Bienvenue à Sott.net
ven., 29 mai 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Nuke

Fukushima : tout le combustible a fondu

Monsieur Ishikawa explique la situation des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima.

Info

Canada, Alberta : 28 000 barils de pétrole se sont échappés d'un oléoduc

Image
Au moins 28 000 barils de pétrole se sont échappés d'un oléoduc situé à 100 kilomètres au nord-est de Peace River, dans le Nord de l'Alberta.

L'entreprise Plains Midstream Canada, propriétaire du pipeline, et le ministère albertain de l'Environnement ont dépêché une centaine de personnes sur les lieux pour amorcer une opération de nettoyage du pétrole. Cette opération prendra plusieurs semaines, affirme la Commission de contrôle des ressources énergétiques.

Toutefois, la Commission signale qu'elle ne craint pas pour l'environnement puisque le pétrole est contenu sur une bande de terre de 700 mètres de long sur 30 mètres de large le long du pipeline. Une partie du pétrole s'est échappé dans un étang d'eau stagnante.

La Commission a indiqué que le déversement se situe à sept kilomètres de la résidence la plus proche. L'organisme souligne aussi que le cours d'eau le plus proche se trouve à 300 mètres.

La fuite est survenue vendredi et le pipeline a été fermé, mais des représentants ont indiqué qu'ils venaient de prendre connaissance de l'étendue des dégâts. La cause de l'incident est toujours inconnue.

Les autorités ont ouvert une enquête pour déterminer les causes de la fuite.

Ce déversement de pétrole est considéré comme le pire en l'Alberta depuis 1975.

Play

LQR la propagande du quotidien

Entretien (2006) avec Eric Hazan, éditeur et écrivain, autour de son livre « LQR la propagande du quotidien » publié aux éditions Raisons d'agir.
« LQR » comme « Lingua Quintae Respublicae », cette langue qui chaque jour efface les résistances, les différences, les opinions et travaille à la domestication des esprits.


Card - VISA

France : Santé  - ce que vous allez payer en plus

La baisse de remboursement des médicaments à vignette bleue entre en vigueur aujourd'hui. Une nouvelle mesure d'économie qui va peser lourd sur le budget des malades.

C'est devenu une mauvaise habitude : régulièrement, le gouvernement décide de nouveaux déremboursements. Ainsi, depuis aujourd'hui, le taux de remboursement des médicaments à vignette bleue - ceux dont l'intérêt thérapeutique est jugé « modéré » par la Haute Autorité de santé (HAS) - passe de 35 % à 30 %, en application d'une mesure annoncée il y a plusieurs mois dans le cadre du budget 2011 de la Sécurité sociale. Plus d'un millier de médicaments (1 219, pour être exact) sont concernés, comme le Spasfon (antispasmodique), le Smecta (pansement digestif) ou encore la Biseptine (antiseptique). Dans l'ensemble, ils sont principalement destinés au traitement d'affections sans gravité, mais certains sont très utilisés comme l'anti-inflammatoire Advil (ibuprofène) ou l'antihistaminique Zyrtec (cetirizine), ainsi que leurs génériques.

Blackbox

La mort de Ben Laden et celle d' Hitler annoncées à la même date

Les coïncidences sont toujours surprenantes. Dans des circonstances ordinaires, nous ne les remarquons pas nécessairement mais lors d'événements exceptionnels, lorsque tous les regards se tournent vers des faits précis qui correspondent ou des parallèles qui semblent faire sens, il est difficile de ne pas de les interpéter.

Oussama Ben Laden et Adolph Hitler, morts à 66 ans d'intervalle !

Il y a soixante-six ans donc, le 1er mai 1945, Radio Hambourg annonçait que Hitler s'était suicidé dans son bunker de Berlin.

Ce même jour, 66 ans plus tard, le président Obama a annoncé la mort du chef d'Al-Qaïda : le 1 mai 2011, Obama a interrompu les émissions de télévision pour annoncer que Ben Laden avait été tué lors d'une opération militaire : « Ce soir, je peux dire au peuple américain et au monde que les États-Unis ont mené une opération qui a tué Oussama Ben L'Aden, le chef d'Al-Qaïda, un terroriste responsable de l'assassinat de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants innocents. »

Eye 1

Julian Assange (WikiLeaks) : Facebook est une « épouvantable machine à espionner »

Le fondateur de WikiLeaks a vertement critiqué le réseau social mais également Google et Yahoo qu'il accuse de faire le jeu de services de renseignements américains.

Dans un entretien accordé à Russia Today, Julian Assange s'est livré à une charge en règle contre Facebook, Google et Yahoo qu'il accuse d'être des outils au service des renseignements américains.

Le fondateur et porte-parole de WikiLeaks s'en est particulièrement pris à Facebook qu'il considère comme la plus « épouvantable machine d'espionnage qui ait jamais été inventée ». Selon lui, le réseau social est « la base de données la plus complète du monde sur les gens, leurs relations, leurs noms, leurs adresses, leurs emplacements, leurs communications les uns avec les autres, et leurs proches », le tout accessible aux services de renseignement en cas de besoin.

Vader

Rêvant de célébrité, un psychopathe affirme que vouloir manger sain est un dérangement mental

Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info

Évitez-vous les aliments contenant des colorants et des édulcorants artificiels, et vous en tenez-vous plutôt à des aliments intégraux, non transformés ? Si c'est le cas, vous souffrez peut-être d'orthorexie, une « maladie » imaginaire, fabriquée en 1997 par le Dr Steven Bratman, qui semble attirer plus d'attention ces temps derniers. Selon un article récent de Yahoo! News, restreindre son manger à de la nourriture saine et pure est un trouble compulsif dont la guérison nécessite un traitement cognitivo-comportemental.

Décrite dans les soi-disant prestigieuses revues de santé comme American Medical Association and Psychology Today, l'« orthorexie nerveuse, » qui signifie « appréhension du manger correct » en latin, provoque prétendument de la malnutrition, de l'anxiété et des troubles sociaux. Ses découvreurs affirment qu'elle provient d'une sorte de trouble obsessionnel-compulsif, et qu'elle peut mener à l'anorexie.

Nuke

Japon : hausse du niveau des substances radioactives en mer

Selon Tepco, l'opérateur de Fukushima Daiichi, le niveau des substances radioactives a fortement augmenté en mer à une quinzaine de kilomètres au large de la centrale nucléaire, accidentée depuis le tsunami du 11 mars.

1.400 becquerels de césium 137 par kilogramme. C'est ce que contiennent les échantillons collectés dans le lit marin à 15 kilomètres de la centrale nucléaire japonaise Fukushima Daiichi, indique Tepco, son exploitant. Un chiffre 600 fois supérieur au niveau maximum (2,3 becquerels), observé jusqu'à maintenant au large de la côte nord-est de l'archipel nippon, indique l'AFP.

USA

Etats-Unis: Ils maintenaient leur fille, handicapée mentale et affamée, dans une cage

Macabre découverte à Gloucester, en Virginie (Etats-Unis), où le corps d'un enfant a été découvert enterré sous le mobil-home d'un couple dont la fille de six ans était maintenue enfermée dans une cage, a rapporté mardi le Daily Mail.

Affamée, la fillette baignait nue dans ses propres excréments et était forcée de manger les peaux mortes de son front lorsqu'elle a été trouvée par les autorités. Lorsqu'elle a été libérée, la petite fille était incapable de marcher et des médecins ont indiqué que si la police l'avait découverte une semaine plus tard, elle serait probablement morte de faim.

Nuke

R.A.S. nucléaire rien à signaler

Un film d'Alain de Halleux

Des ouvriers du nucléaire sortent de l'ombre pour dresser un tableau inquiétant de leurs conditions de travail et de sécurité dans les centrales nucléaires. Une enquête exemplaire.

On les appelle les "jumpers", ils sont chargés d'entrer dans le générateur de vapeur pour obturer les tuyaux qui le relient au réacteur nucléaire. Séjour maximum autorisé : de 90 à 120 secondes, sous peine de surdosage radioactif ! Ils font partie de la masse des ouvriers intérimaires et sous-payés, chargés de maintenance dans les centrales nucléaires (décontamineurs, mécaniciens, contrôleurs...). Des travailleurs de l'ombre qui, avec ce film, sortent pour la première fois du silence pour dresser un tableau inquiétant d'un des fleurons de l'industrie européenne. Depuis la libéralisation des marchés et la privatisation des groupes énergétiques, les conditions de travail semblent en effet se dégrader, au mépris de la santé des ouvriers et de la sécurité des citoyens et citoyennes. Au nom de la rentabilité, EDF/GDF-Suez, Areva et les autres recourent de plus en plus à la sous-traitance, rognent sur les effectifs et la maintenance, font pression sur les employés... à voir absolument pour savoir ce qu'il faut savoir...