Bienvenue à Sott.net
lun., 27 mar. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Alarm Clock

La Folie de fin de règne à Washington

En 2016, le Parti de guerre étatsunien était sûr de pouvoir poursuivre sa politique habituelle d'hégémonie mondiale avec l'élection à la Présidence de sa candidate, Hillary Clinton. Face à sa défaite inattendue, déchirante, inacceptable, le Parti de guerre dans son désarroi s'est mis à mimer sa propre caricature de «l'ennemi», la Russie - grande nation qu'Obama qualifie bizarrement de « petite ». Son dépit est sans limites.

© Inconnu
Adieu, à ne plus vous revoir
Pour Hillary Clinton, l'élimination du «dictateur» Khadafi fut son plus grand succès et devait la qualifier pour la présidence grâce au succès de sa « stratégie de changement de régime ». Ses emails révélés par le FBI sont la preuve de cette attente. Hillary avait adopté avec enthousiasme la politique des néoconservateurs et des interventionnistes libéraux prônant le renversement de gouvernements qui manquaient de respect pour la seule superpuissance, nation exceptionnelle, indispensable et unique leader du monde.

Commentaire: La planète a besoin d'un changement rigoureux et adulte pour le bien de sa survie.

Vous pouvez lire aussi :


Hourglass

Pouvoir et domination en 2017


Commentaire : Un article concernant l'Allemagne, tout à fait transposable au reste du monde, et à la France en particulier, à l'heure de la chasse au complotisme et des "fausses nouvelles", techno-maccarthysme soft des temps modernes, où le système de dressage éducatif scolaire étouffe également toute créativité et toute velléité d'indépendance d'esprit, pour formater, médias débilitants aidant, des générations entières de futurs adultes qui se devront de perpétuer le Système. Car il s'agit bien de cela, pour les élites : freiner la prise de conscience d'une populace qui menacerait le "bon" fonctionnement d'une structure étatique monstrueuse qui propulse, depuis des siècles, les mêmes fous mégalomanes, narcissiques et psychopathes aux poste du pouvoir.

Un début de solution :

On a toujours réussi à justifier le pouvoir et la domination. En Europe, pendant des siècles, on prétendait que c'était la volonté de Dieu et grâce à sa magnanimité que le pouvoir et la domination étaient dévolus à la noblesse, aux rois et aux empereurs. Le siècle des Lumières a tenté d'apporter un changement, mais avec un succès limité, car les tyrans apparus depuis la fin du XVIIIe siècle se sont approprié les termes du siècle des Lumières pour leur donner leur propre sens afin de tenir seuls les rênes du pouvoir.

On peut y ajouter les justifications s'appuyant sur le déroulement de l'histoire: le pouvoir et la domination ayant été le résultat de phénomènes « sans alternative », selon certaines « doctrines historiques », comme par exemple, en Europe et en Allemagne, comme « doctrine résultant de deux guerres mondiales et de la dictature nationale socialiste ». Que cela fut le fruit d'une torsion de l'histoire pour la mettre en adéquation avec des intérêts bien précis, la vérité n'étant plus que très relative est une autre histoire. On ne veut surtout rien savoir de faits inappréciables remettant hier comme aujourd'hui en question la volonté de pouvoir et de domination.

Bomb

En 2016 les Etats-Unis ont lâché en moyenne trois bombes par heure dans le monde

Les frappes militaires américaines ont été nombreuses en 2016. Très nombreuses. Alors que Barack Obama s'apprête à laisser sa place à Donald Trump dans le fauteuil du Bureau Ovale, le Council on Foreign Relations (CFR) a publié une étude sur les bombardements des forces étasuniennes l'année dernière.

© inconnu democracy
Le toujours président des Etats-Unis avait fait du désengagement militaire de son pays une promesse de campagne, pourtant, le think-tank basé à New-York nous apprend que Washington a bombardé au moins sept nations en 2016 : la Syrie, le Pakistan, l'Afghanistan, la Libye, le Yémen et la Somalie.

La Syrie et l'Irak particulièrement ciblés

Les chiffres publiés par le CFR sont impressionnants : 26 171 bombes larguées. Cela représente 72 bombes par jour et trois... toutes les heures. Pourtant, l'organisme de la Grande Pomme assure que ces estimations sont «indiscutablement sous-estimées, considérant que les données fiables pour les frappes aériennes ne sont disponibles que pour le Pakistan, le Yémen, la Somalie et la Libye». De plus, selon le CFR, «une seule "frappe" peut en réalité faire référence à plusieurs bombes et munitions d'après la définition du Pentagone».

Sans surprise la très grande majorité des bombardements américains ont concerné la Syrie et l'Irak. 24 287 bombes y ont été larguées selon les comptes du CFR. Toujours d'après les chiffres du think-tank, en 2015, les Etats-Unis avaient largué 22 110 bombes sur les deux nations arabes.

Question

La Turquie peut-elle basculer dans le camp russe ?


Ce que John Kerry fait le jour, Victoria Nuland le défait la nuit.
Même si la Russie a historiquement un lourd passé avec la Turquie, et même si elle se souvient du rôle personnel de l'actuel président Erdoğan contre elle, lors de la première guerre de Tchétchénie, elle ne peut qu'être intéressée par une éventuelle sortie d'Ankara de l'Otan. À l'inverse, l'État profond US, qui poursuit son ambition impériale malgré l'élection de Donald Trump, est prêt à tout pour maintenir la Turquie dans l'Alliance atlantique.

Pour garantir sa survie personnelle, le président Recep Tayyip Erdoğan a lancé une vaste purge de tous les éléments pro-US de son pays ; une purge qui s'ajoute au combat qu'il mène déjà contre la Syrie, contre le PKK, et désormais contre ses anciens mercenaires de Daesh.

La destruction de l'influence états-unienne est d'abord passée par l'éradication du Hizmet de Fethullah Gülen, le prédicateur islamiste qui travaille pour la CIA depuis la Pennsylvanie. Elle se poursuit aujourd'hui avec le limogeage et souvent l'arrestation non seulement de tous les militaires liés aux États-Unis, mais des militaires laïques en général. On n'est jamais trop prudent.

450 des 600 officiers supérieurs turcs en poste à l'Otan ont été rappelés en Turquie. Plus de 100 d'entre eux et leurs familles ont demandé l'asile politique à la Belgique, siège de l'Alliance atlantique.

Première conséquence de cette purge anti-laïque, l'armée turque est décapitée pour longtemps. En cinq mois 44 % des généraux ont été remerciés. Et ceci alors que, lors du scandale Ergenekon 70 % des officiers supérieurs de l'époque avaient été limogés, arrêtés et emprisonnés. Privée de son commandement, l'opération « Bouclier de l'Euphrate » piétine.

Cowboy Hat

Trump tweet pour la paix avec la Russie

© WikiMedia
Le dernier tweet de Donald Trump affirmant que la Russie n'est pas une menace est sa façon de faire un doigt d'honneur à Barack Obama et à l'état profond.

Donald Trump tombera sous la pression de l'état profond et reniera son engagement à coopérer avec la Russie plutôt que la menacer... ont prédit tant de spécialistes, mais jusqu'à présent, ils ont eu à tort à bien des reprises.

Donald Trump a juste tweeté ce qui suit :
Avoir une bonne relation avec la Russie est une bonne chose, pas une mauvaise chose. Seuls les gens « stupides », ou les imbéciles, penseraient que c'est mauvais ! Nous.....

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) January 7, 2017
avons assez de problèmes à travers le monde sans encore un autre. Une fois que je suis président, la Russie nous respectera beaucoup plus que maintenant et ...

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) January 7, 2017
les deux pays travailleront peut-être ensemble pour résoudre quelques-uns des nombreux grands et pressants problèmes et litiges du monde !

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) January 7, 2017

Question

Le consul de Russie, mort à Athènes

© REUTERS
Un corbillard quitte l'appartement du consul de Russie retrouvé mort à Athènes
Le diplomate vivait seul dans un immeuble appartenant à l'ambassade de Russie, situé dans une rue très surveillée.

« Les premières constatations attestent d'une mort causée par une pathologie, indique un policier. Mais nous ouvrons cependant une enquête ». Le chef des services consulaires russes en Grèce a été retrouvé mort dans son appartement à Athènes, selon une annonce de la police grecque, lundi. Andreï Malanine, 55 ans, a été retrouvé au sol, allongé sur le dos, dans sa chambre à coucher, selon une source policière, précisant qu'il n'y avait pas de signes d'effraction.

Une rue très surveillée

Le diplomate vivait seul dans un immeuble appartenant à l'ambassade de Russie, situé dans une rue très surveillée où se trouvent également la résidence officielle du Premier ministre grec et celle du président, selon la même source. Les autorités russes ont confirmé la mort du diplomate, selon l'agence RIA Novosti.

Selon des médias grecs, les employés du consulats s'était inquiétés après avoir remarqué l'absence de Andreï Malanine au travail lundi matin.


Commentaire : Bah, encore une mort hasardeuse vont nous claironner les médias : et oui, un être humain, ça nait, ça vit et ça meurt, pas de quoi s'inquiéter outre mesure. Et si les diplomates russes sont fragiles en ce moment, on sait que c'est la faute aux fous, aux mauvais pilotes de ligne, à la vodka.

Accessoirement, on pourra s'intéresser à ce que nous raconte le Dr Trower, histoire de comprendre que la technologie peu aider un peu aux causes naturelles de décès des uns et des autres :

Bomb

Aux portes de l'Europe de l'Ouest, le drapeau noir de Daech flotte sur les villages albanais

L'islamisation au-delà de l'Adriatique préoccupe les services secrets italiens : le drapeau noir de Daech flotte sur les villages albanais, à quelques milles nautiques des côtes des Pouilles italiennes.

© REUTERS/ Ali Hashisho
C'est un des dangers majeurs concernant le terrorisme en Italie. Et la région du sud de la péninsule, les Pouilles, est en première ligne. Les services secrets italiens ont lancé l'alerte : dans certains villages d'Albanie, particulièrement ceux aux confins du Kossovo, depuis longtemps le drapeau de l'État islamique est hissé au vent. Et les cas de « radicalisation » sont de plus en plus nombreux. « C'est en train de devenir une poudrière » explique un des enquêteurs, lit-t-on sur La Repubblica. « Et dans ce sens, l'Italie devient un pays exposé. Les Pouilles en particulier. » A cause du voisinage géographique, de la présence de communautés fortement islamisées et des liens étroits entre criminalité organisée et trafic international de stupéfiants.

Depuis la naissance du Califat islamique, un nombre important de « foreign figther » est parti des Balkans occidentaux, et surtout de l'Albanie, pour aller combattre aux côtés des terroristes de Daech, à Alep notamment. Durant les 12 derniers mois, le flux s'est réduit. A cause des défaites de l'EI en Syrie, les chefs de guerres ont bloqué les voyages en Orient pour déplacer le conflit en Occident...

Binoculars

Une chaîne de télé expose les mensonges des média mainstream sur les rebelles modérés en Syrie

Le 28 décembre 2016, Ben Swann, journaliste & présentateur de l'émission « Reality Check » diffusée sur la chaîne CBS 46, revient sur les propos qu'il a tenu au cours de son émission du 20 décembre.
© Inconnu
Dans ces vidéos, le journaliste évoque les trois mensonges principaux qui concernent la guerre en Syrie, et la bataille d'Alep en particulier.


Vader

Vengeance et pétrole : « La guerre en Irak était la solution pour éviter d'instaurer une démocratie »

Dix ans après l'exécution de Saddam Hussein, l'expert en géopolitique et ancien opposant au régime baas, Subhi Toma, revient sur l'invasion américaine motivée par le pétrole et le désir de revanche et dont les conséquences semblent interminables.

© RT
Un employé d'un site pétrolier essaie d'éteindre l'incendie lancé par des combattants de Daesh d'un champs pétrolier à Qayyara, au sud de Mossoul.
RT France : Vous étiez militant irakien de gauche et un opposant à Saddam Hussein. Vous avez été emprisonné à ce titre. Plus tard, après votre arrivée en France, vous vous êtes néanmoins mis à militer contre les embargos et contre l'intervention américaine en Irak. Que représentait Saddam Hussein pour vous ?

Subhi Toma (S. T.) : Je me suis engagé contre l'arrivée au pouvoir de Saddam Hussein et du parti Baas dès le premier jour. Je m'y opposais car Saddam Hussein s'appuyait sur les forces armées pour régler les problèmes politiques. Saddam Hussein était d'ailleurs assez connu en Irak pour être quelqu'un de violent qui n'hésitait pas à recourir à la force. Nous étions dans les années 1968 et ma génération avait d'autres aspirations pour l'Irak. On souhaitait sortir de l'infernal cycle de coups d'Etat qui propageait une violence aveugle dans le pays. Nous avons alors organisé des grèves dans le milieu universitaire et syndical pour nous opposer à lui.

C'est dans ce contexte que j'ai été emprisonné un an dans la prison célèbre à l'époque qu'on appelait le « palais de la fin » et où beaucoup de militants sont morts. Après ma libération, j'ai quitté l'Irak où je ne pouvais plus étudier ou avoir d'activité professionnelle. Je suis alors arrivé à Paris et je me suis occupé de l'association des étudiants irakiens de l'opposition en France.

J'ai failli être arrêté dans l'ambassade irakienne en France. Ils ont fini par m'enlever mon passeport. Je n'avais plus la possibilité d'aller en Irak. En 1991, lorsque l'Irak a envahi le Koweït, j'ai commencé à militer contre l'embargo total décidé par la résolution de l'ONU. Je me suis senti concerné car je savais que cette décision allait surtout toucher les catégories d'Irakiens les plus fragiles : les pauvres, les enfants, les vieillards... J'ai voulu essayer de sensibiliser le monde au sort de cette population avec l'association « La coordination pour la levée de l'embargo imposé à l'Irak ».

Vader

Des centaines de chars américains sont déployés en Europe pour maintenir « la paix » aux frontières russes

Les Etats-Unis ont à nouveau livré du matériel américain en Allemagne pour renforcer leur engagement auprès de leurs alliés contre la menace russe et s'assurer que l'UE resterait «libre, prospère et dans la paix».


Commentaire : Il s'agit de contenir l'« agression russe ». De quelle agression russe est-il question ? Ah oui, il n'y en a pas.
Il s'agit aussi de conserver une Europe « entière, libre, prospère et dans la paix »... De quelle Europe est-il question ? Ah oui, il n'y en a pas.
Démonstration de force, Guerre froide 2.0, déliquescence de l'empire qui se vautre dans l'ignominie désastreuse du va-t'en-guerre contre les nations pour tenter d'asseoir sa domination sur les peuples et les ressources.


© Capture d'écran de la video de Ruptly
Des chars américains arrivés en Allemagne
Ces derniers jours, 2 800 unités de matériel militaire, dont des chars Abrams, des véhicules d'artillerie Paladin et des véhicules de combat Bradley, ainsi que 4 000 militaires américains ont été transportés jusqu'au port allemand de Bremerhaven, dans la cadre de l'opération Atlantic Resolve, dans le but de faire face à «l'agression russe».

« C'est une partie de nos efforts pour contenir l'agression russe, assurer l'intégrité de nos alliés et conserver une Europe entière, libre, prospère et dans la paix », a déclaré le lieutenant-général des forces aériennes Timothy M. Ray au sujet de ce nouveau déploiement militaire américain en Europe.

Kaliningrad

Commentaire: Lire aussi :