Bienvenue à Sott.net
sam., 23 juil. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte


Heart

Attentat de Nice : le témoignage de Franck, le motard héroïque de Nice

© Photo Sébastien Botella
"J’étais prêt à mourir en fait! J’étais lucide et prêt à mourir pour l’arrêter", témoigne Franck.
L'homme a jeté son scooter sous les roues du camion, s'est agrippé à la cabine et a frappé le tueur à mains nues. Il raconte son geste hors du commun dans un entretien à Nice Matin.

Des témoins disaient l'avoir vu passer sous les roues du camion meurtrier. Depuis la macabre soirée du 14 juillet, on était sans nouvelles du motard dont le geste héroïque avait fait le tour des réseaux sociaux. Sur des images tournées par un journaliste allemand, à voir dans le début de la vidéo ci-dessus, on voit un motard poursuivre le camion, puis jeter son véhicule, un 300 cm3, sous ses roues. Nice Matin a retrouvé l'auteur de ce geste hors du commun, qui a accepté de donner un entretien exclusif à «son journal». Il s'appelle Franck, a la cinquantaine et est employé de l'aéroport de Nice, sur la piste. Son témoignage est édifiant.

Ce jeudi soir, Franck a manqué le feu d'artifice. Il décide alors d'aller manger une glace avec sa femme. Il prend la promenade des Anglais avec son scooter. Là il voit la foule qui commence à courir dans son dos, puis le camion le dépasser à toute allure. Il voit les corps voltiger, tomber un par un. «J'ai tout de suite compris. J'ai alors décidé d'accélérer. Ma femme, derrière moi, me tirait le bras et me demandait où j'allais. Je me suis arrêté. Je lui ai dit: dégage! Et j'ai accéléré à fond.»

Commentaire: Est-ce que Franck serait l'homme que l'on voit maîtrisé puis « exfiltré » par la police sur cette vidéo ?


Document

Médias et psychose

Ce que les médias rapportent au sujet de la personnalité du chauffeur du camion qui a fauché autant de monde à Nice fait réellement peur, non pas parce qu'il existe dans la nature des tueurs indétectables capables des pires horreurs ce qui plus que probable, mais des conséquences de ce que les médias nous racontent. Pour l'heure, voici ce que nous pouvons apprendre à son sujet, notamment à travers un article du journal Le Point:

© Google
Peur de tout même de la normalité
Suivant l'un de ses « amis » qui s'est confié au journal Le dauphine, « c'était quelqu'un de gentil, d'assez réservé, serviable », qui buvait de l'alcool, n'aimait pas les arabes « parce qu'ils salissent notre image », et qui se foutait de la religion. Cela serait enfin quelqu'un d'influençable qui ne se laisserait pas faire.

Commentaire: Vous pouvez poursuivre votre lecture :


Bullseye

Fusillade en Allemagne: ce que l'on sait

Neuf personnes ont été tuées et au moins 16 autres blessées vendredi soir lors de la fusillade survenue dans un centre commercial de Munich (sud de l'Allemagne), selon un bilan encore provisoire, auquel s'ajoute le décès de l'auteur de la tuerie. Rien n'a filtré sur ses motivations. La police a indiqué dans la nuit de vendredi à samedi que le drame était "très probablement" le fait d'un seul homme qui s'est donné la mort. Il s'agit d'un "Germano-Iranien de 18 ans de Munich", selon le chef de la police local.

© AFP 2016 Andreas Gebert / dpa
Le forces de sécurité pendant la fusillade à Munich
Que s'est-il passé? La fusillade a éclaté vendredi peu avant 16H00 GMT dans un restaurant McDonald's avant de se poursuivre dans une rue adjacente. Des témoins évoquent alors trois assaillants qui sont ensuite entrés dans le centre commercial situé près du stade olympique, dans le nord de la ville.

Pistol

Allemagne : fusillade dans un centre comercial, il y aurait au moins 10 morts

Un criminel inconnu a ouvert le feu près de la galerie marchande Mona et du centre commercial Olympia à Munich, en Allemagne, ayant fait des blessés. Selon le journal munichois Abendzeitung, la fusillade a fait 15 morts, cependant, la chaîne de télévision allemande n-tv, rapporte qu'il y aurait 10 tués. L'inconnu qui a ouvert le feu à Munich serait encore à l'intérieur du bâtiment ou non loin, a rapporté le représentant du service de presse de la police.

© Richard Gutjahr @gutjahr
Fusillade dans un centre comercial en Allemagne
Des voitures de police se sont rendues sur les lieux, rapportent les médias allemands. " Nous avons un problème ", a déclaré un porte-parole du centre commercial Munich Olympia Shopping Centre, cité par Reuters.

Pistol

Un policier de Miami tire sur un homme noir non armé, allongé au sol les bras levés


Allongé lundi au milieu de la rue avec les bras en l'air, un aide à domicile portant assistance à son patient autiste pensait être en sécurité. Mais un policier de la ville de North Miami (Floride) lui a tiré dessus, le blessant à une jambe.

"Il a essayé d'expliquer qu'il s'agissait d'un patient qui souffrait de problèmes mentaux, qu'il essayait de le faire retourner dans l'établissement de soins et qu'il n'y avait donc pas besoin d'arme à feu ou autre, et il a mis ses mains en l'air (pour montrer) qu'il n'était pas armé", a raconté à la presse Hilton Napoleon, l'avocat de Charles Kinsey, âgé de 47 ans.

"Il n'y avait pas d'arme à feu, il n'y avait même pas un jouet en forme de pistolet, c'était un camion", a-t-il ajouté. "Il ne comprend pas pourquoi on lui a tiré dessus, il obtempérait".

Des images amateurs diffusées sur internet montrent un homme noir vêtu d'un T-shirt jaune et d'un bermuda noir, allongé sur le dos au milieu d'une rue, tenant ses bras bien tendus en l'air au-dessus de lui. A ses côtés, un homme joue assis en tailleur avec ce qui semble être un petit camion blanc.

Handcuffs

Un Guantanamo en France ? C'est dans l'air

Face à un éventuel flot de retours de djihadistes depuis l'Irak et la Syrie, un député français n'a trouvé rien de mieux que de les placer dans un camp. Le président d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015 Georges Fenech propose, ni plus ni moins, de créer un Guantanamo à la française. " Un Guantanamo à la française serait la solution la plus simple. Un établissement dédié à des individus radicalisés serait effectivement une solution ", a affirmé M.Fenech cité par le Figaro.

© Google
Guantanamo mais en France ?
" Nous allons assister à un véritable raz-de-marée de retours de djihadistes sur notre territoire, car Daech perd beaucoup de terrain, l'organisation va tomber, c'est une question de mois. Rien n'a été anticipé sur ces retours ", a-t-il ajouté.

Document

Tortures au Bataclan : info ou intox ?

© Christian Hartmann / Reuters
Le Bataclan, November, 2015.
Info pour Valeurs actuelles, intox pour Le Monde, l'information est à prendre avec précaution et avec sérieux. Les victimes du Bataclan n'auraient pas seulement été tuées par balle ou par explosion, mais certaines d'entre elles auraient également été torturées. Des actes qui auraient été dissimulés par les pouvoirs publics.

Valeurs actuelles se fonde sur le procès-verbal de la commission d'enquête parlementaire, disponible en ligne. Quelques policiers font état de scènes insoutenables d'énucléations, d'émasculations et de décapitations. L'un d'eux témoigne : « Il y a eu des personnes décapitées, égorgées, éviscérées. Il y a eu des mimiques d'actes sexuels sur des femmes et des coups de couteau au niveau des appareils génitaux. Si je ne me trompe pas, les yeux de certaines personnes ont été arrachés. »

Un père de famille relate sa macabre visite à la morgue où un psychologue lui a annoncé avec précaution que seul le côté gauche de son fils était présentable.

Megaphone

Attentat de Nice : deux infirmiers interpellent le gouvernement

© Inconnu
Attentat de Nice : "Messieurs et dames du gouvernement, réveillez-vous !"

Nice, le 14 juillet 2016. Le feu d'artifice célébrant la République vient de s'achever lorsqu'un terroriste arrache la vie de 84 personnes, dont 10 enfants, venues partager un moment convivial en famille sur la promenade des Anglais. A quelques pas, non loin de là, tourne un CHU en sous-effectifs dans un état dit "d'urgence" maintenu depuis plusieurs mois. Plan vigipirate, opération sentinelle... "Tout" a été mis en place, selon le gouvernement, pour faire face à la menace terroriste. Tout. Vraiment ? Mais qu'en est-il des effectifs et moyens alloués aux hôpitaux dont on attend une réactivité infaillible en cas d'attaque terroriste ? Une question que se posent les soignants. Dans une lettre ouverte adressée au Président de la République, Sylvain R. soulève de façon pertinente cette problématique. De son côté, Emmanuel Delporte interpelle directement Marisol Touraine car... "Messieurs et dames du gouvernement, il est plus que temps de vous reveiller !"
Monsieur le Président de la République,

Je suis infirmier D.E travaillant aux urgences de Nice, à l'hôpital Pasteur 2, et ce depuis 3 ans. Depuis plus de 6 mois, on nous impose des mesures de restrictions budgétaires tant au niveau personnels para-médical qu'au niveau matériels. Depuis plus 6 mois les absentéismes ne sont pas remplacés. Les démissions ne sont pas anticipés. Nous travaillons en sous effectifs au pole urgences tant au niveau infirmier qu'au niveau aide-soignant..

Jet1

La coalition bombarde la Syrie : 56 morts dont 11 enfants

.BEYROUTH - Au moins 56 civils ont perdu la vie mardi lors de frappes aériennes lancées contre des villages contrôlés par le groupe armé État islamique dans le nord de la Syrie. Des résidants affirment que la coalition américaine a bombardé les villages de Tokhar et de Hoshariyeh. Ces deux villages se trouvent à proximité de la ville de Manbij, un bastion des djihadistes que les forces kurdes appuyées par les États-Unis essaient de capturer depuis plusieurs semaines.

© Google
Victimes de la coalition
L'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, rapporte que 56 civils ont été tués, dont 11 enfants. Des dizaines de personnes ont aussi été blessées par les bombardements. L'agence de presse du groupe armé État islamique, Aamaq, fait état de 160 civils tués, principalement des femmes et des enfants, dans le seul village de Tokhar.

Ambulance

Attaque terroriste ? Un afghan de 17 ans a grièvement blessé quatre passagers d'un TER à la hache et au couteau

"Peu avant d'arriver à Wurtzbourg, un homme a agressé des passagers avec une hache et un couteau", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police locale. L'attaque a eu lieu vers 21h15, le lundi 18 juillet, à bord d'un train régional transportant une trentaine de personnes qui assurait une liaison entre les villes de Treuchlingen et Wurtzbourg en Bavière.

© AP/KARL-JOSEF HILDENBRAND
Un fou attaque des passagers dans un train
"Il y a quatre blessés graves et un blessé léger", parmi lesquels "au moins deux femmes", qui ont tous été hospitalisés, a-t-il ajouté. Quatorze personnes ont été traitées pour un choc psychologique sur place. Un riverain, qui a pu pénétrer dans le convoi, a décrit une "scène de boucherie" à l'intérieur du train, selon l'agence de presse DPA, avec des traces de sang et des pansements laissés sur place par les équipes de secours.