Bienvenue à Sott.net
lun., 26 sept. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Eye 1

Société de surveillance ou société surmoïque ?


Commentaire : La loi sur le renseignement, sous couvert de lutte contre le terrorisme, dissimule-t-elle certains objectifs moins glorieux portant atteinte à la liberté des citoyens ? Les nouvelles mesures prises par le gouvernement ont de quoi inquiéter. Même si la plupart des gens ne semblent guère s'en inquiéter - arguant qu'ils n'ont « rien à cacher » et que ces mesures ne visent que les terroristes potentiels et autres individus « dangereux » - le réveil risque d'être brutal, lorsque LEURS propres libertés seront mises à mal.


Les attentats du 13 novembre à Paris ont montré, si c'est encore nécessaire, que la loi sur le Renseignement n'a pas pour objet de prévoir les attentats terroristes, mais simplement de supprimer la vie privée des Français. Les déclarations du président Hollande, expliquant que les retards concernant les décrets d'application de la loi seraient à la base du « raté » des services, sont un déni du fait que cette législation ne fait qu'entériner des pratiques existantes.

Image
© AFP / Nicolas Tucat
Bernard Cazeneuve
La loi française sur le Renseignement [1], votée en juin 2015, est la concrétisation d'un projet vieux de plus d'un an. Elle fait partie d'un corpus antiterroriste : d'abord la loi de programmation militaire, promulguée le 19 décembre 2013 [2] et ensuite la loi renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme du 14 novembre 2014 [3].

Cette série de textes législatifs, promus par le gouvernement socialiste, a conduit à un recul considérable des libertés en France. Celle-ci se trouve désormais à la pointe de l'offensive contre les droits humains sur le continent européen, à peine dépassé par le modèle anglais.

Bullseye

« La Turquie montre ses terribles facettes que l'Occident ne veut pas voir »

© Wikipédia /Marie-Lan Nguyen
Un Su-24 russe a été abattu le 24 novembre en Syrie par un chasseur turc. Selon Claude Goasguen, maire du 16e arrondissement, la Turquie met l'Europe en péril.

La Turquie vient de dévoiler le jeu sordide qu'elle mène avec les terroristes islamiques, a déclaré jeudi à Sputnik Claude Goasguen, député-maire (Les Républicains) du 16e arrondissement de Paris et ancien ministre de la Réforme de l'Etat, de la décentralisation et de la citoyenneté dans le premier gouvernement Juppé.

"Il est clair que la Turquie est en train de montrer toutes ses terribles facettes que l'Occident et les démocraties occidentales essaient de ne pas voir. On sait que la Turquie depuis plusieurs années est une frontière où on passe n'importe quoi et en particulier des soutiens aux islamistes et à Daech", a indiqué M.Goasguen.

Selon lui, les Turcs sont des adversaires de la coalition internationale qui combat le groupe terroriste Etat islamique (EI) et par conséquence des adversaires de la France et de l'Europe.


"Si on réfléchit, on se demande vraiment ce que l'OTAN fait dans cette affaire. Peut-on continuer à avoir une coordination avec des gens qui sont ouvertement, les Turcs, nos adversaires? Car les Turcs ont aidé Daech, les Turcs combattent les Kurdes qui sont les meilleurs défenseurs contre Daech, les Turcs vendent le pétrole et laissent passer du pétrole; les Turcs en réalité ont joué un jeu épouvantable dans l'affaire des réfugiés politiques, les réfugiés politiques ont été poussés par les Turcs vers l'Europe, nous créant des problèmes considérables", a-t-il ajouté.

​En plus, le président turc Recep Tayyip Erdogan ne poursuit pas la politique pro-occidentale de Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la Turquie moderne.

"Erdogan est un Frère musulman, un Frère musulman qui est un islamiste. Cet Erdogan qui se vantait d'être dans la ligne d'Atatürk est en train de plonger son pays dans un islamisme de plus en plus provocant, au contraire d'Atatürk qui voulait au contraire faire venir la Turquie dans une ambiance occidentale", s'est indigné M.Goasguen.

Le député a déploré l'absence d'opposition française face au soutien apporté par les Etats-Unis à la Turquie suite à la destruction de l'avion russe qui effectuait une mission antiterroriste en Syrie.

Commentaire: Voir aussi :


Eye 1

Les gouvernements de l'UE instrumentalisent-ils les attaques terroristes ?

Image
Après la première frayeur, une autre vague est aussitôt venue, apparemment sans transition, une vague de mesures de sécurité de politique extérieure et intérieure. La France a encore plus intensément bombardé l'Etat souverain de Syrie et en France on assiste à un durcissement des lois et un élargissement du pouvoir de l'Etat.


Health

L'iode - Quatre lettres pour un enjeu de santé mondial

Traduit de l'anglais par silver47
© Inconnu
Introduction

L'iode est un élément présent dans la nature, se trouvant plus abondamment dans l'océan que sur terre. Il est un composant essentiel des hormones thyroïdiennes qui sont impliquées dans la régulation de divers enzymes et processus métaboliques vitaux. L'iode est un nutriment clef pour produire des quantités suffisantes d'hormones.

Dans des circonstances normales, le corps contient environ vingt à trente mg d'iode. Les principaux organes cibles sont le développement du cerveau, les muscles, le cœur, l'hypophyse, et les reins.

L'opinion médicale communément acceptée suggère que l'unique rôle de l'iode dans l'organisme est d'aider à la création des hormones thyroïdiennes. Pourtant, des observations plus récentes ont suggéré de nombreux autres rôles de l'iode dans l'organisme humain. La thyroïde est impliquée dans d'autres processus physiologiques comme la reproduction, les fonctions nerveuses et musculaires, la répartition des protéines et des graisses, la pousse des cheveux et des ongles et l'utilisation de l'oxygène par les cellules.

Le Dr Guy Abraham, un des principaux experts sur l'iode et ancien professeur à l'UCLA School of Medicine, a étudié le rôle de l'iode dans le corps et a découvert la preuve que les prestations de l'iode vont bien au-delà de sa fonction thyroïdienne. Ces fonctions sont :
  • Soutien de la santé des seins, ovaires, utérus, prostate et des glandes pituitaires et surrénales.
  • Assistance dans la régulation de la pression artérielle et la glycémie.
  • Action « d'agent de désinfection » des tissus face aux infections fongiques et problèmes cutanés (candidose, mycoses, eczéma, etc.).
  • Aide à l'élimination du fluor, du brome, plomb, cadmium, arsenic, aluminium et mercure.
  • Protection face à l'électro-magnétisme, à la radio-activité, à divers toxines et polluants environnementaux.
  • Régulation des humeurs et soutient à une bonne santé mentale.
Selon le Dr Guy Abraham et de nombreux autres depuis lors, la carence en iode semble jouer un rôle important dans le développement de nombreuses maladies dégénératives. Des études rapportent un effet antioxydant de l'iode. Plus encore, les chercheurs suggèrent que l'iode augmente le statut antioxydant du sérum humain à un niveau semblable à celui de la vitamine C.

Commentaire: Voir aussi : L'iode : élément indispensable pour l'équilibre du corps et contre la radio-activité !




Light Saber

Entretien avec François Asselineau : Attentats de Paris, politique impérialiste et destruction de la démocratie en France

© Youtube / capture d'écran
François Asselineau

Commentaire : Excellent interview avec François Asselineau, dans lequel il pose nombre de questions gênantes vis-à-vis de l'hypocrisie de certaines élites occidentales dans la "lutte contre le terrorisme". Voici quelques extraits :



2 + 2 = 4

Nul besoin d'état d'urgence pour lutter contre les terroristes : la France doit changer ses alliances déshonorantes

Seuls six députés ont voté contre la loi française de renouvellement et d'extension de l'état d'urgence : Pouria Amirshahi, Isabelle Attard, Sergio Coronado, Noël Mamère, Barbara Romagnan et Gérard Sebaoun. Ils ont compris que les commanditaires des attentats étaient de pseudos alliés de la France et que la réponse à apporter aux attentats était d'abord de changer ces alliances déshonorantes. Ils ont choisi de défendre la démocratie plutôt que de céder à l'hystérie générale. Nous leur exprimons notre reconnaissance et reproduisons ici une tribune de l'un d'entre eux, l'écologiste Sergio Coronado.


Commentaire : Ils ont peut-être compris, mais ne « peuvent » le dire...


Image
Les djihadistes ont frappé Paris au cœur : aux environs du stade de France, dans les Xe et XIe arrondissements, où je vivais il y a quelques mois, au Bataclan, où je suis allé souvent faire la fête. Ils avaient pour cible la jeunesse, notre façon de vivre, nos libertés. Ce vendredi 13 fut effroyable. Tant de victimes, tant de morts.

Les forces de l'ordre et de sécurité qui ont risqué leur vie pour protéger notre sécurité, et les professionnels de santé à l'œuvre ont suscité une admiration unanime, bien au-delà de nos frontières. Les messages de solidarité et d'amitié venus du monde entier nous sont parvenus comme des baisers de réconfort.

L'objectif des assassins est clair ; créer les conditions d'une guerre civile au cœur même du pays, en y introduisant la haine, en s'attaquant aux libertés qui font la vie de chaque jour : la liberté de circuler, de se réunir, de manifester...


Commentaire : Peut-on imaginer que le résultat de ces attaques sur nos libertés ne soit peut-être pas seulement du fait des assassins ? Tout du moins pour ceux qui nous sont présentés 24/24 7/7 comme les uniques coupables... Quid des commanditaires ? Que recèle vraiment cet objectif dont le député nous parle ici ? Est-ce que les djihadistes ont vraiment intérêt à réduire nos libertés de circuler, de se réunir, de manifester ? En quoi cela peut-il bien les arranger ? Trouver qui cela arrange nous rapprochera un peu plus de la vérité qui se dessine au-delà des apparences.


Ces djihadistes qui tuent au nom de Daech n'ont pas de frontières, se meuvent dans un espace transnational et dans le cyberespace. Ils recrutent dans toute l'Europe, en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient. Ils sont en partie le fruit des interventions occidentales en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie, dont nous n'avons jamais tiré le bilan. Sans doute parce que nous n'avons jamais eu à nous prononcer sur le bien-fondé de ces interventions.

Commentaire: Selon un récent sondage Ifop, 84 % des Français sont favorables à plus de sécurité et se satisfont d'être épiés au détriment de leurs libertés et du moment que la sécurité est assurée ; et selon Craig Roberts : « Cela signifie qu'à peine 16 % de la nation française n'est pas en état de mort cérébrale. » Qu'en penseront les lecteurs de Sott ?


Bad Guys

Pour raisons d'état, ou la justification de l'immoralité

Image

"N'importe quel dictateur devrait admirer l'uniformité et l’obéissance des médias américains"
Un texte d'Arundhati Roy que l'on retrouve dans la préface du livre de Noam Chomsky, intitulé "For Reasons of State" (Pour raisons d'état).

Assise chez moi à New Delhi, en regardant une chaîne d'informations américaine faire sa propre promotion (« Nous rapportons, Vous décidez »), j'imagine le sourire amusé aux dents abîmées de Noam Chomsky. Tout le monde sait que les régimes autoritaires, indépendamment de leurs idéologies, utilisent les mass-médias pour leur propagande. Mais qu'en est-il des régimes démocratiquement élus du « monde libre » ?

Aujourd'hui, grâce à Noam Chomsky et à ses compagnons analystes des médias, il est presque évident pour des milliers, voire des millions d'entre nous que l'opinion publique dans les démocraties « d'économie de marché » est fabriquée comme n'importe quel autre produit du marché de masse — savon, interrupteurs ou pain en tranches. Nous savons qu'alors que, légalement et conformément à la constitution, la parole peut être libre, l'espace dans lequel cette liberté peut être exercée nous a été volé, et a été vendu aux enchères aux plus offrants. Le capitalisme néolibéral n'est pas simplement une affaire d'accumulation de capital (pour quelques-uns). C'est aussi une affaire d'accumulation de pouvoir (pour quelques-uns), d'accumulation de liberté (pour quelques-uns). Inversement, pour le reste du monde, les personnes qui sont exclues du conseil d'administration du néolibéralisme, c'est une affaire d'érosion de capital, d'érosion de pouvoir, d'érosion de liberté. Dans « l'économie de marché », la liberté de parole est devenue un produit de base comme un autre — la justice, les droits de l'homme, l'eau potable, l'air pur. Seuls ceux qui ont les moyens de se l'offrir peuvent en bénéficier. Et, naturellement, ceux qui peuvent se le permettre utilisent la liberté de parole pour fabriquer le genre de produit, le genre d'opinion publique qui convient le mieux à leur objectif. (Les informations qu'ils peuvent utiliser). La manière exacte dont ils font cela a été le sujet d'une bonne partie des écrits politiques de Noam Chomsky.

Bomb

La France : un état terroriste depuis au moins 2011 ?

© Inconnu

La guerre qui s'étend à Paris est incompréhensible pour les Français qui ignorent presque tout des activités secrètes de leur gouvernement dans le monde arabe, de ses alliances contre nature avec les dictatures du Golfe, et de sa participation active au terrorisme international. Jamais cette politique n'a été discutée au Parlement et les grands médias ont rarement osé s'y intéresser.


Depuis cinq ans ans, les Français entendent parler de guerres lointaines, sans comprendre ce dont il s'agit. La presse les a informés de l'engagement de leur armée en Libye, mais jamais de la présence de soldats français en mission au Levant. Mes articles à ce sujet sont largement lus, mais perçus comme des bizarreries orientales. Malgré mon histoire personnelle, il est de bon ton de me qualifier d'« extrémiste » ou de « complotiste » et de relever que mes articles sont reproduits par des sites internet de toutes obédiences, y compris par d'authentiques extrémistes ou complotistes. Pourtant personne ne trouve rien à redire à ce que j'écris. Mais personne non plus n'écoute mes alertes à propos des alliances que la France a conclues.

Soudain, la vérité ignorée fait surface. La France a été attaquée dans la nuit du vendredi 13 novembre 2015 par plusieurs commandos qui ont assassiné au moins 130 personnes dans cinq lieux différents de Paris. L'état d'urgence a été décrété pour 12 jours sur l'ensemble du territoire et pourrait être reconduit par le Parlement.

Light Saber

Les sages paroles de Chavez sur la Syrie, que tout le monde a ignorées

Image
© Wikipédia

Commentaire : Le 18 octobre 2012 le président vénézuélien Hugo Chavez (décédé le 5 mars 2013 suite à un cancer, dont les origines posent beaucoup de questions à nombre d'internautes), a prononcé un discours frappant lorsqu'on lui a demandé son avis concernant le conflit en Syrie. De sages paroles... si seulement on les avait entendues !




Commentaire : Et voici un autre discours datant de la même année, où il mentionne plus particulièrement le rôle joué par la France et d'autres pays européens :


Pouvons-nous encore être surpris de la propagande médiatique et des attaques contre lesquelles il a dû se battre pendant son mandat ?

Sherlock

Poutine : « 40 pays, dont 20 membres du G20, financent l'État Islamique »

© Michael Klimentyev / RIA Novosti
16 Novembre 2015. Président russe Vladimir Poutine durant une réunion avec le premier ministre italien Matteo Renzi en marge du sommet du G20 à Antalya, Turquie.

Commentaire : Vu le manque d'informations en français à ce sujet, l'équipe SOTT a décidé de traduire cet article. Ce genre de « messages » ne fait pas la une des journaux de nos jours.

Nous avons eu la chance de tomber sur un petit commentaire à cet autre article, dit en passant...
15:50 : Deux musulmans ont été mis formellement en accusation de terrorisme après les arrestations de ce week-end. Mohammed Abdeslam, le frère de Salah, a été remis en liberté. Les recherches sont maintenant terminées. Au G20, Vladimir Poutine a déclaré que plus de 40 pays avec lesquels la France commerce, financent le terrorisme. La délégation française a regardé ailleurs...
En fait, ce n'est pas tout à fait ce que le président russe a dit :
Le président Vladimir Poutine affirme avoir partagé avec ses collègues du G20 des renseignements qui concernent le financement de l'État Islamique : il semblerait que les terroristes soient financés depuis 40 pays, dont des états membres du G20.

Pendant le sommet, « J'ai fourni des exemples basés sur nos donnés sur le financement de diverses unités du l'État Islamique (EI, ex-ISIS/ISIL) par des personnes physiques. Cet argent, selon ce que l'on a pu établir, provient de 40 pays différents, et la liste comprend certains pays membres du G20 », a dit Poutine aux journalistes.