Bienvenue à Sott.net
ven., 30 sept. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte


Road Cone

Symbolique ? Un train déraille, fonce dans une gare au New Jersey, plus d'une centaine de blessés

L'accident de train jeudi en banlieue de New York a fait au moins trois morts, plus d'une centaine de blessés dont de nombreux graves et de graves dommages matériels, selon les médias locaux et les autorités. Le train de banlieue, bondé à cette heure de pointe, ne s'est pas arrêté en pénétrant dans la gare de Hoboken, une ville située juste en face de Manhattan, de l'autre côté de la rivière Hudson.

© Google
Accident de train aux Etats-Unis
Aucun bilan officiel n'était immédiatement disponible pour cet accident survenu peu avant 09H00 locales (13H00 GMT) sur un train de banlieue de la compagnie New Jersey Transit. Et d'ajouter, en se référant à des images sur les réseaux sociaux, que le train a percuté la station et a foncé dans le bâtiment de la gare .Selon les premières informations, le train, probablement bondé à cette heure, aurait raté son arrêt, enfoncant un mur en bout de voie situé dans la gare d'Hoboken.

Better Earth

Le postimpérialisme : esquisse d'un nouvel ordre social

Le XXe siècle fut celui des idéologies et de la destruction. Le communisme fit son apparitition en 1917 et disparut presque immédiatement, tout comme le fascisme qui, lui, disparut au sein des camps de concentration, une dizaine d'années après sa première instauration.

Après la chute du mur de Berlin et l'effondrement de l'union Soviétique, une seule idéologie subsistait. Né au cœur de l'empire US et affectant le monde entier, le libéralisme et ses dogmes - individualisme, matérialisme, athéisme et nihilisme - ont amené l'humanité au bord du gouffre.

En dépit de leur parti-pris manifestement pro-impérialiste, chaque jour les médias mainstream présentent davantage de preuves du désastre total en cours sur la planète et du processus de désintégration qui affecte tant les individus que les sociétés.


Les troupes US sont présentes dans 156 pays
Dans mes articles précédents, j'expose à de multiples reprises les effets néfastes du libéralisme répandu par l'empire US : la destruction de la beauté, de la famille, du genre, de l'identité, de la conscience morale, des religions et ainsi de suite. En gros, tous les traits qui définissent précisément notre identité humaine sont systématiquement pervertis, inversés, détruits.

Prendre pleinement conscience du caractère inepte de l'impéralisme est un exercice nécessaire, mais néanmoins incomplet. Pour paraphraser Albert Camus, un homme révolté est un homme qui dit « non » au monde actuel, mais qui dit aussi « oui » à autre chose, à un monde meilleur. Aussi, la prochaine étape consiste naturellement à proposer une alternative : un nouveau modèle politique et social qui résonne en profondeur avec les valeurs humaines que chacun de nous se doit d'épouser.

Il s'agit d'un exercice de réflexion mais aussi d'espoir, et il n'y a pas grand-chose à perdre, parce que même si notre modèle sociopolitique est imparfait, il est peu probable que, même avec la plus grande volonté, nous concevions un modèle de société aussi destructeur que ses prédécesseurs !

J'ai eu l'idée d'écrire cet article après avoir lu ce fil de discussion sur notre forum : Hope, fear and the future [Espoir, peur et avenir]. Dans l'une de ses contributions à ce fil, Joe Quinn souligne un point-clé :
La vie, c'est en essence la croissance ; mais qu'est-ce que la « vie », si ce n'est les relations que nous entretenons avec les autres ? Et donc, que signifie croître/grandir dans la vie si ce n'est faire croître nos relations avec les autres ? Mais comment y parvenir ? Peut-être en combinant des mondes intimes autrefois uniques, en les intégrant à quelque chose de plus grand que la somme de ses parties, quelque chose qui puisse créer ou attirer une nouvelle vie ou un nouveau monde via la concentration et l'union de ces réalités intimes qui, en elles-mêmes, n'auraient pas la force ou le pouvoir de le faire. En outre, bien sûr, ce processus doit impliquer une vision de la réalité qui non seulement soit partagée, mais qui surtout résonne avec une réalité objective, ou avec les forces supérieures de la nature, c'est-à-dire une création objective de la réalité à grande échelle.
J'ai exploré plus avant cette idée en lisant l'excellent ouvrage d'Alexandre Douguine, La quatrième théorie politique. Il y a plusieurs similarités entre les deux modèles. Mais contrairement à Dougine, qui propose une stratégie permettant de faire la transition entre le monde libéral actuel et le 4e modèle politique qu'il a développé, nous nous concentrerons uniquement sur les spécificités de notre monde idéal après la transition. C'est pourquoi notre modèle s'appelle le « postimpérialisme ».

Notre hypothèse est que l'empire US va bientôt s'effondrer, et pourrait entraîner avec lui la quasi-totalité de la planète. Cette catastrophe mondiale pourrait être causée par une intervention humaine et/ou cosmique. Le postimpérialisme propose un modèle de société qui pourrait se développer et prospérer après cette réinitialisation majeure.


La Maison de Bilbon Sacquet dans la Comté
La tâche qui s'offrait à nous était donc de concevoir l'organisation d'une société idéale (rien que ça). Tout ce qui m'est venu à l'esprit, c'était une image pour le moins naïve qui rappelait le village de Bilbon dans Le seigneur des anneaux. J'étais certes conscient des nombreux défauts du système actuel, mais quelles étaient les meilleures façons d'y remédier ? Alors, comme d'habitude, assis à la table de la cuisine, j'ai commencé à poser des questions sur tel ou tel point, et mes camarades m'ont suggéré des solutions.

J'ai constaté avec surprise que chacun d'entre nous avait déjà beaucoup réfléchi à la question, et chacun apportait des réfléxions complémentaires lors de ces conversations. Cela laisse entendre qu'au plus profond de nous, nous nourrissons le désir d'un monde meilleur, et que ce désir est bien plus qu'un simple rêve irréaliste : vous trouverez ci-dessous de nombreuses idées très exploitables et concrètes qui méritent assurément d'être mises à l'épreuve.

Voilà donc comment nous en sommes venus aux caractéristiques de notre société idéale. C'est par définition une tâche incomplete qui doit évoluer de façon organique. C'est un premier pas visant à semer une graine dans l'esprit du lecteur et à l'encourager à réfléchir à ce monde idéal. Et voyons les choses en face : chaque réussite remarquable (ou moins...) dans ce monde a commencé par une idée, un éclair d'imagination ou d'inspiration qui ont façonné le processus qui a permis sa réalisation.

Attention

Suède: fusillade, explosion, alerte attentat

Une fusillade a éclaté dimanche soir à Malmö, en Suède, faisant des blessés. Peu après, une explosion aurait frappé la ville.Une fusillade a éclaté dans une rue du sud de la ville de Malmö, en Suède, faisant plusieurs blessés, ont annoncé les médias locaux. Des hommes dans une Audi ont tiré une vingtaine de coups de feu avant de s'enfuir à grande vitesse.

© Google
Plusieurs blessés lors d'une fusillade à Malmö
Une importante opération de police est en cours pour tenter de les retrouver. Les forces de l'ordre ont établi un périmètre de sécurité dans le quartier. Nous menons une opération dans ce secteur suite à une fusillade", a indiqué Ewa-Gun Westford, porte-parole de la police locale.

V

Le Premières Nations du Canada et des Etats-Unis font front ensemble contre l'expansion des sables bitumineux

Les leaders d'une cinquantaine de Premières Nations du Canada et des États-Unis s'associent dans le cadre d'un traité «contre l'expansion des sables bitumineux» et contre les projets qui permettent de transporter ce pétrole, dont les oléoducs. Un geste qui pourrait compliquer les choses pour les promoteurs de ces projets. «Ce que signifie le traité, c'est que, du Québec, nous travaillerons avec nos alliés autochtones en Colombie-Britannique pour arrêter le pipeline de Kinder Morgan et nous lutterons aussi avec nos alliés autochtones du Minnesota contre l'expansion de la ligne 3 d'Enbridge, et nous savons que nous aussi nous pourrons compter sur leur aide contre le projet Énergie Est », a résumé le grand chef de Kanesatake, Serge Simon, dans le cadre d'une cérémonie de signature tenue jeudi à Montréal.

© Google
L'union fait la force
Selon le chef de l'Assemblée des Premières nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, cette entente « représente seulement le commencement d'une longue lutte. C'est aussi la preuve que, au-delà de nos divergences, nous pouvons travailler ensemble pour un objectif commun. » Leur critique est d'ailleurs très claire : l'industrie pétrolière provoque déjà des impacts négatifs importants, notamment en aggravant la crise climatique, qui affecte directement les territoires des Premières Nations.

Commentaire: Pour lire le traité aller ici

Ou regarder cette vidéo sur les sables bitumineux :




Sherlock

Retour sur l'affaire Éliane Kabile, une histoire étrange qui donne froid dans le dos

Avez vous connaissance de cette affaire Éliane Kabile? Le faible nombre de vues des vidéos, laisse penser que non. C'est le nom d'une citoyenne hospitalisée pour un mal de jambes et, qui n'est non seulement jamais ressortie guérie, mais dont on ignore où se trouve le corps. La famille se bat depuis des années pour avoir des explications et, se retrouve condamnée par la justice.

© Google
Tout l'appareil judiciaire est remis en question dans l'affaire Éliane Kabile
Ne connaissant pas les fondements de cette affaire, il faut rester prudent quant aux affirmations mais, les faits sont pour le moins troublants.Que s'est t-il passé, où se trouve la dépouille de cette femme? Qui la justice protège t-elle? Et si ça nous arrivait? Voici les faits tels que présentés.

Commentaire: Lire aussi :


Eye 1

Par centaines de milliers, les allemands manifestent contre le TAFTA, la « bête » qui arrive en Europe

C'est par centaines de milliers que les travailleurs allemands manifestent contre le TAFTA ce samedi 17 septembre. La Commission Européenne poursuit - à marche forcée et contre les peuples d'Europe - les négociations pour instituer un grand marché transatlantique - et ce avec le soutien de la droite (SPD et CDU/CSU) allemande au pouvoir. Et ce n'est pas les timides protestations d'un François Hollande entrant en campagne qui vont stopper le processus de ratification de ce traité. Et pour cause, il faudrait l'unanimité des 28 pour arrêter la négociation.
© Google
Immense manif contre ces traités qui sont monstrueux

Rappelons que dans le même temps, les chef d'état des 27 sont réunis à Bratislava en Slovaquie. Non pas pour pousser une impossible Europe sociale dont l'Union Européenne est l'ennemie jurée, mais bien pour multiplier encore l'offensive des multinationales pour liquider les conquêtes sociales, privatiser et libéraliser et réduire les salaires. Renforçant à coup de délocalisations et de travailleurs détachés, de dumping social et fiscal, la mise en concurrence des travailleurs pour diviser les nations et dresser les peuples européens les uns contre les autres.

Commentaire: Lire aussi :


Bad Guys

Des signes de désespoir : guerre au cash, élections et provocations militaires


Commentaire : S'il n'est jamais trop tard pour prendre conscience des erreurs qui sont les nôtres, le facteur temps rend hélas certaines choses irréversibles : les tentatives pour un éventuel retour à la normale peuvent-elles se faire, dorénavant, autrement que dans la souffrance ? Si le peuple étasunien continue sur sa lancée, c'est à dire à promouvoir la destruction et le chaos à travers le monde parce que les dirigeants qu'il a élu sont au mieux, mentalement dérangés, au pire, d'authentiques psychopathes, et que lui-même, dans le déni de cette affreuse réalité, préfère le confort rassurant du mensonge, il finira, au choix : totalement asservi par les politiciens, les banques et la technologie ; anéanti par ces conflits initiés de par le monde et qui finiront bien un jour par se terminer sur son propre sol ; définitivement exsangue économiquement parlant, tant il est vrai que la puissance du dollar, totalement artificielle, ne tient encore que grâce à un consensus, certes mondial, mais de en plus fragilisé. Esclave, anéanti ou mort de faim, en somme. Si d'aventure, par un sursaut de conscience improbable, la population se mettait en tête de vouloir reconquérir sa liberté perdue, cela pourrait-il se régler autrement que par une horrible guerre civile ?

Tout ceci, sans compter les quelques "aléas cosmiques" que nous semblons devoir subir, changements climatiques et autres cadeaux tombés du ciel, curieusement corrélés à cet enfer que nous vivons ici-bas.


© Inconnu
La théorie du plus Grand Fou – Faire quelque chose de stupide / Espérer que quelqu’un d’autre sera plus stupide
La bêtise et le mensonge forment une mauvaise combinaison pour les affaires des nations, en particulier lors des élections. Le cas présent aux États-Unis nous montre ces deux qualités à la quasi-perfection : d'un côté, un pseudo-sauveur rustre sans idées ; de l'autre côté, une wannabe racketteuse en chef, en pleine possession de sa tromperie instinctive. Trump offre une rhétorique incohérente, en opposition au lamentable ordre actuel des choses ; Clinton propose une rhétorique vide, flatteuse pour la défense de cet ordre. Les deux représentent une poussée nationale épique vers le suicide politique.

La bêtise et le mensonge s'étendent au grand public qui vote et aux élites discréditées qui prétendent mener aux destinées de la nation. Le public américain n'a jamais été aussi mal éduqué et plus distrait par ce trivia préfabriqué. Ils ne savent à peu près rien. Même les personnes âgées, ayant un peu d'études, ne peuvent pas nommer le secrétaire d'État ou trouver la Suisse sur une carte. Ils ne savent pas dans quel siècle la guerre civile a eu lieu. Ils ne pourraient pas vous dire si une hypoténuse est un animal, un végétal ou un minéral. Leur droit de vote est un danger pour eux-mêmes.

Les élites opèrent dans leur propre zone d'ombre de l'ignorance, mais à un niveau plus noble, volant sur les ailes d'une peau de mouton. Soumis à votre approbation : le nouveau livre de l'assistant de Harvard Kenneth Rogoff, The Curse of Cash / Le fléau de l'argent liquide. C'est la dernière salve dans la campagne internationale pour mettre l'argent liquide totalement sous le contrôle des banques centrales et des gouvernements centraux, soi-disant pour rendre la planification centrale de l'économie plus efficace - mais surtout dans le but d'étendre l'illusion que les erreur de tarification du crédit et des collatéraux (en fait de tout) peuvent sauver l'incarnation actuelle du capitalisme de copinage, et plus précisément, sauver les fortunes des racketteurs aux manettes, ainsi que la réputation de leurs garçons de courses intellectuels. Désormais, toutes les transactions avec de l'argent seraient traçables, ce qui devrait donner une puissance sans précédent aux autorités, pour réglementer la vie des citoyens.

Il reste à voir si le public américain pourrait être soumis à ce schéma, qui a déjà une certaine avance en Europe. Bien sûr, l'Europe se dirige vers des temps politiques difficiles dans les mois à venir, et il y a beaucoup de raisons de penser que même les gens dociles au Danemark et en Suède, pourraient finalement se révolter contre le régime de la banque centrale, s'ils voient les Allemands le faire.

Le problème aggravant est l'hyper-complexité de notre système financier actuel, servant en grande partie à mystifier délibérément les masses. Est-ce que le public comprend la raison d'être de la politique de taux d'intérêt à zéro (ZIRP) ? Pas plus qu'ils ne comprennent l'interaction des gluons et des quarks ou le dogme de la Sainte Trinité. C'est l'un des respectueux mystères de notre temps, par exemple, qu'un groupe comme AARP, prétendant représenter les intérêts des retraités, n'a pas émis une seule protestation face au ZIRP, qui pilonnait les retraités dépendant de leur épargne, les mettant sur la paille. Bien sûr, cela pourrait être expliqué par la fonction de racket généralisé de notre vie nationale actuelle : AARP est un racket d'assurance se faisant passer pour un groupe au service de l'intérêt des citoyens. Ou si on pousse la crédulité jusqu'à supposer qu'AARP est honnête, peut-être que leurs dirigeants ne comprennent pas que des taux d'intérêt à zéro donnent forcément un revenu nul aux épargnants.

Kenneth Rogoff tente de justifier sa guerre contre le cash, en invoquant deux des croquemitaines préférés de notre temps : les terroristes et les trafiquants de drogue. L'argent sous forme liquide, dit-il, permet à cet axe du mal de prospérer. Ceci est une ruse, bien sûr. Si la monnaie était éliminée, ces gars se tourneraient vers l'or et l'argent, c'est aussi simple. Et il en sera de même pour tout le monde, de la même manière. La vraie raison pour abolir l'argent liquide et laisser le contrôle de tout l'argent aux banques centrales est de permettre aux autorités de le confisquer d'une manière ou d'une autre, que ce soit par des taxes inévitables ou par le bail-in - déclarer que les dépôts sont des « prêts non garantis » qui peuvent être répudiés dans le cas d'un « accident » financier.

Les résultats sont déjà visibles : « l'argent » devient de plus en plus malhonnête, et de plus, on ne peut plus lui faire confiance pour représenter ce qu'il prétend défendre : un indice de compte et une réserve de valeur. Son rôle en tant que base de la formation du capital est tellement affaibli que le capital réel (à savoir la richesse) ne peut pas être généré, ce qui signifie qu'aucun des crédits accordés, comme « argent » ne sera jamais remboursé. La politique des taux d'intérêt à zéro veut dire qu'aucun intérêt ne sera payé. L'« argent » basé sur des prêts qui ne seront pas remboursés perd sa légitimité. Regrouper toutes les formes d'« argent » sur les ordinateurs de la banque centrale ne permet que plus de manœuvres de passe-passe pour dissimuler le Gaspi. Il serait beaucoup plus difficile de cacher la destruction de valeur de la monnaie papier en circulation. L'élimination de la monnaie comme moyen d'échange ne peut conduire qu'à la répudiation de « l'argent » - qui va précéder de peu la répudiation de toute autorité. C'est la recette pour un désordre politique vraiment suicidaire.

Commentaire: Concernant l'argent liquide :


Eye 1

Alerte à la peur : au Canada la police fait évacuer 19 000 étudiants après avoir reçu des menaces

La police montée canadienne a fait procéder à l'évacuation de toutes les écoles de la petite province de l'Ile-du-Prince Edouard, sur la côte est du pays. Les autorités ont déclaré avoir reçu «par fax» des menaces indiquant la présence d'une bombe. La police montée royale canadienne (RCMP) a déclaré avoir reçu des menaces par «fax» mentionnant la «présence d'une bombe dans les établissements scolaires, sans spécifier lequel, mais que la bombe serait activée».

© AGENCE QMI
19 000 étudiants ont été évacués par une "alerte" à la bombe par fax
Les autorités ont déclenché le «plan d'urgence» et décidé de procéder à l'évacuation de toutes les écoles d'une des provinces de la fédération canadienne, celle de l'Ile-du-Prince-Edouard qui compte seulement quelque 146 000 habitants.

Commentaire: Lire aussi :


Document

Un journal Orwellien par excellence : le Financial Times

La une du Financial Times porte un logo qui proclame :«Sans crainte et sans complaisance». En effet, les rédacteurs ne manifestent aucune crainte quand il s'agit de... fabriquer des mensonges, promouvoir des guerres impériales décimant des pays et appauvrissant des millions de gens, que ce soit en Libye, en Syrie, en Irak, en Afghanistan, au Yémen et maintenant au Venezuela. Les courageux de Lies of Our Times 1 ont été à l'avant-garde pour forger des prétextes visant à inciter les armées impériales à écraser des gouvernements indépendants.

© Google
L'empire Financial Times
Malgré ses plumitifs prétentieux et ses revendications prestigieuses, le FT est vu par la classe financière anglo-américaine, comme un pourvoyeur belliqueux de politiques militaristes conçues pour les secteurs les plus rétrogrades de l'élite dirigeante. Ce qui est le plus frappant, dans les inventions courageuses du FT au nom du militarisme impérial, est le nombre de fois où leurs pronostics politiques et économiques ont été incompétents et totalement faux.

Commentaire: Lire aussi :


Health

Qui voudrait que le Syriens ne reçoivent pas de l'aide humanitaire ? Sur la destruction du convoi de l'ONU

La destruction d'un convoi humanitaire à l'est d'Alep a causé la mort de 21 membres du Croissant-Rouge syrien. Selon le ministère de la Défense russe, le convoi n'a pas été touché par une frappe, mais quelqu'un aurait mis le feu à la cargaison.Un convoi humanitaire de 31 camions de l'ONU et du Croissant-Rouge a été bombardé dans ce qui pourrait être cinq frappes aériennes alors que des livraisons étaient en train d'être effectuées dans la ville d'Urem al-Kubra, à l'est d'Alep, en Syrie. Au moins 18 véhicules auraient été touchés, selon l'ONU.


Qui a intérêt a empêcher que les Syriens reçoivent de l'aide ?
Le convoi transportait de l'aide humanitaire à destination d'environ 78 000 civils. Aucune des parties impliquées dans le conflit n'a revendiqué l'attaque. « Environ vingt civils et un membre du personnel du Croissant-Rouge syrien ont été tués, alors qu'ils déchargeaient une aide humanitaire vitale des camions. Une grande partie de l'aide a été détruite », a expliqué la FICR dans un communiqué. L'entrepôt du Croissant-Rouge syrien à Orum al-Koubra a également été touché par cette attaque.

Commentaire: Il est honteux d'être toujours témoin de l'hypocrisie de la coalition, dont l'ONU, cet organisme pernicieux, fait partie. Au lieu de faire en sorte que l'aide humanitaire arrive au plus vite pour les victimes de cette guerre atroce, l'ONU refuse de continuer d'envoyer des vivres et d'autres convois humanitaires. Quelle perversité, tout de même ! Quelle honte pour ces dirigeants, cette "bande" de la coalition qui utilise des moyens si bas et si mesquins pour arriver à leur fin.

Lire aussi :