concentration de touristes dans Bangkok, mais les terroristes ont frappé l'Erawan Shrine dans le centre de Bangkok afin de spécifiquement cibler le marché du tourisme asiatique.

Les médias occidentaux ont déjà commencé à pirouetter et à créer des théories sur le qui a perpétré l'attaque, se focalisant d'entrée de jeu sur les groupes séparatistes musulmans des provinces du Sud de la Thaïlande, qui ont mené une insurrection de basse intensité dans ces provinces depuis plusieurs années. Beaucoup notent quand même que la violence ne se répand que très rarement en dehors de ces provinces et qu'elle n'a jamais été conduite à cette échelle, spécifiquement à Bangkok.

Le dictateur déposé Thaksin Shinawatra et ses supporteurs ont aussi été cités comme suspects potentiels. Tandis que les séparatistes du sud du pays n'ont jamais commis d'actes de violence à Bangkok, les suiveurs de Shinawatra, eux en revanche, l'ont fait à maintes reprises. Ils ont provoqué des émeutes qui ont tué deux boutiquiers en 2009. En 2010, ils ont investit les rues de Bangkok avec plus de 300 militants lourdement armés, déclanchant des batailles de rue qui ont laissé près de 100 personnes sans vie et qui culminèrent dans des actes de vandalisme au travers de la ville. Ils ont réinvestit les rues de Bangkok avec les mêmes terroristes en 2013-14 pour cibler les manifestations menées contre le régime Shinawatra. Le dernier épisode de cette saga faisant près de 30 morts et des centaines de blessés.

Eye 2

Histoire : les débuts de la recherche sur la guerre psychologique

Image
© Inconnu
La fondation Rockefeller a été la principale source de financement pour la recherche concernant l'opinion publique et la guerre psychologique entre la fin des années trente et la fin de la seconde guerre mondiale. Le gouvernement et les grandes entreprises n'ayant pas encore manifesté d'intérêt particulier ni soutenu les études en lien avec la propagande, la plus grande partie du financement de ces recherches provenait de cette puissante organisation qui comprit l'importance d'évaluer et d'orienter l'opinion publique dès l'immédiat avant-guerre.

L'intérêt philanthropique des Rockefeller pour l'opinion publique recouvrait deux aspects :

- Évaluer et modifier l'environnement psychologique des États-Unis en prévision de l'engagement américain dans la guerre mondiale à venir.

- Mener une guerre psychologique et supprimer l'opposition populaire à l'étranger, en particulier en Amérique Latine.

Vader

Les forces spéciales du SAS britannique déguisés en rebelles de l'EIIL combattent Assad en Syrie

Traduit par Résistance 71

Image
© Inconnu
Le 2 Août, le journal britannique du Sunday Express titrait "Le SAS se déguise en combattants de l'EI dans la guerre secrète contre les djihadistes":


"Plus de 120 membres appartenant au régiment d'élite se trouvent actuellement dans le pays ravagé par la guerre, secrètement déguisés en noir et faisant flotter les drapeaux de l'EIIL", ils sont engagés dans ce qui est appelé l'Operation Shader: attaquer des cibles syriennes sous le prétexte de combattre l'EIIL.

Il se peut que des forces commandos américaines et des éléments de la CIA soient impliqués de la même manière. Pendant la guerre d'Obama en Libye, la Grande-Bretagne a déployé des centaines de ses membres des Special Forces Support Group (SFSG) parachutistes, tirés de ses personnels du SAS (Special Air Service) et du SBS (Special Boat Service).

Environ 800 Royal Marines et 4000 Marine américains se tenaient en renfort, prêts à intervenir le cas échéant.

Cette dernière révélation intervient deux semaines après avoir appris que le premier ministre David Cameron avait approuvé l'an dernier que les avions britanniques rejoignent ceux des Etats-Unis pour bombarder la Syrie malgré le rejet du parlement britannique en Août 2013.