Les Maîtres du MondeS


USA

Au sommet de Bruxelles l'OTAN affirme que les campagnes afghane et libyenne sont un succès

Traduit par Mecanoblog

Contrairement à ce que prétend l'OTAN, les Libyens résistent héroïquement malgré le massacre génocidaire qui les décime. L'OTAN mesure peut-être ses succès au nombre des cadavres.
Image
Leur nombre excède 100 000 et il y a encore plus de blessés, certains entre la vie et la mort et d'autres très affaiblis. Dans un pays qui compte 6 millions d'habitants, cela fait un nombre de victimes épouvantable.

S'il y avait proportionnellement le même nombre de victimes aux USA qui a une population 50 supérieure à celle de la Libye cela équivaudrait à 5 millions de mort et environ 25 millions de blessés et ce serait un désastre sans précédent.

Au sommet des 5 et 6 octobre l'OTAN a parlé de succès.

Craig Whitlock, journaliste au Washington Post a publié un article intitulé : « L'OTAN repousse la possibilité de mettre fin aux opérations en Libye » dans lequel il dit, jeudi, les leaders de l'OTAN ont annoncé « qu'ils continueraient (leur massacre rituel) en Libye et qu'ils ne cesseraient pas de patrouiller le long de ses côtes à cause de la résistance des forces loyales au leader déposé » Kadhafi.

En fait les loyalistes résistent au blitzkrieg de l'OTAN dans des villes et villages de Libye, y compris Tripoli, Benghazi et autres lieux stratégiques dont les voyous appartenant aux principaux médias disent qu'ils sont pacifiés.

USA

Complot iranien aux Etats-Unis: « Un scénario refusé par Quentin Tarantino »

Image
Plusieurs experts américains mettent en relief les zones d'ombre dans l'affaire qui mêle Etats-Unis, Iran et Arabie Saoudite: une tentative d'assassinat, contre l'ambassadeur d'Arabie saoudite et des attentats contre les ambassades israélienne et saoudienne à Washington.
REUTERS/Morteza Nikoubazl
De nombreux experts émettent des doutes à propos de la rocambolesque tentative d'attaque terroriste iranienne sur le sol américain annoncée par le ministre de la Justice Eric Holder mardi. Le point sur leurs arguments.

"Un scénario refusé par Quentin Tarantino", dixit Robert Mackay, bloggeur du New York Times et du Guardian. C'est ce à quoi ressemble l'étrange affaire de complot présumé qui mêle Etats-Unis, Iran et Arabie Saoudite: une tentative d'assassinat, contre l'ambassadeur d'Arabie saoudite et des attentats contre les ambassades israélienne et saoudienne à Washington. Avec pour cerveau présumé, Mansour Arbabsiar, un Américain d'origine iranienne vendeur de voitures d'occasion, en contact avec un agent américain qui se faisait passer au Mexique pour un membre d'un cartel de la drogue prêt à perpétrer cet attentat dans le restaurant préféré de l'ambassadeur saoudien... (sic!).

Bien sûr l'Iran a un passif en matière de terrorisme. Bien sûr ses relations avec les Etats-Unis et l'Arabie saoudite sont détestables depuis de nombreuses années: un câble diplomatique révélé par Wikileaks en décembre dernier citait l'ambassadeur saoudien à Washington, Adel al-Jubeir -celui-là même qui aurait été visé par la tentative d'assassinat- qui indiquait que Ryad appelait Washington à attaquer l'Iran.

Handcuffs

Au Portugal, le gouvernement annonce de nouvelles mesures d'austérité

Image
Le premier ministre portugais Pedro Passos Coelho.AP/Armando Franca
C'est un budget extrêmement austère pour 2012 qu'a présenté le gouvernement portugais, jeudi 13 octobre, au moment où le pays, sous assistance financière, peine à réaliser ses objectifs de réduction des déficits.

Parmi les mesures annoncées par le premier ministre, Pedro Passos Coelho, la suppression temporaire des 13e et 14e mois pour les fonctionnaires et les retraités dont les revenus sont supérieurs à 1 000 euros. Dans le secteur privé, il a annoncé une augmentation de l'horaire de travail d'une demi-heure par jour.

Gear

Alerte propagande : « L'Iran prépare une bombe nucléaire »


Commentaire : Après la "fiole de jus de pomme" de Colin Powell "prouvant" l'existence d'armes de "destruction massive" en Irak, maintenant ils nous sortent la "bombe nucléaire" de l'Iran.
« Plus le mensonge est gros, plus il passe. » [ Joseph Goebbels ]


INFO LE FIGARO - Preuves à l'appui, l'AIEA va dénoncer sans ambiguïté le caractère militaire du programme nucléaire de Téhéran.

Ce devrait être le rapport le plus dur et le plus complet jamais écrit par l'Agence internationale de l'énergie atomique sur l'état d'avancement du programme nucléaire iranien. Restée pendant des années ambiguë, puis prudente, l'AIEA, à l'occasion de son prochain conseil des gouverneurs, le 17 novembre à Vienne, s'apprête, selon les informations obtenues par Le Figaro, à dénoncer, preuves à l'appui, le caractère militaire de ce programme qui vise à doter l'Iran de la bombe. «Ce rapport sera l'un des plus importants sur le sujet», affirme un spécialiste proche du dossier.

Dollar

La Dictature européenne prend place

Le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) n'est pas tant un mécanisme, qu'un nouvelle administration de l'Union Européenne (UE). Le but déclaré est de fournir des prêts (sous conditions strictes) à des pays de l'euro qui ne peuvent plus remplir leurs obligations financières. Il va reprendre les tâches des FSFE et MESF. Il va être géré par un Conseil de Gouverneurs. Ce sont les 17 Ministres de Finances des pays de l'euro situés dans l'Union Européenne.

Le traité du MES dit dans son article 8, que cet organe disposera d'un capital social de 700 milliards d'euros. Ensuite, dans son article 10, le Conseil des Gouverneurs peut décider de changer ce montant et d'adapter article 8 en conséquence. Dans l'article 9, le Conseil des Gouverneurs peut exiger à tout moment le versement du capital social non encore payé des pays membres (et ceci en moins de 7 jours.) En fait, le MES peut exiger de l'argent des pays membres de façon illimitée. Le traité ne prévoit pas de droit de veto des Parlements nationaux.


Gear

Une publication scientifique remet en cause les conclusions du FBI sur l'affaire de l'anthrax

Traduit de l'anglais par Kikujitoh pour ReOpenNews

Image
Dix ans après l'affaire des courriers piégés à l'anthrax, lesquels avaient tué cinq personnes, rendu malades 17 autres, et provoqué une vague de terreur aux Etats-Unis, des biologistes et des chimistes soulèvent encore la controverse quant à savoir si les enquêteurs du gouvernement ont bien arrêté le vrai coupable et si la longue enquête du FBI n'aurait pas omis des preuves importantes.

Aujourd'hui, trois scientifiques affirment que des résidus chimiques retrouvés dans les spores d'anthrax séchés - avec la présence surprenante d'étain - laissent penser que ceux-ci furent élaborés à travers un processus très complexe, contrairement aux dires des enquêteurs fédéraux, selon lesquels les germes étaient relativement simples. Ces scientifiques présentent leurs conclusions dans la prochaine publication de la revue Journal of Bioterrorism & Biodefense.

Des documents du FBI que s'est procuré le New York Times montrent que les scientifiques de l'agence se sont penchés sur la présence d'étain dès le début de leurs huit années d'enquête, présentant celle-ci comme un « élément digne d'intérêt » et comme une preuve potentiellement cruciale pour l'enquête criminelle. Le FBI a par la suite abandonné sa longue enquête et n'a plus jamais évoqué publiquement l'étain, ni présenté d'explications détaillées sur la manière dont, d'après l'agence, l'anthrax aurait été synthétisé.

Le nouvel article [à paraître] soulève - pour la première fois dans une revue scientifique - la question de savoir si Bruce E. Ivins, l'expert militaire en bio-défense identifié par le FBI comme étant à l'origine des attaques, a reçu de l'aide pour se procurer l'anthrax, voire celle de sa [complète] innocence.

La présidente du comité de l'Académie Nationale de la Science, qui a passé un an et demi à examiner les analyses scientifiques du FBI, ainsi que le responsable d'une nouvelle étude menée par le Département d'investigation du Congrès ont déclaré que cette publication soulevait d'importantes questions qui doivent trouver des réponses.

Alice P. Gast, présidente de l'université de Lehigh et présidente du comité de l'Académie, a déclaré que l'article « indique des liens sur lesquels il est nécessaire de se pencher. »

Le Dr. Gast, experte chimiste, a déclaré que les « signatures chimiques » de l'anthrax retrouvé dans les courriers, ainsi que leur importance potentielle dans le cadre d'une enquête criminelle, n'avaient pas été examinées avec assez d'attention. « On n'a tout simplement pas enquêté avec autant de perspicacité qu'au niveau de la microbiologie, » a-t-elle expliqué, faisant référence à l'analyse des micro-organismes. Elle a également noté que le comité académique avait demandé un examen complet des études officielles classifiées sur l'anthrax, auxquelles son comité n'a jamais pu avoir accès.

Info

Un magistrat italien dénonce un réseau pédo-satanique

En juillet dernier, un magistrat faisait parler de lui en rendant public une affaire de réseau pédo-satanique.

Une première qui devrait servir d'exemple car des témoignages sur ce genre de pratiques proviennent de beaucoup de pays.


USA

Offensive américaine contre l'Iran

L'arrogance américaine contre l'Iran ne connaît plus de borne. Dans l'une de ses manifestations les plus flagrantes, depuis trente deux ans, les Etats-Unis viennent d'accuser l'Iran d'avoir voulu comploté contre les intérêts saoudiens, sur le sol américain. Ainsi, un Iranien aurait cherché à soudoyer les cartels de drogue mexicain, pour qu'ils commettent un vaste attentat à la bombe contre l'ambassade d'Arabie saoudien, à Washington, avec, en perspective, l'assassinat de l'ambassadeur. Bref, un scénario digne d'Hollywood. L'ambassadeur iranien, auprès de l'ONU, Mohammad Khazaï, a envoyé, mardi, une lettre, où il proteste, dans les termes les plus vifs, contre cette allégation « abracadabrante », « parfaitement infondée » et « montée de toute pièce ». «La RII exprime la répulsion que lui inspire des allégations proférées par les autorités américaines, sur fond d'aveux suspects d'un Iranien, et les rejette, catégoriquement, lit-on, dans cette lettre.

USA

Libye : l'OTAN veut une guerre sans fin

Traduction : Info-Palestine.net

Image
Les supplétifs de l’OTAN en Libye tirent maintenant depuis 3 semaines à l’arme lourde sur la ville de Syrte, faisant de nombreuses victimes civiles - Photo : reuters
Les dirigeants intérimaires de la Libye prétextent que la conquête de Syrte est la seule chose qui les empêche de déclarer formellement la libération [de la Libye] et l'organisation d'élections.

Le correspondant d'Asia Times, Pepe Escobar dit que tout en se concentrant sur ce but affiché [la conquête de Syrte], les médias dominants ignorent le coût humain élevé de l'opération.

« La seule couverture que vous voyez dans les grands médias occidentaux, ce sont les avancées des forces soi-disant révolutionnaire. Ce n'est pas une révolution. C'est une guerre civile, où sont impliqués l'OTAN et les Etats-Unis » , a-t-il dit à Russia Today.

« Il y a plus de 100 000 personnes qui vivent à Syrte. Si 10 000 sont parties, ou 20000, la grande majorité de la population est toujours là. Ils ont été bombardés par l'OTAN. L'OTAN a bombardé au moins la moitié de la ville, y compris ce qu'ils ont dit être des installations des pro-kadhafistes dans toute la ville », a poursuivi Escobar. « C'est un bombardement massif, alors que théoriquement la mission 'humanitaire' de l'OTAN était de protéger [les civils]. »

Dollar

Flashback Stress tests réussis pour Dexia et KBC

Les banques franco-belges Dexia et KBC réagissaient en ordre dispersé, jeudi matin en Bourse, les deux établissements ayant pourtant réussi les tests de résistance européens, selon la presse belge
Dexia
© inconnuDexia emploie plus de 3 500 personnes au Luxembourg.
À 10h46, Dexia lâchait 0,14% à 2,07 euros à la Bourse de Paris, tandis que le CAC 40 progressait de 0,40%. BNP Paribas perdait lui 0,99% à 51,98 euros tandis que la Société générale grignotait 0,16% à 40,33 euros. De son côté, à la Bourse de Bruxelles, KBC gagnait 0,40% à 26,47 euros, dans un marché en hausse de 0,34%. Les valeurs bancaires ont été largement chahutées depuis quelques jours, victimes des coups de semonce des agences de notation envers la Grèce et le Portugal, alors que l'Europe cherche une parade à la crise de la dette en zone euro.

Le quotidien belge L'Echo rapporte jeudi matin que «de source européenne, on apprend que Dexia et KBC, les deux banques soumises à l'exercice en Belgique, ont réussi l'examen». La date de publication des résultats des tests de résistance menés sur 91 grandes banques européennes, qui a été retardée, n'est pas encore connue avec exactitude mais ils sont attendus mi-juillet. Ils ont été lancés en mars par l'Autorité bancaire européenne (EBA), basée à Londres, sur des banques représentant 65% des actifs bancaires de l'UE.