Bienvenue à Sott.net
mar., 29 nov. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Comètes

Telescope

La comète Garradd est de retour

Image

La comète Garradd le 22 septembre 2011. Dix-sept minutes de poses avec un télescope de 15 centimètres et un appareil photo numérique. © C. Yahia
On l'attendait, elle est au rendez-vous. La comète Garradd est de retour dans le ciel du matin et déploie une étonnante queue de poussière en éventail.

La comète Garradd (C/2009 P 1) a été découverte le 13 août 2009 à l'observatoire australien de Siding Spring par l'astronome Gordon Garradd. Comme son orbite est presque perpendiculaire à l'orbite terrestre, elle a la particularité de s'approcher deux fois de la Terre. Le premier rapprochement a eu lieu le 23 août dernier. La comète était alors à 210 millions de kilomètres de nous, ce qui la place tout de même quatorze fois plus loin que ne l'était la comète Hyakutake lors de son passage en 1996. L'occasion pour les astronomes d'observer et de photographier cet astre chevelu dont la magnitude était alors voisine de 8. La comète s'est ensuite perdue quelques semaines dans les lueurs solaires lors de son passage au périhélie le 23 décembre alors que tous les regards se tournaient vers la comète Lovejoy qui faisait son show dans le ciel de l'hémisphère sud.

Lovejoy partie, Garradd revient au plus près de la Terre à 189 millions de kilomètres le 5 mars. Outre que la comète est plus proche de nous pour ce second passage, elle est surtout beaucoup plus active depuis son transit à proximité du Soleil. Ceci se traduit par un dégazage intense et une luminosité plus importante. Actuellement autour de la magnitude 6 (ce qui permet de la voir avec une paire de jumelles) elle pourrait bien devenir visible à l'œil nu sous un ciel exempt de pollution lumineuse dans les semaines à venir.

Alarm Clock

2012 - À la veille de la destruction ?

Image

Bonne année 2012 ?
Nous y voilà, St Sylvestre 2011, et tout un tas de gens croient que la la Fin du Monde va arriver - d'une manière ou d'une autre - (à nouveau) un jour de décembre de la nouvelle année : 2012. Tout ce que je peux dire c'est « Mon dieu ! Nous y revoilà ! »

En 1996 et 1997, il y a eu le flop Hale-Bopp qui s'est soldé par le suicide collectif de 39 membres de la secte Heaven's Gate. A l'époque, j'étais là à essayer désespérément de convaincre les gens que la plupart des choses qui circulaient sur Internet n'étaient qu'un tas de conneries, et tout ce que j'ai récolté dans cet effort, ce sont critiques et diffamation. Mais j'avais raison !

Et puis, il y a eu la Folie du Millénaire qui s'est embrasée en 1999. À cette époque, nous avions déjà un site web, et je ne faisais pas que batailler sur les listes de discussions : j'ai publié un article en novembre de cette année-là pour essayer de calmer un peu les choses. C'était tellement bizarre que même mon cousin qui était, à l'époque, ingénieur en aérospatiale employé par la NASA, m'a assuré que les choses ALLAIENT s'emballer parce qu'il y avait une faille dans les systèmes informatiques et le réseau informatique mondial allait bugger de manière imprévisible et engendrer le chaos. Eh bien, même ça, ça n'est pas arrivé ! Quoi qu'il en soit, le message essentiel de mon article à l'époque était plutôt clair :

Meteor

Une nouvelle comète se dirige vers le soleil


Meteor

La comète Lovejoy se lève sur la cordillère des Andes

Image

La comète Lovejoy vue depuis la cordillère des Andes. Crédit : Stéphane Guisard.
La comète Lovejoy produit un spectacle exceptionnel dans le ciel du matin pour les observateurs de l'hémisphère Sud. Stéphane Guisard l'a filmée depuis les hauteurs de Santiago du Chili.

La comète surprise

Découverte le 27 novembre 2011 par l'astronome amateur australien Terry Lovejoy, la comète C/2011 W3 Lovejoy est passée à seulement 140 000 km du Soleil le 16 décembre 2011.

Elle aurait pu ne pas s'en remettre. Mais, à la surprise générale, elle est réapparue de l'autre côté. Après un moment d'hésitation, son activité est repartie de plus belle sous l'œil du satellite d'observation du Soleil Soho.

Meteor

Spectaculaires images de la comète Lovejoy depuis l'ISS

C'est un spectacle extraordinaire qu'offre depuis quelques nuits la comète Lovejoy aux habitants de l'hémisphère sud. Les astronautes en profitent également : Dan Burbank, commandant de la Station spatiale internationale, a pu réaliser des images étonnantes.

Les astronomes les plus optimistes pouvaient-ils espérer un tel cadeau de Noël ? C/2011 W3, la comète découverte le 2 décembre dernier par l'astronome amateur australien Terry Lovejoy illumine le ciel de sa magnifique queue de poussière et de gaz. Ne vous précipitez pas dehors, seuls les observateurs situés dans l'hémisphère sud jouissent de ce spectacle.


La Nasa nous propose ici de spectaculaires images de la comète Lovejoy prises depuis l'ISS par le commandant Dan Burbank le 21/12/11. © Nasa

Meteor

La comète Lovejoy devient de plus en plus visible

Cela se passe dans l'hémisphère Sud, comme annoncé.

Une image en Nouvelle-Zélande, où la comète n'est pas visible à l'oeil nu mais captée par des (bons) appareils photo.
Image

Meteor

La comète Lovejoy a survécu à son passage solaire

Image

Sur cette image datant du 16 au matin, la comète Lovejoy est à droite du Soleil (celui-ci est caché par un masque), Mais on peut voir en plus la queue en bas à gauche laissée à son arrivée. Crédit : ESA / NASA
Contre toute attente, la comète Lovejoy a survécu à son passage rapproché du Soleil dans la nuit du 15 au 16 décembre, elle est de retour dans le champ du satellite solaire SOHO.

Affaible mais vivante

La comète découverte par l'astronome amateur Terry Lovejoy est passée à seulement 140 000 km du Soleil dans la nuit du 15 au 16 décembre. C'est très peu, c'est environ 1/10ème du diamètre du Soleil ! D'une taille estimée à 100 ou 200 m initialement, elle avait toute les chances de ne pas survivre à la fournaise solaire en se vaporisant intégralement. Mais il n'en est rien. Ce 16 décembre au matin, elle est de retour sur les images du coronographe du satellite d'observation du Soleil SOHO (image ci-contre). Il semblerait donc que le noyau de la comète soit plus gros que prévu.

Sun

La comète Lovejoy se brûle les ailes sous l'œil de SOHO

Image

La comète C/2011 W3 Lovejoy vue par le satellite SOHO. Crédit : ESA / NASA
Découverte il y a seulement quelques jours par l'astronome amateur Terry Lovejoy, la comète C/2011 W3 est en train de foncer vers le Soleil comme le montrent les images du satellite SOHO.

Une comète à observer sur la toile

Après deux découvertes en 2007, l'astronome amateur australien Terry Lovejoy a ajouté une nouvelle comète à son tableau de chasse le 1er décembre. Baptisée C/2011 W3 Lovejoy, elle passe à seulement un cheveu du Soleil dans la nuit du 15 au 16 décembre (moins de 200 000 km).

La comète est déjà visible dans le champ du coronographe Lasco C3 du satellite SOHO. Dans la journée elle devrait devenir également visible dans le champ du coronographe Lasco C2 couvrant une région plus proche de la surface du Soleil. Vous pourrez même surveiller cette nuit sa disparition derrière notre étoile de 0h22 à 0h53, notamment sur les images de l'instrument ETI 304 de SOHO, ou bien dans le champ du satellite de SDO. Si vous vous trouvez dans la zone Pacifique vous pouvez aussi tenter cette observation avec une lunette équipée d'un filtre H alpha dédié à l'observation du Soleil.

Meteor

Harponner une comète pour y pénétrer

Un harpon spatial capable de pénétrer à l'intérieur d'une comète pour y recueillir des échantillons de matière est actuellement en cours de création à la NASA.

L'instrument est basé sur un concept développé par l'Agence spatiale européenne (ASE) auquel la NASA a ajouté une chambre vide qui permettra de recueillir des échantillons.
Image

Représentation du harpon prélevant des échantillons dans une comète © NASA

L'analyse de la composition des comètes pourrait aider les scientifiques à déterminer comment les planètes et le Soleil se sont formés. Ils pensent que les comètes sont constituées de matériaux primitifs gelés qui remontent à la naissance du système solaire, il y a de cela 4,5 milliards d'années.

Alarm Clock

Relier les points : Changements cosmiques, instabilité planétaire et météo extrême

Image
© NASA / SDO
Vue de l’éjection de masse coronale depuis le Solar Dynamics Observatory le 7 juin 2011.
Avec les changements terrestres qui se produisent maintenant clairement et le temps qui presse, les éditeurs de Sott.net font face à l'urgence de se mettre à jour submergés par une avalanche de nouvelles importantes et d'essayer de donner un sens aux choses ! Les événements climatiques récents ont été sans précédent : le printemps et le début de l'été ont été, pour le moins, bizarres sur tout le globe.

Vous parlez de météo ou d'un type géologique de phénomène ; quelqu'un dans le monde y a eu droit : volcans, séismes, pluies torrentielles, inondations, trous terrestres, tornades, sécheresses, incendies... même de la neige en été ! Passons-les tous en revue du mieux que nous pouvons en commençant par le haut : le facteur cosmique.