Bienvenue à Sott.net
lun., 11 déc. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte


Robot

Une IA crée des vidéos factices à partir d'images, d'enregistrements audio et de vidéos disponibles en ligne

Des chercheurs de l'université de Washington aux États-Unis ont annoncé avoir réussi à créer des vidéos factices très réalistes du président Obama grâce à une intelligence artificielle. Ils ont ainsi démontré qu'avec l'aide d'une IA, ils étaient capables de reproduire des sosies numériques de n'importe qui à partir de ses photos présentes sur Internet et de s'inspirer de séquences vidéo et audio réelles pour faire des montages vidéo. Les entreprises technologiques Samsung, Google, Facebook et Intel sont associées à ce programme de recherche mené par l'université de Washington.
Obama - vraies et fausses vidéo
© Inconnu
Cette annonce suggère qu'un jour, il pourrait être relativement facile de créer des mises en scène extrêmement réalistes, en se servant du nombre incalculable de photos numériques qu'on peut trouver sur Internet. C'est d'ailleurs parce que des heures de vidéos et de photos numériques en haute définition et libres d'accès de l'ancien président américain sont disponibles sur Internet que les chercheurs ont décidé d'utiliser l'image d'Obama pour faire la démonstration de leurs travaux. Ils se sont servis d'un réseau neuronal pour analyser des millions d'images et de vidéos d'Obama afin de déterminer l'ensemble des éléments constituant sa mimique faciale lorsqu'il s'exprime (mouvements des lèvres, des dents, de la bouche, des joues, du menton, des yeux...).

S'il est connu que les réseaux neuronaux peuvent être utilisés pour l'identification des visages ou la reconnaissance vocale, il faudra, désormais, prendre en compte le fait qu'ils peuvent également être employés pour générer des montages extrêmement réalistes. Pour obtenir ce résultat, les chercheurs de l'Université de Washington ont laissé le réseau neuronal apprendre les correspondances entre la forme de la bouche d'Obama et les différents sons qu'il peut émettre pendant qu'il s'exprime. Cet apprentissage a, par la suite, permis aux chercheurs de prendre une séquence vidéo originale d'Obama, de remplacer sa bande-son originale par une nouvelle, puis de faire correspondre de nouveaux éléments de mimiques du visage avec la nouvelle bande-son. Avec leur méthode, on pourrait dire, d'une certaine manière, que ce sont les images qui s'adaptent aux sons afin de générer un rendu plus fluide et plus réaliste.

Telescope

La seule super-Lune de l'année sera ce dimanche 3 décembre

super moon
C'est la seule et unique super-Lune de l'année. Ce dimanche 3 décembre, préparez-vous à voir sortir de l'horizon une Pleine un peu plus grande et brillante que d'habitude !

Ce dimanche 3 décembre, la Pleine Lune sera à 15 h 47 TU, soit 16 h 47 en France métropolitaine. Il faudra cependant attendre une vingtaine de minutes après le coucher du Soleil, pour la voir sortir de l'horizon nord-est. Toujours impressionnante à son lever, elle apparaîtra cette fois un peu plus grande et brillante que d'habitude. Ce sera la première et la seule super-Lune de l'année (il y en a eu trois en 2016).

On parle de super-Lune quand la Pleine Lune coïncide avec le moment où l'astre atteint sa plus petite distance avec la Terre. Car oui, l'orbite de notre satellite n'est pas circulaire et sa distance avec nous varie au cours des lunaisons. Ce 3 décembre, la Lune sera donc à 357.983 km à son lever, presque au périgée, le point de son orbite le plus proche du globe terrestre.

Robot

Homme vs Intelligence artificielle

Un monde de véhicules à guidage automatique n'est pas si utopique. Des spécialistes russes pensent que l'intelligence artificielle pourrait dépasser celle de l'homme dans un futur proche.Les capacités de l'intelligence artificielle des véhicules autoguidés se sont rapprochées de celles de l'homme. Telle est la conclusion de la recherche effectuée par la société de logiciels russe Cognitive Technologies.
voiture
© Inconnu
Un représentant de cette société a raconté à Sputnik que la recherche de Cognitive Technologies avait eu pour but de déterminer qui réagissait le mieux à différentes situations sur la route: l'intelligence artificielle ou l'homme.

Les spécialistes de Cognitive Technologies ont analysé les capacités et la rapidité de détection de la signalisation routière, des véhicules et des piétons. Les tests ont été menés en automne 2017 à Moscou et dans ses alentours avec la participation de dix-sept volontaires. Certains tests ont été effectués dans des conditions difficiles, telles que la pluie ou l'obscurité.

Les tests étaient effectués sur 27 itinéraires différents. Les volontaires devaient signaler les situations routières auxquelles ils étaient confrontés en roulant à une vitesse de 50 à 60 km/h. Sur chaque itinéraire, les chauffeurs étaient capables de détecter au maximum 30 à 35 objets.

Battery

Une nouvelle technique à base de métal liquide pourrait annoncer l'arrivée des composants électroniques de demain

bubble metal fusion
© Royal Melbourne Institute of Technology / Torben Daeneke
Une équipe de chercheurs australiens ont au point une technique permettant d'obtenir des couches métalliques bidimensionnelles à base de métal liquide. Cette innovation pourrait booster la fabrication de composants électroniques plus performants.

En matière de téléphonie mobile, s'il y a quelques années le but était de concevoir le plus petit et le plus compact des appareils, la tendance est aujourd'hui à la recherche de performance, de nouveaux composants plus souples ainsi que d'une augmentation de la dimension des smartphones. Le problème qui se pose est relatif aux matériaux disponibles qui sont soit cassables, soit pas assez souples ou pas assez performants.

Une équipe de chercheurs de la Royal Melbourne Institute of Technology (Australie) a tenté d'apporter leur solution, en élaborant une nouvelle méthode décrite en détail dans une publication de la revue Science le 20 octobre 2017.

Rocket

Le Huitième Passager ? ce que les scientifiques ont découvert sur l'ISS

En analysant des échantillons, pris à la surface du segment russe de la Station spatiale internationale, les scientifiques ne s'attendaient certainement pas à faire face à des « hôtes » inattendus venus de l'espace. Il s'agit, en réalité, de bactéries vivantes qui se sont accrochées sur l'ISS au cours de son long voyage.
isssss
© Inconnu
L'ISS
Lorsqu'ils quittent l'ISS pour sortir dans l'espace, les astronomes font des prélèvements sur la partie extérieure de la station avec des tampons de coton, notamment dans les endroits où l'essence s'accumule, a expliqué le cosmonaute russe, Anton Chkaplerov. Les échantillons prélevés sont, par la suite, ramenés sur Terre.

Attention

Des experts sont parvenus à pirater un avion de ligne à distance

Pour mettre l'accent sur les insuffisances des dispositifs de sécurité informatique des avions, une équipe d'experts américains a pénétré à distance le système informatique d'un Boeing 757 via des radiofréquences.
United Airlines Boeing 767-300
© Alamy
C'est une équipe de spécialistes du département de la Sécurité intérieure des États-Unis (Department of Homeland Security) qui est parvenue, il y a un an, à pirater à distance tout le système informatique d'un avion de ligne, un Boeing 757. Une expérience qui fut réalisée sans la participation d'une personne présente à bord de ce dernier. Tout juste rendue publique, l'information est relayée par la revue Avionics.

Ce piratage date du mois de septembre 2016 et a été effectué sur un Boeing 757 de l'ancienne génération. Si l'information est rendue publique, la méthode employée ne l'est pas ; même si l'on sait que les experts ont utilisé des radiofréquences pour procéder à ce piratage à distance et qu'ils précisent avoir utilisé un équipement qui pourrait passer des contrôles de sécurité dans un aéroport.

Commentaire: Quid de certains crashs d'avions ?


Moon

Science décalée : on dort moins bien les nuits de Pleine Lune

La vieille croyance populaire aurait trouvé une vérification scientifique. De nombreux paramètres du sommeil seraient en effet perturbés les nuits de Pleine Lune. Des résultats inattendus pour les chercheurs suisses à l'origine de ce travail, puisque ce n'était pas leur but premier...
lllll
© Inconnu
On associe à la Pleine Lune des pouvoirs presque mystiques. En effet, de nombreuses croyances populaires font état d'événements bizarres lorsque l'astre de la nuit brille de tout son éclat. Sans aller jusqu'à parler des loups-garous, on dit souvent qu'il y a davantage de délits commis sous la pleine lueur de la Lune, qu'il y a plus de naissances ou que l'on dort moins bien. De nombreuses études sont venues invalider ces affirmations. Mais une nouvelle recherche, réalisée après une discussion dans un bar, pourrait bien confirmer l'influence du cycle lunaire sur notre sommeil.

Commentaire: Lire aussi :


Cassiopaea

La fusion de deux « petits » trous noirs permet une nouvelle détection d'ondes gravitationnelles

black holes
© SXS, the Simulating eXtreme Spacetimes (SXS) project
Capture d'écran d'une simulation de fusion de trous noirs.
Pour la cinquième fois, les chercheurs ont saisi les petits soubresauts de l'espace-temps qui nous traversent de temps à autre quand des événements extrêmement énergétiques surviennent dans l'univers. Il s'agit encore une fois d'une fusion de trous noirs.

Cela ne fait que deux ans que les chercheurs de la collaboration internationale LIGO-Virgo ont détecté les premières ondes gravitationnelles et l'on commence déjà à s'y habituer. Pour preuve, l'annonce mercredi d'une cinquième détection est passée relativement inaperçue (soumise à l'Astrophysical Journal Letters, prépubliée sur le site arXiv). Cette science, pourtant nouvelle et enthousiasmante, vient déjà de basculer dans une certaine forme de «banalité».

black hole
© LIGO/VIRGO
Les cinq fusions de trous noirs détectées à ce jour par ondes gravitationnelles, ainsi qu'un sixième signal putatif en pointillé qui n'a pas pu être confirmé. La 5e détection, GW170608, correspond aux trous noirs de plus faibles masses
Si la quatrième détection, annoncée il y a un mois exactement, avait suscité un engouement extraordinaire, c'est avant tout parce que l'événement qui avait secoué l'espace-temps était la fusion de deux étoiles à neutrons. Et cet événement avait produit un feu d'artifice de lumières, depuis les ondes radio jusqu'aux rayons gamma en passant par le spectre visible, fournissant aux astronomes du monde entier un cas d'étude unique en son genre. Une nouvelle fenêtre s'ouvrait pour eux sur l'univers.

Commentaire: Les ondes gravitationnelles semblent être un sujet vraiment important pour pouvoir comprendre comment l'univers est construit, la gravitation étant une brique de base du monde qui nous entoure.


Robot

Le robot humanoïde de Boston Dynamics sait maintenant faire un salto arrière

Le robot prénommé Atlas de Boston Dynamics, une société qui appartient à l'entreprise japonaise SoftBank Group, rivalise désormais avec les gymnastes.

Atlas robot Boston dynamic

Le robot Atlas.
Voici une nouvelle prouesse du robot Atlas de Boston Dynamics. L'entreprise américaine, qui appartenait à Alphabet, la maison mère de Google, et qui est désormais la propriété de la société japonaise SoftBank Group, a publié jeudi 16 novembre une vidéo de l'un de ses fameux robots autonomes dans laquelle on le voit sauter sur des blocs mais surtout réaliser un impressionnant salto arrière.


Présenté dans sa nouvelle version en février 2016, le robot Atlas est "conçu pour opérer à l'extérieur et dans des bâtiments", selon Boston Dynamics. L'humanoïde mesure environ 1,75 mètres et pèse 82 kilos. Dans les précédentes vidéos, on pouvait le voir marcher dans la neige, ramasser des cartons et les poser sur des étagères.

Galaxy

Astronomie : Une planète prometteuse découverte non loin de la Terre

planet
© EPA / ESO
Vue d'artiste de l'exoplanète Ross 128 B.
C'est l'une des exoplanètes les plus proches de la Terre jamais découvertes. De plus, elle est d'une masse similaire à notre planète et pourrait abriter de l'eau liquide, selon l'annonce faite ce mercredi par l'ESO. Et peut-être de la vie...

A l'échelle de la galaxie, elle est une "voisine d'à côté" pour la Terre. Située à 11 années-lumière de notre système solaire, cette nouvelle planète à peine plus massive que la nôtre vient d'être identifiée. Une découverte réalisée grâce au spectographe HARPS monté sur le télescope de 3,6 m de l'ESO (European southern observatory) au Chili. De son nom Ross 128 B, elle tourne autour d'une étoile naine rouge en un peu moins de dix jours, précise le site du magazine Ciel & Espace. A une distance qui est 20 fois inférieure au rayon Soleil-Terre.

Se situe-t-elle dans la zone habitable de son étoile ? Si c'était le cas, il serait possible de penser que de l'eau liquide, vectrice de vie, coule à sa surface. Mais ses découvreurs n'en ont pas encore la certitude. Ils préfèrent indiquer qu'il s'agit d'une "planète tempérée" et non d'une "planète de la zone habitable".

Plus intéressante que Proxima b ?