Bienvenue à Sott.net
sam., 21 jan. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Histoire Secrète
Carte

Magnify

Un homme des tourbières de 4000 ans


Les résultats des tests pratiqués sur des parties de ses restes mommifiés permettent d'établir sa date de naissance aux environs de -2000 avant JC, il devient ainsi le plus vieil homme des tourbières jamais découvert.

Ce jeune homme avait été exhumé il y a deux ans dans le conté de Laois en Irlande.

Les cadavres des tourbières que l'ont trouve en Europe du nord ont cette particularité d'être très bien conservés.

Map

Découverte archéologique majeure d'une culture amérindienne méconnue

Les fouilles dans un cimetière vieux de plus de mille ans ont mis au jour les tombes de puissants guerriers parés d'or. Cette découverte, l'une des plus fructueuses réalisées en Amérique depuis plusieurs décennies, offre un aperçu d'une culture méconnue.

© David Coventry
Dans un champ d'herbes hautes brûlées par le soleil, au centre du Panama, l'or semblait jaillir du sol ; l'archéologue Julia Mayo avait attendu ce moment si longtemps... Mais, ce jour-là, elle était complètement bouleversée.

Déterminée à exhumer de nouveaux vestiges de la culture ancienne qu'elle étudiait depuis son doctorat, Julia Mayo avait réalisé, en 2005, avec son équipe, ses premiers relevés géophysiques sur un site appelé El Caño. Ces derniers lui avaient permis d'identifier un cercle de sépultures tombées depuis longtemps dans l'oubli.

En 2010, l'équipe y a creusé une fosse de près de 5 m et découvert la dépouille d'un chef de guerre couvert d'or - deux plastrons bosselés, quatre brassards, un bracelet de clochettes, une ceinture de perles creuses en or aussi grosses que des olives, plus de 2 000 minuscules sphères disposées comme si elles étaient jadis cousues sur une écharpe cérémonielle et des centaines de perles tubulaires dessinant un motif en zigzag sur l'un des mollets du dignitaire.

À elles seule, cette trouvaille aurait pu être celle de toute une vie, mais ce n'était qu'un début. Julia Mayo venait de tomber sur un vrai filon. L'équipe est revenue l'an dernier pendant la saison sèche et a mis au jour une deuxième sépulture, aussi riche que la première.

© Illustration du NGM
Carte de localisation du site archéologique d’El Cano au Panama.

Arborant deux disques en or sur la poitrine, deux sur le dos, quatre brassards et une émeraude translucide, le défunt était assurément un autre chef important. Près de lui gisait un bébé, paré d'or de la même façon - probablement son fils.

Les deux corps reposaient sur une couche de squelettes humains entremêlés, sans doute des esclaves ou des captifs de guerre sacrifiés. Des tests au carbone 14 ont permis de dater les sépultures d'environ 900 apr. J.-C. - époque où la civilisation maya, à quelque 1 290 km au nord-ouest, commençait à péricliter.

Star of David

Un ex-espion du Mossad affirme qu'Israël a participé au programme nucléaire iranien

Image

Les débuts du site nucléaire de Bushehr en 1975
© Wikimedia Commons
Jeffrey "Shuki" Gould, ancien espion israélien, a entrepris d'écrire ses mémoires et vient d'en livrer un avant-goût : le Mossad aurait participé, en 1974, à la fondation du futur site nucléaire iranien de Bouchehr.


"J'ai 82 ans, qu'est-ce que vous voulez qu'ils me fassent". Jeffrey "Shuki" Gould sait que les mémoires qu'il est en train d'écrire depuis sa retraite en Australie risquent de ne pas plaire à tout le monde. Cet ancien agent du Mossad, le service du renseignement extérieur israélien, a participé à trois guerres et doit avoir son lot d'histoires à raconter sur les secrets de l'État hébreu, rapporte le quotidien israélien Haaretz.

Il en a d'ailleurs fourni un avant-goût explosif, le 29 juillet, à Ausraelim, un site pour Israéliens vivant en Australie. Jeffrey Gould affirme, en effet, que le Mossad a participé à la fondation du site nucléaire de Bouchehr en Iran. Il raconte avoir lui-même supervisé le travail des 800 ouvriers, essentiellement des Afghans et des Indiens, sur ce site. "Paradoxalement, Jeffrey Gould et d'autres Israéliens ont contribué à la construction du réacteur nucléaire qui est aujourd'hui considéré comme une telle menace par Israël. Ce réacteur est devenu le fondement du programme nucléaire avancé iranien tel que nous le connaissons aujourd'hui", souligne Ron Porat, qui anime le site Ausraelim.

Sherlock

Irlande : un ancien piège à poissons découvert sur les quais de Dublin

© Inconnu

Découvert par des archéologues sur le site de construction de Diageo à Victoria Quay à Dublin, ce serait un ancien piège à poissons datant du Mésolithique.

Le piège en osier a été découvert au point le plus profond lors de fouilles à proximité d'un réservoir. Il semble être extrêmement bien conservé. Jusqu'à présent, seul des artéfacts post-médiévaux ont été trouvés sur le site. Le travail archéologique est menée dans le cadre des préparatifs d'un nouveau système de drainage des eaux de pluie près de la rivière Liffey. D'après l'archéologue Eoin Halpin, "c'est une belle pièce archéologique et il est incroyable de penser qu'un tel artéfact aussi délicat ai pu subsister sous sous quelque trois mètres de terre."

Le site a été fouillé en deux étapes et toutes deux ont donné des preuves d'anciennes activités près de la rivière sous forme de structures en bois. Un piège à poisson similaire avait été trouvé en 2007 à Spencer Dock, sur la rivière Liffey par l'archéologue Melanie McQuaid. La datation avait donné un âge d'environ 6500 ans, soit du Mésolithique. Les archéologues s'attendent à ce que le piège à poissons récupéré sur le site de Diageo ait à peu près le même âge, mais il faudra quelques semaines pour amener à terme le processus de datation.

Ce piège à poissons est le seul élément d'importance découvert dans la zone et il n'est pas prévu que d'autres objets soient trouvés.

Take 2

Stanley Kubrick, les sociétés secrètes et la pédocriminalité


Cult

Les Verts allemands s'adonnaient à la pédophilie dans une communauté Emmaüs

Au début des années 80, dans la communauté Emmaüs de Kamp-Lintfort, près de Daschsberg en Allemagne, la pédophilie était pratiquée et encouragée au quotidien par un groupe d'écologistes. Aujourd'hui les Verts allemands aimeraient bien faire oublier que dans les années 70 et 80, une partie d'entre eux demandaient la légalisation de la pédophilie et considéraient le sexe entre adultes et enfants comme une des avancées de la grande libération sexuelle de mai 68.

La pédophilie, c'est écolo

Il s'agit bien ici d'une communauté du Mouvement Emmaüs fondé par l'Abbé Pierre mais le mouvement lui-même n'est pas en cause. Le 21 juillet l'hebdomadaire allemand Die Welt a publié des témoignages de victimes de l'idéologie pédophile des Verts allemands dont certains affichaient publiquement leur goût pour les enfants et les jeunes adolescents. Un témoin raconte à Die Welt comment, dans cette communauté colonisée et détournée de ses objectifs par un groupe d'écologistes allemands, des enfants de 12 ans recevaient des bonbons, de l'argent de poche, des magazines pornographiques et des cigarettes quand ils acceptaient d'avoir des contacts sexuels avec des adultes. On disait à chaque enfant que c'était à lui de décider, mais dans la réalité, affirme aujourd'hui un enfant de l'époque, les jeunes membres de la communauté étaient exploités sexuellement, et ce de manière répétée. Parmi les délinquants sexuels, il y avait Herman Meer, membre de la direction des Verts du Land de Rhénanie-du-Nord - Westphalie et chef de la communauté Emmaüs en cause. Meer ne cachait son attirance pour les jeunes garçons. Il disait agir comme les philosophes grecs qui avaient des relations sexuels avec leurs élèves. En septembre 1983, la communauté de Kamp-Lintfort a accueilli un congrès des jeunes Verts qui a surtout débattu du sexe avec les enfants. Les participants étaient partagés à peu près à égalité entre les partisans d'un abaissement de l'âge de l'initiation sexuelle et ceux qui s'y opposaient. Si certains proposaient d'abaisser à 12 ans l'âge légal pour le sexe entre adultes et enfants, d'autres ne voyaient aucun problème à avoir des contacts sexuels avec des enfants de 6 ans.

© Die Welt
Capture d’écran de l’article de Die Welt mis en ligne sur le site de l’hebdomadaire

Magnify

Royaume-Uni : mystérieux double cercueil sur le site où reposait Richard III

Image

Découverte des scientifiques sur le site où avaient été retrouvés les restes de Richard III. | REUTERS/HANDOUT
Des archéologues britanniques ont découvert un mystérieux cercueil à l'intérieur d'un autre cercueil, dans le sous-sol d'un parking de Leicester où avaient déjà été retrouvés voilà quelques mois les restes du roi Richard III, mort en 1485 à la bataille de Bosworth.

Une équipe est retournée sur le site de l'ancienne église de la communauté franciscaine Grey Friars au début du mois pour y poursuivre ses fouilles, et elle a alors retrouvé un cercueil en pierre, intact, à l'intérieur duquel se trouvait un autre cercueil, en plomb celui-ci.

"NOUS NE SAVONS TOUJOURS PAS QUI C'EST"

C'est la même équipe d'archéologues universitaires qui avait découvert le squelette du roi Richard III dans les vestiges de l'église, aujourd'hui située sous le bâtiment des services sociaux de la ville de Leicester.

Magnify

L'art rupestre des Appalaches révèle une véritable carte cosmologique

Image

Ici, est représenté un oiseau tenant des masses cérémonielles, et une hache monolithique cérémonielle, se métamorphosant en visage humain. Credit: Jan Simek, Alan Cressler, Nicholas Herrmann and Sarah Sherwood/Antiquity Publications Ltd.
Des fragments d'art rupestre parsèment les montagnes des Appalaches, et Jan Simek, professeur d'anthropologie à l'Université du Tennessee, Knoxville, s'est attaché à les étudier.
Il a remarqué que chaque gravure ou dessin est placé stratégiquement, révélant un puzzle cosmologique.

Il se pourrait que ce soit l'art le plus ancien et le plus répandu.

Récemment, les découvertes d'arts rupestres préhistoriques sont devenues plus fréquentes dans la région.
Leur nombre forme en quelque sorte un art rupestre géant: tous ces dessins et gravures dressent une carte du monde cosmologique des peuples préhistoriques.

Simek a publié un article, co-écrit avec Nick Herrmann de l'Université d'Etat du Mississippi, Alan Cressler de l'US Geological Survey et Sarah Sherwood de l'Université du Sud.

Magic Hat

D'où vient le bonnet de Marianne ?

© Jérôme Mongreville (2002)
Buste de Marianne,
Lycée technique Victor Bérard de Morez (Jura)

Marianne est un des symboles de la République Française et incarne la République autant que le drapeau tricolore. Marianne représente la permanence des valeurs qui fondent l'attachement des citoyens à la République : Liberté, Égalité, Fraternité. Une Marianne est un buste de femme coiffée d'un bonnet phrygien. Dans cet article nous nous intéresserons à l'origine de ce bonnet.

Ce bonnet fut porté pour la première fois en France au café Le Procope qui était un lieu de rendez-vous des révolutionnaires. Il ressemble à celui que portaient les esclaves affranchis dans l'Empire romain, esclaves auxquels leur maître avait rendu la liberté et dont les fils devenaient des citoyens à part entière. Le bonnet phrygien était donc dès l'Antiquité déjà, un symbole de liberté.

Les plus anciens vestiges de ce bonnet appartiennent à Mithra, la divinité iranienne du Soleil, de l'amitié, du serment et des contrats. Le mithraïsme était la religion la plus répandue en Europe avant le christianisme. Les statues de Mithra qui nous sont parvenues de cette époque représentent Mithra portant un bonnet phrygien et une cape flottante; il est agenouillé sur le taureau primordial avec un poignard dans la main droite et tirant la tête du taureau vers l'arrière avec l'autre main.

Commentaire: Le culte de Mithra en Iran et à Rome


Magnify

Egypte : probable découverte de mystérieuses pyramides perdues

Sous des monticules de sable dans le désert égyptien pourrait se cacher un site recélant de mystérieuses pyramides perdues.
Image

Vue du site depuis la rive.
L'année dernière, l'archéologue américaine Angela Micola identifiait, en utilisant Google Earth, deux zones le long du bassin du Nil. Elles contenaient des monticules de formes inhabituelles.

Au moment de sa découverte, de nombreux chercheurs avaient des doutes quant à savoir si c'était réellement des pyramides perdues.

Micol a fait la découverte à son domicile en Caroline du Nord après avoir étudié les images sur Google Earth depuis une décennie.

Cependant elle affirme que des caractéristiques énigmatiques ont été découvertes lors d'une expédition préliminaire, révélant des cavités et des puits.