Bienvenue à Sott.net
mer., 29 mar. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte


Gold Coins

Guerre au cash : quand les banques remplacent l'État et anéantissent nos dernières libertés


Commentaire: La débâcle des médias traditionnels participe à l'érosion du Pouvoir qui est en place ; celui qui, jusqu'à présent et par force de propagande, parvenait à formater l'esprit des populations. Avec internet, l'émancipation du citoyen est devenue irrésistible et ce dernier représente une menace grandissante pour l'ordre établi. Les institutions possèdent malgré tout quelques moyens radicaux pour maintenir et raffermir leur domination plus ou moins vacillante. Le contrôle du cash, et plus précisément sa suppression, en est le meilleur exemple. Les plafonnements successifs des paiements en espèces auxquels nous sommes confrontés depuis plusieurs années nous conduisent doucement vers la dictature numérique fantasmée par les banques et les hommes de pouvoir. Le fonctionnement des institutions économiques est devenu tellement opaque, incompréhensible et perverti qu'il ne nous viendrait même plus à l'esprit, en tant que citoyen, d'exiger de nos sénateurs et députés qu'ils prennent position en faveur du paiement en espèces... Qui défilent dans la rue pour exiger de l'Etat qu'il autorise à nouveau la possibilité de payer plus de 1000 euros en liquide dans les magasins ? D'être payé par son employeur, encore en liquide, même si son salaire dépasse 1500 euros ? De pouvoir faire des transactions immobilières, en liquide toujours, même si celles-ci sont supérieures 10 000 euros ? Personne, et c'est normal : n'avons-nous pas été dramatiquement dépossédés de tout pouvoir, de toute décision ? L'exemple Indien nous prouve qu'à travers les politiciens et leurs discours médiatisés entretenant l'illusion du choix, toujours utiles en cela, s'expriment des forces qui ne s'encombrent pas des desiderata des gens ordinaires : au moment que certains jugeront opportun, soyons presque certains que les lois nous protégeant seront changées, que les opinions que nous croyons être les nôtres seront remplacées, que les menaces qui pèsent sur nos têtes seront entièrement fabriquées, que l'argent en espèce, donc, sera supprimé.

Fort heureusement, la succession infernale des contraintes que nous subissons possède un effet positif : celui de nous faire prendre conscience qu'il n'y a absolument rien à attendre et à changer d'un Système irrémédiablement malade :

© Inconnu
1. La lutte contre le terrorisme, argument fallacieux pour faire disparaître les espèces

Un récent document de la Commission européenne propose d'unifier au niveau européen la législation tendant à réduire, puis supprimer les possibilités de paiement en espèces. Cette proposition émanant de la Commission européenne est parée des bonnes intentions de la lutte contre le blanchiment d'argent et, par voie de conséquence, contre le financement du terrorisme. Nous allons voir que la justification annoncée est parfaitement fallacieuse et cache d'autres intentions, beaucoup moins avouables, des principaux propriétaires de capitaux. Cette analyse fait écho à celle, plus générale, que nous avions faites des entreprises bancaires.

Eye 2

Nouvelles sanctions US contre la Russie, le « dernier cadeau » de Barack Obama

La décision d'imposer de nouvelles sanctions contre huit entreprises russes a été prise à la fin du mandat de Barack Obama, a confié à Sputnik un représentant du Département d'État des États-Unis. « La décision a été prise par le Département d'État le 17 janvier 2017 (...) et par la suite réexaminée par la nouvelle administration avant d'être transmise au Congrès », a précisé la source. Pour rappel, l'investiture de Donald Trump a eu lieu à Washington le 20 janvier.

© Bill Pugliano/Getty
Un cadeau de Obama
Les États-Unis ont imposé des sanctions contre huit entreprises russes en invoquant la loi américaine sur la non-prolifération des armes de destruction massive qui concerne la Syrie, l'Iran et la Corée du Nord.

Commentaire: Lire aussi :


Wolf

Barack Obama, le marketing et l'Empire

Barack Obama, durant sa dernière année au pouvoir, a largué plus de 26 000 bombes sur 7 pays différents, et pourtant les médias « progressistes » et la gauche bien-pensante dans son ensemble pleurent douloureusement son départ, pour la seule raison qu'il avait l'air cool et classe en le faisant. Cela témoigne de l'emprise et de l'influence du marketing sur l'opinion publique, puisqu'en 2008, Barack Obama, en tant que marque/produit, recevait le « prix marketing de l'année » pour sa campagne présidentielle, devançant Apple et Nike.
© Inconnu
Barack Obama a voté pour la continuation des guerres en Irak et en Afghanistan, il a voté pour le Patriot Act. Il a voté contre une loi pour un système de santé à payeur unique. Il a soutenu la peine de mort.
Le monde est plus que jamais dirigé par une aristocratie de corporations et de superpuissances, dont la propagande publicitaire, omniprésente, joue sur les sentiments pour altérer la perception de la réalité. Ce type est un meurtrier. Comme la plupart des présidents.
Même s'il sourit et qu'il est noir.

Pour aller plus loin :

Propaganda

Les médias traditionnels en pleine débâcle

Il ne reste plus grand monde pour faire confiance aux « médias traditionnels », autrement dit à la « press-titution ». Un vent de panique s'est emparé de ces médias, à mesure que la classe dirigeante s'est aperçue qu'elle ne pouvait même plus compter sur eux pour contrôler l'information dans le sens de ses intérêts.
© Inconnu
Pour s'attaquer à ceux des médias alternatifs qui disent la vérité, un groupe secret, appelé PropOrNot (1), a publié une liste de 200 sites web accusés d'être des « agents de la Russie ». Cette tentative destinée à jeter le discrédit sur des sites d'informations fiables a été fragilisée par le caractère anonyme de PropOrNot.

A la suite de quoi une nouvelle liste - attribuée à une certaine Melissa Zimdars dont personne n'a jamais entendu parler - a été publiée sur le site de la bibliothèque de l'Université d'Harvard. Les sites répertoriés sur cette liste figurent également sur celle de PropOrNot; à la nuance près que ceux de la liste de Zimdars ne sont plus épinglés comme « agents de la Russie » mais simplement comme « diffuseurs de fausses nouvelles« .

Personne parmi mes lecteurs ne pense que je diffuse des fausses nouvelles. Quand j'ai voulu prendre ma retraite ils m'ont même demandé de continuer à leur fournir des informations fiables, sachant que les grands médias leur mentent.

Je viens d'apprendre par des blogueurs français que le journal Le Monde a également classé comme conspirationnistes des sites web qui ont traduit et publié mes rubriques en français.

Sheeple

Regardez la « Fabrication du consentement » illustrée en animation

Le fonctionnement de la machine de propagande médiatique. Un résumé (très voire trop bref) de l'analyse développée par Noam Chomsky et Edward Herman dans leur livre La fabrication du consentement (1988).
© Inconnu
Le paradoxe, c'est évidemment qu'Al Jazeera (Al Jazeera Media Network, détenu par l'État du Qatar, ou plutôt par la dictature qatari) est un média de masse, qui obéit donc aussi au fonctionnement de la vidéo qu'ils ont produite.


Commentaire : Gageons qu'Al Jazeera veut faire croire auprès de son auditoire qu'elle ne fait pas partie de ce système.


Commentaire: Une bonne illustration avec cette interview de François Asselineau.


TV

Asselineau sous le feu de la complotiste Audrey Crespo-Mara sur LCI : grand moment de télévision

Depuis le début de la campagne présidentielle (et en particulier, depuis qu'il a accès aux médias), les journalistes harcèlent constamment le candidat Asselineau sur les mêmes sujets lors de ses entrevues: les complots. Pour certains, c'est devenu quasi obsessionnel. Voici un petit montage perso de la dernière entrevue qui fera date de la journaliste Audrey Crespo-Mara qui indique en fin d'entrevue que François Asselineau "voit des complots partout". Vraiment ? (Pour la musique angoissante, c'est le petit plus pour se mettre dans le bain ;)

USA

Washington tue plus de civils que de terroristes au Moyen-Orient

Selon l'agence de presse turque Anadolu, la dernière attaque lancée par la coalition sous commandement US à environ 32 kilomètres à l'ouest d'Al-Raqqah, a tué des centaines de civils. Les bombes ont touché une ancienne école qui servait d'abri à des réfugiés. L'agence a ajouté que le bombardement visait plus de 50 familles qui fuyaient les villes de Hamas, Homs et al-Raqqah pour se sauver la vie. Les sources locales de la même agence ont aussi signalé dans la région de la ville de Tabqa, un autre raid qui a fait au moins 40 morts.

En outre, la semaine dernière, le commandement militaire US a confirmé que les raids aériens qu'il avait lancés dans la province syrienne d'Alep, ont provoqué la mort d'au moins 49 personnes. Cela n'est guère surprenant puisque les frappes visaient une mosquée du village d'Al-Jin au moment de la prière du soir. Selon les sources locales, environ 300 personnes prient généralement dans la mosquée à ce moment de la journée. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, la plupart des victimes étaient des civils. À son tour, le jo

Bombardier en Syrie
urnal Le Monde a décrit cette attaque comme l'une des erreurs les plus sanglantes du Pentagone depuis le début de ses opérations dans le ciel syrien.

Il est à noter qu'au début, en phase avec la campagne médiatique russophobe dont nous abreuvent Washington et des intérêts particuliers européens, la responsabilité de cette attaque a été imputée aux forces aériennes russes et syriennes ; sans la moindre preuve pour étayer leurs allégations, plusieurs sources occidentales et moyen-orientales leur ont aussitôt attribué la responsabilité de l'attaque.

Et la liste continue avec une série d'attaques lancées le 12 mars par la coalition US dans la banlieue sud de la ville syrienne d'al-Raqqa. Les raids aériens ayant eu lieu pendant la nuit, au moins 19 civils ont été tués. L'agence de presse syrienne SANA a annoncé que le nombre de morts dû à ces frappes aériennes pourrait s'allonger de façon significative, car un grand nombre de victimes sont dans un état critique.

Cardboard Box

Pour les renseignements généraux la Lybie a été transformée en « foutoir »

Le "foutoir libyen", selon la formule d'un vieux routier du renseignement, reste une préoccupation permanente pour les Etats européens, et pas seulement pour les milliers de migrants qui s'y installent en attendant de franchir la Méditerranée. De temps à autre, des rapports d'experts évoquent le danger que représente cet ancien fief de Kadhafi pour la sécurité de ses voisins, tandis que certains militaires tirent le signal d'alarme.
© Inconnu
De gauche à droite : Juppé, Sarkozy et Fillon
Le général Didier Castres, par exemple. Le 20 décembre 2015, reçu au Sénat par la commission des Affaires étrangères et de la Défense, cet adjoint du chef d'état-major des armées décrit, en quelques phrases, l'étendue du désastre : "La Libye constitue une proie idéale pour Daech. C'est un pays sans Etat, infecté par le terrorisme djihadiste".

Un mois plus tard, le 20 janvier 2016, à Paris, deux chefs d'état-major, l'Américain Joseph Dunford et le Français Pierre de Villiers, annoncent "des décisions dans les semaines qui viennent" et reconnaissent "préparer un plan d'intervention en Libye"...

Lire la suite dans le Canard enchaîné du 22.03.2017.

Pocket Knife

Ce que la Russie pense sur la liberation de Raqqa en Syrie

Le ministère russe de la Défense ne partage pas l'optimisme exprimé par le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian concernant l'opération de la coalisation internationale à Raqqa, fief de Daech en Syrie. Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé vendredi sur la chaîne d'information en continu CNEWS, que « Raqqa est encerclée et que la bataille de Raqqa commencera dans les jours qui viennent ». La déclaration a été mise en doute par le ministère russe de la Défense.

© DELIL SOULEIMAN
« Tout spécialiste militaire comprend bien que la libération de Raqqa ne sera pas une promenade pour la coalition internationale », a déclaré samedi le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, commentant les paroles du ministre français.

Camcorder

A l'intérieur du QG des Casques Blancs - Une autre perspective par Pierre Le Corf

Quelques images que j'ai prises hier [10/03/2017] qui vous donneront une autre perspective sur les casques blancs et différents mensonges des médias et gouvernements. Des vérités sur la guerre en Syrie, à Alep. Hôpitaux totalement détruits et Casques Blancs neutres, héros à Alep ? Un oscar ? Une nomination au prix Nobel de la paix ? A quel prix allons nous continuer à MENTIR et à tuer, à justifier cette guerre, à soutenir des groupes terroristes, à maintenir un pays au bord de l'étouffement comme les autres avant ? Je compile rapidement quelques images que j'aie pris hier qui vous donneront une autre perspective.
© Pierre Le Corf
Je refuse, en tant que citoyen Français de soutenir une politique criminelle. Histoire d'illustrer un peut mieux de quoi je parle dans ma lettre au Président de la République https://m.facebook.com/notes/pierre-l... alors que des nuages de poussière de guerre arrivant d'Irak rendent l'air presque irrespirable, en moins de 2 heures je repasse en image par deux hôpitaux en état correct, je dois avancer sur des tonnes de médicaments réservés aux groupes terroristes et interdits aux civils, je traverse les restes des bâtiments asservis par Al-jaïch al-hour (Free Syrian Army), Jabhat al-Nosra (or Fatah al-Cham, Al-Qaïda) ... bâtiments des White Helmets (casques blancs) qui comme les habitants le rappellent, aidaient principalement les terroristes, les civils ... quand la caméra tournait et parfois uniquement, portaient parfois des armes, ont exécuté des soldats Syriens, participé à des exécutions des tribunaux islamiques (lien), volaient les victimes, etc mais un point crucial : la quasi-totalité des membres étaient affiliés à des groupes terroristes cités plus haut. Regardez la vidéo sur les casques blancs de mon amie Vanessa Beeley témoignages goo.gl/3HvYxm - nous étions ensemble pendant certains de ces témoignages quand elle m'a accompagné pour distribuer les jouets à la libération goo.gl/P0N1Bu .

Une autre vidéo intéressante goo.gl/10swue compilant de nombreuses images que l'on ne vous a jamais montrées. Je mets un bémol dans mon témoignage, il y a probablement eu des exceptions, probablement que certains des Casques Blancs étaient des civils pourvus de bonnes intentions, qui étaient sous les bombes des avions (non pas gratuites, c'est une guerre, mais en réponse aux tirs de djihadistes depuis des zones civiles tirant sur les zones uniquement civiles de l'Ouest et massacrant une population qui représentait 90 % d'Alep dans le silence des médias) aidaient de vrais gens qui mouraient de par leur proximité des groupes armés, qui s'en servaient comme boucliers humains (tirant même depuis les hôpitaux ...) c'est une réalité, mais la réelle majorité étaient des djihadistes (prouvé par les documents retrouvés sur place) ils étaient ceux qui apportaient la mort au-dessus de la tête de ceux qui finissaient sous les décombres, et finalement dans leurs camions, et dans leurs vidéos, il ne faut pas oublier les situations de causes à effet, c'est quand même ironique et assez vicieux.