Bienvenue à Sott.net
lun., 22 mai 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte


Vader

L'Ukraine choisit la voie de la dictature et de la guerre, alors que les autorités perdent totalement le contrôle du pays et la raison

L'Ukraine s'effondre, inexorablement, et plus rien ni personne n'est en mesure d'arrêter ce train fou qui fonce vers le gouffre. Et si certains pensent que la situation est déjà suffisamment grave et qu'il ne faut pas faire de catastrophisme, Dmitry Orlov dans son dernier article traduit par le Saker francophone donne tout de suite le ton : ça va encore empirer.
« Nous avons une nation en faillite et effondrée, en guerre avec elle-même. Elle est gérée par des voleurs, qui interfèrent avec le fonctionnement de son réseau électrique en jouant avec des fournisseurs clés, afin de satisfaire les fanatiques « nationalistes », tout en se gavant simultanément sur la bête. Vous auriez raison de penser que cette situation est plutôt mauvaise. Mais peu importe la façon dont les choses sont mauvaises, il est toujours possible de les rendre encore pires. »
Son analyse rejoint totalement celle que j'énonce depuis des mois : les décisions « nationalistes » des autorités ukrainiennes actuelles mènent le pays au suicide collectif pur et simple. Je vous encourage d'ailleurs à aller lire son article en entier, car il est très instructif, entre autre sur les conséquences de ces décisions sur le réseau électrique ukrainien, et les risques pour la sécurité nucléaire que ces décisions font peser sur l'ensemble du continent européen.

Et si certains se demandent pourquoi cette idéologie est mortifère, Orlov l'explique par le fait que l'identité culturelle ukrainienne est en fait celle de la victimisation permanente. Si quelque chose va mal ce n'est pas de leur faute, c'est toujours de celle des autres. Malheureusement on ne peut avancer avec une mentalité pareille. Lorsqu'on est incapable de tirer les leçons de ses erreurs, on est condamné à les répéter sans fin jusqu'à la mort.

Bad Guys

Poutine propose à Washington une pilule rouge. Washington prend la bleue

© AP/Andrew Harnik/Nati Harnik/Photo montage by Salon
Maybe Trump could get some advice from Putin on 'draining the swamp'.
Le président russe Vladimir Poutine a lancé à Washington cette semaine le défi de découvrir la vérité sur les allégations sensationnelles des médias américains selon lesquelles le président Trump aurait divulgué des informations secrètes à la Russie. Washington a rejeté l'offre du président russe.

Cela ressemblait à la scène emblématique du film de science-fiction Matrix, dans laquelle les protagonistes choisissent entre deux pilules - une rouge et une bleue. En prenant la première ils s'éveillent à la vérité, quelle que soit la douleur provoquée par ce réveil qui les extirpe des illusions du passé. Le fait de prendre la pilule bleue permet de continuer à vivre dans un état d'illusion, tout en restant esclave de la Matrice.

Les médias américains étaient en effervescence suite aux accusations portées contre le président Donald Trump, selon lesquelles il aurait divulgué des informations classifiées lors de sa réunion du 10 mai à la Maison Blanche avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Le président américain aurait soi-disant fait état de renseignements très importants sur Daesh en Syrie. Ce qui a été nié par la Maison Blanche et le Kremlin.

Le principal conseiller à la sécurité nationale de Trump, le général H. R. McMaster, a à plusieurs reprises démenti les informations des médias américains sur cette prétendue indiscrétion de Donald Trump devant ses invités russes, les qualifiant de «mensongères».

Le lendemain, la presse américaine annonçait une autre nouvelle explosive : Donald Trump aurait fait pression sur l'ancien chef du FBI, James Comey, pour qu'il suspende son enquête sur les liens présumés entre la Russie et le conseiller national à la Sécurité du président américain, Michael Flynn.

Cowboy Hat

Retour sur Téhéran : Washington et 55 pays musulmans officialisent une alliance antiterroriste sur une ligne anti-Iran

Les Etats-Unis et 55 pays majoritairement sunnites ont annoncé la création d'une alliance contre le terrorisme sous l'égide de Riyad et qui devrait réunir 34 000 soldats. L'Iran a dénoncé un accord qu'elle dit mû par des considérations financières. La visite très médiatisée de Donald Trump en Arabie saoudite n'aura pas seulement permis la signature d'un colossal contrat d'armement entre Washington et Riyad, mais également celle d'un pacte entre les Etats-Unis et 55 pays musulmans.
© Inconnu
La ligue arabo-américaine
Sous le nom de « Déclaration de Riyad », le document signé par le président américain dans la capitale saoudienne le 21 mai prévoit en effet de « combattre le terrorisme sous toutes ses formes, s'attaquer à ses racines théoriques, assécher ses sources de financement et prendre toutes les mesures s'imposant afin de prévenir le crime terroriste par la coopération des Etats signataires ».

Commentaire: Des mensonges pour continuer la guerre et continuer à vendre des armes ( des armes qui vont tuer des enfants, n'en déplaise à Monsieur Trump), voilà où nous en sommes ... pour continuer à appuyer des monarchies barbares. Beau tableau ! Pour menacer et lutter contre la paix on vend sans vergogne au nom du mensonge, et en passant on joue au cynique, jeu que les psychopathes adorent.

Lire aussi : Pour finir, un peu de cynisme :




Black Cat

Téhéran à Tel-Aviv, le contrat d'armements entre Washington et Riyad fait grincer des dents

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a dénoncé le 21 mai dans un tweet les « attaques » formulées contre son pays par le président américain Donald Trump à Riyad, suggérant que celles-ci n'étaient pas sans lien avec la conclusion d'accords commerciaux historiques entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis, portant notamment sur des équipements militaires.
© Jonathan Ernst
La photo de famille des marchants de la mort
« L'Iran, qui vient de tenir de vraies élections, est attaqué par le président des Etats-Unis depuis ce bastion de la démocratie et de la modération », a ironisé le chef de la diplomatie iranienne, en parlant de l'Arabie saoudite. « S'agit-il de politique étrangère ou de pomper 480 milliards de dollars [au royaume ?] », a-t-il interrogé.

Commentaire: Ce qui est vraiment préoccupant c'est de voir à quel point les États-Unis et ses alliés font de l'argent avec des armes qui ne sont ni pour contrer le terrorisme ni pour se protéger mais pour tuer simplement ceux qui ne plaisent pas à la politique des États-Unis et de ses alliés. C'est honteux.

Aussi :


Vader

Selon L'Obs, le PS préparait un coup d'État en cas d'élection de Marine Le Pen

Selon un rapport extraordinaire publié hier dans L'Obs, des hauts responsables du gouvernement PS sortant ont projeté d'organiser un coup d'État si Marine Le Pen, la candidate du Front national (FN), avait remporté l'élection.

Le but de l'opération n'était pas d'empêcher Le Pen d'entrer en fonction. Le coup était supposé écraser des manifestations de gauche contre sa victoire, imposer l'état de siège, et installer Le Pen au pouvoir dans une alliance forcée avec un gouvernement PS.

« Personne n'ose imaginer ce que sera le lendemain du deuxième tour si Marine Le Pen l'emporte. Un embrasement s'annonce », écrit L'Obs, qui explique : « Les stratèges qui ont conçu ce plan B anticipent qu'au lendemain de la victoire du Front national le pays risque de se retrouver au bord du chaos. État de sidération, manifestations républicaines, mais surtout violences extrêmes, notamment de la part de l'ultra-gauche ».

« Le plan n'avait jamais été écrit noir sur blanc, mais tout était fin prêt », écrit L'Obs. « Son déroulé était si précisément envisagé qu'une poignée de membres du gouvernement, de directeurs de cabinet et de très hauts responsables de l'Etat peuvent encore la décrire de tête, étape par étape. (...) Pour en donner les détails, 'L'Obs' a recoupé les éléments auprès de trois sources, au sein du gouvernement sortant et d'institutions de l'État ».

Le plan incluait le lancement d'interventions de police massives destinées à quadriller la France, et un coup quasi-constitutionnel lancé par un refus du Premier ministre sortant, Bernard Cazeneuve, de démissionner. L'Obs cite un haut responsable : « Le pays aurait été à l'arrêt. Le gouvernement n'aurait eu qu'une seule priorité : assurer la sécurité de l'État ».

Arrow Down

Arabie Saoudite : 350 milliards de dollars sur 10 ans pour acheter des armes à Washington

La Maison Blanche a annoncé le 20 mai qu'un accord pour des ventes d'armes d'une valeur de 350 milliards de dollars (plus de 310 milliards d'euros) sur dix ans avait été signé avec l'Arabie saoudite, a rapporté la chaîne américaine CNBC.
© Jonathan Ernst / Reuters
Les affaires vont bien quand on vend des armes pour tuer des civils
Une partie de l'accord, portant sur 110 milliards, doit prendre effet immédiatement, a-t-il précisé, décrivant la nouvelle comme une expansion significative des relations stratégiques entre les deux pays.

Bad Guys

Nouveau Gouvernement Macron : ultra-libéralisme, soumission à Bruxelles et bellicisme

Nous avons un nouveau gouvernement. Qu'importe, d'ailleurs ! C'est Macron qui gouvernera, ou plutôt l'éminence noire Attali ; l'un des maîtres du monde les plus redoutables, Rothschild ; l'UE des banksters et l'Amérique profonde des néo-conservateurs. Et ce gouvernement, sans doute très provisoire, n'est là que pour flouer les futurs électeurs aux Législatives.

D'ores et déjà, quatre tendances:

- Ultra libéralisme,

- Soumission à Bruxelles,

- Mise en place du Nouvel Ordre Mondial, totalitaire (un seul Parti), liberticide, asexué..

- Préparation aux guerres...

L'ultra libéralisme saute aux yeux. Peu importe d'ailleurs que l'on se dise de gauche, de droite, du centre, il suffit de voir arriver Gérard Collomb, grand bourgeois partisan de la mondialisation malheureuse, ou au Travail (quelle provocation !) Muriel Pénicaud, engagée dans les multinationales notamment du CAC40. La contestation sera dans la rue, et de masse ! Surtout avec le grand perdant de la Primaire, Bruno Le Maire, parrain des jobs à 5 euros (http://www.lepoint.fr/presidentielle/et-bruno-le-maire-crea-le-job-a-5-euros-22-09-2016-2070334_3121.php), qui hérite de l'Economie. L'homme est choisi par Macron pour son libéralisme impitoyable...

La TOTALE soumission à Bruxelles passera entre autres par deux Européistes acharnées, la Modem De Sarnez pour toujours plus d'UE des banksters, et horreur suprême, pour le TAFTA (https://www.libre-echange.info/veille/article/vote-desastreux-au-parlement), et la « centriste » Goulard, ne voyant pas l'austérité dans les politiques actuelles, et adversaire résolue de la liberté d'information sur le Net. Cette politique de folle soumission à Bruxelles sera totalement contraire aux intérêts des Français. Et au numérique, voici un homme issu de la diversité, d'une famille marocaine, pour créer des « French Bureau ». On est loin d'un Montebourg...

Bad Guys

Le complexe militaro-industriel et « la bombe pour la paix »

Jouant sur la confusion, des généraux états-uniens assurent que la Bombe atomique a sauvé le monde et maintenu la paix depuis la Seconde Guerre mondiale. De la Corée des années 50 au monde arabe actuel, les victimes de l'impérialisme apprécieront. En réalité la Bombe a permis le maintien de la domination sur le monde des États qui en disposent.

© Inconnu
La bombe atomique
Deux jours avant le test de missiles nord-coréen qui a déclenché l'alarme nucléaire dans le monde entier, est paru sur la revue Politico un article intitulé « Pourquoi les USA ont bien fait d'investir dans les armes nucléaires » [1]. Signé non pas par un opinioniste, mais par les deux généraux qui sont au commandement des trois quarts des forces nucléaires états-uniennes : le chef d'état-major de l'Aéronautique, Dave Goldfein, et le chef du Commandement aérien pour l'attaque globale, Robin Rand.

Snakes in Suits

Macron psychopathe ? Macron psychopathe.


Commentaire: Comme un chancre qui ne cesse de grandir et qui nous obligerait à prendre conscience que la maladie s'est installée en nous, Macron le Président nouveau s'est imposé à la France ; comme un signal ou un symptôme, donc, celui que l'on ne peut plus ignorer, celui d'une société malade de sa caste dirigeante à la psychologie dérangée. En ce sens, nous pouvons le remercier, Emmanuel, puisqu'il concourt, à sa manière, à rendre cette réalité de plus en plus évidente. Nous avions certes déjà eu un bon aperçu de la chose avec Sarkozy : il suffisait de couper le son de ses interventions télévisées et de ne garder que l'image pour être certain d'avoir sous les yeux un bon exemple de personne souffrant de troubles importants de la personnalité. Bien sûr, une fois le son remis, le doute n'était plus permis. Avec Macron, c'est une variation sur le thème, et comme on le voit dans l'article ci-dessous, un parallèle peut-être très pertinent est fait avec le mythe de Périandre.

On constatera également que derrière la marionnette Macron débarquée là, aussi, grâce à quelques élections probablement truquées, s'activent des personnes autrement plus dangereuses qui semblent avoir de moins en moins de scrupules à dissimuler leurs intentions, de moins en moins de précautions à rester dans l'ombre.

Quelques articles indispensables :

© AFP PHOTO / AFP TV / STRINGER
« Figurent en vedettes parmi les pervers narcissiques les imposteurs, escrocs et mystificateurs » (Paul-Claude Racamier, Le génie des origines, p. 287).
La question est apparue sur les réseaux sociaux par le biais d'une vidéo réalisée par un psychiatre et psychothérapeute affilié à la droite dure italienne, le professeur Adriano Segatori, juste avant le débat de l'entre-deux tours des élections présidentielles. Diffusée initialement par les sites Égalité & Réconciliation et Agoravox.TV, elle totalise à ce jour près d'un million de vues sur la plate-forme YouTube. Si la question interpelle, a-t-elle été accueillie avec toute l'attention que ce sujet devrait susciter ?

Rien n'est moins sûr !

Pistol

Fuites à WikiLeaks: un Démocrate, tué en 2016, derrière l'une d'elles

Seth Rich, membre du Parti démocrate des États-Unis et employé du Comité national démocrate (DNC), aurait pu fournir, avant sa mort, des milliers de documents portant sur la direction du DNC au site WikiLeaks, a annoncé la chaîne Fox News, citant des sources au sein des forces de l'ordre américaines.

© YouTube/BNO News
Seth Rich
M. Rich avait contacté WikiLeaks par l'intermédiaire de Gavin MacFadyen, journaliste d'investigation qui habitait à Londres à l'époque, comme l'a indiqué à la chaîne un enquêteur, souhaitant garder l'anonymat, après avoir examiné le rapport du Bureau fédéral d'enquête (FBI) sur le contenu de l'ordinateur de l'ancien employé du DNC.

Commentaire: Lire :