Bienvenue à Sott.net
lun., 27 mai 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Pills

De nombreux cas de « démence » sont en fait des effets secondaires de médicaments sur ordonnance ou de vaccins, selon la recherche

elderly_drugs
Les "faits remarquables" fournis par la Alzheimer's Association sont assez inquiétants : plus de cinq millions de personnes en Amérique vivent avec la maladie d'Alzheimer, et ce nombre devrait atteindre 16 millions d'ici 2050. En tant que sixième cause de mortalité au pays, elle tue plus d'Américains que le cancer de la prostate et le cancer du sein réunis. Une personne aux États-Unis développe la maladie d'Alzheimer toutes les 66 secondes; en ferez-vous partie ?

Avec des statistiques comme celles-ci, il n'est pas étonnant que les gens veulent faire tout ce qu'ils peuvent pour réduire leurs chances de tomber malade. Cependant, il est également important de noter que la maladie d'Alzheimer n'est qu'une des causes potentielles de la démence. Bien que de nombreuses personnes utilisent ces termes de façon interchangeable, la maladie d'Alzheimer n'est réellement responsable que de 50 à 70 pour cent des cas de démence. La terminologie trompeuse obscurcit un fait très sombre au sujet de la démence : bien souvent, elle est causée non pas par quelque chose que les scientifiques ont encore du mal à comprendre comme la maladie d'Alzheimer, mais plutôt par des choses qui se font passer pour des outils favorisant une bonne santé, comme les vaccins et les médicaments sur ordonnance.

En fait, l'Association Alzheimer qui publie ces statistiques est subventionnée par Big Pharma. C'est tout simplement le bon sens des affaires de vouloir faire croire aux gens que tous les patients atteints de perte de mémoire relèvent de la maladie d'Alzheimer parce qu'ils peuvent alors vous vendre des médicaments censés y remédier. Leurs recherches les ont amenés à adopter une approche qui porte ses fruits : promouvoir et déstigmatiser ce que beaucoup considèrent comme des "maladies mentales", en les faisant paraître imprévisibles mais gérables avec les drogues. De nombreuses personnes qui travaillent pour l'Association Alzheimer et d'autres organismes semblables sont des personnes bien intentionnées qui veulent aider et qui ignorent souvent le lien avec Big Pharma.

Ice Cube

Le virus du rhume aime notre nez quand il est bien froid

winter, gitl, cold
© alonesdj, Fotolia
Le nez froid est le milieu idéal pour le virus du rhume.
Le froid est toujours bien présent en France métropolitaine en cette fin de mois de février. Pensez à bien vous couvrir avec une écharpe autour du cou, voire de la bouche et du nez, si vous sortez. En effet, le rhinovirus, responsable du rhume, affectionne tout particulièrement de se trouver au frais dans la cavité nasale ; il s'y reproduit mieux que dans les poumons où il fait plus chaud. Une étude parue en 2015 a montré que les défenses de l'organisme étaient moins efficaces à basse température.

Les rhinovirus sont des virus à ARN, de la famille des picornaviridae, qui se transmettent par voie aérienne. Ils sont la cause de la plupart des cas de rhume et peuvent aussi avoir pour effet d'exacerber l'asthme. La plupart de ces rhinovirus se répliquent mieux dans les zones de températures plus fraîches de la cavité nasale que dans celles des poumons.

Pour mieux comprendre la relation entre température et réplication virale, des chercheurs de l'université de Yale (États-Unis) ont étudié des cellules des voies respiratoires de souris infectées par un rhinovirus. Ils ont utilisé des cellules ayant des déficiences génétiques dans la réponse antivirale. Leurs résultats paraissent dans la revue Pnas.

Commentaire: L'autre réflex à avoir est d'essayer de ne pas porter ses mains à sa bouche, son nez et ses yeux car c'est par ces portes que rentre le virus.


Wine

La plus importante étude à ce jour basée sur des observations, révèle que la consommation d'alcool est le principal facteur de risque de démence

Alzheimer's
© pathdoc / Fotolia
Les troubles liés à la consommation d'alcool sont les plus importants facteurs de risque évitables pour l'apparition de tous les types de démence, en particulier la démence précoce. Selon une étude d'observation nationale, publiée dans la revue The Lancet Public Health, sur plus d'un million d'adultes atteints de démence en France.

Cette étude portait spécifiquement sur les effets des troubles liés à la consommation d'alcool et incluait des personnes chez qui on avait diagnostiqué des troubles mentaux et comportementaux ou des maladies chroniques attribuables à la consommation nocive chronique d'alcool.

Sur les 57 000 cas de démence à apparition précoce (avant l'âge de 65 ans), la majorité (57 %) étaient liés à une consommation chronique excessive d'alcool.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la consommation chronique excessive d'alcool comme la consommation de plus de 60 grammes d'alcool pur en moyenne par jour pour les hommes (4 à 5 consommations standard canadiennes) et de 40 grammes (environ 3 consommations standard) par jour pour les femmes.

En raison de la forte association observée dans cette étude, les auteurs suggèrent que le dépistage, les interventions brèves pour la consommation excessive d'alcool et le traitement des troubles liés à la consommation d'alcool devraient être mis en œuvre pour réduire le fardeau de la démence attribuable à l'alcool.

Commentaire: Les informations contradictoires sur la consommation d'alcool continuent de semer la confusion, car elles semblent ne pas être bien définies. C'est bon ou mauvais pour nous ? De toute évidence, la quantité d'alcool consommée semble être l'une des clés pour savoir si c'est un tonique pour la santé ou un poison, mais il serait bon d'avoir quelques informations définitives sur le sujet. Voir :


Green Light

Le Grounding pour combattre l'inflammation et les maladies chroniques

Qu'est-ce que le Grounding et comment cela fonctionne-t-il ? Le concept du grounding (ou 'connexion à la Terre') a été développé initialement par Clint Ober, qui a commencé à l'étudier en essayant de se soigner, et qui l'a présenté au Dr. Sinatra. Ancien cadre d'une chaîne de télévision câblée, Clint Ober savait que lorsque les câbles sont raccordés à la Terre, cela élimine les interférences.
grounding
© Inconnu
Se connecter par le grounding
Tous les systèmes électriques sont stabilisés de cette façon, ce qui a conduit Ober à se demander si le corps humain, qui est également un organisme bioélectrique transmettant des signaux, ne devrait pas aussi être raccordé à la Terre.

Commentaire:






Hearts

Un homme est reparti avec deux cœurs après une surprise lors d'une transplantation

heart transplant
© NewsFlare
Un homme s'est retrouvé avec deux cœurs après que des chirurgiens aient découvert qu'un organe donné était trop petit quelques minutes avant une transplantation salvatrice.

Après une procédure de sept heures, cet homme de 56 ans est devenu l'une des 150 personnes au monde à avoir subi une telle opération.

Il souffrait d'insuffisance cardiaque en phase terminale et avait été admis à l'hôpital d'Apollo, dans la ville indienne d'Hyderabad, où les chirurgiens ont découvert la différence de taille des organes.

Le Dr A. G. Krishna Gokhale a déclaré que le cœur du donneur, appartenant à un patient de 17 ans décédé d'une mort cérébrale, avait la taille normale d'un poing alors que celui du receveur avait la taille d'un petit ballon de football.

On n'a pas eu le temps d'attendre un autre donneur, car le patient était dans un état critique.

Ainsi, les médecins ont décidé de garder le vieux cœur plutôt que de risquer de le remplacer.

Sheeple

Une éleveuse bio poursuivie pour avoir soigné ses brebis par les plantes

Éleveuse bio à Bourdeaux dans la Drôme, Sandrine Lizaga a reçu un "rappel réglementaire" de la préfecture concernant les soins naturels qu'elle offre à ses 60 brebis laitières. Acte jugé non conforme à la réglementation européenne, Sandrine risque de perdre ses primes annuels de la PAC qui la font vivre.
brevis
© Inconnu
L'affaire a commencé le 6 août dernier, lorsque deux inspectrices de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) sont venues effectuer un contrôle en vue des aides européennes et des conditions de leurs attributions.

Commentaire: Que d'argent perdraient ces grandes corporations qui obligent à acheter des médicaments pour les animaux de ferme si ces animaux n'étaient pas si malades ! Ce qui compte c'est le profit et pas seulement pour les compagnies pharmaceutiques. Et puis ils veulent aussi, à n'en pas douter, empoisonner les bêtes et les humains. Et plus on est malade, mieux c'est pour leur bourse et leur contrôle sur nous !

Lire aussi :


Water

La méthode russe pour être grand, fort et ne pas tomber malade

Russian children
Qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige les pensionnaires de ce jardin d'enfants obéissent au même rituel du seau d'eau en plein air : aux yeux des Russes, il n'existe rien de mieux pour renforcer les défenses immunitaires des enfants.

"Il faut le faire tous les jours et on tombe jamais malade" explique ainsi une petite fille.

À Krasnoïarsk, au cœur de la Sibérie, cette école primaire s'appelle Sibiritchok, le Petit Sibérien.

Ce matin le froid est mordant à souhait, la température est tombée à moins 25 et le ciel est bleu : les conditions sont idéales pour renforcer les lymphocytes, les macrophages et toutes les cellules destinées à protéger les jeunes bambins.

Le sauna après le froid conclue la procédure et annonce le début d'une nouvelle journée d'études.



Commentaire : Le froid semble effectivement un très bon activateur des défenses immunitaires. Baisser la température de la douche peut être un bon début pour avoir une meilleur santé.


Ice Cube

De l'eau glacée pour booster le système immunitaire : la jeune Kazakhstanienne qui se baigne par tous temps

Zarina Andryushina, a resident of Aktau
© Ruptly
Une jeune femme kazakhe a réalisé une vidéo vantant les vertus de son programme d'exercices quotidiens, avec un plongeon dans le froid glacial de la mer Caspienne. La vidéo est devenue virale.

Zarina Andryushina, une résidente d'Aktau sur la côte est de la mer, a dû briser la glace qui recouvrait la surface pour faire sa plongée quotidienne le 30 janvier. Après avoir partagé une vidéo de sa bravoure face au froid en bikini sur sa page Instagram, elle a attiré l'attention des médias locaux.

"On ne sent pas vraiment l'eau quand il fait froid. C'est comme marcher dans la glace carbonique", a-t-elle déclaré au journal Tengri News du Kazakhstan. "Et quand tu sors, tu ressens une telle chaleur et tu ne regrettes rien."


Brain

Comment le sucre affecte le cerveau

sugar human body receptors
Lorsque vous mangez une chose pleine de sucre, vos papilles, votre instinct et votre cerveau le remarquent tous. Cette activation de votre système de récompense n'est pas sans rappeler la façon dont les organismes traitent les substances addictives comme l'alcool ou la nicotine - une surcharge de sucre fait monter en flèche les niveaux de dopamine et vous laisse envie de plus. Nicole Avena explique pourquoi des bonbons et des friandises devraient être consommés avec modération.



Syringe

Nouvelle revue Cochrane : Les vaccins antigrippaux échouent à 99 %

flu shot vaccine
© Global Look Press
Depuis plus de 20 ans, j'écris et je donne des conférences sur la façon dont le vaccin contre la grippe échoue chez presque tous ceux qui le reçoivent. J'ai parlé de l'échec du vaccin antigrippal dans des blogues et dans mon bulletin d'information, Natural Way to Health du Dr Brownstein.

Cochrane est un réseau mondial indépendant de chercheurs dans plus de 130 pays qui s'efforcent de produire des informations crédibles et accessibles sur la santé, sans parrainage commercial ni autres conflits d'intérêts. Ils ne reçoivent pas d'argent des grandes entreprises pharmaceutiques. Par conséquent, leurs études méritent une attention particulière lorsqu'elles sont publiées.

Le 1er février 2018, le groupe Cochrane a publié ses dernières découvertes sur le vaccin contre la grippe. (1) Les scientifiques ont étudié des essais randomisés et contrôlés comparant le vaccin antigrippal avec placebo ou sans intervention. Ils comprenaient 52 essais cliniques portant sur plus de 80 000 personnes qui évaluaient l'innocuité et l'efficacité des vaccins antigrippaux chez des adultes en bonne santé. Les études ont été réalisées entre 1969 et 2009.

Les auteurs ont découvert que les vaccins antigrippaux réduisaient probablement le taux de grippe chez les adultes en bonne santé de 2,3 % sans vaccination à 0,9 % avec.