Les Maîtres du MondeS


Vader

Côte d'Ivoire : l'hiver colonial

Image
Après une semaine de bombardements sur Abidjan et le massacre de milliers de civils, l'État français a capturé Laurent Gbagbo. L'objectif est immuable : contrôler ce pays pétrolier par l'imposition d'une pseudo-démocratie acquise à la spoliation de son riche sous-sol au profit de l'Occident. Se cachant derrière des Nations-Unies à la solde des USA, le shérif français a revalidé un vieux concept nord-américain : la démocratie s'impose de l'extérieur. A coups de trucages électoraux, de propagande médiatique et de missiles dernier cri ! Par ses crimes de guerre en Afrique, la France de Sarkozy est définitivement entrée dans l'Histoire. Comme une puissance coloniale névrosée qui s'accroche « à son rang », en écrasant dans le sang toute velléité d'indépendance ...

Il y a presque un an, la Belgique et la France commémoraient le cinquantenaire des « indépendances » africaines. Le géant Congo-Kinshasa était officiellement à la fête chez les Belges ; 17 pays d'Afrique du Nord et de l'Ouest, chez les Français. En ce triste jubilé, l'omission politique des-vérités-qui-dérangent étaient bien sûr de rigueur. Suivie des habituels mensonges servis au dessert : « Il y a en Afrique toutes les formes de gouvernement. La France n'a pas pour vocation de s'ingérer dans les affaires locales ; elle travaille avec les gouvernements reconnus (...) La relation entre la France et l'Afrique ne serait jamais banale, mais elle est en train de devenir normale » (1) ... Tenus en février dernier par l'ex-ministre UMP Jacques Toubon, ces propos confirment l'ampleur de la déconnexion du personnel politique françafricain. Des mots ubuesques émis tandis que la crise électorale ivoirienne battait son plein, que l'État français - lourdement impliqué dans la partition de ce pays d'Afrique de l'Ouest depuis 2002 - réaffirmait son soutien à Allassane Ouattara et que Sarkozy jouait, sur la scène européenne, le barde des sanctions économiques contre Laurent Gbagbo. En termes de « vocation à ne pas s'ingérer », on allait voir pire et beaucoup plus sanglant.

Dollar

Oui l'opposition syrienne reçoit des propositions d'armement

L'opposant syrien vivant en France et chef de la Commission arabe des droits de l'homme, D. Haytham Mannaa, a assuré avoir en personne reçu trois propositions de la part de trois parties distinctes, disposées à lui fournir des armes pour entamer un conflit armé contre le régime syrien.

L'une de ses propositions, a-t-il expliqué au journaliste libanais travaillant en France, Nidal Hémadé, avait été suggérée par un homme d'affaires syrien, naturalisé par un pays européen. Il était venu le rencontrer dans un café parisien, accompagné de trois autres hommes, dont en employé d'une chaîne de télévision satellitaire financée par un pays du Golfe. Tandis que les deux autres propositions d'armements ont été formulées par une partie libanaise en rivalité avec les autorités syriennes.

Les parties intéressées par le recours armé contre le régime syrien sont au nombre de trois selon Mannaa :

- des parties syriennes entretenaient des liens étroits avec l'administration américaine ;

- des parties libanaises s'estimant avoir essuyé dernièrement un coup fatidique de la part du régime syrien ;

- Des syriens ayant fait fortune à l'étranger et en animosité avec le régime, sans entretenir aucun lien, ni de près ni de loin avec la situation interne syrienne.

Star of David

Une autre guerre contre Gaza ?

Traduit par Info Palestine

Image
L’attaque israélienne de décembre 2008-janvier 2009 a coûté la vie à plus de 1400 Palestiniens, dont des centaines d’enfants. Cette opération terroriste à grande échelle a été tolérée, cautionnée et dans certains cas épaulée par les puissances occidentales - Photo : Hatem Omar/MaanImages
Les événements actuels sont très semblables à ceux qui ont précédé l'opération Caste Lead, écrit Ali Abunimah.

Au cours des dernières semaines une escalade dans la violence entre Israël et les organisations de la résistance palestinienne dans la Bande de Gaza sous occupation israélienne, ont coûté la vie à plus d'une dizaine de Palestiniens, le plus jeune d'entre eux étant Mahmoud Jalal Al-Hilu âgé de 10 ans.

Cette escalade augmente-t-elle la probabilité d'un autre assaut à grande échelle sur Gaza, semblable à l'opération Cast Lead de l'hiver 2008-2009 qui a tué plus de 1400 Palestiniens ? Il y a des signes inquiétants venant d'Israël - dans les paroles comme dans les actes - qui pourraient préparer le terrain pour une attaque. Le sursaut de violence a pris une autre dimension aux premières heures du 2 avril quand Israël a lancé une attaque aérienne contre la Bande de Gaza, assassinant trois militants de l'aile militaire du mouvement Hamas.

Handcuffs

Côte d'Ivoire: Gbagbo arrêté après une offensive généralisée

ABIDJAN - Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo a été arrêté lundi à l'issue d'une offensive généralisée sur sa résidence à Abidjan des forces de son rival Alassane Ouattara , appuyées par les moyens aériens et blindés des forces françaises et de la mission des Nations Unies (Onuci).

"Laurent Gbagbo a été arrêté par les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI, pro-Ouattara) et conduit à l'Hôtel du Golf (QG du camp Ouattara) par les FRCI", a déclaré à l'AFP l'ambassadeur de France, Jean-Marc Simon.

M. Gbagbo, 65 ans, au pouvoir depuis 2000, a été arrêté en compagnie notamment de son épouse Simone, considérée comme une "dure" du régime, et de son fils Michel, né d'un premier mariage.

La télévision pro-Ouattara TCI a diffusé des images de l'ex-président, qui était retranché dans sa résidence face à l'offensive des forces pro-Ouattara entrées dans Abidjan le 31 mars, en bonne santé mais l'air visiblement fatigué. Il a selon des sources concordantes été examiné par un médecin.

Star of David

Israël et Gaza au bord d'une autre guerre, dit un ministre israélien

Le ministre israélien de la Sécurité publique Aharonovitch Yitzhak a averti mardi qu'Israël et la bande de Gaza sont au bord d'une autre guerre similaire à l'Opération Plomb Durci, a rapporté Radio Israël.

Lors de sa tournée dans le sud d'Israël, le ministre Aharonovitch a également averti les résidents sur place de se préparer à plus de roquettes depuis la bande de Gaza.

Ses remarques sont intervenues après les tirs de mortier des Palestiniens dans la matinée et à la mort d'un Palestinien par des soldats israéliens alors qu'il s'aventurait près de la barrière entre Gaza et Israël.

"Le ministre a voulu dire exactement ce qu'il a dit, qu'il croit qu'il y aura bientôt une autre guerre avec la bande de Gaza", a déclaré à Xinhua le conseiller en communication d'Aharonovitch.

USA

Préparation du débarquement des troupes en Libye

Traduit par Marie-Ange Patrizio pour Mondialisation.ca

Image
Depuis que l'OTAN, le 31 mars, a pris le commandement de la guerre en Libye, rebaptisée « Opération protecteur unifié », sa Task force conjointe, dont le quartier général est à Naples, a effectué plus de 1.500 raids aériens, c'est-à-dire plus de 150 par jour. Y participent - avec les chasseurs bombardiers anglais Typhoon, les français Mirage et Rafale, et d'autres avions- des avions étasuniens passés de l'US Air Force à l'OTAN. Parmi ceux-ci les A-10 Thunderbolt et AC-130 Specter, dotés de canons qui tirent jusqu'à 6.000 projectiles à la minute, en majorité à l'uranium appauvri. Participe aussi à l'opération, avec le bombardier stratégique B-2 Spirit d'attaque nucléaire qui a frappé Tripoli avec des bombes non-nucléaires d'une tonne chacune, le sous-marin Uss Florida de la classe Ohio : doté de 24 rampes de lancement pour missiles nucléaires Trident, il est maintenant armé de 154 missiles Tomahawk non-nucléaires (mais avec une tête à l'uranium appauvri) et transporte 100 commandos qui effectuent des incursions en mini-sub.

Tout cela pourtant ne suffit pas. Le contre-amiral britannique Russell Harding, commandant-adjoint de l'opération, a déclaré dans une conférence de presse à Naples que les bombardements aériens et navals ont réduit de 30% la capacité militaire libyenne, rendant l'aviation inopérante, et réduisant fortement les défenses anti-aériennes. Mais il a ajouté que les forces gouvernementales ont recours à des « tactiques non conventionnelles », en se mêlant au trafic routier. Les accusant ainsi d'être eux-mêmes les responsables du fait que les avions OTAN ont touché des forces rebelles, en les prenant pour ennemies.

Laptop

Le Royaume-Uni a suspendu 3000 sites sans intervention du juge

Au Royaume-Uni, un débat s'est engagé sur les blocages effectués par le Nominet, le registre du domaine de premier niveau .uk. Jusqu'à présent, 3000 sites ont été suspendus sur demande de la police britannique. Or, aucun contrôle judiciaire n'est survenu au cours de ce processus. Les associations de défense s'alarment des pressions exercées sur le Nominet pour obtenir la suspension des domaines suspects.

Tout blocage réclamé par les autorités devrait toujours s'opérer avec le contrôle préalable d'un juge judiciaire, contrairement à ce que prévoit la loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure. Avec la Loppsi 2, c'est en effet l'administration française qui fournira aux fournisseurs d'accès à Internet la liste des sites web à filtrer.

La France n'est cependant pas le seul payer à se passer de l'ordre judiciaire pour suspendre ou bloquer un domaine. Au Royaume-Uni, c'est la police qui se charge d'alerter le Nominet, le registre du domaine de premier niveau .uk, équivalent de l'AFNIC en France. Selon The Telegraph, le Nominet a déjà suspendu 3000 sites web à la demande de la police britannique.

Wall Street

Le Portugal au régime sec

Le plan de sauvetage prévoit un plan d'austérité drastique, avec des privatisations massives en échange de l'aide de l'UE et du FMI. Tous les partis portugais devront le valider mi-mai, avant les élections.

Les Portugais éliront une nouvelle majorité le 5 juin, mais ils n'auront pas le choix du programme: de droite ou de gauche, le vainqueur devra imposer l'austérité jusqu'en 2014 au moins. Trois semaines plus tôt, chaque grand parti s'y sera engagé individuellement, auprès de l'UE et du FMI.

Cette perte de contrôle politique est le prix à payer pour un plan de secours d'environ 80 milliards d'euros décidé vendredi dans ses grandes lignes par la zone euro, les 27 pays de l'UE et la Banque centrale européenne. D'une durée probable de trois ans, il vise à mettre l'État portugais au régime sec, à lancer un «ambitieux programme» de privatisations pour réduire la dette publique et, enfin, à assouplir le marché du travail. Il prévoit par ailleurs une enveloppe spéciale de soutien aux banques portugaises, dont le montant reste à fixer.

Dollar

La Cour des Comptes dénonce le coût du 60e sommet de l'OTAN à Strasbourg

La Cour des Comptes a dénoncé le coût du 60ème sommet de l'OTAN à Strasbourg en 2009, dont le montant s'est élevé à 36 millions d'euros pour le contribuable français, écrit mercredi le magazine économique Challenges sur son site internet.

Un rapport en ce sens a été transmis fin décembre au Parlement, a ajouté le magazine.
Interrogée, la Cour des Comptes a renvoyé sur le Parlement.

Pistol

Des civils massacrés en Côte d'Ivoire par les forces soutenues par l'Occident

Jusqu'à un millier de civils auraient été massacrés dans la ville de Duékoué en Côte d'Ivoire, pays d'Afrique de l'Ouest. C'est la plus forte perte en vies humaines dans l'ancienne colonie française depuis les élections présidentielles contestées de novembre 2010.

Il y a un face à face entre les deux candidats présidentiels rivaux depuis les élections. L'impasse s'est à présent transformée en guerre civile, alors qu'Alassane Ouattara, qui est soutenu par la France, les Etats-Unis et des organisations internationales, tente d'évincer le président sortant, Laurent Gbagbo.

Les forces de Ouattara se sont emparées de la plus grande partie du pays, dont la capitale politique Yamassoukro et le port principal de San Pedro. Elles luttent pour prendre le contrôle de la capitale commerciale, Abidjan. Gbagbo conserve le soutien de sa garde présidentielle, forte de 2.500 hommes, d'un nombre inconnu de mercenaires et du Mouvement Jeunesse patriotique. Après la résolution du 30 mars du Conseil de sécurité des Nations unies, de nombreux éléments au sein de l'armée sont allés faire allégeance à Ouattara.

La France et le Nigeria ont soutenu la résolution qui appelle l'ensemble des responsables d'Etats à reconnaître Ouattara. Ceci a été le signal pour le début d'un assaut militaire contre les forces de Gbagbo.