Covid


Bell

Coronavirus : la France renforce ses contrôles avec l'Allemagne mais refuse de parler de « fermeture »

La France va renforcer à partir du 16 mars les contrôles à sa frontière avec l'Allemagne, sans toutefois la fermer. Berlin devrait prendre une mesure similaire vis-à-vis de la France, mais aussi de la Suisse et de l'Autriche, selon l'AFP.
fanv
© Tobias Schwarz Source: AFP
« Nous allons limiter les traversées de la frontière au strict nécessaire, en laissant passer les personnes transfrontalières et le transport de marchandises. Mais ce n'est pas une fermeture » : alors que de plus en plus de pays européens ferment leurs frontières pour limiter la propagation du coronavirus, Paris se refuse toujours à prendre pareille décision mais fait un premier pas en ce sens, selon une source au ministère de l'Intérieur citée par l'AFP.

Vader

Attali : une petite pandémie permettra d'instaurer un gouvernement mondial

Il fallait Jacques Attali pour y penser ! Dans sa rubrique du magazine L'Express du 3 mai, l'ancien sherpa de François Mitterrand dévoile quelques fantasmes intimes du monde oligarchique. En bref : là ou le krach financier a jusqu'ici échoué, une bonne petite pandémie pourrait précipiter nos dirigeants à accepter la mise en place d'un gouvernement mondial !
Jacques Attali
« L'Histoire nous apprend que l'humanité n'évolue significativement que lorsqu'elle a vraiment peur : elle met alors d'abord en place des mécanismes de défense ; parfois intolérables (des boucs émissaires et des totalitarismes) ; parfois futiles (de la distraction) ; parfois efficaces (des thérapeutiques, écartant si nécessaire tous les principes moraux antérieurs). Puis, une fois la crise passée, elle transforme ces mécanismes pour les rendre compatibles avec la liberté individuelle et les inscrire dans une politique de santé démocratique. »
Pour Attali, « La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes », car elle fera surgir, « mieux qu'aucun discours humanitaire ou écologique, la prise de conscience de la nécessité d'un altruisme, au moins intéressé. »

Commentaire: En 2015 Jacques Attali prédisait que « Le prochain président serait un inconnu »


Yellow Vest

Acte 70 : les Gilets jaunes manifestent à Paris malgré la pandémie de coronavirus

Les Gilets jaunes, qui avaient décidé de se réunir à Paris ce 14 mars pour leur acte 70, ne se sont pas laissés démotiver par l'épidémie de coronavirus. Ils sont nombreux à manifester depuis la fin de matinée. Au départ de la gare Montparnasse, le cortège plutôt dense de la manifestation déclarée, encadrée par la police, marche actuellement en direction de Bercy en passant par Denfert-Rochereau.
gilets
© LP/Philippe de PoulpiquetMalgré l'appel de certaines figures du mouvement à ne pas manifester en raison de la pandémie de coronavirus, un imposant cortège de Gilets jaunes manifeste à Paris dans le cadre d'une manifestation déclarée pour l'acte 70.

Devant la gravité de la situation sanitaire dans le pays et les mesures prises par le gouvernement pour tenter de maîtriser l'épidémie de coronavirus, des figures du mouvement, comme Jérôme Rodrigues ou Maxime Nicolle, avaient appelé la veille à ne pas manifester. « Il ne faut pas venir sur Paris » et « rester un maximum chez soi », avait déclaré Jérôme Rodrigues. Des appels à « la raison et au bon sens », selon les formules employées par Maxime Nicolle, qui n'ont pas été entendus par les plus déterminés dans le mouvement de contestation.

Stock Down

La France ne passe pas au stade 3, par manque de personnel soignant

Info BFMTV : Veran, Ministre de la Santé a avoué hier soir, que si la France ne passait pas au stade 3, c'était uniquement pour des raisons techniques : parce qu'il n'y avait pas assez de personnel soignant dans les hôpitaux !
hospital
© Adobe Stock
Bonjour les politiques d'austérité à vie, qui ont diminué de façon drastique le nombre d'infirmières, aide-soignantes, docteurs !

Bonjour les politiques d'austérité à vie, où les salaires des soignants français sont les plus faibles d'Europe. Il a même fallu supprimer le concours d'aide-soignant, tellement on manquait de candidats.

Quant au projet de Macron de déplafonnement des heures supplémentaires, cela revient à faire marner les agents hospitaliers 60 heures par semaine, pour 3 euros cinquante de plus, pécule transformé d'ici peu en compte épargne temps : Macron prend vraiment les infirmières pour des billes, des robots juste bons à apporter des soins nuit et jour !

Lemon

USA : l'état d'urgence déclaré

Donald Trump a donné une conférence de presse depuis les jardins de la Maison-Blanche, le 13 mars 2020, pour annoncer la mise en place de l'état d'urgence au niveau national en réponse à la crise du coronavirus. Le chef d'Etat a notamment déclaré que 50 milliards de dollars allaient être débloqués au niveau fédéral pour combattre la pandémie.

usaa
© Global Media 28Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a déclaré l'état d'urgence dans le pays pour faire face à l'épidémie de coronavirus. Il a annoncé que 50 milliards de dollars d'aides allaient être débloqués.
« Pour déclencher la pleine puissance des ressources du gouvernement fédéral, je déclare officiellement une urgence nationale», a ainsi fait savoir le président des Etats-Unis, activant de ce fait une loi de 1988 qui n'avait jusqu'alors été utilisée qu'une fois par Bill Clinton en 2000.

Commentaire: Lire aussi :


Health

pandémie ou pan(ic)démie? Le coronavirus, conséquence de nos désordres


Commentaire : Il apparaît que nous ne sommes pas face à une pandémie virale, mais face à une pandémie mentale de panique.
Lire à ce sujet l'article de Paul Levy sur le virus de l'esprit.


L'anthropologue britannique Mary Douglas décrivait en 1966, dans son livre De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, le caractère hors du commun et ambigu de deux animaux, aujourd'hui considérés comme étant probablement à l'origine du virus qui fait trembler toute la planète. La chauve-souris (oiseau sans plumes) et le pangolin (fourmilier à écailles) incarnent chacun à leur manière dans certaines cultures l'aberration, l'impureté et le chaos. En bref, ces deux animaux renvoient à une certaine idée du désordre social. Et s'il y a bien quelque chose que la pandémie de coronavirus rend visible et révèle, c'est toute une série de désordres pour lesquels nous portons, collectivement, une lourde responsabilité.

chauve souris / pangolin
© inconnuChauve-souris / Pangolin. Pourquoi cette arrogance face aux animaux innocents avec qui nous partageons cette planète?
Une crise de l'hôpital public, contaminé par une vision strictement comptable de la santé, ainsi que des réformes successives, ont mené inexorablement au manque de lits pour les patients ( - 100 000 en une vingtaine d'années, et -17 500 ces six dernières années), de personnel et de matériel en France.

Aujourd'hui en Italie, les médecins sont contraints de choisir qui sauver et qui laisser mourir du coronavirus, comme l'explique dans le quotidien La Croix un médecin de l'hôpital de Crémone :
« Depuis ces derniers jours, nous devons choisir qui intuber, entre un patient de 40 ans et un de 60 ans qui risquent tous les deux de mourir. C'est atroce et nous en pleurons, mais nous ne disposons pas d'appareils de ventilation artificielle en nombre suffisant. »
Certes notre service public de santé est - à ce jour - sans doute moins dégradé qu'en Italie, mais pour combien de temps, si nous continuons à laisser une vision arithmétique borgne des choses guider nos choix politiques ?
Attendrons-nous la prochaine pandémie pour réaliser, impuissants, que nous nous sommes volontairement lié les mains dans le dos avant de sauter dans un torrent ?

Gingerbread

Coronavirus : que se passe-t-il dans votre corps si vous en êtes atteint ?

Nous avons encore beaucoup à apprendre du coronavirus qui déchire aujourd'hui la Chine et s'est peu à peu diffusée dans le reste du monde mais une chose est sûre : cette maladie est une véritable tempête pour l'ensemble du corps humain.
scanner, poumons, lungs
© PHOTOGRAPHIE DE STR/AFP VIA GETTY IMAGESCette photo prise le 3 février 2020 est celle d’un médecin observant un scanner des poumons pendant sa tournée dans une zone de quarantaine de la ville de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie de coronavirus, dans la province du Hubei. En date du 28 février, le nombre de personnes infectées a dépassé les 82 000 dans le monde.
Telle a été la nature des précédents coronavirus zoonotiques, ces virus qui passent de l'animal à l'Homme comme le SRAS et le MERS. Contrairement à leurs cousins à l'origine du rhume, ces coronavirus émergents sont capables de déclencher de véritables incendies viraux à travers les organes de l'individu qu'ils infectent et le dernier en date, baptisé COVID-19 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ne fait pas exception à la règle à son stade le plus sévère.

Cela permet en partie de comprendre pourquoi l'épidémie de COVID-19 a tué plus de 3 200 personnes, dépassant en quelques semaines le bilan des victimes du SRAS. Bien que le taux de mortalité du COVID-19 soit nettement inférieur à celui du SRAS, le coronavirus de ce début d'année s'est propagé bien plus rapidement.

En date du 2 mars 2020, le nombre de cas confirmés approchait les 90 000 à travers le monde, soit plus du double du bilan de la mi-février. Ce bond reflète davantage le changement de méthode de diagnostic opéré par les autorités chinoises qu'une évolution soudaine et brutale de l'épidémie. Au lieu d'attendre que les patients soient testés positifs au virus, le diagnostic est désormais prononcé pour toute personne dont le scanner thoracique révèle une pneumonie caractéristique du COVID-19. Grâce à cette méthode, les autorités espèrent être en mesure d'isoler et de traiter les patients plus rapidement.

Commentaire:


Attention

Ecoles fermées, maintien des municipales... Les annonces de Macron pour faire face au coronavirus

Ce 12 mars à 20h, le président de la République française prenait la parole, pour informer les Français des décisions prises par l'exécutif pour endiguer la propagation du coronavirus dans le pays. Dès les premiers instants de son allocution, Emmanuel Macron a qualifié l'épidémie de Covid-19 de « plus grave crise sanitaire qu'ait connue la France depuis un siècle ».
macron
© Yoan VALAT / POOL Source: AFP
Le chef d'Etat a salué le travail du personnel médical, «ces héros en blouse blanche» et «le sang froid» dont les Français ont fait preuve. «C'est cela une grande nation», a-t-il martelé.

Commentaire:

Si ces mesures peuvent sembler « légères « à certains, elles semblent constituer une « réaction disproportionnée » pour d'autres. Seront-elles suivies les jours prochains par d'autres décisions étatiques ? Wait and See. En attendant, prenez de la vitamine C, respirez un grand coup, pensez à vous reposer, à rire, aimer et à profiter des beaux jours qui s'en viennent.

Lire aussi :


Question

L'origine du virus serait aux Etats-Unis ? Pékin refuse de porter le chapeau

La ville de Wuhan a été placée en quarantaine pour cause d'épidémie mais le gouvernement chinois affirme désormais que le coronavirus ne vient pas forcément de Chine et n'hésite plus à s'inspirer de théories du complot.
Wuhan, COVID-19
© afp.com - STRUn malade du COVID-19 reçoit un traitement à l'hôpital de la Croix Rouge à Wuhan, le 11 mars 2020
Après avoir enregistré plus de 80.000 contaminations et 3.000 décès sur son sol depuis décembre, la Chine assiste depuis plusieurs semaines à un fort recul de l'épidémie, désormais étendue à une centaine de pays où elle a fait plus de 1.700 morts.

Mais le régime communiste, accusé d'avoir tardé à réagir à l'apparition de l'épidémie, contre-attaque en laissant entendre -- sans preuve scientifique à l'appui -- que le coronavirus pourrait être d'origine étrangère.

"Il est possible que ce soit l'armée américaine qui ait apporté l'épidémie à Wuhan", a lancé jeudi soir un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, sur Twitter -- réseau social bloqué en Chine.

"Les Etats-Unis nous doivent une explication", a-t-il martelé.

Hearts

Meilleur du Web: Lettre ouverte du professeur Gilbert Deray : « La peur du coronavirus devient beaucoup plus importante dans ses réactions que le virus lui-même »

Le professeur Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à la Pitié-Salpêtrière, craint que les mesures et les réactions face au Covid-19 ne conduisent à « l'affrontement de l'individu dans l'indifférence de l'intérêt collectif ».
Gilbert Deray
© InconnuGilbert Deray
Lettre ouverte

Coronavirus, attention danger, mais pas celui que vous croyez.


Depuis 30 ans, de mon observatoire hospitalier, j'ai vécu de nombreuses crises sanitaires, HIV, SRAS, MERS, résurgence de la tuberculose, bactéries multi-résistantes, nous les avons gérées dans le calme et très efficacement.

Aucune n'a donné lieu à la panique actuelle.

Je n'ai jamais vécu un tel degré d'inquiétude pour une maladie infectieuse et d'ailleurs pour aucune autre.

Et pourtant, Je ne suis pas inquiet quant aux conséquences médicales du Coronavirus. Rien dans les chiffres actuels sur la mortalité et la diffusion du virus ne justifie la panique mondiale sanitaire et surtout économique.
Les mesures prises sont adaptées et efficaces et elles permettront le contrôle de l'épidémie. C'est déjà le cas en Chine, foyer initial et de loin le plus important de cet agent infectieux, où l'épidémie est en train de s'éteindre.

L'avenir proche dira si je me suis trompé.

Commentaire: