Bienvenue à Sott.net
ven., 26 août 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Feu dans le Ciel
Carte


Fireball

« Boule de feu » dans le ciel : une météorite est-elle tombée entre Meuse et Ardennes ?

Aux alentours de 22 h, vendredi 12 août en soirée, une dame roulait en voiture entre Mouzon (08) et Moulins-Saint-Hubert (55).

« Ça a été très rapide », explique la conductrice de la voiture. « Venue de l'arrière, j'ai vu une sorte de boule lumineuse jaune qui faisait une courbe dans le ciel se dirigeant vers les éoliennes de Vaux-lès-Mouzon (08). Derrière la « boule », il y avait un peu comme une chevelure d'étincelles. J'ai tout de suite pensé à une météorite qui tombait ».

L'observatoire des Côtes de Meuse à Viéville-sous-les-Côtes (55) possède l'un des plus grands télescopes européens ouvert au public. « Nous sommes un peu loin. Je n'ai pas connaissance de cette observation », confie Marc Kaschinski de l'observatoire. Mais, « la description correspond plus à une météorite qu'à une étoile filante qui a une trajectoire plus longue. Cela pourrait être aussi un débris de satellite, mais je penche quand même pour une météorite ».

Fireball 2

En vidéo, le plongeon d'une comète brillante dans le Soleil

Une fois encore, Soho a été témoin d'une comète rasant la surface du Soleil. En vingt ans, l'observatoire spatial en a vu des milliers mais celle-ci est l'une des plus brillantes. L'astre chevelu semble ne pas avoir survécu à cette visite trop rapprochée et le coronographe a pu filmer son dernier plongeon à deux millions de kilomètres à l'heure. Un joli cadeau pour ce soir de Nuit des étoiles...


En vidéo, le plongeon final de la comète vu dans le champ du coronographe Lasco C2. Le cercle blanc indique la véritable taille du Soleil. Esa, Nasa, Soho, Joy Ng


Le 2 décembre 2015, Soho (Solar and Heliospheric Observatory) fêtait le 20e anniversaire de son lancement. Voilà deux décennies que le vénérable satellite observe sans relâche notre étoile dans plusieurs longueurs d'onde. Depuis sa position, entre la Terre et le Soleil, à 1,5 million de kilomètres (au point de Lagrange L1), il a ainsi pu être témoin de quasiment deux cycles d'activité et aussi du passage d'innombrables comètes.

En 2011, elles étaient plus de 2.000 repérées lors de leur incursion dans le champ des coronographes de Soho (Lasco C2 et Lasco C3), faisant pour certaines du rase-motte — en anglais, sungrazing comets —, et il y a un an, en septembre 2015, 3.000 étaient recensées ! Les chercheurs de la mission sont très reconnaissants envers les « scientifiques citoyens » qui consultent jour après jour les images du satellite car c'est à eux qu'ils doivent la découverte d'environ 95 % de ces astres glacés (à voir en vidéo, une animation montrant leurs orbites et leurs familles respectives).

Fireball 5

Thaïlande : une météorite traverse le toit de leur maison

Un couple a eu l'étrange surprise de voir, ce qui semble être une météorite, traverser le toit de leur maison.

Un mystérieux morceau de roche de cinq centimètres de diamètre et qui pourrait bien être une météorite, a traversé le toit de la maison d'un couple dans la région de Phitsanulok mardi matin. Les occupants de la maison mais aussi plusieurs autres témoins dont certains situés à Nakhon Thai et Chat Trakan, des villes situées, à une centaine de kilomètres de Phitsanulok, affirment avoir entendu un bruit similaire à une détonation de fusil, selon le Bangkok Post.

Des scientifiques du département de physique de l'université de Naresuan ont réalisé des examens sur des échantillons de roche. Selon le responsable du département, Sarawut Tuantam, il pourrait en effet s'agir d'une météorite.


Fireball

Un météore dans le ciel d'Amiens

Des particuliers ont observé, lundi 25 juillet en soirée, d'étranges lumières dans le ciel d'Amiens. Photo à l'appui, un astronome évoque une simple météorite.

Les envahisseurs n'ont apparemment pas survolé le ciel d'Amiens lundi soir, contrairement à ce que pouvait penser un habitant du quartier Saint-Acheul, qui a immortalisé la scène avec son téléphone portable, juste au-dessus du lycée Robert de Luzarches.

Un astronome amateur de l'Oise s'est penché sur la photo représentant un halo de lumière dans le ciel, parue dans notre édition de ce mercredi. Et pour lui, pas question de croire en la quelconque présence d'un OVNI. « Il existe de nombreux phénomènes lumineux et autres aberrations visuelles dans le ciel », rapporte-t-il. Et lorsque l'on n'a aucune notion d'astronomie, « il faut éviter de créer du sensationnel avec les OVNIS ».

Fireball 3

Un météore traverse le ciel de La Réunion

L'explication est vite venue. Nous publiions ce matin le témoignage d'une famille de Sainte-Marie ayant aperçu hier soir un phénomène lumineux étrange dans le ciel de Sainte-Suzanne.

"L'OVNI" décrit par ces trois personnes a bien existé et l'explication est donnée par un autre témoignage d'un autre habitant de Sainte-Marie, présent devant chez lui hier soir, vers 21h.

"J'étais devant chez moi, j'ai eu la chance de pouvoir dégainer mon téléphone pour capturer cette image", raconte cet observateur.

Ce que Gaetan Adam a vu hier s'apparente tout simplement à un phénomène astronomique habituel mais qui continue à surprendre et émouvoir.

Fireball 3

Une météorite explose dans le ciel du sud de l'Argentine

Les résidents d'une ville dans le sud de l'Argentine ont eux la frousse de leur vie quand une série de puissantes explosions a secoué les maisons et les bâtiments, mais la cause se sont avérés être une merveille naturelle: Une météorite se désintégrant aux dessus de leurs têtes.

C'était un mercredi après-midi ordinaire à General Roca, une ville de 85.000 personnes, quand tout à coup une série de fortes explosions a secouée les bâtiments et les fenêtres. « Tout tremblait », a déclaré Martin Soria, le maire local. La police, les pompiers et les secouristes ont été dépêchés sur les lieux, mais n'ont trouvé aucune preuve d'une bombe, d'un tremblement de terre ou de catastrophe.


Finalement, les scientifiques ont trouvé la raison: Une météorite qui était entré dans l'atmosphère de la Terre environ 10.000 mètres (33.000 pieds) dans le ciel, voyageant à 1500 miles par heure. « Il a pris tout le monde par surprise, car il est entré dans l'atmosphère au-dessus d'une zone habitée. Si elle était tombée sur le désert, la mer, l'Antarctique, nous ne l'aurions jamais su », a déclaré l'astronome Roberto Figueroa, chef de l'observatoire Neuquen.

Better Earth

Un étrange phénomène bleuté apparait dans le ciel de l'Azerbaïdjan

Ce phénomène rappelle celui apparu dans le ciel de Norvège en 2009. Il semblerait que cela soit dû à des perturbations dans la haute atmosphère et qu'un phénomène de plasma se produise. Il faut bien penser que la Terre évolue dans un système solaire, lui-même dans une galaxie et qui se trouve elle même dans un ensemble plus vaste ce qui entraine des contraintes sur notre planète. La question est de savoir à quoi cela et du et éventuellement ce que cela présage. Le livre "L'univers électrique" est intéressant à cet égard.

Fireball 3

Un météore impressionnant aperçu au-dessus de l'Espagne et de l'Afrique du nord

Le 8 juillet à 23h05, un météore a été filmé en Espagne par les observatoires du projet SMART. Le météore était plus brillant que la pleine lune et provenait de l'essaim météoritique des alpha-Capricornides.


Fireball

Des astéroïdes qui menacent la Terre


Le 15 février 2013, un astéroïde de 7000 tonnes faisait 1.600 blessés à Tcheliabinsk, en Sibérie
Des dizaines de milliers de corps célestes frôlent régulièrement notre planète. Les astronomes les suivent de près, pour éviter que l'espèce humaine ne connaisse le même sort que les dinosaures.

C'était le 15 février 2013. Ce jour-là, par une pure coïncidence, deux rochers venus des profondeurs de l'espace - des astéroïdes - foncent en direction de la Terre. Le plus gros des deux, baptisé 2012-DA14 (parce qu'il avait été détecté un an plus tôt, en février 2012) frôle notre planète à 27.000 km de distance, l'épaisseur d'un cheveu à l'aune du système solaire. Mais l'autre, qu'aucun télescope ni radar n'avait détecté, embrase le ciel de Sibérie, non loin de la ville de Tcheliabinsk. Heureusement, il était beaucoup plus petit : seulement 17 mètres de diamètre pour 7.000 tonnes (contre 45 mètres et 135.000 tonnes pour 2012-DA14). Traversant l'atmosphère à la vitesse de 18 kilomètres par seconde (65.000 km/h), l'astéroïde provoque en explosant en vol un effet de souffle égal à 20 fois celui de la bombe d'Hiroshima. Des immeubles s'effondrent et des dizaines de milliers de mètres carrés de vitres volent en éclat, faisant 1.600 blessés.

Le risque de voir le ciel nous « tomber sur la tête » n'est pas qu'un fantasme hollywoodien. Il est même très réel : un bébé naissant aujourd'hui a statistiquement plus de risques de mourir à cause d'un tel événement astronomique que dans un accident d'avion, selon le physicien David Deutsch. L'« Asteroid Day », dont la deuxième édition aura lieu jeudi, rappellera notamment ce message trop peu entendu des pouvoirs publics et de la société dans son ensemble. Comme l'astrophysicien Stephen Hawking l'a déclaré à l'occasion de cette journée mondiale :
« l'une des plus grandes menaces pesant sur toute forme de vie intelligente dans l'univers est la forte probabilité d'une collision entre un astéroïde et une planète habitable. »

Commentaire: A propos de ces joyeux astéroïdes qui, comme l'épée de Damoclès, se situent au-dessus de nos têtes :


Fireball 3

Une météorite illumine le ciel de la Nouvelle-Écosse

De nombreux Néo-Écossais disent avoir aperçu une boule de feu dans le ciel jeudi soir, vers 22 h.

Selon le directeur de l'observatoire de l'Université Saint Mary's, Dave Lane, il s'agissait probablement d'une météorite, soit un fragment qui s'est détaché d'un corps céleste à des centaines de kilomètres de la terre.

De nombreux internautes ont partagé l'événement dans les médias sociaux.

« Quand les gens voient ce genre de choses, ils deviennent très excités », souligne Dave Lane.

Ceux qui espéraient retrouver le fragment de météorite aujourd'hui ne seront probablement pas chanceux. « N'allez pas dans votre cour arrière pour ce genre de chose, ce ne sera pas un exercice très productif », affirme-t-il à la blague.