Bienvenue à Sott.net
mer., 22 sept. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Bulb

Pas prête à être « gentille »

Traduction : SOTT

Image
Écoutons d'abord un petit interlude musical pour nous mettre en condition pour cet essai :

Tom Petty And The Heartbreakers - I Won't Back Down [Je ne reculerai pas - NdT]

C'est clair que j'ai mis les pieds dans le plat en écrivant sur les prétendus « chemtrails ». Les « flamers »[1] et agresseurs ad hominem sont sortis du bois, et lorsque ça arrive, vous savez que vous venez d'aborder un sujet brûlant ou de toucher un point sensible. Aurions-nous affaire à un groupe de béni-oui contrôlés par COINTELPRO et dont le but est de distraire l'attention du public afin que personne ne comprenne ce qui se passe réellement ?

Mes lecteurs savent que j'étudie les complots - je le fais depuis 1985, après avoir lu None Dare Call it Conspiracy [Personne n'ose appeler ça « complot » - NdT] et tenté de me convaincre qu'il s'agissait d'absurdités paranoïaques - en vain. De plus, j'ai payé le prix fort pour ce que j'ai appris et partagé. Je ne fais pas cela pour ma santé ou pour remporter un prix de popularité. Après tout, les tenants des religions officielles me haïssent et ont peur de moi, les types de la science officielle me haïssent, les New Agers me haïssent et même un tas de théoriciens du complot me haïssent. Je pense que c'est parce que je ne crois pas à l'adage « l'ami de mon ami est mon ami, et l'ennemi de mon ami est mon ennemi » ; je préfère prendre chaque situation à part et l'examiner selon ses propres mérites. Et lorsqu'on voit le genre de réactions que j'ai provoquées avec mon petit article sur les chemtrails, on se rend compte qu'il y a quelque chose de pourri au Danemark, que ça pue de plus en plus chaque jour et que cette puanteur ne vient pas des produits chimiques largués par des avions commerciaux.

Question

Elles marchent ! L'étrange histoire des oiseaux de Beebe

Image
© Inconnu
Un défilé de damnés.
Par les damnés, j'entends les exclus.
Contemplons ensemble un cortège composé de faits exclus de la Cité scientifique.
Guidés par les faits exhumés sous mes soins, des bataillons de données maudites marcheront au grand jour. Elles s'animeront sous vos yeux. Certaines sont blêmes, d'autres enflammées, d'autres encore proches de la décomposition.


Charles Fort, Le Livre des Damnés

Décomposition - c'est sur ce mot qu'ont résonné les premières heures de 2011 dans la ville de Beebe, en Arkansas : des masses de carouges à épaulettes en décomposition. Les premiers chiffres mentionnent environ 5000 oiseaux morts jonchant les jardins et les rues de Beebe.
En outre, à environ 200 km à l'ouest, à Ozark, en Arkansas, une centaine de milliers de poissons tambours ont été retrouvés morts le long de la rivière Arkansas.

Que se passe-t-il donc ?

En parallèle à l'hécatombe touchant les oiseaux et les poissons en Arkansas, le Chili a également connu une hécatombe de puffins fuligineux, retrouvés morts sur une zone de 10 km, dans la région de Colmuyao (Biobio). Cet événement est survenu dans la foulée d'un séisme de magnitude 7.0 dans la région de Santiago Del Estero.

Mise-à-jour 09/01/11 : il semble que l'hécatombe au Chili date en fait de mai 2010 et non de janvier 2011. Le phénomème de chutes d'oiseaux est récurrent au Chili.

D'autre part, de l'autre côté du continent sud-américain, au moins 100 tonnes de poissons morts - pour la plupart des sardines, des perciformes et des poissons-chats - ont été découverts sur les côtes brésiliennes, dans l'État du Paraná, depuis jeudi dernier [30 décembre - NdT]. Ces signes n'annoncent rien de bon pour 2011 !

Commentaire: Pour plus d'informations sur l'histoire secrète des interactions entre la Terre et les comètes et astéroïdes, nous conseillons au lecteur la série d'articles de Laura Knight-Jadczyk Comètes et Catastrophes - colonne de gauche sur la page d'accueil du site fr.sott.net.

Pour voir le nombre impressionnant d'hécatombes de par le monde sur une carte (avec liens vers des articles), cliquez ici.


Pistol

Tir au pigeon cosmique

Image
© Julian Baum
Aujourd'hui nous allons regarder le résumé des conclusions à propos des météorites et des comètes que Victor Clube a joint à sa lettre d'accompagnement pour le directeur en physique et coordinateur BMD1 du Bureau Européen de la Recherche et du Développement Aérospatial en 1996, 5 ans avant le 11 septembre 2001 ; cela, et quelques autres choses.

Je suis souvent accusée de « répandre la peur » parce que je continue à soulever ce sujet de manière répétée. Je pense même qu'il est fascinant que la percée dans mon expérience de communication supraluminique arriva le jour où les fragments de la comète Shoemaker-Levy commencèrent à percuter Jupiter - au moment même du premier impact - et que cette communication avec « moi-même dans le futur » ait concentré autant d'attention sur le sujet des essaims de comètes et des fragments de comètes qui traversent fréquemment le système solaire, entraînant des ravages et apportant la mort et la destruction sur Terre. Comme résultat de la recherche déclenchée par cette communication, j'ai écrit un livre de 800 pages qui est tissé autour de la question des catastrophes du type explosions cométaires qui sont arrivées manifestement à plusieurs reprises tout au long de l'histoire : L'Histoire Secrète du Monde.

Bizarro Earth

Le danger des météorites et des comètes pour la civilisation

Ayant récemment écrit une revue de « Nouvelle lumière sur la Mort Noire : La connexion cosmique » du dendrochronologue Mike Baillie de la Queen's University à Belfast en Irlande, j'ai décidé d'approfondir le sujet. Au cours des quelques semaines passées, tout un colis de livres que j'avais commandés est arrivé et s'est empilé sur mon bureau après un feuilletage rapide... tant à faire et si peu de temps.
Comètes
© SVM Clube
Entre temps, un ami à moi (qui est climatologue dans un centre de recherche étatsunien majeur) m'a aiguillée sur une découverte intéressante, un article adressé au Bureau Européen de la Recherche et du Développement Aérospatial1, daté du 4 juin 1996, intitulé : The Hazard to Civilization from Fireballs and Comets (« Le danger des météorites et des comètes pour la civilisation » - NdT) par S.V.M. Clube. (Pour le non-initié, Clube est un astrophysicien de l'Université d'Oxford).

Better Earth

Nouvelle lumière sur la Peste Noire : la connexion cosmique

Nouvelle lumière sur la Peste Noire - La connexion cosmique par le dendrochronologue1 Mike Baillie de la Queen's University de Belfast en Irlande.

Je viens de finir de lire ce livre et tout ce que je peux dire est : Wow ! C'est un livre intense ! Pas un livre long, d'ailleurs - juste 208 pages y compris les annexes. Il est concentré et économique sans mots inutiles ou vains radotages. Chaque exemple et diversion temporaire sont cruciaux pour l'argument central qui est - accrochez-vous - Mike Baillie (oui, un vrai scientifique et pas un charlatan), dit que la Peste Noire, une des pandémies les plus mortelles dans l'histoire humaine, qui est supposée avoir tué peut-être deux tiers de toute la population de l'Europe, sans parler des millions de personnes sur toute la planète, n'était probablement pas une peste bubonique mais plutôt une mort due à une(des) comète(s) !

Oh oui ! C'est étonnant, n'est-ce pas ?
Peinture, Le triomphe de la mort, Pieter Bruegel l'Ancien, 1562

Le triomphe de la mort, Pieter Bruegel l'Ancien, 1562
Peut-être pas. Baillie a des preuves scientifiques pour soutenir sa théorie et ses preuves soutiennent réellement - et est supportée par - ce que les gens de l'époque disaient : tremblements de terre, comètes, pluies de mort et de feu, atmosphère polluée, et mort à une échelle qui est presque inimaginable. La plupart des gens aujourd'hui ne sont pas réellement conscients de ce qui est arrivé il y a juste 660 ans. (Hummm... l'esprit curieux se demande immédiatement ce qui pourrait arriver quand nous ajoutons 666 ?! Ce pourrait être 2012...)

La Chine, où la Peste Noire est prétendue avoir pris son origine, a perdu la moitié de sa population (passant d'environ 123 millions à environ 65 millions).

Une recherche récente sur les nombreuses traces de morts européennes suggère également un chiffre de 45 à 50% de la population européenne totale qui est morte au cours d'une période de quatre années, bien que les chiffres fluctuent selon les endroits (ce qui est un problème comme nous le verrons).

Dans l'Europe méditerranéenne et en Italie, le Sud de la France et l'Espagne, où la peste dura environ quatre années consécutives, ce fut probablement plus proche de 70 à 75% de la population totale. (Aux États-Unis aujourd'hui, cela serait équivalent à réduire la population des 300 millions actuels à 75 millions en moins de quatre années. Cela se résumerait aussi à devoir enterrer ou se débarrasser d'environ 225 millions de cadavres !)

En Allemagne et en Angleterre, cela fut probablement plus proche de 20%. On croit que l'Allemagne du Nord-Est, la Bohème, la Pologne et la Hongrie ont dû moins souffrir pour quelque raison (et il y a quelques théories qui ne sont pas entièrement satisfaisantes).

Il n'y a pas d'estimations disponibles pour la Russie ou les Balkans, il semble donc qu'ils ont dû peu souffrir, s'ils ont souffert. L'Afrique a perdu approximativement 1/8e de sa population (d'environ 80 millions à 70 millions). (Ces chiffres soulignent réellement un des problèmes que Baillie soulève : la variabilité des taux de décès selon les endroits.)

Quel que soit le taux de décès à un endroit donné, la conclusion est que la Peste Noire a produit le plus grand nombre de morts que toute autre pandémie connue dans l'histoire enregistrée et, comme Baillie le fait remarquer, personne ne sait réellement ce que c'était ! Oh, bien sûr, pendant très longtemps tout le monde « savait » que c'était la peste bubonique, donc pourquoi Baillie remet en question ce fait bien établi ? Il n'est pas le seul.

Take 2

Les bastons entre politiciens : le dernier espoir de l'humanité ?

Traduction : Sott

À l'aube de cette Nouvelle année, l'avenir ne paraît guère prometteur, quand on voit l'état du monde et de sa population. Guerres, rumeurs de guerres et souffrance à une échelle de plus en plus grande semblent être à l'ordre du jour. Il est clair que la faute nous incombe à tous - les citoyens ordinaires - non pas à cause de ce que nous faisons, mais plutôt à cause de ce que nous ne faisons pas, collectivement parlant. Très naturellement, nos leaders politiques sont très satisfaits de cette situation : cela fait tant d'années qu'ils s'escriment à « pacifier » et anesthésier les « petites gens » via une propagande toxique et du poison dans les assiettes. Pourtant, se pourrait-il que cette soi-disant crème de la crème de l'humanité ait réussi un peu trop au-delà de ses attentes ?

Si leur principale raison de se lever le matin (ou en début d'après-midi) pour aller « travailler » était de mener une guerre politique (et souvent militaire) silencieuse pour conserver leur ascendant et juguler la menace que représente le déchaînement de fureur d'une populace éveillée, que vont-ils faire maintenant que cette menace a été neutralisée ? Vers quoi canaliser cette rage narcissique et présomptueuse ? L'observation du monde animal (un bon domaine si l'on cherche des analogies) nous montre que dans des situations similaires, les prédateurs ont tendance à se retourner les uns contre les autres.

L'espoir fait vivre, comme on dit, mais peut-être pas dans le sens où l'on s'y attend.

Better Earth

Le magistère et le point de basculement

Le temps passe, mais ils se trouvent toujours à cinq ou sept années d'avoir la bombe. » -- Shlomo Brom, conseiller adjoint à la sécurité nationale sous l'ex-Premier ministre Elud Barak.
Image

Ange par William Blake
Tandis que les politiciens israéliens continuent de battre le tambour de guerre contre ce qu'ils (eux-seuls à présent) prétendent être une menace imminente d'un Iran à la capacité nucléaire, une rhétorique hystérique très semblable est utilisée pour essayer de nous convaincre d'une menace très différente mais également catastrophique contre la vie sur Terre - « le changement de climat ». Les catastrophistes nous disent qu'il nous reste dix ans, au mieux, pour inverser la destruction inévitable ou faire face aux conséquences sinistres de villes sous les eaux, tremblements de terre, tsunamis et maladies tropicales redoutées, sinon racistes, se déplaçant vers le nord. En recherchant cet article, je suis tombé sur un blogue qui présente un argument très frappant :
Tout à fait en dehors de la science, une chose que je trouve suspecte sur le catastrophisme du climat est comment ce changement délétère massif et terrible est supposé être devant nous, et pourtant (par ce qui me frappe comme une coïncidence étonnante) on nous dit toujours que nous sommes capables de l'arrêter, mais seulement - et là le speaker prend invariablement l'air pressant d'un commentaire de pub TV - si nous agissons à cette minute même. C'est étrange, étant donné que nous sommes soumis à ce qui semble être (du point de vue catastrophique) un scénario de la fin des temps inévitable qui se développe depuis la Révolution industrielle. Étant donné l'échelle de temps et les incertitudes énormes impliquées, vous penseriez que des prédictions du moment exact du « point de non-retour » doivent impliquer une marge d'erreur assez significative. Prenant cela en considération, il est étrange qu'il ne semble pas y avoir un seul partisan du changement de climat qui dise « Foutaises ! Ça ne me fait pas plaisir de vous dire ceci, mais il est trop tard depuis un ou deux (ou dix ou cinquante) ans et il n'y a fondamentalement rien que nous puissions faire maintenant. » En ajoutant peut-être : « Nous pourrions aussi bien sortir avec style - que tout le monde aille chez le concessionnaire de 4x4 ! » ou « Rassemblons 10 000 de nos meilleurs amis et prenons l'avion pour Bali pour y faire une grande fiesta ! »

Alarm Clock

La voie pour s'en sortir est la voie intérieure

Traduction : SOTT

Image
© Dreamstime.com
La lecture du brillant essai de Joe Baegent - AMERICA: Y UR PEEPS B SO DUM? Ignorance and courage in the age of Lady Gaga (AMÉRIQUE : POURQUOI TON PEUPLE EST SI BÊTE ? Ignorance et courage à l'ère de Lady Gaga) - a donné un poids considérable à certaines pensées que j'avais eues concernant ce qu'on appelle l'activisme politique. Cette question a, bien entendu, été amenée à la lumière par la saga de Wikileaks/Julian Assange qui est, autant que je peux voir, une machination rusée - une question embarrassante - qui met une personne dans la position d'accepter les mensonges distribués sur une mise en scène de vérité, ou bien de rejeter le principe de la vérité avec les mensonges.

Les problèmes politiques sociaux et culturels auxquels nous faisons face sont devenus tellement un nœud gordien d'influences pathologiques que toute action politique légale semble être condamnée à échouer. Les êtres humains sont si divisés, si immergés dans leurs illusions qu'il n'y a pas de possibilité d'action politique unifiée - et la SEULE action qui fonctionnerait serait, par nécessité, unifiée - la majorité de l'humanité agissant comme « Une » contre la minuscule minorité des Pathocrates. Baegent remarque très précisément :
Ce dont l'Amérique a réellement besoin est une insurrection globale du peuple, de préférence fondée sur la force et la peur de la force, la seule chose que comprennent les oligarques. Et même dans ce cas, les chances ne sont pas bonnes. Les oligarques détiennent tout le pouvoir légal, la police, les prisons, la surveillance et la puissance de feu. Sans parler d'une population docile.
En bref, la situation est assez semblable à celle décrite dans le film « V pour Vendetta » dans cet échange révélateur :
Dominic : Que pensez-vous qu'il va arriver ?
Finch : Ce qui se passe habituellement lorsque des personnes sans armes se lèvent contre des personnes avec des armes.
Baegent mentionne ensuite une autre approche :
Hésitant pour une insurrection ouverte, un refus national de payer les impôts sur le revenu ferait certainement bouger les choses.
De manière intéressante, cette approche de la révolution a été décrite dans une satire de SOTT au mois d'avril dernier. Cet article a été visionné probablement plus que tout autre article que nous avons publié ! Peut-être est-ce une preuve du fait que le lectorat reconnaît cette idée comme valable et viable. Le seul problème encore est que ce devrait être un mouvement unifié - la majorité des hommes sur la planète devraient se serrer les coudes. Mais cela n'arrivera pas aux États-Unis et la raison est aussi expliquée par Baegent :

Heart

Le cadeau des Rois mages aux Élus - réflexions de Noël

Traduction : SOTT

Image
Nous sommes le matin de Noël, en l'an 2010 de la dispensation chrétienne, et j'ai bien du mal à trouver des occasions de me réjouir. Si vous voulez lire quelque chose de joyeux et d'euphorisant à propos de Noël, interrompez la lecture de cet article et changez de site.

Oui, je suis plus que reconnaissante d'avoir une famille et des amis merveilleux, et de passer des moments extraordinaires avec eux, et je suis consciente d'avoir une chance énorme et inespérée, d'être comblée au-delà de toutes mes attentes. Mais en un sens, c'est la raison pour laquelle je suis incapable d'être « joyeuse » à propos de Noël.

Vous voyez, au sein de mon cercle d'amis et de ma famille, nous partageons des valeurs et des buts communs fondés sur l'amour, la compréhension et le partage ; or nous évoluons dans un monde au sein duquel ces valeurs ont été dégradées et corrompues jusqu'à en être méconnaissables, ou à en avoir disparu. Cela fait mal, d'autant plus que nous savons que ce que pourrait être le monde est tellement différent de ce « qui est » actuellement, et que ce « qui est » nous affectera inévitablement à titre personnel.

Lorsque l'on fait partie d'un groupe uni d'individus aimants, créatifs et intelligents, et qu'on se rend compte que ce groupe est cerné de toutes parts par des créatures chez qui la loi de la jungle prévaut - les forts dominant les faibles, les conflits et la loi des malfrats étant à l'ordre du jour - on a bien du mal à se sentir Joyeux.

La situation est si grave que je ne vois aucun espoir pour l'humanité dans son ensemble. L'extinction de notre espèce est l'issue inévitable, et je ne suis plus la seule à penser ainsi ; mêmes plusieurs scientifiques et experts académiques l'affirment. Même s'ils semblent incapables de mettre le doigt sur le nœud du problème, ayant tendance à blâmer les effets au lieu des causes, ils sentent leurs cheveux se dresser sur leur tête et les loups nous encercler dans les ténèbres.

Better Earth

Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques - les climatologues se réveillent

Image
© Inconnu

L'aigle glapit,
Et avec son bec pâle déchire les cadavres...
Les montagnes se brisent en se heurtant,
Les héros prennent le chemin des Enfers,
Et les cieux sont partagés en deux...
Tous les hommes abandonnent leurs maisons
Quand le gardien de Midgard
En colère massacre le serpent.
Le soleil s'assombrit,
La terre s'enfonce dans la mer,
Les étoiles brillantes
Disparaissent des cieux ;
Le feu fait rage,
La chaleur s'embrase,
Et de hautes flammes jouent
'contre les cieux eux-mêmes'

R.B. Anderson, « Mythologie Nordique », 1875

La NASA semble passer beaucoup de temps à rechercher et à réfléchir à des moyens pour dévier des astéroïdes errants qui pourraient éventuellement percuter la Terre. Ils continuent cependant à rassurer le public que la probabilité d'être réellement heurté par un astéroïde est extrêmement faible. Alors pourquoi toute cette attention ?
Pour David Morrison, un scientifique senior de la NASA, la Terre orbite autour du Soleil dans une sorte de stand de tir cosmique. Plus d'un million d'astéroïdes tournent autour du Soleil, et c'est le travail de Morrison de comprendre lequel de ces morceaux de roche, poussière et métal pourrait venir s'écraser sur la Terre.