Bienvenue à Sott.net
ven., 20 sept. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Histoire Secrète
Carte

Dig

Les mythes de l'âge de pierre que nous avons inventés

Quand la plupart des gens pensent à l'âge de pierre, ils imaginent probablement un hominidé mâle adulte portant un outil en pierre. Ce tableau est ridiculement incomplet. Il suppose que seuls les hommes adultes fabriquaient et utilisaient des outils en pierre, et que les pierres étaient les seuls matériaux utilisés dans les trousses à outils quotidiennes de ces peuples anciens.
Illustration de l'Âge de pierre
© Nathan McCord/Wikimedia Commons
Les hominidés de l'Âge de pierre utilisaient probablement aussi le bois et d'autres matériaux pour fabriquer des outils, comme dans ce diorama du Musée national d'histoire de Mongolie.
Les deux hypothèses sont au mieux discutables ; au pire, elles sont tout simplement erronées.

Abordons d'abord le stéréotype sur les matières premières. Des découvertes récentes au Kenya suggèrent que les premiers outils en pierre pourraient avoir jusqu'à 3,3 millions d'années. D'autres découvertes récentes en Chine suggèrent que les outils en os — utilisés, par exemple, pour affûter les haches en pierre — peuvent avoir jusqu'à 115 000 ans. Une conclusion logique de ces études pourrait être que nos ancêtres humains ont fabriqué des outils en pierre pendant près de 3 millions d'années avant de fabriquer et d'utiliser des outils créés à partir de matériaux périssables comme l'os.

Dig

En France, des paléontologues sont tombés sur un os... de 400 kilos

bone, Angeac-Charente
© REUTERS/Regis Duvignau
Un homme inspecte le fémur d'un Sauropode après sa découverte en début de semaine lors de fouilles sur le site paléontologique d'Angeac-Charente, France, 25 juillet 2019
A Angeac-Charente, plusieurs archéologues sont tombés sur un os ! Mais cette fois-ci, au sens littéral du terme. Dans cette petite commune française située près d'Angoulême, une équipe de paléontologues a fait une incroyable découverte.

Enfoui depuis près de 140 millions d'années, un fémur fossilisé de dinosaure vient d'être déterré. La réputation de ce site de fouille archéologique n'est plus à faire. En dix ans, environ 7 000 pièces et 70 000 fragments ont été mis au jour permettant ainsi de répertorier une quarantaine d'espèce sur le site.

Map

Archéologie : ce que Google Maps ne pourra jamais vous montrer

Quand j'étais petit, mon père et moi avions l'habitude de planifier des voyages ensemble. Nous nous rendions à notre bureau local de l'American Automobile Association (AAA) pour obtenir des piles et des piles de cartes (qui étaient « gratuites » - avec une adhésion payante, bien sûr). Plans d'État, plans de ville, plans de pays. Une fois obtenues, j'avais l'impression que le voyage en voiture avait déjà commencé.
Planisphère
© Inconnu
Aujourd'hui, avec trois de mes propres garçons, j'aime encore planifier et faire des voyages en voiture. Mais la planification est maintenant totalement différente. Au lieu d'aller à l'AAA des jours ou des semaines à l'avance, nous ouvrons simplement Google Maps sur nos téléphones. Nous saisissons une destination, apprenons l'itinéraire le plus rapide et découvrons les meilleurs endroits à visiter. Mes fils ressentent de l'excitation, et je la ressens moi-même encore, mais pas autant que lorsque j'étais enfant. Sans cartes sur papier, la découverte inhérente à la planification « à l'ancienne » me manque en quelque sorte. Le processus n'est plus aussi aventureux ou inspirant.

Ma relation aux cartes, et par extension au paysage américain, est largement prosaïque. Si j'ai besoin d'aller quelque part, je localise ces endroits, qui ont tous des noms anglais, espagnols ou parfois français, et cela ne me semble pas étrange ou inquiétant. Mais je suis un produit de la société dominante anglophone américaine. Et si l'histoire de mes ancêtres avait été effacée par le colonialisme anglais et espagnol ? Et si ma culture avait une relation différente avec le paysage ? Laquelle de ces cartes devrais-je donc utiliser ? Probablement pas celles d'AAA ou de Google.

Fireball 5

An 536 : éruption du Krakatoa ou météorite ? En tous cas une catastrophe globale

Des recherches sur des carottes de glace ont démontré au cours de notre histoire, par la présence d'ammonium, qu'une grande catastrophe globale d'origine céleste aurait eu lieu vers l'an 536, mais aussi en 1346. Cette recherche évoque aussi l'an 1014 qui serait la plus grande catastrophe de notre histoire, mais qui semble ignorée. Cet article se centrera brièvement sur la catastrophe datée selon notre chronologie, en l'an 536.
An 1888 lithograph of the 1883 eruption of Krakatoa.
© Parker & Coward
Lithographie de l'éruption du Krakatoa de 1888

Commentaire : En effet, « Il y a 1500 ans , précisément en 536 de l'ère commune, une catastrophe de première grandeur frappa la Chine, l'Eurasie et l'Europe, entraînant une famine dévastatrice qui fut suivi d'une épidémie de peste dite Justinienne. De nombreuses chroniques du VIe siècle narrent ces événements, décrivant la chute de la luminosité solaire, la chute des températures, des brouillards ou brumes sèches (poussières), ainsi que de mauvaises récoltes et famines en Chine et en Europe. Depuis des décennies, les chercheurs hésitaient entre deux explications : une éruption volcanique ou un impact de météorite/comète. » Et pourquoi pas les deux ?


La date de l'éruption revue

Le Pararaton ou Livre des Rois javanais, un texte dont on ne saurait donner une datation précise mais qui se centre sur la vie du fondateur d'une
Paraton
© Inconnu
Le Paraton, ou Livre des Rois javanais
dynastie du XIIIe siècle, mentionne qu'en l'an 338 de l'ère Saka, il y eu une explosion violente du volcan Krakatoa. La chronologie établi cette date de cette ère à l'an 416 de notre ère.

Commentaire: Voir aussi :


Cross

Le plus ancien papyrus chrétien daté de l'an 230 après Jésus-Christ révèle de précieuses informations sur le christianisme primitif

P.Bas. 2.43
© University of Basel
Le papyrus P.Bas. 2,43 est en possession de l'Université de Bâle depuis plus de 100 ans.
Une lettre dans la collection de papyrus de l'université de Bâle décrit les affaires quotidiennes de la famille, et pourtant elle est unique en son genre : Elle fournit des informations précieuses sur le monde des premiers chrétiens de l'Empire romain, qui ne figurent dans aucune autre source historique. La lettre a été datée des années 230 après J.-C. et est donc plus ancienne que toutes les preuves documentaires chrétiennes de l'Égypte romaine connues auparavant.

Les premiers chrétiens de l'Empire romain sont généralement dépeints comme des excentriques qui se sont retirés du monde et ont été menacés de persécution. Ceci est contré par le contenu de la lettre en papyrus P.Bas. 2.43. La lettre indique qu'au début du troisième siècle, les chrétiens vivaient en dehors des villes de l'arrière-pays égyptien, où ils occupaient des postes de direction politique et se mêlaient à leur environnement païen dans leur vie quotidienne.

Boat

L'Estonia, un bien mystérieux naufrage...

Le 28 septembre 1994, le ferry Estonia reliant Tallinn à Stockholm coule dans les eaux de la mer Baltique. Vers 0 h 45, plusieurs bruits sourds résonnent, trente minutes plus tard, la gîte atteint 25° à tribord. La porte de la proue a été arrachée et l'eau s'engouffre par la rampe d'embarquement des véhicules. A 01 h 22, l'opérateur radio lance un SOS tandis que la sirène bugle pressant les membres de l'équipage et les passagers à rejoindre les postes d'évacuation. A 01 h 24, le radio émet un deuxième appel de détresse, la gîte atteint 45° !
estonia
© Inconnu
Les deux moteurs s'arrêtent. A 01 h 48 le navire disparaît des écrans radar. Les premiers bateaux et hélicoptères arrivés sur zone à 02 h 30 vont sauver 137 naufragés. Bon nombre sont morts d'hypothermie et 650 ont été engloutis, la plupart incapable de quitter leur cabine en raison de l'inclinaison du bâtiment ou piétinées dans les coursives et les escaliers. La catastrophe a fait 852 victimes et l'épave repose par 85 mètres de profondeur à 27 nautiques de la côte finlandaise.

Eye 1

Le Sous-Marin U-1206, coulé par ses toilettes

L'histoire du U-1206 sort vraiment de l'ordinaire. Une succession de petits problèmes suivie d'une mauvaise manipulation, mèneront le sous-marin à sa perte. Le U-1206 sera le seul de l'histoire à couler à cause de ses toilettes, une fin peu reluisante pour ce prédateur des mers.

U-1206

Clipboard

L'Université d'Alicante en Espagne censure des articles scientifiques sur la répression fasciste

Dans une décision sans précédent, l'Université d'Alicante (UA) a accepté la demande du fils d'un lieutenant fasciste de censurer des articles scientifiques liant son père à une répression meurtrière à l'époque de la guerre civile espagnole (1936-1939). Cela crée un dangereux précédent à la censure de la recherche académique, ouvrant la porte à une révision à grande échelle de l'histoire du fascisme espagnol.
rios
© Inconnu
Juan Antonio Ríos Carratalá
La semaine dernière, l'UA a provisoirement accepté d'effacer de deux articles numériques, écrits par le professeur Juan Antonio Ríos Carratalá, le nom du lieutenant Antonio Luis Baena Tocón, qui a participé à la répression fasciste. Baena fut le secrétaire au conseil de guerre qui a condamné à mort le célèbre poète Miguel Hernández. Un autre article de Ríos Carratalá, « L'affaire Diego San José, l'ombre de Miguel Hernández et le juge humoriste » a été retiré du Dépôt institutionnel de l'UA.

Russian Flag

1919-2019 : le Royaume-Uni salit la Russie depuis au moins un siècle

La Russie est dans le collimateur des puissances occidentales. La propagande tourne à plein régime. Ça vous rappelle quelque chose ? Non, je ne parle pas de 2019, mais de 1919, année où Churchill soutint l'intervention militaire contre le gouvernement russe.
russophobia

Dernière vague de russophobie… mais la tendance ne date pas d'hier.
Il y a un siècle, la Première guerre mondiale était peut-être terminée, mais le monde n'était pas en paix, loin s'en faut.

Hier comme aujourd'hui, la Russie était prise pour cible. Le régime bolchevique, instauré à la fin de l'année 1917, était sous la menace d'une intervention étrangère soutenue par l'Occident afin d'aider l'Armée blanche anti-bolchevique à reprendre le pouvoir.

Aujourd'hui, le plus grand faucon britannique est Gavin Williamson, le secrétaire à la Défense. En 1919, c'était un certain Winston Churchill, secrétaire d'État à la guerre. Au moins, à l'époque, les titres qu'on conférait aux ministres étaient plus honnêtes et reflétaient mieux la réalité.

En mars 1919, Churchill se rendit à Paris, où se tenait la Conférence de Paix, pour réclamer toujours plus de guerre.

Ce fumeur de cigare invétéré y dénonça « la bouffonnerie du bolchevisme » et, comme le chronique l'historien AJP Taylor, persuada le Conseil suprême de « tenter une intervention de grande envergure. »

Chess

6 juin 1944, le Jour J: La falsification politique de l'Histoire

juin
© Inconnu
« Vous croyez que les Américains et les Anglais ont débarqué en Normandie pour nous faire plaisir ? Ce qu'ils voulaient, c'était glisser vers le nord le long de la mer et, de là, donner l'assaut à l'Allemagne. Paris et la France ne les intéressaient pas. Leur stratégie, c'était d'atteindre la Ruhr, qui était l'arsenal, et de ne pas perdre un jour en chemin ». Charles de Gaulle