Bienvenue à Sott.net
ven., 15 déc. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte


Attention

Pourquoi la justice est si lente ? Humiliations, brûlures : La justice confirme les actes de cruauté de l'armée britannique en Irak

A Londres, la Haute cour de Justice a confirmé que l'armée britannique avait infligé des traitements inhumains à des civils irakiens en 2003. Le verdict tombe plus de 14 ans après les faits alors que la Cour pénale internationale commence à bouger.

Anglais
© Inconnu
Humilier, torturer

Commentaire : Pourquoi les hauts responsables de ces atrocités ne sont jamais mis en prison pour leurs délits ? Mais au contraire admirés et récompensés ? Pourquoi la justice, même Haute, prend 14 ans a faire un jugement ? Pourquoi les victimes de guerre sont en plus victimes d'humiliation et d'atrocités ? Qui décide que des sadiques et des assassins, des psychopathes, des brutes, des meurtriers, puissent vivre en paix sans payer de leurs crimes ? C'est un monde bizarro le notre, sans aucun doute. Un monde à l'envers, de haut en bas. Et le plus bizarre est que la majorité des gens pensent toujours que " tout va bien dans le meilleur des mondes..."


.

Dominoes

Eric Schmidt de Google admet qu'il y a une censure politique des résultats du moteur de recherche

Éric Schmidt, président exécutif de la société mère de Google, Alphabet, a confirmé ce week-end que la plus grande société Internet du monde, en étroite coordination avec l'État, manipule les résultats de la recherche pour censurer les sites critiques du gouvernement américain.
Eric Schmidt, Google
© Inconnu
Répondant à une question sur la « manipulation de l'information » sur Internet lors d'une participation au « Forum sur la sécurité internationale de Halifax », Schmidt a annoncé que Google travaillait sur des algorithmes qui « déclassent » les sites d'information russes RT (Russia Today) et Sputnik du service de nouvelles Google, bloquant effectivement l'accès des usagers aux deux sites.

Les remarques de Schmidt lors du rassemblement des responsables de la sécurité militaire et nationale confirment les accusations du World Socialist Web Site selon lesquelles Google aurait délibérément modifié ses algorithmes de recherche et pris d'autres mesures pour empêcher les gens d'accéder à certaines informations par ses moteurs de recherche. Le WSWS a lui-même été la cible principale de ces efforts.

Ces déclarations révèlent le mensonge de l'affirmation précédente de l'entreprise selon laquelle les changements apportés à son moteur de recherche visaient à « améliorer les résultats de recherche », et que ces changements étaient politiquement impartiaux.

Les efforts de Google ne sont qu'une partie d'un effort partagé entre le gouvernement et des entreprises privées beaucoup plus larges pour contrôler le flux d'informations sur Internet, impliquant Amazon, Twitter et Facebook, ainsi que les fournisseurs de services Internet tels que Comcast, Time Warner Cable, Verizon et AT&T. La FCC a annoncé cette semaine qu'elle éliminerait les règlements de « neutralité du net », permettant aux fournisseurs de services de limiter les sites auxquels les clients peuvent accéder, soit en limitant la vitesse de téléchargement sur Internet, soit en facturant des frais supplémentaires.

Commentaire:




Star of David

L'invasion israélienne en Patagonie

La disparition mystérieuse du sous-marin argentin San Juan, le 21 novembre 2017, a relancé l'animosité nationale traditionnelle contre les Britanniques. Mais si les visées impériales britanniques sur les Îles Malouines et au détriment de l'Argentine sont bien connues, il y a lieu de rappeler que les Anglais ont toujours utilisé les juifs comme avant-garde pour leurs projets coloniaux, en particulier en Palestine. Or la colonisation israélienne de l'Argentine et du Chili est fort avancée, quoique jamais reconnue comme telle, en particulier dans sa dimension militaire.
ppaaaaa
© Marta Music
En la Patagonie, l’entrée de la communauté du Lof en Resistencia

USA

L'ambassade US à Jérusalem : diplomatie ou provocation ?

Avec la décision de déplacer l'ambassade américaine en Israël à Jérusalem, les États-Unis viennent de perdre le peu de crédibilité qui leur restait aux yeux des plus naïfs en tant qu'« intermédiaires honnêtes » dans un improbable accord de paix au Moyen-Orient. Si le locataire de la Maison Blanche a changé, les États-Unis tiennent toujours le même cap. Obama avait accordé 38 milliards de dollars d'aide militaire à Israël, et la dernière décision confirme s'il en était besoin le mépris de l'Oncle Sam pour le droit international en même temps qu'elle fait tomber son masque de défenseur des droits de l'homme.
jerusa
© Inconnu
Le gouvernement américain a donc décidé de mettre le feu aux poudres et de lancer une provocation ouverte à tous ceux qui soutiennent le peuple palestinien. Chacun peut constater que le rôle de « gendarme du monde » était une fable reléguée maintenant au rayon des contes pour enfants pour faire place à la réalisation du véritable objectif : le remodelage géopolitique du Moyen-Orient.

Beaker

L'armée américaine mais aussi Bill Gates investissent dans la manipulation génétique à grande échelle

DNA strand
Vous avez apprécié les OGM ? Vous allez adorer le « forçage génétique ». Une agence militaire états-unienne, l'Agence pour les projets de recherche avancée de la défense (Defense Advanced Research Projects Agency, Darpa), aurait investi 100 millions de dollars dans cette technique. Le « forçage génétique » vise à modifier un gène et à faire en sorte que ce trait nouveau se transmette ensuite le plus rapidement possible à toute une espèce animale ou végétale, dans le but, par exemple, de limiter sa capacité de reproduction ou de la rendre plus vulnérable à une maladie ou à un produit chimique.

Pour le moment, les recherches connues se concentrent sur la lutte antiparasitaire et l'éradication, notamment des moustiques vecteurs du paludisme, de Zika, ou de la dengue, et de populations de rongeurs jugés nuisibles. Avec quels effets ? Certains experts des Nations-Unies s'inquiètent de conséquences imprévues et d'« effets irréversibles dans l'environnement ». « Vous pouvez peut-être éliminer les virus ou l'ensemble de la population de moustiques, mais cela peut aussi avoir des effets écologiques en aval sur les espèces qui en dépendent », confie l'un de ces experts au Guardian.

Attention

Jérusalem : l'initiative US risque-t-elle de « provoquer un incendie dans la région »?

La reconnaissance de la Ville sainte comme capitale d'Israël qu'envisage d'annoncer aujourd'hui le chef de la Maison-Blanche risque d'être lourde de conséquences pour toute la région, mettent en garde Ankara, Téhéran et Damas qui dénonce de son côté le mépris du droit international.
jeru
© REUTERS/ Ibraheem Abu Mustafa
Les tambours de la guerre se laissent-ils entendre à Jérusalem ?
De nombreux voisins d'Israël se sont dits ce mercredi préoccupés par le projet de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'État hébreu.

Commentaire: Qui est derrière cette décision qui semble catastrophique pour toute la planète ? Quel est donc l'objectif ? La guerre éternelle n'est pas près de disparaître. Ni les vente d'armes, bien sûr.

Lire aussi :


Bell

Pierre Lévy : comme les autres, la Corée du Nord a le droit de se prémunir contre les agressions

Le rédacteur en chef du mensuel Ruptures s'interroge sur les buts réels des sanctions contre Pyongyang. Inefficace, contre-productive, cette autre forme de guerre s'attaque selon lui avant tout à la souveraineté des États non-alignés à l'Occident.
cccccc
© Inconnu
Revenant sur le dernier test en date de la Corée du Nord le 29 novembre 2017 - un missile balistique intercontinental Hwasong-15 présenté par Pyongyang comme capable d'atteindre le territoire des États-Unis - Pierre Lévy se propose de renverser la perspective et les questions que posent la crise géopolitique entre Corée du Nord et États-Unis.

Commentaire: Lire :


Red Flag

Le Canada adopte la loi antirusse Magnitski

Avec l'appui de tous les partis, le Parlement du Canada a adopté, à la fin du mois d'octobre, une nouvelle loi sur les sanctions inspirée de la loi américaine Magnitski. Sous prétexte de viser de prétendus violateurs des droits de la personne, la loi offre un moyen à Ottawa de sanctionner les dirigeants de, et liés à, la Russie et d'autres pays qui sont dans la mire de l'impérialisme canadien et américain.
trudeau
© Archives PC
Justin Trudeau en Ukraine
La Loi sur la justice pour les victimes de dirigeants étrangers corrompus (Loi S-226) permet au gouvernement de geler les avoirs canadiens de « dirigeants étrangers corrompus » et d'empêcher leur entrée au Canada.

Clipboard

Déclaration Balfour, la violence du texte

La lecture occasionnelle du Figaro permet parfois de dénicher quelques perles ! Je cite : « La Déclaration Balfour est l'un des documents diplomatiques les plus importants de l'histoire du Moyen-Orient au XXe siècle : la promesse d'un foyer national juif en Palestine ; le sionisme politique obtient une garantie juridique internationale » ( Véronique Laroche-Signorile, 31/10 ). Voilà qui est fort, très fort même. Faire passer la Déclaration Balfour pour une "garantie juridique internationale" relève carrément de l'exploit conceptuel.
bbbbbb
© Inconnu
Signée le 2 novembre 1917, cette déclaration était une lettre du ministre des affaires étrangères britannique, Lord Balfour, au dirigeant sioniste Lord Rothschild. Que dit-elle ?

Commentaire: Lire aussi :


Cult

Clinton, Assange et la guerre pour la vérité

Le réseau télévisuel public australien a offert à Hillary Clinton une tribune libre pour répandre des diffamations sur Julian Assange, de Wikileaks, en le qualifiant d »'instrument du renseignement russe », sans que ce dernier n'aie l'opportunité de répondre.

Le 16 octobre, la Compagnie australienne de diffusion [Australian Broadcasting Corporation] diffusait une interview d'Hillary Clinton : une interview parmi tant d'autres en vue de promouvoir son livre-règlement de comptes qui explique pourquoi elle n'a pas été élue présidente des États-Unis.

Hillary Clinton

Hillary Clinton à la conférence Code 2017 le 31 mai 2017.
Patauger dans le livre de Clinton, What Happened, [ce qui est arrivé, NdT] n'est pas chose agréable, c'est comme un mal de ventre. De la saleté et des larmes. Des menaces et des ennemis. On « leur » a fait un lavage de cerveau (aux électeurs) et montés contre elle par l'odieux Donald Trump, de mèche avec les sinistres Slaves envoyés par la grande noirceur appelée Russie, avec l'aide d'un « nihiliste » australien, Julian Assange.

On trouve dans le New York Times une photographie frappante d'une reporter consolant Clinton, juste après l'avoir interviewée. La dirigeante manquée était, par dessus tout, « absolument féministe ». Les milliers de vies de femmes que cette « féministe » a détruites alors qu'elle était au gouvernement - en Libye, en Syrie, au Honduras - n'étaient d'aucune importance.