Les Maîtres du MondeS


USA

Libye : Washington prépare sa revanche

Les négociations s'accélèrent entre la Libye et les États-Unis pour convenir d'un cessez-le-feu qui permettrait à l'OTAN de sauver la face. Mais loin d'abandonner son ambition de remodelage de l'Afrique du Nord, l'administration Obama prépare déjà une seconde manche, rapporte Thierry Meyssan depuis Tripoli.
Image
Jeffrey Feltman conduit la délégation US aux négociations secrètes de Tunis.
Comme je l'expliquais à contre-courant dans ces colonnes, l'OTAN a perdu politiquement la guerre de Libye, le 1er juillet, lorsque 1 700 000 Libyens sont descendus dans les rues de Tripoli pour conspuer l'Alliance et faire bloc derrière Mouammar Kadhafi [1].

Restait à tirer les conséquences de cette défaite. C'est ce que Washington a rapidement fait, sans juger utile d'informer ses alliés de la rapidité de son virage, ni de sa nouvelle stratégie.

Voler les avoirs et préparer le pillage

En premier lieu, la Maison-Blanche a décidé de voler tout ce qui peut l'être parmi les avoirs libyens, question de ne pas avoir engagé des frais pour rien. Hillary Clinton a été informée de cette décision alors qu'elle était à bord de son avion en route pour Istanbul. Elle n'a pas eu son mot à dire, juste à obéir.

Dollar

Meilleur du Web: Une économie détruite : l'ennemi, c'est Washington

Traduit par Résistance 71

Image
Les agences de notation qui ont données au préalable une note triple A à des dérivatifs pourris, ont récemment menacé de diminuer les bons du trésor américains si la Maison Blanche et le Congrès ne parvenaient pas à un accord de réduction et d'augmentation du plafond de la dette. Cette menace n'est pas crédible, tout comme ne l'est pas la menace de faire défaut sur la dette. Ce ne sont que des crises fabriquées qui sont montées en épingle afin de forcer des coupures drastiques dans les programmes Medicare, Medicaid et de sécurité sociale.

Si ces agences de notation réduisaient la valeur de la trésorerie, les exécutifs de la compagnie seraient arrêtés pour les notes frauduleuses qu'il donnèrent à la camelote financière dont Wall Street a gavé le monde. Les compagnies seraient détruites et leurs notes discréditées. Le gouvernement américain ne va jamais faire défaut sur ses emprunts, parce que ses bons du trésor, contrairement à ceux de la Grèce, de l'Espagne et de l'Irlande, ont leur valeur dans leur propre monnaie. Indépendemment du fait que le plafond de la dette ne soit relevé, la réserve fédérale va continuer à acheter de la dette. Si Goldman Sachs est trop importante pour se planter, alors le gouvernement américain l'est également.

Il n'y a aucune provision sur les guerres illégales et les occupations militaires auxquelles le gouvernement américain se livre dans au moins six pays ou sur l'occupation datant de 66 ans au Japon et en Allemagne, ainsi que sur le cercle des bases militaires construites ou en construction autour de la Russie.

Newspaper

Meilleur du Web: Les plans du gouvernement britannique de dédramatiser Fukushima ont été révélés

Image
Un échange interne de courriers électroniques montre que les représentants du gouvernement ont lancé une campagne de relations publiques pour assurer que la catastrophe de Fukushima ne fasse pas dérailler les plans de construire de nouvelles centrales nucléaires, en Angleterre.
Selon le quotidien anglais «The Guardian» l'échange de courriels montre comment en coulisse le département du Commerce et de l'Energie a étroitement collaboré avec des multinationales telles que EDF Energy, Areva et Westinghouse pour éviter, à tout prix, un effet sur l'économie nucléaire. Avant que l'ampleur de la radioactivité dégagée soit connue, c'est-à-dire deux jours après le séisme et le tsunami au Japon, une stratégie publicitaire était censée minimiser l'ampleur du sinistre.

«Cet accident aurait le potentiel de faire faire à l'industrie nucléaire un bond en arrière, a déclaré un représentant du Departement for Business, Innovation et Skills (BIS), «il faut nous assurer que les antinucléaires ne gagnent pas de terrain. Il faut occuper le terrain et le préserver. Il faut que nous montrions réellement la sûreté des sites nucléaires.»

Le membre du Parlement conservateur Goldsmith a condamné l'ampleur de la coordination entre le gouvernement britannique et l'industrie du nucléaire, dévoilée par ces courriers électroniques.

Star of David

« Etat juif » signifie racisme juif, fascisme juif et même nazisme juif

Image
Selon de récents articles en provenance de Washington, l'administration Obama a décidé de proposer un compromis pour faire avancer les pourparlers palestino-israéliens bloqués. La nouvelle formule, que les Etats-Unis ont essayé en vain de vendre aux autres membres du Quartet, consiste en une reconnaissance palestinienne de la "judéité" d'Israël en échange de l'approbation américaine d'un "Etat palestinien" sur des parties non précisées de la Cisjordanie, en plus de quelques quartiers éparpillés de Jérusalem Est occupée. Les Etats-Unis se sont déjà rapprochés de certains Etats arabes pour leur demander d'adopter les positions américaines et de faire pression sur l'impotente direction de l'Autorité palestinienne pour qu'elle fasse de même.

Malheureusement, on attend encore de la notoirement obséquieuse Autorité palestinienne qu'elle réponde par un "NON" clair et sans équivoque aux tentatives israéliennes et états-uniennes de plus en plus impudentes d'obliger la direction palestinienne à commettre un adultère historique avec l'honneur, les droits légitimes et l'avenir des Palestiniens, puisque reconnaître la "judéité" d'Israël serait une obscénité historique surpassant toutes les autres.

Certains responsables palestiniens superficiels semblent incapables de saisir la gravité réelle et potentielle de la question. Il faut demander à ces gens de la boucler, ou de dégager, car ils n'ont aucun droit de saCRIFier les droits des générations palestiniennes futures à la liberté, à la dignité et à l'égalité.

La Russie a eu la décence de refuser l'exigence américaine obscène (1), ce qui devrait au moins faire taire et embarrasser quelques-uns des éléments défaitistes de l'AP que l'on pourrait caractériser par l'adage, "Nourris-moi aujourd'hui, tue-moi demain."

USA

Faible retrait en Afghanistan, la guerre continue

Traduction : Vincent pour ReOpenNews

Image
Pendant ce temps, les Afghans ne trouveront pas la démocratie sous les ruines de leurs maisons.
Le président Barack Obama a annoncé mercredi soir à la Maison Blanche son projet de retirer 10.000 militaires américains d'Afghanistan avant la fin de cette année, ainsi que la totalité des 33.000 éléments des forces de renfort d'ici la fin de l'été prochain. Jusque-là, près de 70.000 soldats resteront dans ce pays ravagé par la guerre, deux fois plus que lorsqu'Obama a pris ses fonctions. En 2014, déclare-t-il, notre transition vers un rôle de soutien en Afghanistan sera total.

Cette décision intervient après un long débat au sein de l'administration sur l'ampleur et le rythme du retrait. Mais les limites du débat à Washington sont trop étroites pour inclure une solution à long-terme à l'enlisement qui dure depuis 10 ans.

La pression exercée par les deux partis politiques a également pesé de tout son poids dans la décision d'aujourd'hui. Les Républicains ont fait part de leurs préoccupations concernant l'effort de guerre actuel, alors qu'un nombre croissant de Démocrates ont fait pression sur Obama pour un retrait total des troupes. Le peuple américain est pessimiste à propos de la guerre et 73% préfèrent un retrait substantiel pour cet été.

Gear

Qui contrôle le port de Brega ?

La presse internationale a largement relayé l'annonce faite par le CNT libyen de la prise de Brega, un port hautement stratégique pour le commerce d'hydrocarbures. Les journalistes présents dans le monde arabe ont immédiatement pu vérifier que cette annonce n'était qu'une intox, simplement en regardant la télévision qui émettait en direct de Brega. Ils ont pourtant choisi de n'en rien dire.

Comment fonctionne l'AFP en Libye ? En voici un exemple.

Dans une dépêche datée du 19 juillet 2011 [1], l'Agence France Presse annonce : « Le gros des forces de Kadhafi s'est retiré à Ras Lanouf", à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Brega, a déclaré Shamseddine Abdelmolah, un porte-parole des rebelles, précisant qu'il restait 150 à 200 loyalistes bloqués sur le site pétrolier.
Brega est complètement sous le contrôle de nos forces, aidées par les tribus et les volontaires, et tout ce qui a été annoncé par le soi-disant Conseil national de transition (organe des rebelles) relève du mensonge et de la désinformation", a rétorqué lundi soir le porte-parole du régime, Moussa Ibrahim.
Selon lui, les rebelles ont "tenté de reprendre la ville, mais ont été repoussés".
L'AFP n'était pas en mesure mardi matin de vérifier les affirmations des deux camps sur ce point. »

Stormtrooper

Comment les forces de l'occupation israélienne essaient de terroriser un village palestinien

Image
© inconnu
Dans la nuit du 13 juillet, quatre véhicules militaires sont entrés à Nabi Saleh. Les soldats ont tiré des grenades assourdissantes et des grenades lacrymogènes sur les maisons des Palestiniens endormis. Le 15 juillet, les habitants du village organisaient leur manifestation non armée hebdomadaire contre le vol de leur terre au bénéfice d'une colonie illégale voisine. Quatre manifestants ont été arrêtés, deux Palestiniens, un international et un israélien, qui ont tous deux été libérés peu après. Un des deux palestiniens a été libéré dans la nuit, l'autre est toujours en prison. Voir les vidéos de Bilal Tamimi.


Bad Guys

Colonies : Israël va lancer des appels d'offres pour 336 logements (officiel)

Des appels d'offres pour la construction de 336 logements dans deux colonies juives de Cisjordanie doivent être lancés incessamment, a annoncé lundi le porte-parole du ministère israélien de l'Habitat.

"Nous allons lancer très bientôt des appels d'offres pour la construction de 336 logements réservés à des juifs en Judée-Samarie (Cisjordanie)", a affirmé à l'AFP ce porte-parole, Ariel Rosenberg.

Blackbox

3 000 morts des attentats du 11 septembre n'apparaissent pas dans les listes

Image
3 000 victimes fantômes

Un représentant du Congrès de New York veut des réponses sur le pourquoi près de 3 000 victimes des attentats terroristes du 11 septembre 2001 n'ont pas été signalées dans la liste officielle de l'Administration de la sécurité sociale des défunts Américains.

Video

"Ben Laden, storytelling et démocratie"

Image
Oussama Ben Laden est officiellement mort le samedi 1er mai 2011. « Justice a été faite », selon Barack Obama. La date est symbolique et pourrait passer pour un message électoral qui a permis de faire bondir la côte de popularité du Président des Etats-Unis, ou bien encore pour un message politique au monde : La NAVY est une fois encore mise en scène pour affirmer la domination militaire mondiale des USA.

Le 1er mai 2003, George Bush avait mis officiellement fin à la seconde guerre d'Iraq depuis l'USS Abraham LINCOLN ancré au large de la Californie, citant la Normandie et Iwo Jima. Et le lendemain du 1er mai 2011, Ben Laden allait finir ses jours dans un linceul immergé depuis le porte-avion USS Carl VINSON au large du Pakistan.

Mais oublions les mises en scène. De quel Ben Laden a-t-on ressuscité la mémoire ce 1er mai 2011 ? En l'état actuel des déclarations de l'Exécutif américain et des informations vérifiées dont nous disposons, peut-on en toute objectivité affirmer qu'il est bien mort ce jour là ?